Demain, vendredi 29 février, l'UFISC (Union fédérale d'intervention des structures culturelles) appelle à un rassemblement national du monde culturel - publics, compagnie, lieux culturels, associations... - pour protester vigoureusement contre la baisse du budget dédié à la culture, qui touche aujourd'hui tous les domaines de l'art, quand celui-ci ne représente environ que 1 % du budget de l'État.

Alors que l'enseignement artistique et l'accès à la culture pour tous constituent pour le Président de la République des priorités officielles, cette coupure budgétaire, répercutée sous la forme de baisses ou annulations de subventions, touche justement, selon l'UFISC dans le communiqué annonçant la manifestation, les principaux acteurs de la culture de proximité (associations locales, petites compagnies, lieux d'accueil aux amateurs...). Cette politique "démantèle le maillage artistique et culturel français, renforce les inégalités territoriales, lamine l’action de proximité et confine les populations à l’offre unique et globale des industries du divertissement".

> Voir l'appel et le blog de l'UFISC.

Parallèlement hier, mercredi 27 février, à l'appel de la même UFISC, s'est tenue au Théâtre National de l'Odéon, une conférence de presse exceptionnelle, réunissant les plus grands noms du théâtre public - Patrice Chéreau, Ariane Mnouchkine, Didier Bezace, Stéphane Braunschweig... et bien sûr l'actuel maître des lieux Olivier Py. Après le coup de sang plutôt informel de Bartabas à la DRAC d'Île-de-France , c'est un rassemblement historique qui a eu lieu hier, avec pour objet de dénoncer toujours la baisse des subventions dans le théâtre public, "un sidérant déficit de politique culturelle", selon Olivier Py, ce "désengagement de l'État" qui "menace gravement la création".

Réagissant immédiatement, la ministre de la culture, Christine Albanel, qui vient de lancer les "entretiens de Valois", consultations générales pour la mise en place d'une politique culturelle dont les séances hebdomadaires ont été lancées le 11 février, s'est déclarée "un peu choquée et blessée", engageant les acteurs culturels à "sortir de cette idée de dire qu'on fait une politique culturelle en continuant à donner toujours plus de subventions".

Rappelons, comme le fait Marie-Christine Vernay dans Libération ce matin (voir ci-dessous), que le spectacle vivant, c'est "20 millions de spectateurs par an (3,5 millions pour les Centres dramatiques nationaux), 69 500 représentations, et que le nombre d’emplois dans ce secteur équivaut à celui de certains secteurs industriels".


Liens

> Le théâtre public fait front contre le "désengagement de l'État"

> Coup de théâtre à l'Odéon
, sur Libération, ainsi que les autres éléments du dossier, "Christine Albanel sous le choc" et commentaires à chaud à la sortie de l'Odéon.
> un article optimiste sur Localtis après la première séance des entretiens de Valois.


Et sur nonfiction.fr

> Sarkozy et/ou culture
, ou comment la culture "fait peur' au chef de l'État.
> Culture de rupture, pour une contre-lettre de mission à Christine Albanel, ministre de la culture.


--
crédit photo : Les Hotels Paris Rive Gauche - AlainB/flickr.com