Suivez-nous

FacebookRSS

Economie

Le capitalisme peut-il survivre?

Couverture ouvrage

Joseph Alos Schumpeter
Payot , 272 pages

Entre prédiction et prévision : la fin du capitalisme en question
[mercredi 07 septembre 2011]


Une réédition partielle d’un classique sur une question centrale en économie : le capitalisme est-il un mode de production capable d’échapper à l’histoire ?

Avec la crise de 2008, les éditeurs ont pris le parti de mettre sur le devant de la scène divers ouvrages analysant le système capitaliste en profondeur. Aux analyses nouvelles, telles celles d’Artus  , du Cercle des Economistes  , de Durand  , de Jorion  , de Joshua  , de Lordon  , de Révol   ou de Stiglitz  , se mêlent les analyses des auteurs classiques. Fernand Braudel   ainsi que de nombreux ouvrages ou commentaires de Karl Marx ont été édités ou réédités  depuis 2008. C’est désormais au tour de Joseph Aloïs Schumpeter de retrouver les étals des magasins.

Economiste autrichien d’origine morave, Schumpeter (1883-1950) a connu les nombreux bouleversements économiques du début du XXe siècle, à la fois comme acteur   et comme commentateur  . Son contact constant avec le monde des affaires lui permit d’en connaître tous les hauts et les bas : expansion économique avant la Première Guerre mondiale, difficultés de la reconstruction germanique et inflation forte de 1921 à 1923, croissance des années 1924 à 1929, crise économique de 1929 qui laisse des traces jusqu’au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Dans le même temps, son contact avec le monde universitaire lui permit de développer une pensée originale et nourrie des auteurs classiques, comme en témoigne son énorme  Histoire de l’analyse économique. Son œuvre conclusive, Capitalisme, socialisme et démocratie, était un témoignage de cette pensée. Payot a pris le parti de n’en publier qu’un chapitre, le deuxième : Le Capitalisme peut-il survivre ?


Une réédition signe des temps

On comprendra aisément le choix de Payot. Tandis que Capitalisme, socialisme et démocratie souffre d’un titre désormais peu accrocheur, Le Capitalisme peut-il survivre ? interroge directement le lecteur. Et dès le prologue, c’est bien à une profonde investigation scientifique qu’appelle Schumpeter : "Le capitalisme peut-il survivre? Non, je ne crois pas qu'il le puisse. Mais cette opinion personnelle, comme celle de tout autre économiste ayant exprimé un avis sur la question, est en soi complètement dépourvue d'intérêt. Dans toute tentative de pronostic social, ce qui compte n'est pas le Oui ou le Non résumant les faits et arguments ayant conduit à cette conclusion, mais bien ces faits et arguments eux-mêmes, lesquels contiennent tous les éléments scientifiques intégrés dans le résultat final. Tout le reste ne ressortit plus à la science, mais à la prophétie" .

De plus, Payot a retranché de l’ouvrage ce qui lui donnait une perspective dans la pensée de Schumpeter au courant de la Seconde Guerre mondiale : en questionnant le capitalisme, Schumpeter revenait sur la théorie marxiste de la fin du capitalisme   et sur les accomplissements économiques et politiques de l’URSS  . La doctrine marxiste ayant perdu nombre de défenseurs audibles, et l’URSS ayant chu depuis, on comprend ainsi le choix de Payot, même si Schumpeter annonçait dans la Préface à la Première édition de 1942 que son ouvrage présente "essentiellement […] une série d'études analytiques presque autonomes, bien que non indépendantes". Diverses traces de ces interdépendances apparaissent en cours de lecture et renverront le lecteur curieux vers l’ouvrage complet  .


Un art de la discussion

Payot a-t-il alors fait un mauvais choix en proposant une telle réédition ? On ne saurait en réalité reprocher à un éditeur de rendre à nouveau accessible un ouvrage considéré comme un classique en économie et qui en mérite le titre. En effet, Le Capitalisme peut-il survivre ? comporte tous les éléments qui font le style et le propos de Schumpeter.

Côté style, l’ouvrage est ouvertement présenté comme une discussion, Schumpeter faisant œuvre de pédagogue en rappelant constamment quelle question il étudie et quelles hypothèses il écarte. Son développement est également émaillé de nombreuses remarques méthodologiques qui permettront tant au néophyte qu’à l’économiste expérimenté de retrouver une argumentation rigoureuse sans être mathématisée.

Côté propos, le chapitre 2 de Capitalisme, socialisme et démocratie concentre l’ensemble des thèses qui ont fait la renommée de Schumpeter : définition du capitalisme comme système d’évolution économique caractérisé par des cycles économiques, rôle moteur de l’innovation et de l’entrepreneur dans ces cycles économiques, rôle central d’une concurrence imparfaite dans la réussite à long terme du capitalisme  , risque de disparition des activités des entrepreneurs par automatisation du progrès technique. On y trouve également de nombreux développements annexes aux dimensions plus sociologiques, telles une "sociologie de l’intellectuel" ou une analyse des conditions politiques au développement du capitalisme. L’érudition de Schumpeter, ancien collaborateur de Max Weber, apparaît ainsi dans ces pages riches en questionnements.

Ce sont ces diverses thèses qui forment ensemble la réponse à la question liminaire. Etant donné que le capitalisme est un système économique fondé sur l’introduction d’innovations  , que ces innovations permettent aux entreprises d’obtenir des situations de monopole temporaire favorisant leur agrandissement tout en conduisant à la faillite des entreprises non innovantes  , et que les entrepreneurs ont plus de facilités à réaliser des innovations et à échapper à la routine lorsque la classe bourgeoise n’est pas maître du domaine politique  , alors le processus capitaliste a tendance de lui-même à donner du pouvoir à la classe bourgeoise   et à saper ses propres conditions de fonctionnement. Tout en reconnaissant que "les différents éléments constituants de la tendance que nous venons d’essayer de décrire […] ne se sont, jusqu’à ce jour, complètement dégagés nulle part"  , Schumpeter propose ainsi une argumentation conséquente permettant de répondre scientifiquement "non" à la possibilité de survie du capitalisme.

Le lecteur curieux a ainsi tout intérêt à se plonger dans Le Capitalisme peut-il survivre ?. Sans verser dans les prédictions hasardeuses, analyse du capitalisme et analyse des théories de la fin du capitalisme se mêlent dans ce livre riche en enseignements.

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr