Suivez-nous

FacebookRSS

Actuel Moyen Âge - Comment les moutons ont mangé l'Espagne
[jeudi 16 aot 2018]


Scheresse, dsertification... la question ne date pas d'hier et l'Espagne du XIIe sicle a bien failli tre mange par ses propres moutons.

De nombreuses études récentes tirent la sonnette d'alarme au sujet de la désertification de l'Espagne. Un tiers du pays est touché et un autre tiers va l'être dans les prochaines années. En cause, évidemment, le réchauffement climatique. Mais aussi la mauvaise utilisation des sols. Et tout commence au XIIe siècle.

 

Le temps des transhumances

 

À cette époque, les royaumes chrétiens du nord se lancent dans la reconquête de la péninsule, ce qu'on appelle la Reconquista. Pour attirer des colons, ils distribuent les terres nouvellement conquises, voire créent des villages et des villes nouvelles. Les propriétaires se lancent dans l'élevage, plus rentable que l'agriculture, et ils choisissent le mouton : c'est un animal qui se reproduit vite, qui ne consomme pas trop, dont on peut manger la viande – et en plus, les musulmans aussi en mangent, à la différence du porc. Surtout, on peut en exporter la laine, notamment vers les Flandres, où l'on fabrique des vêtements pour toute l'Europe médiévale. Cette spécialisation dans le mouton est encore accrue au XIVe siècle avec l'arrivée des mérinos, une race de mouton dont le nom dérive de la dynastie musulmane des Mérinides. Enfin, la peste noire parachève le système : pour résumer très vite, énormément de morts, donc des campagnes vides et moins de bras pour les exploiter, donc des  seigneurs qui se tournent vers l'élevage pour relancer leur économie.

Or les moutons ont besoin d'une transhumance, c’est-à-dire qu'ils changent de pâtures entre l'hiver et l'été. Il faut imaginer des troupeaux de milliers de têtes, qui traversent le pays deux fois par : ils partent du nord en septembre, arrivent dans les plaines du sud en octobre et repartent en avril. En empruntant à chaque fois les mêmes routes, fixées par le roi vers 1250, ce que l'on appelle les drailles royales (je fais le malin mais moi non plus je n'avais jamais entendu ce mot). Au total, ça fait des millions de moutons. Deux fois par an, chaque année. Pendant six siècles. Vous faites le calcul… ?

 

Le soutien royal

 

Ces éleveurs, très vite, se fédèrent en plusieurs associations – c'est, partout en Europe, le temps des communes, des confréries, des corps de métiers. En 1273, le roi de Castille crée la Mesta des bergers, qui fédère toutes ces associations d'éleveurs. Le terme vient du latin mixta, mélangé, car tous les bergers réunissent leurs troupeaux lors de la transhumance.

Il faut dire que les souverains privilégient les éleveurs : non seulement c'est une activité rentable, qu'ils peuvent donc taxer, mais en outre elle nécessite moins de bras que l'agriculture, ce qui libère une force de travail que les souverains peuvent canaliser pour faire la guerre ou peupler les villes. En outre, parmi les éleveurs, on trouve les plus grands seigneurs de l'époque ainsi que les très puissants ordres religieux-militaires de Santiago, de Calatrava, d'Alcantara.

La Mesta bénéficie donc d'emblée d'énormes privilèges. Les éleveurs reçoivent notamment le droit de pâturer presque partout – sauf sur les terres de certains nobles et des grands monastères. Les bergers ont le droit de prendre une branche de chaque arbre qu'ils croisent pour faire du feu. Surtout, les agriculteurs ont l'interdiction formelle de clôturer leurs champs : les routes de transhumance doivent rester ouvertes.

 

Là où ils passent, l'herbe ne repousse pas

 

Les conséquences environnementales sont évidemment massives, et terribles. Au fil des années, les moutons grignotent peu à peu la couverture forestière de l'Espagne – exactement comme les lapins ont pu le faire, en quelques décennies, en Australie au XIX-XXe siècle. Dès la fin du XVe siècle se multiplient les sécheresses, qui sont en grande partie dues à ces changements environnementaux.

C'est évidemment un cercle vicieux. Plus la forêt recule, plus le climat réchauffe (eh oui, parce que les arbres créent la pluie). Du coup, l'élevage devient de moins en moins rentable. A la fin du XVIIIe siècle, le roi autorise les paysans à clôturer leurs champs. La Mesta est abolie en 1836. Mais c'est trop tard. Ces millions de moutons ont causé des dégâts quasiment irrémédiables à la couverture végétale, en particulier au milieu du pays, là où les différentes routes de la transhumance se croisaient.

Si, si, c'est bien en Espagne ça…

Les problèmes actuels sont les héritiers des choix médiévaux. Ce qui devrait nous pousser à réfléchir sur les impacts à long terme des choix que nous faisons maintenant. Quels paysages laisserons nous à celles et ceux qui seront là dans six siècles ?

 

 

Pour en savoir plus :

- William Blanc, « Le carnet de Noé de Barras. Radioscopie de la transhumance provençale au Moyen Âge », Histoire & Sociétés rurales, vol. 42, 2012, p. 5-41.

- Julius Klein, The Mesta. A study in Spanish economic history 1273-1836, Cambridge, Harvard University Press, 1926.

- Rodrigue Téton, « Aux origines de la transhumance entre Méditerranée et Pyrénées : templiers, cisterciens et essor du pastoralisme (XIIe-XIIIe siècles) », dans Arnaud Baudin, Ghislain Brunel et Nicolas Dohrmann (dir.), L'économie templière en Occident. Patrimoines, commerce, finances, Troyes, 2013, p. 337-360.

À lire aussi sur Nonfiction :

- Jean-Marc Jancovivi, Le changement climatique expliqué à ma fille, par Fanny Verrax

- Laurent Testo, Cataclysmes. Une histire environnementale de l'humanité, par Florian Besson et Pauline Guéna

- Entretien avec Sylvain Piron, auteur de L'Occupation du monde, par Catherine Kikuchi

Retrouvez tous les articles de cette série sur le site Actuel Moyen Âge.

 

 

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

1 commentaire

Avatar

daphne

30/08/18 18:30
Super article!
A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr