Actuel Moyen Âge - Être une femme libre au Moyen Âge
[jeudi 01 novembre 2018]


De Wonderwoman au cinma jusqu Simone de Beauvoir au programme de lagrgation, limage de la femme indpendante semble tre le propre de notre modernit, avec le Moyen ge pour repoussoir ?

De Wonderwoman au cinéma jusqu’à Simone de  Beauvoir au programme de l’agrégation, l’image de la femme indépendante semble être le propre de notre modernité. Le Moyen Âge représenterait-il, à ce titre, un repoussoir ?

À cette image simpliste, de l’évolution de la condition féminine, il convient d’apporter quelques nuances. Si beaucoup d’histoires des femmes sont connues pour le Moyen Âge, on met souvent en avant quelques femmes d’exception, comme Héloïse, Aliénor d’Aquitaine ou Hildegarde de Bingen, pour montrer que la  femme médiévale est plus  émancipée qu’on ne le croit mais moins libre qu’aujourd’hui. Au-delà de ces comparaisons, que signifie, au Moyen Âge, d’être une femme indépendante ? L’indépendance matérielle a-t-elle jamais été possible ? A-t-elle permis une indépendance sentimentale et intellectuelle ?

Pour le comprendre, regardons du côté de deux groupes de femmes. D’abord celui des trobairtiz, ensuite celui des béguines. Leur point commun est le discours amoureux, un discours fervent, ardent – l’on dirait aujourd’hui : décomplexé. Celui de femmes libérées ou libres, selon les cas.

 

La femme troubadour, une femme libérée ?

Les trobairitz sont des femmes troubadours du pays d’Oc des XIe et XIIe siècle ayant chanté l’amour des femmes pour les hommes en reprenant à leur compte les codes de la fin’amor. Elles chantent leur amour pour un troubadour ou un chevalier avec pudeur, certes, mais aussi avec audace, prenant l’initiative de la parole de séduction, avouant leur réticence à exposer, au grand jour, leur désir adultère.

Rappelons que la fin’amor n’était pas forcément une réalité, bien plutôt un idéal, un motif autour duquel chaque troubadour était libre de broder à sa guise. Le chant de ces femmes n’en est pas moins troublant dans son apparente sincérité : « Il me faut chanter ce que je ne voudrais pas/ Tant j’ai à me plaindre de celui dont je suis l’amie. /Car je l’aime plus que toute chose qui soit. » proclame la Comtesse de Die dans la seule chanson de femme troubadour dont la partition soit parvenue jusqu’à nous.

À une époque post-affaire Weinstein où l’on ne sait plus très bien à qui revient l’initiative amoureuse répond l’audace des trobairitz qui demandent aux hommes qu’ils leur rendent le tribut qu’elles méritent :

« Auprès de lui n’ont de valeur ni la pitié ni la courtoisie,/Ni ma beauté ni mon mérite ni mon esprit,/Aussi suis-je trompée et trahie,/Comme je devrais l’être si je n’étais pas jolie. »

La fin’amor est une conception méritocratique de l’amour, où les prouesses et la valeur de l’amant trouvent récompense dans le bon accueil que lui fait sa dame ; renversée, cette logique autorise la dame à exiger de l’amant qu’il se mette à son service pour peu qu’elle corresponde aux canons de beauté, de naissance et de morale en vigueur dans la société de cour de son temps.

De la Comtesse de Die à Beyoncé, il n’y a peut-être qu’un pas : « What a wicked way to treat the girl that loves you ? » (Hold on).

 

Les béguines, des femmes indépendantes

Autre groupe de femmes remarquables : celui des béguines, des femmes s’engageant dans une vie pieuse sans prononcer de vœux religieux et choisissant de chanter l’amour de Dieu aux XIIIe et XIVe siècle, du Nord au Sud du Royaume de France mais aussi en terres flamandes, allemandes, espagnoles et italiennes.

Ces femmes sont des célibataires refusant le mariage ou des veuves refusant le remariage. Parmi ces dernières, on trouve des mères de famille : leurs enfants intègrent comme elles le béguinage, cette communauté féminine placée sous la houlette d’un couvent masculin cistercien ou franciscain et intégrée à une paroisse.

Le discours que tiennent celles de ces béguines qui, lettrées pour certaines des plus nobles, nous ont livré des textes, est un discours amoureux qu’on qualifie à l’occasion de mystique. La radicalité de leur propos tient à leur choix de la langue vulgaire par opposition au latin, mais aussi à leur manière d’adopter les codes du Cantique des Cantiques, texte biblique se présentant comme un chant d’amour.

Leur prise de parole constitue une paradoxale déclaration d’indépendance au sein d’un cadre qui hésite, selon les décennies, à les étouffer ou à les exalter. Angèle de Foligno, franciscaine, crie la nuit, dans sa cellule de recluse, ses péchés pour mieux obtenir la miséricorde divine ; Marguerite Porete, béguine, est brulée en place de Grève en 1310 pour avoir écrit un Miroir des âmes simples où elle expose le chemin que doivent accomplir les âmes « qui demeurent en désir » de Dieu pour se libérer et devenir « franches » (libres). Mais leurs cris et leurs textes coïncident tous dans la nécessité du silence pour dire et entendre l’absolu du sacré : (Penser pour moi ne vaut plus rien / ni agir, ni parler / Amour m’emporte si haut / (Penser pour moi ne vaut plus rien) » écrit Marguerite. Femmes indépendantes, les béguines disent, selon leurs règles, l’amour qui les pousse vers Dieu.

Indépendance amoureuse dans le choix de la virginité ou du célibat pour les béguines, dans la conquête de l’initiative amoureuse pour les trobairitz : une telle indépendance féminine s’accompagne, dans les deux cas, d’une émancipation culturelle, intellectuelle, artistique trop peu étudiée aujourd’hui encore. On s’intéresse pourtant de plus en plus aux béguines ; en témoigne, récemment, sur le plan des fictions, le roman historique La nuit des béguines d’Aline Kiner. Mais on n’a pas encore accordé aux femmes troubadours l’attention qu’elles méritent.

 

L’argent, nerf de la guerre ?

Femmes troubadours et béguines avaient-elles en commun une indépendance matérielle et financière ? S’il est difficile de l’établir avec certitude, on sait tout de même qu’au nombre des trobaritz comme des béguines, on trouve de tout : chanteuse itinérante travaillant au côté de son mari troubadour pour une de nos trobairtiz, mais aussi très grande dame de la noblesse occitane ; pauvres paysannes venant travaillant dans la ferme de la communauté comme noble femme en rupture volontaire de ban pour les béguines. Il existait, dans les béguinages, des fonds communs constituant une « charité » pour celles qui, parmi les béguines, ne possédaient pas les ressources nécessaires à subvenir à leurs besoins ; quant aux nobles veuves, elles pouvaient conserver leurs biens malgré leur célibat en raison d’une juridiction leur étant favorable dans le Nord ; enfin, la plupart gagnaient leur vie en travaillant, et nous trouvons chez elles les premiers cas de fondation d’établissement hospitalier et d’école mixte gratuite. - Indépendance matérielle et financière, oui, mais pas toujours ; avant toute chose: générosité et partage.

Ces deux termes, on pourra sans doute les faire se rencontrer dans celui, générique, d’amour : la femme indépendante au Moyen Âge est celle qui sait aimer sans dépendre de l’autre et sans en avoir peur. Transcendant les interdits de sa société et de son temps, elle partage avec la femme indépendante d’aujourd’hui la conviction que ce qui compte, c’est ce que l’on donne librement, refusant ce qu’on lui prend par contrainte. Comme La Vagabonde de Colette quittant son amant parce qu’il entendait « prendre sa part », les femmes troubadours et les béguines ont pu se faire errantes au sens propre ; elles l’étaient, dans tous les cas, au sens figuré, riches de leur pauvreté, inventant la liberté au cœur de leur asservissement.

 

Pour aller plus loin :

- Voix de femmes au Moyen Âge : Savoir, mystique, poésie, amour, sorcellerie (XII-XVe siècle), dir. Danielle Régnier-Bohler, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2006, p. 3-73

- Pierre Bec, Chants d'amour des femmes-troubadours : Trobairitz et « chansons de femme », Paris, Stock, « Moyen Âge », 1995

- Marguerite Porete, Le Miroir des âmes simples, Paris, Albin Michel, 1984

- Aline Kiner, La nuit des béguines, Paris, Liana Levi, 2017

 

À lire aussi sur Nonfiction :

- Elisabeth Crouzet-Pavan et Jean-Claude Maire-Vigueur, Décapitées. Trois femmes dans l'Italie de la Renaissance, par Jean-Baptiste Delzant.

- Florian Besson, Actuel Moyen Âge - Hind bint al-Nu'man, lesbienne et heureuse

- Catherine Kikuchi, Actuel Moyen Âge - "Mais qui va garder les enfants ?"

Retrouvez tous les articles de cette série sur le site Actuel Moyen Âge.

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr