Suivez-nous

FacebookRSS

Le crépuscule d'un débat
[vendredi 02 juillet 2010]



La publication du livre de Michel Onfray sur Freud, Le crépuscule d’une idole, l’affabulation freudienne (Grasset), a suscité des réactions diverses au sein de l’équipe du pôle "Psyché et Cognition" de Nonfiction.fr. Les avis étaient ainsi partagés sur l’intérêt ou non de faire une critique de ce livre.

Par ailleurs, certains de nos rédacteurs ont été invités à débattre à la radio autour de ce livre, avec ou sans la présence de Michel Onfray. Finalement, face à l’ampleur des réactions dans les médias, et après avoir entendu Michel Onfray déplorer que les critiques fussent plutôt des insultes et non une discussion de son travail, l’équipe de Nonfiction.fr a souhaité donner la parole à quelques rédacteurs désireux de s’exprimer sur le travail de Michel Onfray.

Ainsi, vous pourrez lire des textes variés écrits par Pierre-Henri Castel, Samuel Lézé, Frédéric Forest et moi-même. Nous avons aussi invité à prendre part à la discussion quelques personnes extérieures à Nonfiction.fr : Vannina Micheli-Rechtman, Robert Samacher et Alain Juranville. Enfin, nous avons jugé légitime de donner la parole à Michel Onfray, en publiant un texte qu’il écrirait pour l’occasion et/ou un entretien. Il a refusé cette proposition. 

 

Ainsi, vous pouvez lire les textes suivants : 

"Plaidoyer clair et direct pour ceux qui sont contre ceux qui sont contre Michel Onfray", de Pierre-Henri Castel. 

"Tout contre Freud", de Samuel Lézé.

"Bienvenue dans l’ère des raccourcis", de Frédéric Forest.

"La méthode selon Nietzsche ou Onfray", de Sébastien Vaumoron.

"L’éternel retour des détracteurs de la psychanalyse", de Vannina Micheli-Rechtman.

"A propos de la pulsion de mort", de Robert Samacher.

"La puissance d'histoire de l'inconscient", d'Alain Juranville.

"Entretien avec Vannina Micheli-Rechtman", par Samuel Lézé. 

 

Enfin, vous pouvez également vous reporter au dossier Freud réalisé par Marie Bonnet et moi-même à l’automne 2009. Vous y trouverez deux entretiens (Bernard Golse, Laurence Joseph) ainsi que des critiques de livres parus à l’automne sur Freud et la psychanalyse.

Sébastien Vaumoron.

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

4 commentaires

Avatar

Helena

02/07/10 12:46
Je suis en train de découvrir vos textes qui me parlent beaucoup.
Je suis heureuse de vous lire.
J'étais parfois choquée ou triste de ne pas retrouver cette intelligence face à celle de Mr Onfray dans les médias. Je n'avais pas les mots pour le dire et là je peux le lire, bousculer mes idées, penser, douter, me réveiller (et rigoler aussi).
Aussi je vous remercie infiniment.
Bonne continuation à toute votre équipe et encore bravo pour votre travail.
Avatar

silversamourai

05/07/10 14:22
"il a refusé cette proposition"
de la même manière, c'est LUI-MÊME qui choisit ses contradicteurs lors des apparitions de SON IMAGE .
Je trouve qu'il a un niveau de résistance narcissique pathologiquement faible...pour un "hédoniste" il ne doit pas souvent se marrer ...l'a-t-on déjà vu rire ?
Avatar

jc

10/07/10 07:55
Il n'y a donc que des réactions profreudiennes. C'est léger pour débattre. Qu'est-ce qui est défendu ? Freud, le théoricien ? Freud, l'homme ? Freud, le soignant ? Les théories psychanalytiques actuelles ?... On ne parle par contre pas beaucoup de la pratique, qui dans la réalité développe en définitive essentiellement de l'écoute et une relation.
Or, comme le dit justement PH Castel, la théorie n'est en général qu'un sous-bassement, et c'est surtout sa mise en pratique qui compte. L'efficacité de la thérapie gagne donc à s'approprier les bonnes recettes concurrentes. Or, que je sache, la psychanalyse a fait beaucoup de mal en s'entêtant dans des schémas faux concernant par exemple l'autisme, ou la schizophrénie.
Conclusions : Comme toujours dans ces défenses de la psychanalyses, on ressent le malaise d'une approche dogmatique. La psychanalyse est pour moi la religion mourante du XXè siècle.
Avatar

DN

27/12/10 00:17
""il a refusé cette proposition"
de la même manière, c'est LUI-MÊME qui choisit ses contradicteurs lors des apparitions de SON IMAGE .
Je trouve qu'il a un niveau de résistance narcissique pathologiquement faible...pour un "hédoniste" il ne doit pas souvent se marrer ...l'a-t-on déjà vu rire ?"

Michel Onfray est en droit de refuser le débat quand il voit qu'il n'y a que des contradicteurs est qu'il est tout seul pour défendre ses positions surtout quand ces contradicteurs ne lui ont adressé que des insultes. Je vous rappelle que ce dernier a débattu avec de nombreux psychanalystes et même avec Samuel Lézé qui le traite avec tant de mépris dans son article et que d'autres comme Julia Kristeva (pour le Nouvel Obs) et Jacques-Alain Miller (pour une émission de Giesbert) se sont désistés. Après ça on se demande vraiment où se trouve la "résistance narcissique pathologiquement faible".

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr