Suivez-nous

FacebookRSS

Les nouveaux économistes français
[lundi 27 juin 2011]



L’économie n’a pas bonne presse. Trop vite assimilée à la finance internationale, aux prises de position spéculatives, aux rémunérations surréalistes, elle demeure en France un domaine perçu comme lointain, quand il n’est pas inquiétant. 

Doit-on y voir les effets du colbertisme français, ancré dans un quotidien dont les services publics et l’administration constituent encore l’ossature de l’imaginaire collectif français ? Doit-on y voir les effets d’une crise morale et budgétaire qui ne lâche plus notre pays depuis plus de trente ans ? Doit-on considérer, aussi, que l’économie peine à trouver sa place en tant que science ? Parler d’économie est en France moins aisé, moins populaire, et sûrement moins prestigieux que parler d’idées politiques. Nous connaissons les grandes écoles de pensée française de sociologie, de philosophie, de littérature, d’anthropologie. Nous ne connaissons pas les grands courants de la théorie économique française. Ce sujet ne nous intéresse pas. Pourtant, l’école économique française produit depuis de longues années de très nombreux chercheurs, penseurs et professeurs qui sont mondialement reconnus pour la qualité de leur travail, pour les pistes qu’ils ouvrent, pour les questions qu’ils posent. Nombre d’entre eux exercent à l’étranger, qui leur fait un meilleur sort qu’en France. 

Nonfiction.fr s’est donc livré à une série d’entretiens  avec les représentants éminents du vivier renouvelé des économistes français, s’intéressant à leur parcours et à leurs recherches, à leur vision de la matière économique, cherchant à savoir pourquoi, si cruciale, l’économie était pourtant la grande absente des débats de fond (sauf quand elle est idéologisée), tentant, enfin, de la rendre plus présente, plus comprise, plus acceptée comme science. 

Nicolas Séjour, coordinateur du pôle Economie de nonfiction.fr. 

 

Sommaire : 

 

- David Thesmar, professeur de finance à HEC.

- Xavier Gabaix, professeur de finance à la Stern Business School de New York University. 

- Patricia Crifo, professeure à l'Ecole Polytechnique. 

- Yann Algan, professeur d'économie à Sciences Po. 

- Philippe Askenazy, directeur de recherche au CNRS.

- Thomas Philippon, professeur associé de finance à la Stern Business School de New York University. 

- Philippe Martin, professeur d'économie à Sciences Po. 

- Agnès Bénassy-Quéré, présidente du CEPII. 

- Pierre-Cyrille Hautcoeur, directeur d'études à l'EHESS. 

 

* Ce dossier a été coordonné par Jean Bastien, Pierre-Henri Ortiz, Eloi Perrin-Aussedat, Nicolas Séjour et Pierre Testard. 

 

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

16 commentaires

Avatar

Thierry Catrou

30/06/11 07:02
Toute liste a ses limites mais tout de même, je suis un peu étonné de ne pas trouver dans celle-ci Thomas PIKETTY...
Avatar

Rdaction@Thierry Catrou

30/06/11 11:33
Thomas Piketty n'a malheureusement pas pu répondre à nos sollicitations.
Avatar

Edwige

04/07/11 20:16
Bénassy-Quéré est membre du cercle des économistes et du conseil d'analyse économique,
Thesmar est membre du cercle des économistes et du conseil d'analyse économique,
Gabaix est membre du conseil d'analyse économique,
Boone est membre du conseil d'analyse économique, ...
Et les deux officines au service des dominants que sont le cercle des économistes et le conseil d'analyse économique inondent les médias de leur propos: http://vanessa-schlouma.blogspot.com/2011/06/le-cercle-des-amis-de-brigitte.html

Votre vivier est celui de la soumission aux traders.
Merci pour votre pédagogie de la soumission aux dominants, possédants et exploiteurs.

Avatar

Edwige

04/07/11 22:27
Erratum: Boone est membre du cercle des économistes et non pas du conseil d'analyse économique... mais patience... ses précieux conseils à Merrill Lynch, un des "fleurons" de l'oligarchie phynancière.
Avatar

Rdaction@Edwige

05/07/11 18:10
Nous vous en prions... Vous savez, nous aimons beaucoup la soumission aux dominants etc.
Avatar

Flavia

05/07/11 22:59
C'est trop cool que vous choisissiez des "économistes" dont la seule fonction est de permettre aux traders et financiers de continuer à s'enrichir. Les rédacteurs de Non fiction ne devraient-ils pas vivre pendant 1 an dans une cité du 93 avec comme seul revenu le Smic pour essayer de comprendre les ravages des élucubrations des pseudos-savants et vrais propagandistes de l'évangile du capitalisme?...
Avatar

Rdaction@Flavia

06/07/11 14:29
Si vous nous louez un appart' dans une cité du 93, on y va tout de suite
Avatar

Pauline

06/07/11 18:40
@ rédacteurs: Ca a l'air de vous faire rigoler que quelqu'un vous propose de voir à quoi ressemble la vie des pauvres. Votre réaction est empreinte de cette arrogance typique des rigolos qui se croient géniaux car ils savent résoudre 3 équations. Vous savez, il y a des vrais gens qui vivent dans le 93 avec uniquement le SMIC comme revenu. Continuez à les mépriser du haut de votre promontoire au service des vendeurs de choucroute.
Avatar

Rdaction@Pauline

06/07/11 19:58
Ça ne nous fait pas rire, mais l'ironie a parfois du bon lorsque le choix non-exhaustif d'un panel d'économistes interrogés vous vaut immédiatement l'accusation de servir l'oligarchie financière.

Nous parlerons bientôt de l'économie sociale et solidaire, un sujet éloigné des préoccupations de ces 9 économistes, je vous l'accorde.

Pierre Testard
Avatar

Emmanuelle

06/07/11 20:36
@les rédacteurs: ce qu'il y a de bien c'est que votre ironie ne s'applique qu'aux gens qui vivent dans une cité du 93 avec le SMIC comme seul revenu. Elle ne s'applique pas aux banquiers et financiers. Vous avez un grand courage. Vive le business.
Avatar

VilainGredin

07/07/11 13:23
Si vous ecoutez un peu ce qui se dit hors de nos frontieres, il y a en France 2 vraies ecoles d'economie reputees: l'ecole d'economie de Paris, et celle de Toulouse.
Avatar

Estelle

07/07/11 20:43
Non Fiction a raison de consulter les économistes qui justifient les privilèges des riches. Ca a le mérite de la franchise.
Avatar

arthur

11/01/12 21:07
Estellea raison et tous ceux qui apprécient l initiative qui consiste a dénoncer l empire des technocrates de l économie.unpoint c ets tout.

bonne journée!
Avatar

famoyl

21/02/12 21:03
Y a t'il dans votre sélection quelques signataires "des économistes attéres?" ouvrage fort interessant .
Avatar

Rdaction@famoyl

22/02/12 09:14
Oui, Philippe Askenazy. Depuis, nous avons aussi longuement interrogé André Orléan sur "L'empire de la valeur" : http://www.nonfiction.fr/article-5339-leconomie_doit_changer_de_cadre_conceptuel_grand_entretien_avec_andre_orlean.htm

Cordialement
Avatar

tigreindigne

21/04/12 17:35
Vraiment nul cet article, vous auriez du l'appeler "les nouveaux économistes français orthodoxes", ou les nouveaux autistes, les nouvelles prostituées. Je me demande sur quoi vous vous basez, puisque vous ne justifiez pas votre choix.

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr