Chroniques

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

L'Age de nos adages : actualité de la sagesse ancestrale

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Le cerveau et les muscles
[lundi 21 juillet 2008 - 11:00]

Quel sport ? est paradoxalement une jeune revue dotée d’une longue histoire, puisque dès le premier article, "Petite généalogie d’une tradition critique", elle se place dans la filiation de Quel corps ?, autre revue née en 1975 pour critiquer l’emprise de "l’idéologie sportive" sur la formation des enseignants d’éducation physique et sportive (p.7). Cette publication s’était auto-dissoute en 1997 et Frédéric Baillette, dans un article très complet, en a déjà dressé déjà l’histoire sur le site du Groupe contre l’horreur olympique et sportive). Quel sport ? regroupe aujourd’hui les tenants d’une anlyse critique de l’évolution du sport contemporain, avec des auteurs comme Jean-Marie Brohm et Marc Perleman, qui ont publié en 2006 un livre remarquable, Le Football, la peste émotionnelle (Folio inédit) ou encore Fabien Ollier, l’actuel directeur de publication, qui est auteur avec Henri Vaugrand de L’intégrisme du football (l’Harmatan, 2002).

Enfin, précisons dans la présentation de cette revue que celle-ci se présente ouvertement dans un esprit internationaliste, en tant qu’organe de la "Section française de la critique internationale du sport". Pourtant, cette critique est essentiellement le fruit de réflexions menées par des intellectuels français, souvent inspirés par la sociologie critique (Bourdieu) et par l’École de Francfort. Le périodique affiche cependant fièrement un "comité scientifique international" et une liste de "correspondants permanents" du "Spectre international".

Tout ceci, à travers les quatre numéros disponibles, donne une impression mitigée. Que trouve-t-on en fait dans cette revue ?

Des articles sérieux, par exemple dans la série "Les intellectuels et le sport" où une petite vingtaine d’universitaires ont répondu à un questionnaire sur l’attribution des Jeux à la ville de Pékin (après Berlin 1936 et Moscou 1980), le rôle du CIO, le principe du boycott, mais aussi la place du sport dans la société contemporaine, etc. Les réponses des différents philosophes (Godin, Riviale, Milon, Sala-Molins…), des sociologues (Javeau, Tacussel, Wieviorka…) ou des spécialistes des sciences de la communication sont souvent passionnantes .

À côté de cela, le numéro 2-3 est composé d’articles signés "Jean Caissemal", "D’O. Valie", "Prildoi-Danlreillon" ou "Sam Lacoupe", pseudonymes de potaches peu courageux lorsqu’il s’agit de s’attaquer frontalement à l’œuvre des piliers le pensée unique du sport, débordant de clichés sur "le-sport-moyen-formidable-d’intégration", "le-sport-qui-soude-la-nation", "le-sport-qui-donne-sa-chance-à-tous" etc. Le propos est juste, les attaques justifiées et les textes bien tournés, mais pourquoi cet anonymat derrière de si beaux envois ?

De nombreux dessins illustrent agréablement la revue (ils sont issus par exemple du Canard enchaîné ou de Charlie Hebdo). On y trouve encore des compilation d’articles de presse (n° 4-5) qui s’avèreront utiles pour la constitution de dossier sur les JO de Pékin, sur la coupe du monde de Rugby ("Coupe du monde des brutes et des abrutis", n°2-3 de la revue), ou sur la situation des droits de l’homme en Chine (n°4-5).

Dans l’ensemble, face à la déferlante d’articles qui font l’éloge de ces grandes messes du sport, on ne peut que se réjouir de l’existence de cette revue iconoclaste qui, avec quatre fascicules en moins d’un an, fait preuve d’une grande vitalité. Le prix est d’ailleurs tout à fait raisonnable pour une revue qui ne contient bien sûr aucune publicité . Quelques regrets cependant : outre le mélange des genres évoqués ci-dessus, c’est d’abord l’aspect racoleur des derniers numéros où l’on semble privilégier le "choc des photos". La vue en gros plan du crâne éclaté d’une jeune femme exécutée par l’armée chinoise n’est pas nécessaire pour condamner ce régime et la tenue des JO dans ce pays ! Sur le fond, c’est souvent la condamnation du sport en général qui caractérise la revue, alors qu’il serait opportun de différencier le sport professionnel du sport de loisir, non lié aux compétitions.

En somme, une revue à recommander, même si elle va en déranger plus d’un.

Quel sport ?, n°1, septembre 2007, n°2-3, janvier 2008, n°4-5 mai 2008 et n°6-7, juillet 2008 

Jérôme SEGAL

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici