Suivez-nous

FacebookRSS

Échanges autour de Pierre de Coubertin
[lundi 18 aot 2008]



Courant juillet, nonfiction.fr rendait compte de l'ouvrage de Daniel Bermond, Pierre de Coubertin (Perrin). Quelques jours plus tard, le 8 août dernier, Pierre Assouline publiait sur la République des livres une vive réponse de l'auteur à notre rédacteur, Jérôme Segal. Ce dernier réplique aujourd'hui dans le texte qui suit.

 

1. Je comprends bien qu'un auteur soit mécontent de lire un compte-rendu plutôt négatif de son ouvrage. En l'occurrence même si je reconnais "l'honnêteté" de sa démarche et que je précise que "[l]e récit est riche et les références nombreuses grâce aux notes en fin de volume et à une bibliographie thématique conséquente"... l'impression générale est bien négative.


2. Ses propos à mon égard cherchent inutilement à être humiliants : il m'accuse de "cuistrerie" sans donner d'exemple, il écrit : "je lui reconnais une attention soutenue, certes un peu laborieuse dans son expression" puis se demande si j'entretiens "à plaisir le confusionnisme" (sic). Est-il si blessé que ça pour se comporter ainsi ? Si oui, j'en suis sincèrement désolé. Désolé aussi d'avoir écrit parfois "Bremond" au lieu de "Bermond". Visiblement, il en est très affecté, je lui présente mes plus plates excuses. J'ai laissé passer cette coquille et l'équipe de nonfiction.fr aussi. Mea culpa. Mais bon, ce n'est pas la façon dont je concevais l'échange envisagé avec lui. Il m'a envoyé un bref message début août, j'étais en vacances, nous étions convenus d'échanger à partir du 15 août, et je trouve  à mon retour un tombereau d'accusations souvent illégitimes (voir ci-dessous).


3. Il y a points qui relèvent du quiproquo. J'écris qu'il est regrettable qu'une si riche bibliographie ne soit pas plus utilisée dans le texte, il me répond en affirmant qu'un des titres (la biographie écrite par Marie-Thérèse Eyquem en 1966) ne méritait pas qu'on s'y attarde. Là n'est pas la question, je le crois volontiers, n'étant pas spécialiste de Coubertin. Seulement, il me paraît essentiel, pour un historien biographe, d'expliquer comment il se situe par rapport aux nombreuses biographies existantes. Les citer à la fin en bibliographie ne suffit pas. On apprend cela à tout étudiant, non ?


4. La France qui n'est pas "terre d'olympisme". C'est un point intéressant qui mériterait d'être abordé en détail. Dans l'espace anglophone, on parle plus souvent de William Penny Brooks que de Coubertin. Pourquoi Bermond ne s'intéresse-t-il pas davantage aux sources anglophones sur l'olympisme ? Je suis persuadé qu'il les a lues.


5. Antisémitisme. Il écrit : " Et tant pis si M. Segal a l'air de regretter que je ne dise pas tout crûment, ce qui l'aurait visiblement arrangé, que le baron était antisémite. Non, il ne l'était pas de manière obsessionnelle, mais il n'était pas non plus dreyfusard. Quant à ce qu'il écrit de la "haute finance israélite", un Jaurès aurait pu l'écrire. Malheureusement, cet antisémitisme mou imprégnait les esprits de ce temps, à droite et à gauche, il faut le reconnaître sans vouer nécessairement aux gémonies ceux qui s'y livraient par conformisme et facilité. Est-ce si difficile à saisir ? Coubertin n'était pas Drumont, il n'était même pas Siné…"
- Le propos est paradoxal : l'auteur reconnaît bien que c'est une forme d'antisémitisme. Le fait qu'il soit largement partagé à l'époque (peut-être même par Jaurès) ne change rien à l'affaire. Je persiste. Comme Bermond le rapporte, Coubertin écrit que "la haute finance israélite a pris, à Paris, une influence beaucoup trop forte pour ne pas être dangereuse et qu'elle a amené, par l'absence de scrupule qui la caractérise, un abaissement du sens moral et une diffusion de pratiques corrompues" (en 1896 dans son livre L'évolution française sous la Troisième République). Si Bermond n'y voit pas d'antisémitisme et entend contextualiser cette citation, il manque quelques pages à son livre !
- De grâce, laissons le feuilleton de l'été (Siné/Val/BHL) et consorts de côté.


Coubertin était raciste, conservateur, colonialiste, antisémite et misogyne et ce n'est pas un hasard si deux au moins de ces qualificatifs s'appliquent à chaque président du CIO... Dans le cas de Coubertin, je ne pense pas qu'un quelconque relativisme historique permette d'oublier cet aspect du personnage, trop peu présent à mon goût dans cette biographie. En outre, j'ai l'impression que la forme actuelle des Jeux olympiques est liée à ces travers du "grand fondateur". Les intérêts liés à l'olympisme sont devenus supérieurs aux valeurs élémentaires telles que les Droits de l'homme. Cf. Albert Jacquard, Halte aux Jeux ! (Stock, 2004) ou les quatre derniers numéros de la revue Quel sport ? que j'ai eu le plaisir de présenter aux lecteurs de nonfiction.fr.

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Avatar

bermond

20/08/08 10:57
Brève réponse à Jérôme Segal:
1/ Il n'y a aucune volonté d'humilier M. Segal dans mon commentaire publié par Pierre Assouline. "Cuistrerie"? Le terme vous choque? Relisez votre propre compte-rendu. Je n'accuse pas, je constate. J'ai lu d'autres critiques sur mon livre, certaines parfois négatives, ce que j'admets parfaitement, mais aucune n'était empreinte de ce ton impérieux et définitif qui pourrait faire sourire... surtout de la part de quelqu'un qui avoue à demi-mots que sa connaissance de Coubertin est limitée.
2/ Dans ma biographie, j'ai toujours référencé mes sources, notamment anglo-saxonnes, et je n'ai cessé de me situer par rapport à leur approche du personnage de Coubertin. Je n'ai pas l'habitude d'emprunter à autrui ce qui ne m'appartient pas, mais il m'arrive aussi de m'en démarquer. Est-ce un tort?
3/ À propos de l'antisémitisme du baron, je maintiens. Pour ce qui est de Siné, un peu d'humour, M. Segal. N'y voyez aucune malice, seulement une manifestation de mon mauvais esprit. Choqué une fois encore?
4/ Pour finir, le plus important peut-être: dans son commentaire, M.Segal, comme par hasard, oublie le principal reproche de sa recension: la "réhablitation" du baron, voire la "dévotion" (je viens de relire son texte) que j'aurais exprimée à son endroit. Faut-il en conclure que M. Segal admet le contre-sens qu'il a commis en me lisant? Car il est bien le seul à avoir vu une réhabilitaion, si atténuée fût-elle, de Coubertin. Dans ce cas, si cet oubli vaut amende honorable, je m'en réjouis.
Daniel Bermond

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr