Suivez-nous

FacebookRSS

Société

Le vertige des faits alternatifs

Couverture ouvrage

Arnaud Esquerre
Textuel , 160 pages

L’ère de la post-vérité
[mercredi 31 octobre 2018]


Les mensonges les plus grossiers prolifèrent désormais en politique…

Comment expliquer la place qu’ont prise en politique les fausses nouvelles et les mensonges grossiers dans la période récente, si on ne se satisfait pas d’une explication qui tienne à la seule personnalité de Donald Trump ? Arnaud Esquerre nous apporte dans cet ouvrage des éléments de réponse. Sociologue, il a consacré une partie de ses travaux ces dernières années à enquêter sur la manipulation mentale dans les sectes, les personnes consultant des astrologues ou encore les récits de personnes convaincues d’avoir rencontré des extraterrestres. Il s’intéresse aux croyances qui semblent a priori irrationnelles en privilégiant une méthode qui fait la part belle aux interactions sociales et aux rapports de force, plutôt qu’aux bonnes ou mauvaises raisons de croire que pourrait avoir tel ou tel individu, quitte à prendre en compte des éléments de contexte, qui est l'approche que privilégierait par exemple Gérald Bronner.

Il est interrogé par Régis Meyran, lui-même anthropologue, éditeur et journaliste, qui a consacré l’essentiel de ses propres travaux à l’idée d’identité culturelle et à son instrumentalisation. Leur échange, qui prend la forme d’une conversation (comme le veut la collection « Conversations pour demain » dans laquelle paraît cet ouvrage), consiste dans une exploration des enjeux de cette situation, qui aurait toutefois sans doute gagné à adopter une présentation plus systématique, à moins qu’il ne soit encore trop tôt pour cela 

 

Trois raisons président à l’entrée dans l’ère de la post-vérité

La première partie du livre s’attache à rechercher les raisons qui expliquent cette situation. Les transformations de la sphère médiatique et la diffusion massive d’informations non vérifiées sur le web et les réseaux sociaux viennent immédiatement à l’esprit. Pour autant, Arnaud Esquerre souligne, de manière quelque peu inattendue, que la nouveauté réside surtout dans la facilité que procurent le web et les réseaux sociaux de vérifier l’information : « Car la nouveauté n’est pas qu’un gouvernement proclamerait des faits qui n’ont pas existé, ou qui n’existent pas dans la proportion qu’il affirme, mais elle réside dans les moyens de vérification et d’enquête qui se sont accrus, et qui sont accessibles, plus facilement distribués auprès de chacun. » . Le contrôle de l’opinion, même si celui-ci n’est jamais total, ne peut plus s’exercer de la même manière . Ces transformations et celles qui seront décrites à la suite ouvrent alors d’autres possibilités à ceux qui visent l’obtention du pouvoir ou sa conservation, comme celle de s’adresser directement au plus grand nombre.

Un autre changement à prendre en considération pour expliquer la multiplication des fake news et alternative facts concerne la place de l’universel. Sa remise en cause au profit du relativisme nous laisse largement démunis au plan scientifique, car si les deux modèles ou types de récits coexistent, « nous ne savons pas résoudre l’opposition entre l’universel comme propriété biologique de l’être humain, et le particulier comme expression sociale différenciée dans le temps et dans l’espace et propre à certains groupes humains, ou à chaque humain. » . Elle a également des incidences politiques, économiques, voire religieuses (comme on peut le voir dans le dialogue inter-religieux). « Ces modèles relativistes ont […] aussi une portée politique, ou peuvent répondre à des revendications politiques. Ils sont apparus pour contester le modèle universel comme principe de domination politique, issu principalement de l’Europe et lié à son entreprise de colonisation. Mais ils engagent en retour une autre conception du politique qui, le plus souvent, tend à façonner une communauté comme une totalité close… » . Ils peuvent également avoir une portée économique lorsqu’ils permettent de valoriser un patrimoine, c’est-à-dire « de faire du commerce en exploitant le passé », comme L. Boltanski et A. Esquerre l’ont montré dans un ouvrage récent . Quoi qu’il en soit, si on pense que la vérité a du sens, il faut encore se demander comment elle s’impose concrètement, autrement dit comment on en vient à tenir quelque chose pour vrai. Cela suppose d'accepter d’envisager dans l’analyse les rapports de force qui peuvent exister à un moment donné en fonction du contexte. Peut-être conviendrait-il de prendre également en compte la complexité des sujets, qui rend parfois extrêmement difficile de se faire un avis sur les conséquences probables d’une mesure, dans des domaines où les experts seront régulièrement en désaccord.

Le troisième élément expliquant la multiplication des fake news et des alternative facts est la montée du populisme qu’Arnaud Esquerre identifie, plutôt qu’à une prévalence des affects toujours très difficile à évaluer scientifiquement, au développement de discours politiques constitués de « propositions de changement du monde déliées des contraintes posées par l’expertise, et qui visent à faire adhérer le plus grand nombre de personnes en vue de remporter les élections » .

 

Mais quelle fonction remplissent ces énoncés mensongers ?

La seconde partie s’intéresse à la logique propre aux faits alternatifs en examinant ceux-ci au regard de ce que la sociologie nous apprend concernant les rumeurs, les manipulations et autres complots. L’étude des rumeurs montre l’importance de suivre la circulation des énoncés en fonction des personnes qui les prononcent et de leurs positions sociales relatives, d’examiner les moyens mis en œuvre pour les faire circuler ou en limiter la circulation, et également de prendre en compte les rapports de force qui président à ces opérations . Il convient également de s’intéresser aux outils qui peuvent être utilisés pour exercer une action sur certains mots et certaines catégories de pensée, comme Victor Klemperer a pu le faire pour le IIIe Reich. Comme de repérer les schèmes ou les figures de la rhétorique de la manipulation et du complot, qui nous ramènent pour certains au moment de la Révolution Française. Mais si l’on veut avoir une chance d’expliquer pourquoi autant de gens peuvent croire à de pareils mensonges, il faut avant tout admettre qu’ « un être humain n’est pas un bloc cohérent et stable guidé par la raison […] son intériorité est un magma, avec plus ou moins de cohérence, plus ou moins de contradictions, elle évolue en fonction des interactions avec d’autres êtres humains, elle est instable » .

C’est aussi la raison pour laquelle mieux vaut s’interroger sur la fonction que remplit l’énoncé d’un fait alternatif, plutôt que de se demander pourquoi des personnes y croient ou non. Avant tout, il faut comprendre que les faits alternatifs s’inscrivent dans un mode d’interactions qui est celui de la polémique, où « Ce qui compte, c’est de fédérer un ensemble de personnes par la position qu’on défend » , ici en vue de conquérir ou de conserver le pouvoir. C’est un modèle qui s’oppose radicalement à celui de la discussion libre à laquelle chacun prend part, depuis des positions égales, et au cours de laquelle chacun peut être amené à modifier sa position pour se diriger vers une position vraie . Certes, ce modèle idéal – que l’opposition au totalitarisme avait contribué à conforter – n’existe, en pratique, dans aucun Etat se présentant comme démocratique, mais ce que nous expérimentons ici, avance alors Arnaud Esquerre pour finir, c’est à quel point l’écart entre cette idée et la pratique reste important, et quel rôle jouent dans l’espace public les affrontements avec des rapports de pouvoir . Il resterait à en tirer les leçons pour définir les moyens qui pourraient être mis en œuvre pour lutter contre ce fléau, le mensonge en politique, qui prend aujourd’hui ces formes nouvelles et virulentes.

Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

5 commentaires

Avatar

François Carmignola

31/10/18 20:54
Ce qui est décrit ici est ambigu pour le moins, car assumable par les deux bords. Et oui.
D'abord l'expression "fake news" est utilisée par Donald Trump lui même pour caractériser des informations portant sur lui même et ses proches et activées pour toutes les raisons déplorées ici par le bord politique dit "démocrate" et qui s'active actuellement à l'affaiblir par tous les moyens possibles.

L'affaire Kavanaugh par exemple est particulièrement révoltante pour tout adepte ordinaire de la non accusation sans preuves de non délits. "Fake news" ou expression sans limite de la violation haineuse du bon sens ?

Le déni forcené et haineux de la gauche brésilienne de ses turpitudes a conduit à ce qui s'est passé dimanche.

L'accumulation de "fake news" qui permet au pouvoir Venezuelien de se maintenir est un autre exemple de la perversion de la notion de vérité. Tout comme d'ailleurs, mais c'était avant, les monstrueux mensonges qu'ont constitué les communismes au pouvoir pendant toute la plus grande partie du XXème siècle...

Ne pourrait on pas plutôt dire qu'un basculement s'est produit, et que la démagogie triomphante de l'autre bord a gagné et veut maintenant se venger?

Avatar

PHILIPPE GRANAROLO

05/11/18 15:43
J'ai consacré mon dernier Café Philo au thème "Fake News et post-vérité". Mon exposé et les débats qui ont suivi constituent un complément intéressant au compte rendu de l'ouvrage d'Arnaud Esquerre. On peut visionner la vidéo de cette soirée sur YouTube à l'adresse suivante :
https://www.youtube.com/watch?v=XWA5430pruQ
Avatar

Olivier MONTULET

05/11/18 16:47
Il est impossible de définir ce qu'est une fake news. Pour moi, la fake news est, ça semble une évidence, toute information qui dérange le pouvoir dont la presse mainstream. Dénoncer les fake news ou vouloir luter contre est un exercice de censure pure liberticide et antidémocratique. Les idées ce combattent par les idées, la démocratie c'est le débat, rien que le débat.
La question devrait=être pourquoi le public (les citoyens) défient=il l'information officielle (du pouvoir) et celle des médiats mainstream en cherchant des informations alternatives et pourquoi souvent ces information leur semblent plus crédible. Mais cette remise en question les 'biens pensants" ne peuvent l'envisager comme il ne peuvent se remettre en cause lorsque les citoyens les défient lors des élections et autres referendum.
De toute manière une information est toujours subjective et factuelle. Le vrai, au surplus définitif, n'existe pas.
Mais le pouvoir et les médiats à sa solde préfèrent étouffer le débat que" d'y participer à arme égale en toute démocratie.
Les médiats mainstream son eux bien trop orgueilleux et suffisants pour ne pas considérer (à l'instar des dominants) le peuple avec mépris qu'il juge incapable de comprendre le réel (qui lui même est définitivement relatif).
Le 4ème pouvoir est bien un organe de pouvoir et non comme il le prétend un organe de démocratie.
Avatar

Anonyme

05/11/18 16:48
Cf. F. Sauvageau, S. Thibault, P. Trudel, Les faqusses nouvelles, presses de l'univ de Laval,
Canada
Avatar

Pedro de Souza

08/11/18 07:11
Pour M Carmignola ci desssu ce serait donc : "Le déni forcené et haineux de la gauche brésilienne de ses turpitudes a conduit à ce qui s'est passé dimanche." e l'invite à ce renseigner un peu mieux: ce n'est pas la gauche qui a fraudé les élections moyennant la diffusion de milliions de fausse nouvelles comme le "gay kit" mais bine l'eextrème droite alliée aux églises évangéliques, et à une partie du patronnat brésilien radical neolibéral brésilien. La question n'est pas close car tout financement de la campagne devrait être public. On attend les conclusions de la justice électorale. Par ailleurs l'election de cet incapable a commnecé il y a deux ans avec la destitutioin de Dilma Rousseff para la droite de F H Cardoso, et continue avec l'entronisation illégale de Moro comme Minstre. Selon la Constitution aucun juge ne peut avoir autre activité sauf celle de l'enseignement. Je'en susi désolé mais il faut vérifier ces sources M Carmignola avnt d'écrire des imprésssions passagères.

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr