Suivez-nous

FacebookRSS

Histoire

14-18 : retours d'expériences

Couverture ouvrage

Christophe Prochasson
Tallandier , 430 pages

Disclaimer

Christophe Prochasson est membre du pôle Histoire de nonfiction.fr.

Retour sur les expériences des soldats de la Grande Guerre
[vendredi 07 novembre 2008]


Une porte d'accès originale aux questionnements que pose la culture de guerre.

* Cet article est accompagné d'un disclaimer. Pour en prendre connaissance, veuillez cliquer sur le footer ci-dessous.

 

La Grande Guerre constitue un moment historique important. D’une part, pour la première fois, ceux qui la vivaient ont eu conscience de vivre un événement historique et ont cherché à en témoigner. D’autre part, dès la signature de l’armistice, on a cherché à expliquer la guerre et à la raconter telle qu’elle avait été. La source première pour l’étude de la guerre est constituée par ces témoignages de guerre, aussi nombreux que divers. Dans son ouvrage, Christophe Prochasson se penche sur ces témoins et s’interroge sur le statut qu’il convient de leur donner, préalable indispensable au traitement et à l’étude de ces données. Le thème est très large, permettant de recouvrir tous les sujets traités dans l’ouvrage.

Le livre rassemble des contributions de l’auteur, ce qui présente l’avantage d’aborder une multitude de thèmes mais nuit à la cohérence d’ensemble des Retours d’expériences. Christophe Prochasson commence par dresser un tableau de l’historiographie récente de la Guerre 1914-1918. Si le premier conflit bénéficie d’un certain regain d’intérêt depuis plusieurs années, différentes approches coexistent. Le propos est celui d’un membre de l’ "école de Péronne" qui, pour expliquer la durée d’une guerre aussi incompréhensible, s’évertue à montrer le consentement des soldats à la guerre, au détriment d’une vision qui met l’accent sur les contraintes exercées par les pouvoirs militaires et civils et sur les exemples d’insoumission des soldats à cette contrainte. L’approche est partiale et s’inscrit dans un contexte de polémique, où l’auteur égratigne au passage ses détracteurs. Il n’empêche qu’elle permet de mettre en lumière les tenants et aboutissants des positionnements tenus par les historiens. Prochasson justifie d’ailleurs son point de vue, en s’interrogeant sur la notion de consentement, pris dans toutes ses acceptions. Ces débats sont représentatifs du contexte historiographique actuel, marqué par la "culture de guerre", définie comme le "champ de toutes les représentations de la guerre forgées par les contemporains".

Cette approche se différencie des préoccupations des premiers historiens de la Guerre. Poussés par la volonté d’éliminer les faux témoignages, ceux-ci étaient préoccupés avant tout par la quête de la vérité quant au conflit qu’ils avaient vécu. Une préoccupation d’ordre juridique entrait également en ligne de compte, puisqu’il fallait dégager les responsabilités de l’entrée en guerre. La quête de la vérité animait les historiens et les compilateurs de témoignages, à l’instar de Jean Norton Cru, qu a rassemblé plus de deux cent cinquante témoignages qu’il a critiqués et classés selon leur caractère véridique, en les jugeant à l’aune de sa propre expérience du conflit, projet sur lequel l’auteur revient longuement dans sa deuxième partie. L’épisode des fausses nouvelles concernant les atrocités allemandes, qui auraient été perpétrées lors de l’invasion de la Belgique, constitue ainsi un exemple intéressant pour illustrer les centre d’intérêt des historiens. Alors qu’on a d’abord cherché à trier les vraies nouvelles des fausses, on s’intéresse désormais, à la suite de March Bloch, aux processus sociaux qui ont conduit à la naissance et à la propagation des rumeurs. Le thème est d’actualité, à la suite de l’ouvrage de Horne et Kramer, qui ont montré qu’une fausse nouvelle naissait des représentations collectives préexistantes à sa naissance. Dans Retours d’expériences, Christophe Prochasson montre que le statut du témoignage de guerre est divers. Il ne s’agit plus aujourd’hui de trier le bon grain de l’ivraie, d’éliminer les "faux" discours mais au contraire de prendre chaque récit pour ce qu’il est, le retour d’expérience d’un soldat particulier, en ayant conscience que chaque récit, chaque lettre, chaque journal écrit au front ne présente qu’une vision parcellaire de ce qu’on ne peut, par nature, pas raconter.


L’auteur consacre enfin un développement sur le témoignage des intellectuels pendant la guerre. Les problématiques sont multiples : y a-t-il eu une mobilisation – et sous quelle forme – des intellectuels pendant la guerre ? Ou bien ont-ils refusé le conflit ? En prenant comme exemple l’écrivain Jean-Richard Bloch, peut-on dresser le portrait d’un intellectuel dans les tranchées et étudier quelles sont les répercussions directes de la guerre sur cet homme et ses écrits ? Un dernier chapitre aborde la langue des soldats et les études qu’elle a suscitée. On est là au cœur de la culture de guerre, c’est-à-dire un champ de représentations nouvelles forgées par la guerre.

En définitive, la réédition de ces articles arrive à un moment où, quatre-vingt-dix ans après l’armistice de 1918, l’histoire de la Première Guerre mondiale fait toujours débat. La lecture de l’ouvrage nous fait comprendre la nature complexe de ces "retours d’expérience" et les lectures diverses qu’ils engendrent. Les derniers travaux de Christophe Prochasson regroupés ici constituent ainsi une porte d’accès originale aux questionnements que pose la culture de guerre et les divergences que celle-ci suscite.

 

* À lire également sur nonfiction.fr :

- Stéphane Audoin-Rouzeau, Gerd Krumeich, Jean Richardot, Cicatrices. La Grande Guerre aujourd'hui (Tallandier), par Pierre Chancerel.

Un beau livre qui s'attache aux marques concrètes laissées par le conflit sur le territoire.

 

- Jean-Jacques Becker et Gerd Krumeich, La Grande Guerre. Une histoire franco-allemande (Tallandier), par Pierre Chancerel.

Deux spécialistes pour une histoire résolument comparatiste de la Grande Guerre.

 

- Jay Winter, Entre deuil et mémoire. La Grande Guerre dans l'histoire culturelle de l'Europe (Armand Colin), par Jonathan Ayache.

Un ouvrage dont l’ambition est de revisiter l’histoire culturelle de la Guerre de 14 dans une perspective transnationale à travers la thématique du deuil.

 

- Yaël Dagan, La NRF entre guerre et paix (Tallandier), par François Quinton.

Une étude précieuse qui interroge l’attitude des intellectuels face à la guerre.

 

- François Bouloc, Les profiteurs de guerre (Complexe), par Pierre Chancerel.

 Une approche novatrice, sous l'angle de l'histoire culturelle, d'un sujet dont le choix n'est pas innocent.

 

- Vincent Chambarlhac et Romain Ducoulombier (dir.), Les socialistes français et la Grande Guerre. Ministres, militants, combattants de la majorité 1914-1918 (Éditions universitaires de Dijon), par Emmanuel Jousse.

Un livre qui invite à ouvrir de nouveaux chantiers sur un sujet mal connu.

 

- Frédéric Guelton et Gilles Krugler, 1918, L'étrange victoire (Textuel), par Jonathan Ayache.

Un recueil d’archives de la Grande Guerre proposant une immersion dans les derniers mois de la guerre, mais qui s’avère finalement superficiel et peu rigoureux. 

 

- Laurent Véray, La Grande Guerre au cinéma. De la gloire à la mémoire (Ramsay), par Nicolas Guérin.

Dans un bel ouvrage illustré, Laurent Véray interroge les changements de perception de la Grande Guerre au cinéma.

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr