Suivez-nous

FacebookRSS

Brève de féminisme ordinaire
[mardi 08 mars 2011]

Avec l’aide de la Fondation caritative Ereel, le Pôle Emploi   propose désormais un atelier beauté aux chômeuses de longue durée qui, de guerre lasse, laissent trop souvent apparaître au coin de yeux et des lèvres la misère plutôt que le rimmel taquin et le rouge baiser. Quelle bonne idée ! Car enfin Mesdames les sans-emplois, où avez-vous (ou avons-nous, pourrai-je même dire) la tête ?

Apprenons à nous fagoter, coiffer, peinturlurer. Rendons-nous plaisantes au regard d’un employeur éventuel. Croyons-nous trouver du boulot avec cet air de chien battu, cette bouche en cul-de-poule, l’air marri quémandant la pitié et priant la Fortune ? Hélas cruel temps, toutes les femmes n’ont pas la chance d’avoir un travail, mais la Fortune, Mesdames, est une roue qu’il faut savoir faire rouler vers soi. Montrons donc ce sein que l’on ne demande qu’à voir, il est une ligne de plus à notre curriculum vitae. Voyons −et prenons exemple− comme en entreprise les décolletés s’abaissent quand le PDG est jeune et beau, ou disons, plus jeune et plus beau qu’à l’habitude.

Cette initiative citoyenne, philanthrope, et sans un poil misogyne (même si l’on attend le même type d’atelier pour les hommes aux haleines fétides), est largement salué par les bénéficiaires et les inspirateurs de ce beau projet, qui, tout à leur humanisme se félicitent d’une main rendue gracieuse, de grasse qu’elle était. 

"Ces initiatives sont vraiment précieuses pour que les femmes puissent prendre confiance et se sentent plus valorisées pour cette recherche d’emploi qui est vitale pour elles", soutenait avec cœur et discernement l’une des marraines de l’association, sans doute en connaissance de cause. Vitale est cette recherche, il est vrai, et l’on souhaite que les participantes aient eu droit à un pack-relooking gratuit compte tenu du budget non négligeable nécessaire à la poursuite de cette formation-beauté.

Le Pôle-Emploi aura, une fois n’est pas coutume et on l’en félicite, suivi ici les vues d’un philosophe, Arthur Schopenhauer, puisant dans ces textes des idées nouvelles. N’écrivait-il pas : "Le seul aspect de la femme révèle qu’elle n’est destinée ni aux grands travaux de l’intelligence, ni aux grands travaux corporels." 

À défaut d’être utiles donc, rendons-nous aimables ! Mais tant qu’il n’y a pas de boulot, Mesdames, préférons le salon de coiffure plutôt que son ersatz institutionnel.

A lire aussi sur nonfiction.fr :

 

Les lobbies féministes, par Lilia Blaise.

 

- Les associations de banlieue, Voix de Femmes et Voix d'Elles Rebelles, par Lilia Blaise. 

 

Mix-Cité, par Pierre Testard.

 

Osez le féminisme, par Lilia Blaise.

 

La Barbe, par Quentin Molinier. 

 

Les TumulTueuses, par Quentin Molinier.

 
 

- Une analyse des nouvelles modalités d’action des militantes féministes, par Marie-Emilie Lorenzi. 

 

- Un entretien avec la chercheuse Christelle Taraud sur la structuration actuelle du mouvement féministe, par Pierre Testard.

 

- Un entretien avec la philosophe Sandra Laugier sur l'éthique féministe du care, par Pascal Morvan et Quentin Molinier. 

 

- Un aperçu de la présence féministe sur Internet, par Pierre Testard.

 

- Une recension du livre de Valérie Ganne, Juliette Joste et Virginie Berthemet, Merci les filles, par Charlotte Arce. 

 

- Un portrait d’une "ancienne", Florence Montreynaud, par Charlotte Arce.

 

- Un entretien avec Martine Storti, sur le passé et l'avenir du féminisme, par Sylvie Duverger. 

 

- Une interview de la philosophe Geneviève Fraisse sur le féminisme et son actualité, par Sylvie Duverger. 

 

- Un entretien avec Marie-Hélène Bourcier sur la queer theory, par Sylvie Duverger. 

 

- Une chronique de l'ouvrage de Jean-Michel Carré, Travailleu(r)ses du sexe (et fières de l’être), par Justine Cocset. 

 
 
 * Ce dossier a été coordonné par Charlotte Arce, Lilia Blaise, Quentin Molinier et Pierre Testard.
 
 
A lire aussi : 
 

- Martine Storti, Je suis une femme. Pourquoi pas vous ? 1974-1979, quand je racontais le mouvement des femmes dans Libération, par Fabienne Dumont. 

 

- Réjane Sénac-Slawinski (dir), Femmes-hommes, des inégalités à l'égalité, par Aurore Lambert. 

 

- Sylvie Schweitzer, Femmes de pouvoir. Une histoire de l'égalité professionnelle en Europe (XIXe-XXIe siècles), par Léonor Gutharc. 

 

- "L'Etat doit-il réglementer la représentation du corps féminin dans la publicité ?", par Matthieu Lahure.

 

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

1 commentaire

Avatar

victorlefevre

09/10/11 12:25
Votre article me semble à coté de la plaque.

Vous dénoncez la tyrannie de la beauté, le rôle de potiche attribué au femme, l'illégitimité de ces normes corporelles. Fort bien, mais en attendant leur abolition, que fait-on ?

Cette opération améliore-t-elle les conditions de vie de ces femmes ? Si elle atteint son but, si elle les aident à retrouver un emploi, oh que oui leurs vies seront meilleures !

"Cette initiative citoyenne, philanthrope, et sans un poil misogyne [...] est largement salué par les bénéficiaires et les inspirateurs de ce beau projet" N'est-ce pas horrible de dénigrer la parole de ces femmes ?

Cela me rappelle, toute proportion gardée, les discours abolitionnistes sur la prostitution qui veulent le bien des travailleuses du sexe sans se soucier de leurs vécus et de leurs revendications.

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr