Suivez-nous

FacebookRSS

Histoire

La France et la menace nazie : Renseignement et politique 1933-1939

Couverture ouvrage

Peter Jackson
Nouveau Monde , 620 pages

Ce que les services secrets français savaient sur l'Allemagne nazie
[mardi 15 mai 2018]


Une histoire de l'espionnage franais en Allemagne entre 1933 et 1939 et de la porte des informations rcoltes auprs des diffrents gouvernements franais la veille du second conflit mondial.

La France et la menace nazie est une analyse rigoureuse de l’activité des différents services de renseignements français en Allemagne, depuis l'arrivée au pouvoir des nazis en 1933 jusqu’au déclenchement du second conflit mondial en 1939. Peter Jackson, professeur à l'université de Glasgow et chercheur associé au centre d'Histoire de Sciences Po Paris, livre ici un travail de haut vol, tout en finesse et en précision, afin de nous exposer ce que savaient réellement les Français sur l'Allemagne d'Hitler dans les années d'avant-guerre.

Spécialiste de la question du renseignement (il dirige la revue Intelligence and National Security), Jackson a ici pour visée principale d'analyser et de comprendre les erreurs de l'armée, mais aussi du gouvernement, qui ont conduit au désastre de mai-juin 1940, un des pires fiascos de l'armée française. Dans leurs analyses à chaud, beaucoup de militaires français, derrière le maréchal Pétain, ont vu dans cette déroute le signe et le résultat de nombreux dysfonctionnements imputables à la société françaises, et non à l'armée. Cette analyse et la politique qui en a découlé devaient conduire la France, après le 10 juillet 1944, sur la voie de la collaboration. Peter Jackson revient donc de nombreuses fois dans son livre sur ces nombreuses idées-reçues vis-à-vis de l'armée française : il relève à plusieurs reprises la tendance de l'état-major à exagérer la puissance de l'Allemagne pour obtenir des pouvoirs politiques des moyens supplémentaires. En fait, cette surestimation va scléroser l'exécutif français, apeuré par ce voisin trop puissant. C'est une des raisons, avec le fort sentiment pacifiste ambiant dans les années 1930, pour lesquelles la France n'intervient jamais contre l'Allemagne nazie entre 1935 et 1939. Les services de renseignements français ont donc parfaitement joué leur rôle de collecte et de traitement d’informations. Mais c'est l'état-major qui, en surestimant le danger allemand, a faussé la vision que les responsables politiques et la société française ont pu se former du régime nazi.

 

Les services secrets français de l’entre-deux-guerre

La France et la menace nazie se penche avant tout sur les services de renseignements français durant l'entre-deux-guerres et sur leur activité au sujet de l'Allemagne qui devient, avec l'arrivée d'Hitler, le pays à surveiller avec le plus d’attention. Peter Jackson présente de façon très didactique les différents services qui constituent la nébuleuse de l’espionnage et du contre-espionnage français : chaque armée (Terre, Air et Marine) possède les siens et espionne donc prioritairement ce qui l'intéresse chez l'ennemi.

Il explique aussi avec une grande clarté les différents moyens auxquels les services français ont recours pour récupérer des informations : analyse de la presse, recueil d'informations par les attachés militaires dans les ambassades, et surtout, recrutement d'Allemands pour leur servir d'informateurs. Ce sont ces sources de renseignement humain que cherchent avant tout les services français : disposer de personnes à l'intérieur des administrations nazies, si possibles bien placées, est un atout majeur pour obtenir des informations clefs. C'est le cas par exemple de Hans-Thilo Schmidt, mais aussi de la source « L », dont Peter Jackson étudie le cas tour à tour. Les différents services français possédaient ainsi plusieurs sources bien placées à Berlin en mesure de leur divulguer des informations de premier ordre sur le réarmement de l'Allemagne. Les Français bénéficiaient ainsi d’informations supérieures en quantité comme en qualité à celles dont pouvaient avoir connaissance les autorités britanniques ou soviétiques. Cela s'explique aussi par les objectifs militaires français, qui sont avant tout défensifs vis-à-vis de Berlin. Les Britanniques, au contraire, travaillent davantage sur les renseignements navals concernant les menaces potentielles contre la Royal Navy. À la lecture de La France et la menace nazie, on prend ainsi toute la mesure du rôle majeur joué par l'espionnage dans les années 1930, pour préparer une guerre qui apparaît inéluctable à l’ensemble des acteurs du renseignement français.

 

Ce que les militaires français savaient réellement des projets militaires nazis

Dans les semaines et les années qui ont suivi le désastre de 1940, les militaires français ont abondamment communiqué pour indiquer leur surprise et leur impuissance face à la machine de guerre nazie. L'un des intérêts majeurs de l'ouvrage de Peter Jackson est de battre en brèche ce discours qui a pu perdurer dans les esprits de certains milieux, notamment militaires. L'armée française, tout au long des années 1930, suit avec intérêt le réarmement lancé par Hitler. Grâce à l'action efficace des services de renseignements, les Français connaissent bien les forces en présence chez les nazis, même s'ils ont une fâcheuse tendance à les amplifier, ce qui va poser problème à la fin des années 1930.

En recoupant diverses informations issues de leurs différentes sources humaines allemandes, mais aussi de la presse, les Français arrivent à estimer avec précision l'avancée du réarmement allemand, notamment de la Luftwaffe, l’armée de l’air pourtant prohibée en vertu du traité de Versailles. Ce réarmement donne une consistance menaçante aux tensions générées par la redéfinition des frontières à la fin de la Grande guerre aux dépens de l’Italie et de l’Allemagne. La paix de Versailles, voulue par Clemenceau pour mettre à genoux la puissance germanique et venger la défaite de 1871, avait suscité outre-Rhin de nombreux espoirs de revanche dans les milieux militaires, mais aussi à l'extrême droite. L'arrivée au pouvoir d'Hitler en 1933 allait ainsi donner aux milieux militaires l'occasion de se doter d'une véritable armée, bien plus conséquente que la faible Reichswehr tolérée par Versailles. Dès 1935, que ce soit la Kriegsmarine, la Luftwaffe ou la Wehrmacht, Hitler dote toute son armée de moyens gigantesques pour lui faire rattraper son retard et la doter de matériel ultra-performant, à l'image des avions Stukas ou des chars Tigre (dont le programme est lancé en 1937).

Malgré toutes les dispositions prises par les nazis pour tenir leur programme de réarmement le plus secret possible, les services français, bien implantés depuis les années 1920 en Allemagne, réussissent à assez bien identifier les nouvelles armes d'Hitler. Ils ne commettent qu'une erreur, mais elle est majeure : celle de surestimer la formation des officiers et surtout les capacités de mobilisation en hommes en cas de conflit.

 

Dysfonctionnement des relations entre armée et gouvernement français

Peter Jackson décrit aussi avec précision le fonctionnement des différents services secrets français et leurs relations tumultueuses avec leur autorité civile de tutelle : le gouvernement. De fait, en pleine crise économique des années 1930, les différents gouvernements qui se succèdent limitent les dépenses militaires pour préserver les finances publiques. Face à cette situation tendue entre militaires et pouvoir civil, les premiers pensent qu'il faut exagérer la menace allemande pour attiser la peur des décideurs et les inciter à débloquer les crédits nécessaires à la modernisation de l'armée française. En effet, la Marine, l'armée de Terre et celle de l'air disposent toutes de matériel en quantité suffisante, mais il est vieillissant. Or, c'est un effet bien différent qu’a produit cette peur : à chaque fois que Hitler a outrepassé les droits de l’Allemagne définis par le traité de Versailles, la France a reculé et n’a pas montré la fermeté dont elle aurait raisonnablement pu faire preuve, essentiellement poussée en cela par la crainte d’une l'armée allemande restructurée dont la puissance avait été exagérée par les militaires. Chaque reculade française est alors une victoire pour Hitler, qui continue de renforcer son armée. Le réarmement de la Rhénanie, l'Anschluss, mais aussi les menaces sur l'allié Tchécoslovaque sont autant de rendez-vous manqués pour les différents gouvernements français qui n'ont pas su s'opposer au Führer. Pourtant, l'armée allemande avant 1939 n'est pas prête à faire face à une invasion française si celle-ci devait avoir lieu, principalement en raison du manque de formation de ses hommes et surtout de ses officiers, trop peu nombreux à l'époque de la Reichswehr.

La France et la menace nazie retrace donc le jeu du chat et de la souris auquel se livrent la France et l'Allemagne dans les années 1930, par services d'espionnage interposés. À ce jeu-là, on peut considérer les services français comme gagnants dans la mesure où ils sont très bien renseignés sur la situation allemande. Pourtant, cet avantage ne se traduit pas dans le réarmement de l'armée française, qui débute tardivement et timidement sous le Front Populaire et ne s'accélère qu’avec Daladier (1938-1940). Surtout, il exacerbe la peur de la puissance allemande chez les gouvernants français, ce qui conduit à de nombreuses tergiversations françaises et anglaises qui laissent alors les coudées franches à Hitler et qui conduisent directement au désastre de mai-juin 1940. Peter Jackson réussit donc parfaitement à retranscrire le rôle des services de l'ombre, mais aussi et surtout les dysfonctionnements des rapports entre militaires et civils qui ont conduit à l'impréparation de l'armée française et à la défaite de 1940.

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr