Suivez-nous

FacebookRSS

Actuel Moyen Âge - Diriger Amazon au XIIIe siècle
[mercredi 10 octobre 2018]


Pratiques commerciales douteuses, exploitation de salaris prcaires... Les grandes multinatinales dfraient la chronique en ce moment. Mais dj au XIIIe sicle, ces grands patrons profiteurs taient

Jeff Bezos, le patron d’Amazon, vient de devenir l’homme le plus riche au monde. C’est l’une des meilleures success-story du XXIe siècle : l’entreprise, fondée en 1994, pressent l’importance de la vente de livres sur internet et s’y lance avec réussite (on attend le biopic). Pourtant, une ombre au tableau demeure : Jeff Bezos a largement bâti sa fortune sur une masse de salariés mal payés et aux conditions de travail difficiles.

Des pratiques qui n’ont rien de spécifiquement contemporain : certains « patrons » médiévaux profitent eux aussi de la vulnérabilité de certains.

 

Jehan Boinebroke, premier de cordée

 

En 1243, sire Jehan Boinebroke est un riche marchand drapier de la ville de Douai, dans le nord actuel de la France. Sire Jehan est richissime, au point où le comte de Flandre lui-même lui demande des prêts d’argent. Jusqu’à sa mort en 1286, le marchand a construit sa fortune sur l’exploitation des petits travailleurs douaisiens du textile.

Au Moyen Âge, les marchands sont des personnages importants, et plus encore lorsqu’ils sont riches. Quand leur commerce fonctionne, ils accumulent de l’argent, achètent des terres, prêtent aux princes… Et Jehan fut particulièrement efficace en la matière. Il s’est lancé dans le commerce de draps : les laines sont importées d’Angleterre (mais aussi d’Espagne), transformées en draps dans le comté de Flandre, puis exportées dans toute l’Europe par l’intermédiaire des foires de Champagne. La draperie de Flandre est célèbre et reconnue au XIIIe siècle : les marchands italiens n’hésitent pas à faire les cinq semaines de voyage qui les séparent des foires de Champagne pour s’en procurer.

L’affaire de Jehan nous est connue grâce aux nombreux contrats de vente qu’il a laissés. La laine anglaise est achetée par Boinebroke pour 17 livres le sac, puis il la revend 23 livres aux tisserands qui pouvaient payer immédiatement, ou à crédit pour 30 livres au total. Il n’hésite pas à tromper également sur la qualité de la marchandise qu’il vend. Boinebroke remplit ses sacs de laine de mauvaise qualité qu’il recouvre de laine de qualité supérieure pour faire illusion. Si le tisserand s’en rendait compte après l’achat, Jehan menaçait de porter plainte auprès des officiers de justice car la vente était déjà faite. Comme Amazon, Jehan profite de son assise globale pour imposer ses décisions.

Comment peut-il dominer ainsi les travailleurs du textile ? Car politiquement, Boinebroke a une place de choix à Douai : il est échevin. C’est-à-dire qu’il appartient à un conseil municipal d’une douzaine de membres, élu pour l’année, et qui décide de la politique de la ville. Là où la plupart des gens se limitent à un ou deux mandats, Jehan occupe au moins neuf fois la fonction d’échevin. Et il ne se prive pas d’utiliser cette dernière pour exploiter ses partenaires en affaires. De plus, Jehan domine économiquement ses partenaires : il distribue à un grand nombre d’artisans sans capital leur matière première (c'est ce qu'on appelle le Verlagssystem). Ces derniers dépendent donc totalement du marchand.

 

 « Travailler plus pour gagner plus »

 

De fait, Jehan Boinebroke n’a aucun scrupule à appauvrir ses partenaires commerciaux. Il vend ainsi très cher de la laine de mauvaise qualité à certaines fileuses et achète à des prix très bas le produit fini des teinturières et des pareurs. A une femme qui se plaint des prix qu’il pratique, il répond : « Commère, allez travailler à l’esbourage, puisque vous êtes dans le besoin : vous voir ainsi me pèse ! ». Travailler plus pour gagner plus, en somme. Un conseil appelé à une certaine postérité.

Pourtant, au crépuscule de sa vie, Jehan Boinebroke agit comme les autres hommes médiévaux : il s’inquiète pour son salut dans l’au-delà. Le commerce, lorsqu’on pratique la vente à intérêt à un taux exorbitant comme Boinebroke, qui s’est enrichi de façon excessive, n’est pas bien vu par l’Eglise.  Si l’Eglise s’ouvre au XIIIe siècle et reconnait au marchand un travail réel, elle réprouve toujours les profits excessifs liés à l’exploitation d’autrui.

Et en matière d’exploitation excessive, Jehan en connait un rayon. Les travailleurs du textile qu’il a exploités sont autant de bons chrétiens lésés par son action. Il choisit donc de charger ses héritiers de redresser ses torts en réparant les erreurs qu’il aurait commises. Une enquête au sujet de ces abus a fait émerger 45 plaignants qui demandent et obtiennent réparation auprès des héritiers Boinebroke.

Agnès des Lices, une tendeuse de drap a travaillé durant douze ans avec sa sœur Sare des Lices pour Jehan. Lorsque ce dernier venait acheter les draps tendus, il payait les deux sœurs en sacs de laine, dont elles n’avaient pas l’utilité, n’étant pas tisseuses. Cette laine de mauvaise qualité, Jehan la survalorisait : Sare et Agnès perdaient 60 sous par an (20 sous faisant 1 livre) en la revendant. Malgré tout, elles acceptaient ce paiement car elles craignaient de perdre leur riche client. Jehan Boinebroke dicte ses conditions à ses partenaires, comme Amazon dicte les siennes à ses employés. Agnès et la fille de Sare, Marois des Lices, obtinrent 12 livres  (soit 240 sous !) comme réparation des mauvais traitements qu’elles ont subis.

On peut s’estimer soulagé que Jeff Bezos n’attende pas sa mort pour réinvestir une partie de sa fortune, entre plan communication et véritable philanthropie. Si Jehan Boinebroke voulait s’assurer une bonne place dans l’au-delà, Jeff Bezos nous en promet une dans l’espace.

 

Pour en savoir plus :

- Georges Espinas, Les origines du capitalisme : t1 : Sire Jean Boinebroke, t2 : Sire Jean de France et Sire Jacques le Blond, Lille, 1933

- Jacques Heers, La naissance du capitalisme au Moyen Âge : changeurs, usuriers et grands financiers, Paris, 2012

- Jacques Le Goff, Marchands et banquiers du Moyen Âge, Paris, 1956

À lire aussi sur Nonfiction :

- David Graeber, Bullshit Jobs et Bullshit Jobs. A Theory, compte-rendu croisé de Benjamin Caraco

- Marie-Paule Virard et Patrick Artus, Et si les salariés se révoltaient ?, compte-rendu de Jean Bastien

- Patrick Pharo, Le capitalisme addictif, entretien réalisé par Jean Bastien

 

Retrouvez tous les articles de cette série sur le site Actuel Moyen Âge.

 

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

1 commentaire

Avatar

Jean B.

10/10/18 09:24
Bonjour,
Je n'ai pas tout compris.
Il vend la laine aux tisseurs et rachète en bout de chaîne les draps finis, qu'il revend lui-même ?
Ou bien achète-il de la laine pour son compte et paie-t-il le travail à façon des tisserands, teinturiers et pareurs en vendant par ailleurs à d'autres tisserands ses surplus de laine ?
S'il a le souci de la qualité du produit fini comme on l'imagine, il évitera d'acheter des draps fabriqués avec la laine de mauvaise qualité qu'il aura lui-même vendue...
Cordialement,

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr