A vingt mois de l’échéance électorale de 2012, Barack Obama vient de déclarer sa candidature officielle pour les élections présidentielles aux Etats-Unis. Si aujourd’hui aucun adversaire ne fait le poids face au président sortant, la bataille s’annonce rude avec la montée en puissance du mouvement Tea Party qui compte parmi ses rangs les adversaires les plus féroces d’Obama.

Apparu peu de temps après l’élection de Barack Obama, le mouvement Tea Party occupe une place de plus en plus importante sur l’échiquier politique américain. Considéré initialement commme un mouvement de frange, il a largement gagné en audience depuis plusieurs mois. Les résultats des midterms ont d'ailleurs montré qu’il fallait désormais composer avec cette nouvelle force politique.

La capacité de mobilisation sur le terrain d’une base militante forte et décentralisée - dite “grassroots”- s’appuyant sur les réseaux sociaux et sur Internet, semble remettre en cause le caractère ”factice” du mouvement, souvent perçu comme une construction médiatique, instrumentalisé par des intérêts supérieurs.

On peut néanmoins se poser la question de la pérennité du Tea Party qui incarne des tendances libertariennes et conservatrices pré-existantes, resurgissant dans un contexte économique difficile. L’absence de propositions claires et unifiées sur de nombreuses questions vient également remettre en cause la légitimité de ce mouvement en tant que “parti”.

Ce dossier tente de répondre à ces interrogations en explorant les origines du mouvement, ses ressorts idéologiques, son fonctionnement et ses divisions internes ainsi que sa stratégie à l’approche des élections de 2012.

Emma Archer

 

A lire dans ce dossier :

 

4 critiques de livre : 

 

- Kate Zernike, Boiling Mad : Inside Tea Party America, par Boris Jamet-Fournier.

 

Jill Lepore, The Whites of Their Eyes: The Tea Party's Revolution and the Battle over American History, par Françoise Coste.

 

- Scott Rasmussen et Douglas Schoen, Mad as Hell. How the Tea Party Movement is Fundamentally Remaking Our Two-Party System, par Romain Huret.

 

- Sébastien Caré, Les libertariens aux Etats-Unis, sociologie d'un mouvement asocial, par Arnault Skornicki.

 

2 interviews de spécialistes :

 

- Une interview de Justin Vaïsse, chercheur à la Brookings Institution de Washington D.C., par Emma Archer et Quentin Molinier.

 

- Une interview de Mark Lilla, essayiste et historien des idées à Columbia University, par Emma Archer (traduction de Quentin Molinier).

 

3 analyses du mouvement :

 

- Une analyse du Tea Party Movement, publiée sur nonfiction en septembre 2010, par Françoise Coste.

 

- Une analyse critique d'une note de la Fondapol consacrée au Tea Party, par Quentin Molinier.

 

- Une analyse des rapports entre le Tea Party et les think tanks, par Marie-Cécile Naves.

 

1 revue de presse :

 

- sur le financement du Tea Party par les frères Koch, par Pierre Testard 

 

Ce dossier a été coordonné par Emma Archer et Quentin Molinier#nf#