Suivez-nous

FacebookRSS

Critiques artistiques

Plaidoyer clair et direct pour ceux qui sont contre ceux qui sont contre Michel Onfray
[jeudi 01 juillet 2010]



On ne peut, je crois, éprouver qu’un profond malaise devant ce déchaînement de passions, pour ou contre Freud, auquel nous assistons depuis quelques semaines. Je serais surpris que personne ne le partage.Le crépuscule d’une idole serait donc le produit monstrueux d’un ignorantin, qui découvre ce que "tout le monde" savait depuis des lustres (des faits qui n’ont de toutes façons aucune importance pour la psychanalyse), et qui vomit sur Freud une haine politiquement suspecte. Peut-être bien.Une réaction "populiste", anti-parisienne, et pourquoi pas ?


Mettez cependant un moment entre parenthèses le gros du gras du livre de Michel Onfray, et contentez-vous d’en relire l’introduction et la conclusion. Il est difficile d’y voir quelque chose d’à ce point scandaleux. On y entend le cri de colère de quelqu’un qui demande : "Qu’avez-vous fait du Freud que j’ai découvert à l’adolescence et qui m’a définitivement guéri de cette maladie morale qu’est la culpabilité sexuelle ?". Sa lecture libératrice des Trois traités sur la théorie sexuelle, que l’auteur cite dans l’introduction puis la conclusion, voilà du moins ce à quoi il ne renonce pas. Et voilà ce qui lui permet de façon paradoxale de prétendre à la fois critiquer Freud et ne pas rejeter la psychanalyse.


Pourquoi ne pas entendre ce cri qui, de façon traditionnelle dans une veine populiste, dénonce "la trahison des clercs", l’appropriation d’un instrument d’émancipation par les gardiens de la haute culture, et pour finir, un mensonge qui ne peut pas être seulement celui de Freud, mais qui est le mensonge de toute une classe intellectuelle bourgeoise, universitaire, et parisienne, intéressée à établir les marques de sa supériorité ineffable, et de la faire chèrement payer, en confisquant l’instrument tout simple qu’un gamin d’à peine quinze ans découvre, émerveillé, sur un état de livres à Argentan ? Pour ma part, j’ai trouvé que ces pages n’étaient pas sans évoquer celles de Bourdieu, dans un livre qui n’a bien sûr aucun rapport avec le sujet, puisqu’il s’appelle Esquisse pour une auto-analyse  . Il serait trop facile d’ajouter Bourdieu "le génie en moins". Car dans ces choses-là, la banalité, voire la vulgarité, ont une importance décisive, et même valeur probante. C’est avec une certaine distinction qu’il faut rompre.


Mais il était encore plus choquant de constater la surdité incroyable d’un milieu qui se flatte de la qualité de son écoute face à un tel cri. Le comble du malaise fut peut-être atteint ces dernières semaines sur un plateau de télévision, quand une sommité médiatique de la psychanalyse qualifia Michel Onfray de "fils naturel de Nietzsche et de Zapata" — ou de Zavatta, c’était difficile à discerner. Peu importe qu’il se soit agi du clown ou du guérillero. Le bon mot n’a fait rire personne. Sans même se fatiguer d’un sourire convenu, la cible impavide de ce quolibet, d’un regard froid, a fait retomber sur la tête de son interlocuteur plein de morgue le saut de crachats qui lui était destiné. Il n’est pas impossible que cela signe la fin d’une époque, celle d’une psychanalyse barricadée derrière de purs moyens d’intimidation, et qui, en prenant tout de haut, s’arrogeant les prestiges du verbe et de l’intelligence, prospérait sur le sentiment confus entretenu dans la masse des gens que, "décidément, Freud, c’est trop fort".


Ces ficelles ne marchent plus. Il est inquiétant, c’est vrai, de lire sous la plume de Michel Onfray un choix d’adjectifs pour qualifier Freud qui évoquent de façon trouble le portrait du Juif Süss dans la pire des propagandes ("cupide, manipulateur, menteur", etc.). Mais citer un auteur aux sympathies d’extrême-droite, comme Jacques Bénesteau, est-ce antisémite ? C’est moins sûr  . Qui va de toutes façons croire que Freud, pour avancer, n’était pas obligé d’en dire bien plus que ce qu’il savait effectivement ? C’est un peu comme croire, en 2010, que Galilée est vraiment allé lancer des ballots de plumes du haut de la tour de Pise, ou que les valeurs qu’il annonce dans l’expérience des plans inclinés sont celles qu’il a observées… Mais, et là c’est plus gênant, quand on enseigne aujourd’hui à l’université la psychanalyse comme une variété de la psychopathologie étayée par des arguments cliniques, et qu’on donne en exemple les cas de Freud pour expliquer en quoi consiste l’hystérie, que certains de ces cas soient douteux mérite au moins qu’on s’arrête cinq minutes — si l’on ne veut pas que les étudiants ainsi formés voient des Anna O. partout  .


Ce que signifie la "légende freudienne" pour le pauvre historien ordinaire


On dira, à juste titre, que si l’on entre dans le corps du livre, on ne trouve qu’une combinaison de faits tirés de la longue critique de la "légende freudienne"   entreprise depuis les années 1960 par les historiens de la psychanalyse, et d’exagérations plus curieuses imputables au seul Michel Onfray  . Mais là encore, que signifient ces haussements d’épaules ? Tant qu’on n’explique pas sur quoi ces découvertes reposent (enfin, celles qui en sont vraiment !), pourquoi bon nombre ont effectivement passé les portes étroites des journaux scientifiques, et aussi pourquoi d’autres ont été laissées dehors, on n’a tout simplement rien répondu. Et on ne cesse d’exciter une juste méfiance.


Il est exact que Michel Onfray a repris un matériel connu de longue date. Il ne cache pas dans ses références bibliographiques l’avoir lu de seconde main. En revanche, sa distance critique à l’égard de ces données historiques est parfaitement nulle  . Comme il n’a jamais été en position d’avoir à accepter ou à refuser dans un journal scientifique une publication de cette sorte, occupation réservée aux pisse-froid et autres petits normaliens dépourvus de vitalité nietzschéenne, il ne se rend pas compte du problème qu’elles posent aux historiens ordinaires. C’est celui du degré de méfiance raisonnable que l’on peut avoir à l’égard de ses sources sans dépasser les normes acceptables de l’interprétation historique. Je ne crois pas que ce soit là un point si technique que le lecteur ne puisse en prendre la mesure. Disons que la pente que suivent beaucoup de textes anti-freudiens les conduit souvent aux deux paradoxes suivants :


1. Chaque fois qu’un psychanalyste dit quelque chose qui confirme ou va dans le sens de Freud, c’est parce qu’il est complice conscient ou inconscient d’une manipulation des faits. En revanche, chaque fois qu’un psychanalyste avoue son scepticisme sur une cure de Freud, ou sur un fait précis de la légende freudienne, c’est un beau sursaut de lucidité, et il faut accorder le plus grand prix à son témoignage. Le problème redouble, dans la mesure où les premiers témoins de la psychanalyse, pour une grosse part, étaient eux-mêmes des analystes et des analysants.


2. Il y a bien sûr quantité de gens qui ont été guéris par la psychanalyse, mais c’est soit par la suggestion, soit par l’effet placebo  . En revanche, chaque fois qu’un patient de Freud est censé avoir guéri par la psychanalyse, c’est un mensonge, ou une exagération, parce que les patients dont parle Freud, et surtout ceux qui présentaient à ses yeux un intérêt théorique particulier, ont été, eux (et eux seuls), bizarrement insensibles à la suggestion ou à l’effet placebo. Certains sont même allés de mal en pis.


La première conclusion à en tirer, c’est que le public est roulé dans la farine, quand on met sur le même plan des critiques plausibles, et ce qu’il faut bien appeler des "affabulations"… onfrayennes. Car tout est loin de se valoir, dans les textes et les arguments cités, ce que la véhémence du propos masque plus souvent qu’à son tour. Les historiens qui travaillent sur la construction du milieu freudien, et sur les véritables causes de l’extension du mouvement psychanalytique, par exemple, sont du genre que Michel Onfray vomit : des universitaires quasi inconnus du public, dont la prose, qui accumule les cotes d’archives et les recoupements de témoignage, en les entrelardant de considérations abstruses sur les choix méthodologiques, n’est pas franchement dionysiaque ! Pourtant, ils sont à l’occasion passionnants, si l’on s’intéresse à ces vieilles choses rances qui s’appellent l’exactitude positive des faits et l’originalité scientifique des perspectives  .
Mais ce n’est pas la seule conclusion, hélas ! Il y a des indices solides, des preuves, que Freud a ici ou là inventé un certain nombre de cas, ou du moins exagéré ses résultats. On est donc fondé à soupçonner le "maître du soupçon". Mais jusqu’où, cependant ? Absolument tout a-t-il été inventé ? Freud n’a-t-il pas tout simplement publié en quantité des cas dont il affirme en toutes lettres qu’ils sont des échecs, ou qu’ils n’ont pas produit de résultats satisfaisants ? C’est quand même là une bien drôle de manière de procéder, pour quelqu’un qui voudrait duper son monde ! Des séries incalculablement longues d’imposteurs complotent-il dans notre dos pour nous faire accroire des balivernes ? Ceux qui pensent aujourd’hui retrouver dans leur expérience des phénomènes concordants avec ceux que disait voir Freud (moi, au hasard …) sont-ils les pauvres victimes d’une suggestion à longue portée, dont seuls les anti-freudiens se rendent compte, et sur laquelle ils sont seuls à pouvoir dire le vrai ?


Il est évident que Michel Onfray ignore les problèmes que les historiens se posent devant les faits avérés comme les interprétations problématiques qu’apportent les anti-freudiens. Mais bon, objectera-t-on, est-ce si grave ? Est-ce même son propos ? Il a pris le parti de la véhémence, et si mon hypothèse de lecture est juste (c’est une figure de la dénonciation des clercs qui ont trahi), pourquoi le lui en faire grief ? Pourquoi ne pas vouloir entendre ce qui justifie son cri ? Allons plus loin dans le paradoxe. Michel Onfray vérifie un axiome : il est en fait impossible, en France, d’aller à fond contre la psychanalyse. De fait, son déboulonnage ne va justement pas jusqu'à critiquer la psychanalyse en général, mais uniquement celle de Freud, et pourrait-on dire, comme s’il importait de sauver la "bonne", qui ne soit pas une escroquerie, de la mauvaise  — celle de ces intellectuels parisiens qui ont fabriqué un philosophe idéal dont Onfray ne veut pas. Il annonce ainsi qu’il dira bientôt des choses plus positives sur le freudo-marxisme.


Mais je ne suis pas sûr que cela me réjouisse tellement.


Un épisode polémique qui s’inscrit dans une longue série


Il faut ajouter quelque chose d’assez déplaisant. Le démantèlement de la légende freudienne a été un processus fort long. Ceux qui aujourd’hui nous racontent qu’ils sont au courant depuis toujours pourraient se souvenir que bien des psychanalystes "savants" ont cru réfuter ces critiques en invoquant des faits qui, à mesure que l’enquête progressait, se révélaient encore plus faux que les précédents. Pour ne pas être cruel, je renvoie aux notes de bas de page des essais de Mikkel Borch-Jacobsen, ou de Sonu Shamdasani, pour citer deux des anti-freudiens les plus intéressants. Cela ne concerne pas juste Freud, cela concerne aussi Jung, ce qui en France n’a guère d’importance, mais qui en Grande-Bretagne et en Suisse, en a une, et considérable. Je me suis même demandé si la ruse de ces historiens n’était pas justement de laisser s’enferrer les pro-freudiens, pour leur sortir au dernier moment un document inédit qui jetait par terre leurs pauvres défenses. Une fois au moins, j’y ai moi-même été pris. Or l’impression qui s’en dégageait était désastreuse : les freudiens engagés dans la dispute étaient à la fin ridiculisés, et donnaient l’impression de défendre non pas Freud, ni la vérité historique, mais une imposture continuée dont ils étaient objectivement les complices. L’histoire révisionniste du freudisme ne sombre donc justement pas toujours dans les paradoxes que j’ai cités plus haut, et qui l’auto-disqualifient. Il reste suffisamment pour donner à réfléchir.


Dans les années 1990, nous étions une toute petite poignée à nous intéresser encore à la psychanalyse en prenant connaissance au fur et à mesure des arguments novateurs de quelques épistémologues américains (comme Adolf Grünbaum) et des premiers historiens révisionnistes. Affaire de génération, il nous était bien impossible de voir mieux chez Freud que le fameux "conquistador" de la correspondance avec Fliess, piètre épistémologue, et prêt ensuite à bien des choses douteuses pour que la psychanalyse continue après lui. Le processus d’idéalisation dont Lacan faisait alors l’objet sous nos yeux ne faisait d’ailleurs que renforcer notre conviction que la psychanalyse ne se remet pas facilement de la mort du héros. Sa mort endeuille durement les disciples, et le déni est leur dernier rempart. La cécité du milieu psychanalytique à ce qui se tramait alors était donc ahurissante. Bref, à moyen terme, le pire était sûr. Fascinés par le miracle circonstanciel de la reconnaissance dont ils bénéficiaient encore vers 1990, les analystes français allaient s’avérer incapables de se confronter aux remises en cause qui s’annonçaient.


La faiblesse insigne des réponses faites aujourd’hui à Michel Onfray devrait nous remettre en mémoire l’incroyable pauvreté de ce qu’on a lu au moment de la publication du rapport Inserm sur les psychothérapies  , ou lors de l’épisode du Livre noir  . Car cette vieille affaire rebondit aussi à l’occasion du Crépuscule d’une idole. Un élément-clé de la polémique consiste en effet à affirmer que les psychanalyses sont au mieux inefficaces, et au pire dangereuses. Inefficaces peut aussi vouloir dire : pas plus efficaces qu’un placebo, autrement dit, qu’une apparence de thérapie plus ou moins imprégnée d’effets de suggestion  . Tout cela a fait un immense tapage, où les psychanalystes, comme souvent en France dans ces débats, on cherché à tout placer sur le plan des principes ("A bas l’évaluation !", sauf peut-être quand il s’agit d’évaluer les pratiques de l’école de psychanalyse concurrente).. Pourquoi pas, d’ailleurs ? Mais ils n’ont convaincus que ceux qui les partageaient déjà. A mon avis, il devient même aujourd’hui gravement contre-productif de se réfugier dans les grands principes !


L’efficacité de la psychanalyse, et le recours calamiteux aux "grands principes"


Il n’était pourtant pas difficile de s’appuyer sur un certain nombre d’études autrement plus fiables que la revue de littérature de l’Inserm  . Car ce travail, certes honorable, était totalement incapable de donner la palme aux thérapies cognitivo-comportementales (les TCC) au détriment des autres psychothérapies et de la psychanalyse. Si l’on avait quitté le terrain des grands principes pour parler platement des faits, et du coup faire valoir la sottise objective des interprétations délirantes faites des résultats aujourd’hui disponibles sur les psychothérapies, on aurait juste relevé cinq choses :


1. La psychanalyse ne peut pas être jugée par l’étude de l’Inserm inférieure aux TCC, pour la bonne et simple raison qu’il n’en est pas question. Les seules thérapies qu’on pourrait lui comparer n’ont quasiment jamais été mises en œuvre en France, et leur rapport à la psychanalyse ne nous renseigne que sur l’imagination et l’opportunisme de leurs inventeurs. Hélas, les avertissements de la sous-équipe responsable de l’examen critique de ces thérapies quasi (ou pseudo) psychanalytiques ont été passés sous silence dans la synthèse finale. Et il y a même eu, à cette occasion, si ma mémoire est bonne, un petit peu d’eau dans le gaz…


2. Ce rapport a privilégié une méthodologie d’évaluation dont il est de notoriété publique qu’elle est la plus mauvaise qui soit pour les psychothérapies. Elle cherche en effet à identifier des symptômes-cibles, des techniques visant spécifiquement ces symptômes, et des pratiques professionnelles mettant en œuvre spécifiquement ces techniques (avec des manuels de référence, etc.). Or tout ce que les statistiques nous apprennent depuis 30 ans va contre cette approche ! Les psychothérapies en général sont toutes efficaces, au point que ce sont sans doute parmi les traitements les plus efficaces de l’arsenal thérapeutique moderne. Le "modèle médical" des psychothérapies, comme on dit en jargon technique, qui insiste sur l’isolement de "facteurs spécifiques" n’a tout simplement aujourd’hui plus de raison d’être.


3. En effet, les ingrédients spécifiques dont les écoles de psychothérapie font leur marque de fabrique (divan, ou carnets à tenir à la maison) sont de tous les facteurs ceux qui ont le moins d’importance dans le résultat final ! L’alliance avec le thérapeute, surtout telle qu’elle est perçue par le patient, est infiniment plus prédictive d’un résultat positif ; vient ensuite l’allégeance du thérapeute à une méthode à laquelle il croit ; mais étrangement, une excessive adhérence à sa méthode, l’application rigide des règles, produit toujours de mauvais résultats.


4. Il est difficile de résister au plaisir de mentionner, en passant, certains faits étonnants. Par exemple, que les thérapeutes à l’esprit tourné vers la psychologie sont plus efficaces que ceux qui ont un tour d’esprit plus biologisant. Ou encore, lorsqu’on demande à quelqu’un de mettre en œuvre une thérapie dont il n’est pas persuadé qu’elle est valable, ses résultats sont mauvais. Ou enfin, plus un thérapeute est persuadé que le problème qu’il doit traiter est délicat, et qu’il va falloir du temps pour le résoudre, et meilleurs sont ses résultats.


5. Comme on voit, les "facteurs non spécifiques", valables aussi bien pour les TCC que pour la psychanalyse, et pour bien d’autres techniques auxquels aucun Français n’a jamais été soumis, l’emportent de loin sur les spécifiques. Il serait donc absurde de proposer des lois qui réduiraient la liberté de choix des patients. Ils doivent pouvoir choisir et leur thérapeute (avant tout), et le style de traitement qui convient à leur vision d’eux-mêmes. Sinon, rien ne marche, y compris les TCC ! Il serait aussi contre-productif de former exclusivement les thérapeutes à des méthodes spécifiques, alors que l’alliance, l’allégeance et la tempérance dans l’adhérence sont les seuls facteurs qui importent, toutes techniques confondues.


Franchement, en quoi un psychanalyste pourrait-il trouver à redire à de pareils résultats ? Ces constats sont extrêmement solides. Ils reposent sur des données recroisées si nombreuses que les spécialistes plaident aujourd’hui pour qu’on arrête de dépenser de l’argent pour savoir si les psychothérapies marchent (OUI !), ou s’il y en a une qui serait vraiment meilleure que les autres, indépendamment des facteurs non-spécifiques que je viens d’énumérer (NON !)  .


La fin d’une époque orgueilleuse


L’ennui, à nouveau, c’est que cette façon de dire que la psychanalyse (dans la mesure où elle respecte ces contraintes), a des effets thérapeutiques, et des effets comparables, ni supérieurs ni inférieurs, aux autres psychothérapies, ne plaît pas du tout aux psychanalystes. Elle ne mentionne aucun grand principe de nature éthique ou philosophique. Elle ne rend aucunement hommage à une prétention à l’exception. A moins, tout simplement, que pour répondre ces choses toutes bêtes, il faille connaître la littérature scientifique, au lieu de la découvrir dans la revue de littérature de l’Inserm, sortir une calculette, comprendre ce qu’est une taille d’effet, lire l’anglais, toutes occupations déplorables, teintée de scientisme dégoûtant, voire de complicité avec la pensée anglo-saxonne — et autres billevesées dont la connaissance de l’inconscient nous dispense.


Car tout cela débouche sur une question plus gênante : si la psychanalyse n’est pas la seule à soigner, alors qu’est-ce qu’elle apporte d’autre, ou que fait-elle de plus ? Malheureusement, je crains que la réponse traditionnelle ne soit en train de s’effondrer sous nos yeux. Que ce soit par exemple une historienne, Élisabeth Roudinesco  , qui se retrouve en première ligne pour défendre "la" psychanalyse pose un problème majeur. La contribution à la théorie et à la pratique de la psychanalyse de cet auteur éminent est égale à zéro. Comme on sait, c’est moins la psychanalyse qui l’intéresse que tout ce qu’elle représente dans le champ de la culture, que tous les idéaux politiques et idéologiques dont elle pense que la psychanalyse est investie, une sorte de néo-humanisme anti-scientiste et anti-néo-libéral au premier chef, coloré, pour faire chic, d’un sens du tragique qui rattacherait, paraît-il, l’expérience de chacun aux conditions ultimes de la dignité humaine. Si l’on dégonfle la baudruche de cette psychanalyse idéalisée, et pour laquelle c’est à peine si on ne nous invite pas à mourir, en traitant de traîtres, de pervers, au minimum de naïfs ceux qui ne s’y retrouvent pas, que va-t-il rester ? J’entends bien ceux qui s’écrient "Le sujet ! Le sujet !" C’est un peu léger. Dans le champ de la santé mentale contemporaine, des associations de patients, des usagers, crient de leur côté "Le citoyen ! Le citoyen !" On aimerait bien savoir en quoi ils sont moins éthiques, en quoi ils sont moins attentifs aux exigences de la démocratie, de l’égalité et de l’autonomie que les défenseurs du sujet. Or comme on sait, ils demandent plus des TCC et de la science normale que de la psychanalyse ou du sens du tragique. Sont-ils de tristes dupes ?


La "valeur ajoutée" de la psychanalyse, en ce moment même, et sous nos yeux, est en train de fondre : ce sentiment de participer à on ne sait quelle expérience classante, et qui a longtemps garanti une sorte de promotion morale dont les psychologues et autres travailleurs sociaux aux prises avec le quotidien des gens qui vont très mal n’ont pas autrement l’espoir. Et pourtant, il n’y a pas lieu de désespérer, parce que les véritables raisons de la solidité de l’implantation concrète de la psychanalyse ne sont, pour le moment, en France, pas en danger. Simplement, les raisons de sa persistance ne sont plus l’"évidence" de sa supériorité. Il semble qu’il faille les chercher plutôt dans le mode d’engagement si particulier, auprès de leurs patients, des petits et des sans-grades, des psychanalystes qui sont les plus éloignés de tenir le crachoir (ou de le prendre sur la tête). A nouveau, loin des grands principes, loin des manœuvres d’intimidation, on peut pour s’en assurer se reporter à la récente étude de Samuel Lézé, chroniquée ici même, et qui n’avait même pas l’air de déplaire à Michel Onfray...


Au lieu donc de se tenir chaud dans une dénonciation de groupe qui fait taire des désaccords par ailleurs documentés, le milieu psychanalytique français, ou peut-être déjà ses porte-voix, pourrait sans doute travailler autrement. Car que fait-on, quand on n’a plus un Lacan pour étouffer dans l’œuf l’envie d’avoir l’air intelligent en s’attaquant à Freud ? On en remet une couche dans le commentaire ? On annone encore une fois les textes sacrés et ses gloses officielles ? On traque les déviants de la théorie ? On continue à publier des "vignettes cliniques" censées démontrer la dernière lubie de leur auteur, comme si les anti-freudiens n’avaient pas discrédité à jamais le procédé ? On se réfugie dans des postures hautaines, à critiquer une époque ingrate, parce qu’elle est devenue impavide face aux intimidations moralisantes des psychanalystes ? Ou bien prend-on acte du fait que désormais, pas un projet de sciences sociales ou de santé publique ne fait la moindre place à un regard psychanalytique, alors que la plus misérable théorisation parée de l’adjectif "cognitif" y est intégrée avec des gloussements d’extase ? Et ce n’est peut-être pas parce que les sciences cognitives sont si merveilleuses, mais parce que la psychanalyse se ringardise, se sclérose, s’entortille dans une rhétorique qui séduit insensiblement moins les jeunes, et peut-être, last but not least, donne de moins en moins de neuf, de frais, et de vif à penser. L’authenticité des réponses de tant de collègues à Michel Onfray ne fait d’ailleurs aucun doute. L’ennui, l’ennui profond, c’est que quelqu’un de ma génération aurait pu toutes les écrire... L’authenticité ne suffit donc plus. Il faut du travail. Et on ne sait pas vraiment lequel…


Les raisons du désamour que révèle Michel Onfray ne sont pas exclusivement objectives. La psychanalyse, n’en déplaise à ceux qui estiment détenir le monopole de la rationalité, n’a nullement été réfutée. Et Freud écorné, le mal n’est pas si grand. Mais ses pires ennemis sont ceux qui, comme je l’ai entendu avec effroi, expliquent d’un ton patelin que l’Oedipe, ce n’est plus tout à fait ce à quoi on s’intéresse dans les cures, et qu’ "on ne dirait pas les choses comme ça aujourd’hui". Car ils savent bien que cela ne passe plus, que les braves gens les regarderaient en souriant, s’ils avaient l’air d’y croire. Ah bon ? L’Oedipe, c’est du passé ? Et personne parmi les ennemis de Michel Onfray, embarqués dans une surenchère rhétorique dont nul ne voit le bout, ne trouve bon de faire ici une pause, et de se demander où l’on en est pour défendre la psychanalyse comme ça ? Il est louable de dire que les patients se moquent de la théorie du psychisme que défend leur thérapeute, ont répété quantité de praticiens expérimentés, avec raison. J’applaudis des deux mains, et je veux bien joindre ma voix au concert, si c’est là la chanson. Mais si c’est pour céder sur l’Oedipe, parce que ce n’est plus présentable, et qu’on a, paraît-il, fait des progrès de ce côté-là, il n’en est plus question.


Le crépuscule d’une idole n’est certainement pas le grand livre d’un grand intellectuel. Mais il serait dangereux de continuer à en parler comme on en parle. Non parce qu’on fait de la publicité à son auteur. Il a visiblement celle qu’il mérite. Mais parce qu’on protège ce faisant des insuffisances et des médiocrités qui font à la psychanalyse plus de mal que les propos de Michel Onfray.
 

Dossier à lire sur nonfiction.fr : "Freud et Onfray, le crépuscule d'un débat".

Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

5 commentaires

Avatar

elise

14/01/11 17:18

Ce commentaire gagnerait quelque valeur à être correctement orthographié
peut-être serait il même intéressant
Avatar

La Rédaction

27/07/10 11:12
L'auteur est Pierre-Henri Castel.
Avatar

lalige

27/07/10 10:33
j'aimerais connaitre le nom de l'auteur(e) de cet article
article mesuré et fort bien fait

merci

lalige
Avatar

Sylvain Reboul

11/07/10 09:34
"La psychanalyse, n’en déplaise à ceux qui estiment détenir le monopole de la rationalité, n’a nullement été réfutée."

Ce qui me semble en effet non-réfuté, sauf à oublier toute la dimension fondamentale esthético-érotique de le vie humaine dans son expression artistique et culturelle, c'est:

1° Que la sexualité comme désir délié de la seule fonction reproductrice tient un place centrale dans la psyché et les cultures humaines y compris et surtout dans ses manifestations les plus moralisatrices.

2° Que celles-ci ont toujours désignées la sexualité comme un danger potentiel pour la sociabilité devant être contrôlée voire réprimée afin d'assurée la transmission patrimoniale légitime des biens matériels et culturels, statutaires de la communauté familiale.

3° Que la conflit entre désir et institutions dont l'art porte un témoignage universel est une permanence dans toutes les cultures

4° Que la symbolique sexuelle de ce conflit est partout présente dans les cultures humaines, y compris dans ses formes les plus sublimées

5° que ce conflit provoque des mécanismes plus ou moins inconscients de défense du moi (et/ou de la conscience socialement valorisée de soi)

6° Que l'oubli de cette pseudo-découverte de Freud, pseudo en cela qu'elle était déjà à l'oeuvre dans l'art, est une négation aussi "hénorme" que stupide de l'art en particulier et de la pression culturelle en général s'exerçant sur toutes les formes de la sexualité dans toutes les sociétés humaines.

Réfuter ce qui reste d'irréductible chez Freud n'est rien d'autre que tenter de rétablir un contrôle quasi-religieux d'un autre âge sur la sexualité, ce qui, justement, depuis Freud n'est plus possible.

C'est tant mieux pour les libertés individuelles, dont la liberté sexuelle responsable et consciente de soi, est une condition nécessaire.

Merci pour cet article
Avatar

Olivier

08/07/10 11:23
Merci pour cet article fort intelligent qui trace de manière limpide la voie du milieu entre les analyses primaires et outrancières d'Onfray et l'hystérie révulsive des défenseurs du dogme freudien qui ne sont rien d'autre que leur reflet mimétique...

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr