Suivez-nous

FacebookRSS

"Déconstruction européenne" - Entretien avec Dominique David, rédacteur en chef de la revue Politique étrangère
[lundi 06 fvrier 2012]



À l'occasion de la parution du dernier numéro de la revue Politique étrangère (ifri) intitulé "La déconstruction européenne ?", Nonfiction.fr a rencontré son rédacteur en chef, Dominique David.

 

Nonfiction.fr- Pourquoi l'expression « la déconstruction européenne » comme titre du dernier numéro de Politique étrangère ?

Dominique David- On est parti de la notion de construction européenne, de ses trois dimensions : unification économique, empilement institutionnel et espace « psycho-politique ». Or ce triptyque est en crise. Sur l'économie, l'Europe n'apporte plus la richesse. Elle n'est plus une garantie de prospérité et de croissance. L'Union européenne fait figure de puissance économique en décalage avec la mondialisation.

Au niveau institutionnel, le désordre est impressionnant. Les institutions de l'Union européenne ne correspondent pas à sa complexité. Et lorsque c'est éventuellement le cas, les peuples ne les comprennent pas. Le montage institutionnel post-élargissement n'est pas opérationnel, et n’est pas reconnu comme légitime par les opinions. D'ailleurs, toute les décisions et avancées prétendant gérer l’actuelle crise se sont effectuées hors des institutions communautaires, celles-ci ne les récupérant que formellement.

Enfin, dans ce que je nomme « l'espace psycho-politique », la « crise de moral » est évidente. L'Europe n'est plus nécessaire à la paix pour les nouvelles générations, et elle n’assure plus la prospérité économique. Quant à l'intergouvernementalisme exacerbé qui règle désormais le fonctionnement de l’UE, il engendre aussi une déconnexion avec les peuples européens. C'est d'ailleurs un paradoxe : l'intergouvernementalime actuel apparaît encore plus éloigné des peuples que pouvait l'être la méthode communautaire des années 1990.

 

Nonfiction.fr- Mais alors, quelles perspectives, quelles solutions ?

Dominique David- Il se dégage de notre numéro consacré à la crise européenne trois perspectives : les questions du projet, des institutions et de l'architecture générale. Sur le projet, il faut retrouver l'idée de croissance économique afin de travailler à la sauvegarde d'un style de société propre à l'Europe. Puis il faut régler le problème institutionnel et de la démocratisation de la construction européenne. Il y a à d’ailleurs là débat. Un néo-chevènementiste considérerait que l’espace national est le seul espace de production de la démocratie, et que donc l’UE n’a rien à vois là-dedans. Une autre voie, celle de la création d'un espace politique européen, est défendue dans les contributions de Maxime Lefebvre et Alain Richard. Dans la situation actuelle soulignent-ils, les nations ont la politique (politics) mais pas les politiques (policies), et inversement pour l'Union européenne.

Quant aux institutions, les économistes sont formels : il faut passer à un fédéralisme budgétaire – alors qu'aujourd'hui tout est intergouvernementalisme. On est donc en présence de deux tendances historiques contradictoires : la logique institutionnelle dominante, qui va vers l'intergouvernementalisme, et une sorte d’évidence technique ou fonctionnelle qui exige un saut vers le fédéralisme. Enfin, quant l'architecture globale de l’UE, Maxime Lefebvre pose clairement la question - fondamentale - de savoir s'il est toujours raisonnable de voir l'Union européenne comme un ensemble homogène, organisé sur un mode pyramidal comme un espace politique unique.

 

Propos recueillis par Nicolas Leron et Estelle Poidevin, le 10 janvier 2012.

 

* Sommaire du numéro "La déconstruction européenne ?" :

- "Europe politique : un espoir est-il raisonnable ?", par Alain Richard  (>> article disponible en PDF et entretien vidéo)

- "Réenchanter le rêve européen ?", par Maxime Lefebvre (>> entretien vidéo)

- "Zone euro : les responsables de la crise de la dette", par Patrick Artus

- "Enfin une gouvernance économique de la zone euro ?", par Jacques Mistral

- "Schengen : une crise en trompe l'oeil", par Virginie Guiraudon

- "Opinions et partis européens face à la crise de l'Union monétaire", par Cécile Leconte

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr