Suivez-nous

FacebookRSS

Barthes ou le désir des textes
[vendredi 27 fvrier 2009]

L'hiver 2009 voit fleurir une belle actualité barthésienne. De nombreuses rééditions, commentaires ou inédits paraissent ces temps-ci. Trois textes sont réédités chez Christian Bourgois : le Colloque de Cerisy, Prétexte : Roland Barthes, de 1977 dirigé par Antoine Compagnon, L'Écriture même : à propos de Roland Barthes de Susan Sontag et Roland Barthes, Vers le Neutre, de Bernard Comment ; Questions, un ouvrage étonnant, paraît aux éditions Manucius : il recense les 1.920 questions posées par Barthes dans ses écrits entre 1942 et 1980 ; sortent enfin les ouvrages Empreintes de Roland Barthes, dirigé par Daniel Bougnoux (éditions INA), et Pourquoi j’aime Barthes, d’Alain Robbe-Grillet (Christian Bourgois), sur lequel nous nous attardons. Ce recueil apparaît comme une bonne introduction à l'œuvre du sémiologue grâce au regard subtil que Robbe-Grillet porte sur le travail de son ami.

Mais ce sont les deux publications posthumes de Barthes (1915-1980) qui ont le plus attiré l'attention : le Journal de deuil (Seuil/IMEC) et les Carnets du voyage en Chine (Christian Bourgois/IMEC), qui s'avèrent, après trois semaine de vente, être de francs succès de librairie. Ces deux inédits mettent au jour l'intimité d'une figure intellectuelle majeure. Cela pose, comme pour toute publication posthume, des questions éthiques, historiques et littéraires parfois indécidables, mais toujours passionnantes.

Nonfiction revient sur cette effervescence éditoriale et invite par un entretien à prendre un peu de recul vis-à-vis de cette agitation. Thomas Clerc a édité les cours de Barthes sur le Neutre (Seuil, 2002), ouvrage précieux pour comprendre non seulement les deux inédits, mais l'ensemble de ses écrits. Il revient avec un regard littéraire - professeur de littérature, il est écrivain lui-même - sur l'œuvre de Barthes, et sur l'écho qu'elle trouve avec notre temps. Si dans ce dossier, les perspectives sur les textes personels de Barthes divergent parfois, c'est parce qu'une œuvre vivace suscite des réactions contrastées, et que le "désir du texte" que fait passer Barthes résonne avec l'émotion de chacun.

 

Au sommaire de ce dossier :

- Roland Barthes, Journal de deuil (Seuil/IMEC), par Pierre Eugène.

Les notes inédites de Roland Barthes après la mort de sa mère laissent dans un espace hésitant entre détachement et psychologisme.

- Roland Barthes, Carnets du voyage en Chine (Christian Bourgois/IMEC), par Camille Renard.

L’édition posthume des notes d'un Barthes plongé au cœur de la Chine maoïste livre les prémisses de la notion de Neutre, aux confins du littéraire et du politique.

- Alain Robbe-Grillet, Pourquoi j'aime Barthes (Christian Bourgois), par Camille Renard.

Cet hommage sous forme de quatre courts textes éclaire aussi bien l’œuvre de Roland Barthes que celle d'Alain Robbe-Grillet.

- "Entre deuil et voyage : l'(in)actualité de Barthes", interview de Thomas Clerc par Camille Renard.

 

À lire également sur nonfiction.fr :

- Centre Roland Barthes, Vivre le sens (Seuil), par Pierre Eugène.

Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo
A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr