Psychologie

Le crépuscule d'une idole

Couverture ouvrage

Michel Onfray
Grasset , 624 pages

La méthode selon Nietzsche ou selon Onfray ?
[jeudi 01 juillet 2010]



Tous les ans, j’écoute avec intérêt les cours de Michel Onfray donnés à Caen. L’an dernier, il a travaillé Nietzsche, entre autres, n’hésitant pas à faire des interprétations psychanalytiques du philosophe, avec quelques approximations cliniques dues au fait que Michel Onfray est un philosophe et non un psychanalyste, et que la psychanalyse n’est pas seulement une affaire de lectures.
Il avait annoncé qu’il travaillerait Freud cette année et, malgré mes réserves dues à sa connaissance seulement livresque de la psychanalyse, j’espèrais néanmoins d’intéressantes recherches sur le psychanalyste Freud selon la méthode nietzschéenne qu’il dit suivre : confronter la biographie et l’œuvre pour voir ce qui s’en dégage, le tout sans a priori. Or, force est de constater le contraire : Michel Onfray cherche dans les textes freudiens (écrits, correspondance…) de quoi étayer des thèses préexistantes à son travail sur Freud, dont : Freud est un philosophe, Freud a quasiment tout pris à Nietzsche (qui était de 11 ans son aîné) et la psychanalyse n’est valable que pour Freud et lui seul. Cela s’articule avec un paralogisme (ou sophisme) assez simple : Freud est un philosophe, toute philosophie ne parle que de son auteur, la psychanalyse n’est donc valable que pour Freud et pour lui seul.
En arriver à cette conclusion   se fait au prix de l’omission du fait élémentaire que la psychanalyse n’est pas une philosophie, mais une pratique clinique exercée en milieu hospitalier dans les services de médecine somatique, dans les services de psychiatrie adulte et infantile, dans le cadre scolaire avec des psychologues scolaires, dans le cadre du travail  , dans le cadre de l’urgence sociale, en cabinet etc.

A côté de cette affirmation utile à Onfray voulant que Freud soit un philosophe et la psychanalyse la philosophie du philosophe Freud, il n’hésite pas à rappeler que Freud était aussi un clinicien, avec pour seul but de rappeler qu’il a élaboré certaines de ses théories cliniques avec moins de patients qu’il ne l’a dit, et qu’il a écrit bien des choses absurdes… Certes, à la télévision, les exemples de Michel Onfray sont étonnants quand il parle d’anatomie féminine   à propos de ce que Freud a écrit. D’autant plus qu’il présente les propositions théoriques freudiennes comme une vérité immuable alors qu’elles sont en constante évolution selon ce que la clinique enseigne.
Le philosophe énumère ainsi, hors contexte, les tâtonnements (erreurs) de Freud pour le discréditer, ce qui n’aurait pas plus de sens que de dire que les médecins sont des charlatans parce qu’ils ont soigné en pratiquant des saignées, ou en masturbant leurs patientes pour tenter de les guérir d’un mystérieux mal psychique  .
Alors oui, Freud a émis des hypothèses qui ne sont pas toutes justes, certaines continuent d’être élaborées, d’autres sont plutôt laissées de côté. Mais il ne faut pas confondre un système de pensée philosophique et une tentative plus ou moins tâtonnante de théoriser cliniquement le fonctionnement psychique.
Il rappelle aussi la volonté de Freud de faire de la psychanalyse une pratique clinique appartenant à un groupe dont il aurait les clefs. Tout ceci n’a pas forcément disparu des mouvements de psychanalystes, où la communication a vite fait d’être verticale et descendante, et non horizontale, ou faussement horizontale avec un comité de lecture qui sélectionne ce qui sera transmis, etc.
Sur ce sujet, l’anthropologue Samuel Lézé a publié, quelques jours avant la sortie du livre de Michel Onfray, L’autorité des psychanalystes (PUF), un livre qui ne fait pas suite à 6 mois de lectures dans un bureau normand ou parisien, mais à des années de travail de terrain auprès des psychanalystes. Citons également Anne Millet et son livre Psychanalystes, qu'avons-nous fait de la psychanalyse ? (Seuil) qui pose, de l’intérieur, des questions que Michel Onfray effleure seulement de l’extérieur.

Ainsi, ce qui m’a le plus gêné dès le début de la lecture de ce livre, car cela nuit considérablement à la démarche de Michel Onfray, c’est une méthodologie de travail fort peu rigoureuse, avec la volonté de faire dire à Freud ce que Michel Onfray a besoin qu’il dise. On ne peut que s’interroger quand il se vante dans les médias d’avoir lu tout Freud et 20 pages de bibliographie en 6 mois, c’est-à-dire en bien moins de temps qu’il n’en faut pour travailler sérieusement, dans le cadre d’un doctorat de psychologie ou de psychanalyse qui dure au minimum 3 ans, seulement un concept clinique et sa mise en perspective. Et si cette absence de rigueur méthodologique apparaît dès le projet de ce livre, avec quelques thèses déjà édictées avant même sa lecture complète de l’œuvre de Freud, on la retrouve ensuite dans le livre lui-même. Cela se fait par des affirmations péremptoires qu’il présente comme des vérités et qu’il tente de soutenir par le détournement, parfois grossier, des textes biographiques et autobiographiques, à la manière de Procuste, pour leur faire dire ce qu’ils ne disent pas.

Le détournement des textes originaux

Le premier exemple est le fait que Michel Onfray, non germaniste, a lu Freud dans sa traduction française et non en allemand. Chacun sait qu’il faut travailler la pensée d’un auteur, y compris sa correspondance et ses textes autobiographiques, dans la langue d’origine. Cela ne constitue pas une règle méthodologique pour Michel Onfray qui travaille depuis des années les philosophes étrangers à partir de différentes traductions. Reste aux philosophes de dire ce qu’il en est de sa Contre-Histoire de la Philosophie. Pour Freud, cela ne le gêne pas plus que ça. Cela mène à la situation absurde de "l’attention flottante" dont il a largement parlé dans les médias, donnant une définition qui ne correspond pas à ce qui est enseignée dans le cadre des études de psychologie, de psychanalyse, de psychiatrie ou pédo-psychiatrie, et bien évidemment pratiquée par les psychanalystes  .

Le second élément est la grossière manipulation du matériel biographique et autobiographique de Freud. Prenons deux exemples tirés du début du livre, sachant qu’on pourrait continuer cette liste tout au long de ce livre. 
Page 53, il cite des extraits de lettres de Freud qui dit qu’il n’a pas lu Nietzsche. Comme cela s’oppose à la thèse que le philosophe veut démontrer (Freud a tout pris, ou presque, à Nietzsche), il écrit tout simplement que c’est du déni. C’est rapide et expéditif. C’est du même niveau que ces interprétations sauvages que font certains psys, du genre : "le fumeur brûle sa mère ou la fait revivre" quand il fume une cigarette   ou parfois des interprétations cliniques faites sur Nietzsche l’an dernier à Caen.
Suivent huit pages durant lesquelles il cite des lettres, des extraits de conférences sur Nietzsche données par des psychanalystes proches de Freud, pour en arriver à la citation qu’il fait d’Häutler : "sans connaître la théorie de Freud, Nietzsche en a senti [sic] et anticipé beaucoup de choses : par exemple, la valeur de l’oubli, de la faculté d’oublier, sa conception de la maladie comme sensibilité excessive à l’égard de la vie etc.". Et là, Michel Onfray commente : "oublions le "etc." et mesurons la forfaiture : Freud précurseur de Nietzsche ! Car en dépit des dates, et par un effet de retournement spectaculaire, Freud se retrouve précurseur de Nietzsche !"  .
Il n’est pas nécessaire d’être très instruit pour comprendre qu’il n’est pas du tout question de cela. Häutler n’écrit pas que Freud est précurseur de Nietzsche, mais seulement que "sans connaître la théorie de Freud", puisque comme le souligne Michel Onfray l’oeuvre de Nietzsche est antérieure à celle de Freud  , "Nietzsche en a senti [sic] et anticipé beaucoup de choses". C’est-à-dire que Nietzsche a eu l’intuition de choses que Freud a lui aussi découvertes et, contrairement à Nietzsche, a développées.

Second exemple. Page 84, il cite une lettre de Freud à Fliess datant du tout début de sa carrière : "je ne suis absolument pas un homme de science, un observateur, un expérimentateur, un penseur. Je ne suis rien d’autre qu’un conquistador par tempérament, un aventurier si tu veux bien le traduire ainsi, avec la curiosité, l’audace et la témérité de cette sorte d’homme. On a l’habitude d’estimer ces personnes seulement quand elles ont connu le succès, quand elles ont véritablement découvert quelque chose, mais sinon on les met au rebus. Et cela n’est pas tellement injustifié".
Ici, Freud s’identifie d’abord à un conquistador puis à l’aventurier qu’il définit par "la curiosité, l’audace et la témérité". Quelques lignes plus loin, le philosophe reprend seulement le signifiant "conquistador", cité par Freud mais sans l’avoir défini, laissant de côté celui d’ "aventurier qu’il a défini, et il en donne sa propre définition : "on doit aux conquistadors des génocides, des massacres, des épidémies et des pandémies, des propagations de typhus, variole, syphilis, des destructions de civilisations, des massacres en masse de populations autochtones, le tout pour remplir leur caisse d’un or qu’il imaginaient abondant dans les contrées découvertes par leur soin et dans ce seul but…" (p. 84).
En juxtaposant de la sorte sa propre définition du "conquistador" aux propos de Freud qui ne s’arrête pas sur le "conquistador", Michel Onfray insinue que Freud appartient au type d’hommes qui sont responsables "des génocides, des massacres, des épidémies et des pandémies, des propagations de typhus, variole, syphilis, des destructions de civilisations, des massacres en masse de populations autochtones". Il est à déplorer que Michel Onfray n’hésite pas à condamner la pratique de l’insinuation quand il pense la trouver chez Freud  , et qu’il en fasse le cœur de sa propre argumentation, si on peut hisser cela au niveau d’une argumentation, quand cela lui permet de calomnier Freud sans trop donner l’impression de le faire.

Manipulation des masses populaires

Dans ce registre de la manipulation, l’or auquel il fait référence dans sa définition du "conquistador" précédemment citée, renvoie probablement aux 450 euros qu’il prétend que Freud demandait pour chaque séance de psychanalyse, à raison de 5 séances par semaine, 4 semaines par mois. Et si Michel Onfray a pu choquer l’esprit des téléspectateurs avec cette séance à 450 euros, il s’est bien gardé de dire que selon son calcul, une psychanalyse coûtait 9.000 euros par mois chez Freud, ce qui n’aurait pas du tout choqué les téléspectateurs, mais les aurait fait sourire…

Par ailleurs, en se proposant d’éclairer les masses populaires avec une histoire nietzschéenne de Freud, du freudisme et de la psychanalyse  , il conseille aux personnes en analyse depuis des années de cesser là leur analyse parce que c’est bien la preuve, dit-il, que cela ne marche pas  . Qu’en est-il alors de tous ces antidépresseurs et anxiolytiques prescrits par des médecins généralistes et pris pendant des décennies par des patients qui ne guérissent pas puisqu’ils ne peuvent pas cesser de les prendre sans risquer d’aller très mal, d’être hospitalisés, de faire une tentative de suicide etc ?. Faut-il qu’ils cessent là leurs soins, comme il le préconise pour la psychanalyse !? Ou a-t-il deux poids et deux mesures ?

Ajoutons à cela qu’il passe sans arrêt de Freud en particulier aux psychanalystes en général, de la psychanalyse pratiquée par Freud à celle d’aujourd’hui. Sa juxtaposition de plusieurs discours est constante, comme avec le tarif des séances où il parle des 450 euros par séance chez Freud (9.000 euros par mois) et du tarif très élevé des psychanalystes à notre époque. Certes, certains psychanalystes (de très grandes villes françaises) abusent en prenant 150 euros ou bien plus pour une séance "lacanienne" d’à peine 10 minutes, mais la très grande majorité des psychanalystes ont une activité clinique salariée et ils reçoivent donc gratuitement dans les hôpitaux, les écoles, des lieux d’urgence sociale, dans le cadre du travail, dans les PMI etc. Certains ont en plus une activité en cabinet et ils reçoivent des patients durant 30 à 50 minutes pour un tarif de séances souvent compris entre 20 et 60 euros. Sans compter tous ceux qui reçoivent pour le prix d’un paquet de cigarette des allocataires de minima sociaux… 
La réalité est bien éloignée de ce qu’imagine Michel Onfray qui dit s’attaquer au portefeuille des psychanalystes qu’il pense très épais et passant à côté du fisc  , pour expliquer la virulente réponse des psychanalystes, alors qu’il s’agit de bien autre chose. Mais qu’en est-il de son propre portefeuille, à Michel Onfray, avec près de 150.000 exemplaires vendus de son livre (soit environ 3.300.000 euros de vente) en moins de deux mois, pour un livre dont l’absence de rigueur méthodologique laisse sans voix, tout comme l’approximation historique   ?

Freud : philosophe, pas clinicien…

On pourrait continuer tout au long de ce livre et d’émissions de télévisions cette liste des manipulations des textes freudiens cités pour leur faire dire ce qu’ils ne disent pas, ou la liste des approximations ou contresens cliniques qu’il fait. Laissons plutôt cela au lecteur courageux et avançons dans l’histoire de ce livre.  
Tout commence avec cette première thèse : "Freud est un philosophe, comme Platon, Descartes ou Rousseau"  . C’est son professeur de lycée qui, il y a plus de 25 ans, aurait déclaré cela en classe de terminale. Soutenir cette affirmation implique d’oublier que la psychanalyse est une pratique clinique d’abord enseignée en faculté de psychologie, de psychanalyse, de médecine et à l’hôpital pour les psychiatres et pédo-psychiatres, et ensuite, de façon périphérique et sans perspective clinique dans quelques départements de philosophie.
Ensuite, il reproche à "la glose et à l’entreglose universitaire" de produire des cartes postales sur la psychanalyse, c’est-à-dire des clichés qui servent à propager de fausses idées à coups de formules péremptoires. Il nous en donne une liste et nous propose ensuite sa propre liste de contre cartes postales sur la psychanalyse, c’est-à-dire ses propres clichés qui servent à propager de fausses idées à coups de formules péremptoires qu’il assène comme des vérités. On les retrouve en quatrième de couverture et il les cite dans les médias car cela est probablement plus accrocheur.

Michel Onfray prétend donc dénoncer une "hallucination collective"   avec Freud et la psychanalyse, mais il fait cela à coups de manipulations des textes et d’insinuations qui ressemblent à une manipulation collective, tout ceci étant bien loin de la proposition nietzschéenne qu’il met en avant.
Que faire face à un philosophe qui ferme les yeux sur la rigueur méthodologique pour soutenir des convictions personnelles ? Peut-être citer Humain, trop humain de Nietzsche que Michel Onfray a lui-même mis en exergue sur son blog, et qui dit : "Les convictions sont des ennemies de la vérité plus dangereuses que les mensonges".

Michel Onfray : pour ou contre la psychanalyse ?

Finalement, derrière tout cela, on ne peut qu’être attentif à l’ambivalence du philosophe. Malgré ce livre contre la psychanalyse freudienne qu’il réduit à une philosophie de Freud valable pour Freud et lui seul, fermant ainsi les yeux sur la réalité clinique de la psychanalyse dans le secteur du soin, du travail, de l’enfance etc., il écrit que la lecture de Freud l’a considérablement soutenu durant son adolescence  . Il affirme aussi que notre société a besoin d’une psychanalyse sartrienne et freudo-marxiste à la place de cette psychanalyse qu’il estime (sur quelles bases ?) trop éloignée des réalités sociales  . Mais l’apothéose est quand il dit souhaiter que son livre participe à la refondation de la psychanalyse…  .

 

Dossier à lire sur nonfiction.fr : "Freud et Onfray, le crépuscule d'un débat".

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

26 commentaires

Avatar

helena

02/07/10 12:18
Bonjour et merci !
Je n'arrivais plus trop à suivre cette polémique, je commençais à me perdre, et avec Mr André Green dans Le Monde je crois, et encore vous aujourd'hui, j'arrive à retrouver ma pensée et ce à quoi je crois au fond de moi.
Merci infiniment d'avoir écris ce texte.
Avatar

Pandami

02/07/10 12:45
Michel Onfray a commencé à lire Freud en 1973 et l'a enseigné pendant 20 ans, ce qu'il dit dans son ouvrage. Il ne l'a donc pas lu en 6 mois. D'autre part, et en regard de la relation qui a pu être la sienne avec l'oeuvre de Freud (découverte, admiration), son souci aura surtout été de démystifier l'idole Freud et ce indépendamment de sa méthode de psychobiographie nietzschéenne. Il ne prétend pas l'immuabilité des théories freudiennes mais le souci qu'avait Freud de les faire passer pour immuable.

Freud a fait une proposition qu'il a eu pour but toute sa vie de faire passer pour universelle pour des raisons personnelles. Si les méthodes et les pratiques du Bonhomme sont infiniment discutables, ça ne remet pas en cause pour autant la proposition en elle-même. Le fait que la psychanalyse fasse partie aujourd'hui du bagage de la plupart des psychothérapeutes en est la preuve.
Donc personnellement je ne comprends pas bien cette chasse gardée autour de Freud.

J'ajouterais que si Michel Onfray avait eu pour but de faire dire à Freud ce qu'il avait besoin qu'il dise il ne le citerait pas, du moins il me semble.

Pour finir, le crédit parfois aveugle accordé à Freud méritait sans doute qu'une vague de "discrédit" remette peut-être un peu les choses en perspective.

bien à vous.
Avatar

Pandami

02/07/10 13:12
J'étais passé à côté des pages deux et trois. Diable! C'est un combat entre détenteurs de vérités... Mais je ne vois pas vraiment en quoi les "manipulations" d'Onfray seraient moins défendables que la thèse qui prétendrait que Freud était un clinicien rigoureux, d'autant que ce dernier n'a pas hésité à tirer hâtivement des conclusions discutables pour étayer ses propres thèses. Donc finalement ce qui agace chez Onfray n'agace pas chez Freud, quelqu'un a parlé de deux poids deux mesure ?

Ah mais Freud a raison! Pourquoi? Parce que c'est Freud! L'argument est trop court? Freud avait des patients, il a traité des cas, il en a guéri (voir Sergueï Pankejeff) il a tiré des conclusions!
Ça serait faire fi des effets de projection entre thérapeute et patients dont nous parlent tous les psychanalystes invités dans les médias pour défendre Freud...

Enfin bref, je crois que s'il y a une chose de vraie c'est que beaucoup de choses ont été dites et qu'il appartiendra à chacun d'aller voir les textes et de se faire une idée. Pour ma part Freud n'est qu'un point de départ, il est grand pour ça.
Avatar

Bob l'ponge

03/07/10 01:24
Dans le chapitre consacré à Freud et Nietzsche, Onfray se scandalise à lidée quun psychanalyste qui participait aux réunions de la société psychanalytique de Vienne ait pu émettre lhypothèse de lhomosexualité de Nietzsche (p. 62).

Cest dautant plus comique quOnfray lui-même na jamais reculé devant les interprétations les plus extravagantes. Cest bien lui qui à deux mille ans dintervalle diagnostiquait une impuissance sexuelle chez de Paul de Tarse (la fameuse "écharde dans la chair", Traité dathéologie p.178) ). Cest bien lui qui faisait de Kant, un précurseur dEichmann et de Saint Jean lEvangéliste, la source dinspiration dHitler, rien de moins ("Les chambres à gaz peuvent donc sallumer au feu de saint Jean", Traité dathéologie, p. 241). On ne sétonnera donc pas que cet art du raccourci lamène à accuser Freud dêtre coupable de complicité tacite avec le nazisme. Avec Onfray, le point Godwin nest jamais très loin.
Avatar

pandami

03/07/10 12:45
"On ne sétonnera donc pas que cet art du raccourci lamène à accuser Freud dêtre coupable de complicité tacite avec le nazisme. Avec Onfray, le point Godwin nest jamais très loin."

Sauf que si Freud a effectivement travaillé avec l'institut Goering et a dédicacé un texte à Mussolini (texte qui contrairement à ce qu'on raconte n'est pas pacifiste) alors ce n'est plus un raccourci, c'est un fait. Dès lors la question c'est "pourquoi" ?
Onfray fait une proposition qui vaut ce qu'elle vaut, en attendant les contradicteurs ne m'ont pas convaincu.
Avatar

Bob l'ponge

03/07/10 14:41
« Lart du raccourci » pratiqué par Onfray est également un art de raccourcir les têtes. Cest sa spécialité. On peut même dire quil sagit chez lui dune véritable passion. Noublions pas sa fascination pour la "religion du poignard", cest-à-dire le couperet prétendument moral avec lequel, Onfray donne son petit avis sur à peu près tous les sujets et tranche entre ce qui relève du bien et ce qui relève du mal. Le poignard, le marteau Pourquoi pas la matraque tant quon y est ? Aidé de ces outils frappants et contondants et du haut de son inaccessible plateforme morale, il peut ainsi juger rétrospectivement et confortablement les actions des grands hommes dautrefois.

Cest vrai, Freud a conseillé à certains psychanalystes allemands non-juifs de rejoindre lInstitut Goering au lieu de protester énergiquement contre lexclusion des psychanalystes juifs et dinterdire à tout psychanalyste freudien de saffiler à ce nouvel organisme. Cest vrai, il a commis une erreur. Mais il la fait pour sauver la psychanalyse en Allemagne et non pas par on ne sait quelle affinité naturelle avec le fascisme. Encore un typique raccourci onfrayien. Et un autre raccourci consiste à prétendre que Freud aurait "travaillé avec linstitut Goering". Il na eu aucun rapport avec cet organisme qui défendait une « psychologie allemande », une doctrine aryenne proche de celle de Jung, qui fut son président jusquen 1940. Dans le cas de Jung, par contre, on peut parler de compromission ouverte avec le fascisme, dont il fut proche doctrinalement en ces années-là.
Avatar

Pandami

03/07/10 15:09
Vous dites, Bob, que Freud a commis une erreur, je ne le crois pas.

Freud m'apparaît avoir été un homme de son temps, bourgeois, conservateur et farouchement anticommuniste comme beaucoup de ses contemporains en Allemagne et ailleurs qui ont toléré ou adoubé le régime du IIIe Reich parce qu'il représentait un barrage contre les bolcheviques. Dès lors sa connivence avec l'institut Goering, Mussolini ou Dollfüss ne me paraît pas incohérente.
De même je ne suis pas convaincu que Freud ait été un homme particulièrement généreux ou sympathique, ce qui ne lui enlève en rien le mérite d'avoir ouvert des portes dans le domaine de la psychopatologie.

Pour ce qui est d'Onfray et de la moralité, il se revendique souvent dans ses écrits d'une philosophie qui n'est pas moraliste ou qui appelle à dépasser la morale, Nietzsche en particulier, quand a sa propension à se prononcer sur tous les sujets, en tant que philosophe sur quels sujet voudriez vous qu'il se prononce ?


Avatar

ccourouve

03/07/10 18:27
J'ignore si Michel Onfray a lu Freud dans les vieilles traductions Payot, dont l'une parlait des "exigences de la conversation" au lieu de celles de "la conservation de l'espèce" ...

Ayant travaillé Sigmund Freud pour une maitrise de philosophie (Éducation et transmission du savoir dans la pensée psychanalytique) avec le professeur lacanien Pierre Kaufmann, j'avais utilisé la "Standard Edition" (dans la pittoresque petite bibliothèque de l'Institut de Psychologie, rue Serpente).

La méthode Onfray ici est hélas la même que celle du "Traité d'athéologie", et je le déplore vivement en tant qu'athée ; Onfray a des intuitions justes, mais récuser Sade comme athée sous prétexte qu'il aurait été misogyne, c'est un peu gros ; et il semble qu'il n'ait pas lu le dernier essai de Montaigne dans lequel l'auteur des Essais recommande son âme à ... Apollon (pour son excuse, il semble que Comte-Sponville ait commis la même bévue). Sa critique plus politique que philosophie de la croyance religieuse contredit son titre pompeux de "Traité d'athéologie" ; seuls les juristes, et leurs amis, connaissent la différence entre un traité, un manuel, et un mémento, ainsi que la nécessité de se confronter à des "cas pratiques" (expression qui remonte à Rabelais).
Avatar

Bob l'ponge

03/07/10 19:20
Il est clair que Freud nétait pas un révolutionnaire sur le plan politique ni même un progressiste car il ne croyait pas à la religion du progrès. Et après la première guerre mondiale, il fut certainement moins libéral, plus sceptique et plus conservateur quà lépoque où Karl Lueger régnait sur Vienne. Et alors ? Cela fait-il de Freud un fasciste ? Et Onfray, qui touche dénormes droits dauteur est-il si révolutionnaire que ça pour se permettre de juger les autres ? Déguste-t-il ses Château Pétrus en lhonneur du prolétariat ? Ça métonnerait !

Plus sérieusement, une dédicace à Mussolini vaguement extorquée par un collègue psychanalyste (Eduardo Weiss) et dont on ne sait si elle fut ironique ou non, fait-elle pour autant de Freud un fasciste ? Cest aller vite en besogne. A ce titre, les livres offerts à Sarkozy à loccasion de leur débat feraient dOnfray un sarkozyste. Dautre part, chacun sait que la bourgeoise juive de Vienne, à laquelle appartenait Freud, voyait en Mussolini et surtout en Dolfuss un rempart contre lantisémitisme nazi. Dolfuss était préférable à Hitler et lordre au chaos. Dailleurs, un grand nombre de juifs allemands se réfugièrent en Autriche en 1933 car ils avaient estimé (à tort) que Dolfuss les protégerait. Tout le monde na pas la chance dêtre un héros, a fortiori un homme âgé de 77 ans en 1933 et qui souffrait dun cancer. Il est très facile de juger des hommes emportés dans la folie dune époque quand on vit peinard dans un village de Basse-Normandie près de 80 ans après les événements. Mais franchement, qui est ce Onfray, pour jouer au procureur? Au nom de qui et au nom de quoi sérige-t-il en juge ?
Avatar

Pandami

03/07/10 20:10
Freud fasciste ?

C'est amusant car c'est que disait Eric Zemmour dans l'émission de Ruquier, il disait à Onfray "vous faîte de Freud un fasciste" et Onfray lui disait que non, qu'il relevait juste que Freud avait des sympathies pour le fascisme, ce qui n'est pas la même chose.

On peut, bien sûr, ergoter sur la bonne foi des uns et des autres quand à l'usage qu'ils font des mots qu'ils emploient mais je crois qu'Onfray sait très exactement ce qu'il fait quand il utilise un mot et qu'il sera difficile de faire dire autre chose à ses écrits que ce qu'ils disent. Je crois aussi que nos convictions et nos affects nous amènent parfois à faire, volontairement ou pas d'ailleurs, l'impasse sur ce qui est réellement dit ou écrit. Ce qui vaut pour nous vaut pour Onfray bien sûr à un détail près c'est qu'il travaille, beaucoup et tout le temps et que ses propositions sont le fruit de ce travail. Personnellement je me permettrai d'être péremptoire quand à ses thèses sur Freud le jour où j'aurais lu et travaillé l'oeuvre complète, les correspondances et les biographie. En attendant je donne à la proposition le crédit qu'il me semble mériter.
Avatar

Bob l'ponge

04/07/10 00:18
Personnellement, je ne crois pas qu'Onfray a travaillé les textes de Freud. Il a lu ces milliers de pages comme un procureur lit un dossier avec l'intention d'établir un réquisitoire: en cherchant le détail qui tue, de préférence en forçant le trait. Un exemple parmi des dizaines d'autres: dans une lettre à Hélène Deutsch, Freud reconnaît s'être endormi deux fois en séance. Onfray en conclut aussitôt à rebours que la technique de l'écoute flottante a été conçue dans le but de permettre au psychanalyste de s'assoupir. Que voulez-vous répondre à ce genre d'âneries? Et il y en des tonnes du même tonneau.

Celui qui a travaillé les textes de Freud et de Nietzsche, c'est un certain Paul-Laurent Assoun, lequel a consacré un ouvrage à l'étude comparative des deux auteurs. Contrairement à Onfray qui se borne à prétendre que Freud a plagié Nietzsche et ceci sans apporter le début d'une preuve, Assoun a analysé les points de convergence et de divergence des principaux concepts nietzschéens et freudiens (l'instinct chez le premier et la pulsion chez le second, par exemple). Assoun ne prétend pas que l'un a pillé l'autre. Il ne ne fait pas de procès et ne cherche pas de coupable. Il cherche à comprendre en quoi les problématiques des deux auteurs sont différentes.

Onfray n'est pas un psychanalyste, c'est certain. Mais on peu douter qu'il soit un philosophe si l'on en juge par son incapacité à saisir qu'un concept ayant la même dénomination peut revêtir des significations différentes chez des auteurs différents. Prétendre que la notion d'inconscient n'est pas une invention de Freud puisqu'on la retrouve chez de nombreux auteurs qui le précèdent, comme par exemple, chez Edouard von Hartmann, c'est ne pas comprendre que l'inconscient freudien est radicalement différent d'autres représentations de l'inconscient; et notamment parce que celui-ci se manifeste par des hiatus et dans des formes qui sont de nature langagière et qui peuvent être interprétés comme des sortes de rébus. La moindre des choses pour un penseur, c'est d'essayer de comprendre ce qu'un auteur veut dire lorsqu'il avance un concept et en quoi celui-ci se distingue d'autres concepts.
Avatar

Pandami

04/07/10 11:05
Je crois que nous pourrions deviser longtemps sur des points de détails, manifestement nous avons une lecture différente de la proposition d'Onfray. Personnellement pour avoir lu certains de ses ouvrages et avoir écouté l'ensemble de ses conférences à l'UPC, je ne peut pas souscrire à l'analyse que vous faites de son travail. En revanche je suis prêt à reconnaître que la démarche dudit Onfray est parfois cavalière ce qui ne l'empêche d'être pertinent, à mon sens. Je constate au passage que dans votre dernier post vous parlez de Freud comme d'un philosophe.
Avatar

Helena

05/07/10 15:48
Bonjour,

Je vous laisse le lien d'une émission avec Boris Cyrulnik où en 3 mn il explique très bien que le problème est mal posé par M. Onfray =

http://www.france-info.com/chroniques-histoire-d-homme-2010-06-13-cyrulnik-nous-dit-ce-qu-il-en-pense-450081-81-167.html

Extrait de la Chronique (désolée pour l'ortographe mais trop de travail aujourd'hui pour relire)=

Boris Cyrulnik = "Michel Onfray est très sympathique, il a une manière de vivre qui m'est très agréable, il a une maniere de penser qui est tres clair, qui est tres argumenté, un petit peu bagarreuse mais très agréable à lire. Et pourtant je pense que ce n'est pas comme ça que j'ai envie de me poser le problème de Freud et de la psychanalyse. Si je vous dis "l'alphamétyse d'hydrogenase vient de changer le glucose en sucre et ce que vous allez être bouleversé ?
- non absolument pas
BC = et bien voilà. Et si je vous dis freud est un faussaire et la psychanalyse est une escroquerie des patients, est ce que vous allez etre choquée ?
- et bien un peu quand même.
BC = voilà; et bien le problème est là. Si je vous propose une démarche scientifique et bien vous allez dire "et bien on va argumenter et on va voir". Or là av la psychanalyse la démarche est d'emblée passionnelle, c'est à dire qu'il y a des gens qui pensent que la psychanalyse est une vrai révolution, ce qui est défendable, ce qui est vrai et bcp de gens disent j'ai été sauvé ou je me suis épanouie en psychanalyse. A l'inverse, dès le début il y a des gens qui ont dit "pas du tout, c'est une escroquerie, une usurpation et là je pense le problème n'est pas tout a fait posé comme j'aimerais le poser.

Que freud ce soit trompé c'est vrai, il l'a ecrit lui meme, qu'il est arrangé les cas, c'est vrai, la plupart de ses biographes et de nombreux psy explique qu'il s'est arrangé av les cas, il les a arrondis. Ttes les démarches philosophiques et scientifiques font la meme chose. " (...)



Avatar

Pandami

05/07/10 17:35
La proposition de Boris Cyrulnik est dépassionnée et tout à fait défendable, il a d'ailleurs prouvé qu'avec lui un débat était possible. Malheureusement, et il le dit très bien lui-même, la démarche est d'emblée passionnelle ce qui handicape sérieusement la possibilité d'un débat. C'est dommage que sa position n'ait pas été un peu plus relayée. C'est un homme serein. Il a dit aussi dans une émission animée par FOG et en présence de M. Onfray que ce dernier avait une philosophie de boxeur, je trouve cela assez vrai.
Avatar

Bob l'ponge

05/07/10 21:37
A propos de FOG, je me suis amusé à faire la liste des émissions et des articles que Giesbert à accordé à Onfray depuis 2009, histoire dexpliquer une des raisons dun succès éditorial. Jen ai peut-être loupé quelques-unes au passage

Onfray a été reçu dans lémission "Vous aurez le dernier mot" (France 2), le 4 septembre 2009 (avec Finkielkraut), puis rebelote un mois plus tard, le 2 octobre 2009.

Pour le lancement du pavé sur Freud, Giesbert a accueilli Onfray une première fois en solo le 9 avril 2010 puis le 23 avril pour débattre avec des psychanalystes dont Cyrulnik. On notera que France 2 a fait fort, puisque la chaîne publique la également invité le 21 avril au journal de 20h, puis le 22 avril, au journal de 13h sans oublier dans lémission de Ruquier le 8 mai. On peut également considérer que lémission lors de laquelle Giesbert a invité Roudinesco pour lempêcher de parler était également du pain béni pour Onfray.

Ce nest pas tout. Giesbert sest déplacé personnellement deux fois à Argentan (le 22 septembre et le 5 octobre 2009) pour interviewer "le plus grand philosophe français" en ses jardins dans le cadre dune émission vidéo produite par Le Point et intitulée "Vidéofog". A ce stade, ce nest plus de lamour, cest de la rage.

Et noublions pas, bien sûr, les nombreux articles dithyrambiques consacrés par le directeur du Point dans les colonnes de son magazine. On notera, par exemple "Onfray, la sainte et lhomme des bois" (19 mars 2009), "Michel Onfray se lance dans la guerre du goût" (13 août 2009), "Michel Onfray prend lair" (22 octobre 2009).

Et pour allécher le chaland, "Le Point" a, bien sûr, consacré toute sa couverture au livre dOnfray agrémenté du titre "Onfray déboulonne Freud" et les lecteurs de ce magazine ont bénéficié des bonnes feuilles du livre, sans doute les plus croustillantes (pour rester dans la métaphore gastronomique chère à lauteur du "Ventre des philosophes").

Bref, sur base de ces quelques informations partielles, entre septembre 2009 et avril 2010, Giesbert a servi la soupe à son ami Onfray pas moins de dix (10) fois.

Avatar

Pandami

05/07/10 21:51
j'ai toujours éprouvé une antipathie profonde pour FOG, à tort sans doute, il m'a toujours fait l'effet d'être un vautour doublé d'un imbécile. Il faut voir la tête dépitée qu'il faisait quand il s'est rendu compte que ses invités, Onfray et Cyrulnik, ne s'entredéchireraient pas pendant sont émission. Quelle déception pour lui j'en jubile encore.
Avatar

Bob l'ponge

06/07/10 23:55
Et de onze!

Giesbert a repris son bâton de pèlerin. Il est reparti à Argentan pour réaliser un nouveau documentaire sur Onfray.

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Argentan-un-philosophe-un-romancier-et-une-equipe-tele_42314-1436475-pere-bno_filDMA.Htm

Encore un beau matraquage en prévision à la rentrée...

Et toujours ce marché d'Argentan... Une sorte de scène primitive, n'en doutons pas...





Avatar

Pandami

07/07/10 11:01
J'ai vu ça. C'est vrai que c'est un peu exagéré.
Avatar

Anna

10/07/10 08:33
L'ouvrage de Michel Onfray a le mérite d'ouvrir un débat qui ne peut qu'être bénéfique à la psychanalyse moderne qui doit absolument ne prendre de Freud que ce qu'il y a de bon à prendre.
Que le ton d'Onfray ne plaise pas, je veux bien le comprendre. Mais il fait une analyse de l'oeuvre et de l'homme tout à fait dans la tradition de ce qu'une analyse de l'oeuvre et de l'homme DOIT être. Désolée de vous contredire, mais c'est ainsi que la psychanalyse (freudienne) des discours procède.
Et il me semble que c'est bien le rôle d'un philosophe de ne pas aller dans le sens de la doxa mais de remettre en question.
Pour moi, c'est : merci Onfray...
Avatar

mirena

11/07/10 19:06

Ici n'est pas fait le reproche qu'Onfray remette en question (comme le disent la plupart des psy, tout ce qu'il a écrit, on le savait déjà par ses anciennes biographies), c'est la façon dont il le fait et les conclusions qu'ils posent qui pose problème.

De plus, comme le dit si bien ce texte et d'autres psy (Cyrulnik, Miller...) la psychanalyse n'est pas une philosophie mais une pratique, ce que semble oublier Onfray (ce qui n'enlève rien aux mérites de son livre). Simplement ça reste du jugement sur simple texte. Juger la psychanalyse sur 6 mois de lecture alors que ce sont des années et des années d'études et de questionnements de l'oeuvre de freud pour les psy...
Perso ce livre m'a vite gonflé par l'esprit de haine étrange qu'il y avait dedans. Pas une seule page sans haine, reproches, jugements bizarre... ça m'est vite tombé des mains. Mais bon, chacun son avis et je respecte le votre.
Avatar

BERTRAND

06/08/10 14:21
Connaissez-vous le point de vue de Nietzsche sur la démarche d'Onfray ? Une question de "Mauvais goût"
http://www.lepost.fr/article/2010/08/04/2174683_si-onfray-avait-lu-nietzsche.html
Avatar

celbiar

06/08/10 17:18
Ce qui m'étonne dans les propos de Michel Onfray au sujet de Freud, c'est ce constant reproche à lui fait, de généraliser à partir de son propre cas, de sa propre expérience personnelle, ce qu'il ne trouve pas du tout scientifique, comme si en plus d'être des individus irremplaçables nous n'étions pas aussi des structures, comme si le roman ne nous révélait rien de nous-mêmes, comme si nous ne pouvions nous retrouver dans tel ou tel héros de roman qui tout d'un coup nous apparaît comme un autre nous-même. Je sais que rapprocher psychanalyse et roman qu'il soit familial ou pas, comme je le fais, apporte apparemment de l'eau au moulin de Michel Onfray, grossie de toute celle qui coule sous les ponts...d'Argentan et d'ailleurs?!
Avatar

Iohanson

08/08/10 18:49
Un article montrant clairement qu'Onfray ne sait pas lire Nietzsche:
http://www.lepost.fr/article/2010/08/04/2174683_si-onfray-avait-lu-nietzsche.html
Avatar

David

16/09/10 14:34
Vous dites:
"On ne peut que sinterroger quand il se vante dans les médias davoir lu tout Freud et 20 pages de bibliographie en 6 mois, cest-à-dire en bien moins de temps quil nen faut pour travailler sérieusement, dans le cadre dun doctorat de psychologie ou de psychanalyse qui dure au minimum 3 ans, seulement un concept clinique et sa mise en perspective."
Si vous aviez lu attentivement la préface du livre vous verriez que Michel Onfray affirme avoir commencé à lire Freud en 1973, il l'a étudié à l'université et l'a enseigné dans un lycée pendant vingt ans au côté de nombreux autres philosophes. Les 6 mois sont la lecture des vingt volumes de l'oeuvre complète paru aux PUF et non pas la lecture de l'oeuvre de Freud elle-même qui va de 1973 à 2010.

Vous dites également que l'on ne peut pas saisir la pensée de Freud en traduction française. Celle des PUF a été faite sous la direction de psychanalystes célèbres et peu de gens lui ont reprochés des faussetés. Je cite Jacques Van Rillaer: "Alors qu'[Elisabeth Roudinesco] est sans doute incapable de lire la langue de Freud elle n'hésite pas à frapper danathème un travail de traduction remarquable, qui n'a qu'un seul défaut : être tellement près du texte freudien que quelques mots
paraissent tirés par les cheveux, en particulier le terme « animique»,peu utilisé, mais que lon trouve dans le Grand Robert ." à noter que Jacques Van Rillaer a appris l'allemand pour lire Freud et est un ancien psychanalyste devenu anti-freudien depuis, je conseille à tous de lire à ce lien http://onfray.over-blog.com/ext/http://michel.onfray.pagesperso-orange.fr/RoudinescoOnfrayHaineRillaer.pdf son texte qui réfute l'argumentaire de Roudinesco contre Onfray (que vous citez).

Vous parlez "d'affirmations péremptoires énoncées comme des vérités" alors que Michel Onfray récuse cette méthodologie à la page 117 de son livre: Reprenons la lecture freudienne et proposons une interprétation de linterprétation, non pas comme une vérité, une lecture se présentant comme vraie, la mienne, contre une lecture fausse, celle de Freud, je nai pas cette présomption, mais, pour le plaisir de la leçon épistémologique, une lecture hypothétique destinée à montrer quen
matière dinterprétation des rêves, il ny a pas de science ou de clé universelle, de certitude définitive ou de connaissance objective, mais une proposition subjective présentée comme une vérité un perspectivisme nietzschéen Sur le matériau fourni par Freud on peut en effet proposer dautres conjectures pour de nouvelles conclusions, voire pour des conclusions contradictoires avec les siennes. Proposons donc une grille alternative."

De même qu'Onfray ne ferme pas les yeux sur le matériel clinique de Freud et constate dans le chapitre "une abondance de guérisons de papier" que Freud a, pour illustrer les succès de sa discipline, systématiquement travesti ses échecs thérapeutiques en succés. Je vous rappelle que le livre contient cinq grandes thèses et que ni vous ni aucune critique que j'ai pu lire n'a produit une contre-argumentation valable contre ces dernières.
Avatar

David

16/09/10 20:33
Navré pour le double post mais je réagis à l'un des articles posté sur lepost.fr et dont le lien se trouve dans le lien qu'on a posté sur deux commentaires de cette page. J'aurais aimé posté le message suivant sur le site mais à chaque fois je me suis retrouvé devant une page blanche quand je cliquais "envoyer":

Et voilà...

Encore une critique de plus et comme beaucoup d'autres elle ne produit aucune contre-argumentation contre les cinq thèses du livre de Michel Onfray mais préfère insulter directement son travail puisqu'on parle de "prétention", de "caniveau des vanités", de ""Beaufferie" auto-satisfaite", de "mauvaise foi consternante", de "moraliste populiste de service", de "fumisterie" et en allant jusqu'à travestir sa méthodologie en parlant de "une masse compacte de préjugés jouant aux postulats, où l'énoncé de l'argument asséné de façon répétitive vaut comme seule preuve" et on ressort la sempiternelle insinuation de lien avec l'industrie pharmaceutique et les TCC. De plus on fait croire qu'à affirmer que la philosophie d'un penseur constitue une certaine confession autobiographique n'engendre que de la négativité alors que c'est oublier que la contre-histoire de la philosophie n'est pas exclusivement iconoclaste puisqu'on y trouve de la positivité (Socrate, Diogène, Épicure, Montaigne, Spinoza et les trois auteurs principaux du freudo-marxisme Reich, Marcuse, Herbert). Bien sûr on ne supporte pas qu'on donne de l'audience à un homme aussi "subversif" que Michel Onfray et on insulte ceux qui lui donnent la parole en parlant de leur "inculture consternante" et en les caricaturant en écrivant "il semblerait bien qu'en donnant la parole aux déboulonneurs de statues, les valets de chambre du monde médiatique aient l'impression rare de se prendre pour des révolutionnaires." Le ton fielleux de cet article prouve que la haine aura été du côté d'une bonne partie des défenseurs de Freud dans cette polémique. Parler également de "complaissance des médias" c'est oublier que le plus souvent quand on mentionne la psychanalyse freudienne dans les médias c'est de manière positive je rappelle que 10 jours avant la diffusion des conférences de Michel Onfray Elisabeth Roudinesco était interrogée par France Culture et que l'émission "Contre-expertise" fit un numéro sur Freud où des psychanalystes lacaniens ont pu parler positivement du freudisme.
Avatar

Johann

31/08/12 00:44
Le cas Onfray

Ce qui me dérange chez Onfray, ce sont ses mensonges grossiers. Grossiers, car il suffit de lire Nietzsche dans le texte pour noter une avalanches de "contre-vérités". Onfray critique ceux qui critiquent Nietzsche en disant qu'ils font des prélèvements, mais lui-même ne procède pas autrement. Et quand un texte de Nietzsche est franchement une saloperie, Onfray d'abord use d'une traduction approximative, puis déclare qu'il faut le comprendre dans un sens ontologique. Comme si cela en changeait la signification, voire la renversait. L'exemple le plus flagrant: Nietzsche écrit : "Les faibles et les ratés doivent périr, premier principe de notre philanthropie. Et on doit encore les y aider." Onfray nous fait savoir (sic) que cela n'a rien à voir avec l'eugénisme et rien à voir ultérieurement avec la pratique hitlérienne, mais que cela signifie ontologiquement qu'il faut débarrasser l'humanité de la faiblesse, bref de l'élever au niveau d'une surhumanité. Petit problème: Nietzsche a bien écrit qu'il fallait tuer les faibles et les ratés, et non pas la faiblesse et le ratage. Le sens est clair. Comme quand il écrit que les malades sont des parasites de la société que les médecins ont le devoir moral d'aider à mourir (et peu importe la volonté du malade). Nietzsche ou une vie anti-philosophique : il a systématiquement écrit le contraire de ce qu'il faisait. Il a changé d'avis au gré de ses rencontres. Antisémite avec Wagner, phase "Lumières" avec Rée, et réactionnaire quand il s'est retrouvé seul. Un retour aux sources en quelque sorte, car dès les premiers écrits, il ne conçoit la civilisation possible qu'avec l'esclavage de la plus grande masse de l'humanité. Bref quelqu'un qui ne pense la volonté de puissance qu'à partir de sa propre impuissance. Un dernier point: il n'a jamais "sombré" dans la folie. Il a été fou pratiquement toute sa vie (oscillant entre la névrose et la psychose*) jusqu'à la destruction de son cerveau. Il a sculpté son cerveau au point de le détruire. Cette atteinte cérébrale a mis un terme à sa folie, il n'a dès lors plus été que malade. Et il en a été le seul responsable. Il était physiquement (opposé à mentalement) tellement en bonne santé qu'il lui a fallu plus de 11 ans pour crever, lui qui considérait les malades comme des parasites dont il fallait se débarrasser. Et il n'est pas mort d'une paralysie générale, mais d'une pneumonie.

Onfray est un réactionnaire qui défend l'assassinat à travers Charlotte Corday et qui défend tout en le travestissant Nietzsche qui lui considère Napoléon - le boucher de l'Europe - comme un surhomme. Derniers points communs entre Nietzsche et Onfray: des lecteurs compulsifs et superficiels et des graphomanes.

*) comment les lecteurs de Nietzsche ne s'en rendent pas compte, reste pour moi un mystère.

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr