Suivez-nous

FacebookRSS

La droite investit le Web
[mercredi 02 fvrier 2011]

Fin février, un nouveau site d’information généraliste, Atlantico, devrait s’immiscer dans le paysage du journalisme Web français. Clairement marqué à droite, ce nouveau site d'information souhaite, selon L’Express  reconquérir le secteur de l’information sur Internet, jusqu’ici occupé par des médias "de gauche" tels que Mediapart ou Rue89.

Ses fondateurs, Pierre Guyot, ancien journaliste à RTL, Europe 1 ou encore BFM TV, et Jean-Sébastien Ferjou, qui officiait auparavant sur TF1 et LCI, se défendent néanmoins d’orienter le nouveau pure player vers un parti politique précis et ainsi apparaître comme un "Mediapart de droite", tel qu’il avait été précédemment annoncé dans la presse. Même le nom du projet, qui laisse pourtant présager des influences atlantistes et libérales, ne serait que "le simple fruit de la passion marine de Jean-Sébastien Ferjou, originaire de La Rochelle"... .

Le conseiller de Nicolas Sarkozy Patrick Buisson, ex-rédacteur en chef de Minute et de Valeurs actuelles, a également réfuté tout lien de l’Elysée avec Atlantico ainsi que toute implication personnelle dans le projet : "Je n’ai aucun rapport, ni sur le plan financier, si sur le plan éditorial, avec ce projet" .

Pourtant, le nom des investisseurs déclarés ou supposés du Web-média ne semble laisser planer aucun doute quant à son orientation politique. Déjà à l’origine du projet de lancement d’un média libéral en ligne intitulé Faits du jour – finalement avorté –, Arnaud Dassier a investi dans celui d’Atlantico. Ex-directeur du pôle digital de l’agence de communication L’Enchanteur, désormais directeur d’une société de conseil stratégique digital, Hypernaut , Arnaud Dassier explique dans L’Express sa volonté de réfréner l’influence de la gauche sur Internet : "Je redoutais de ne voir émerger que des sites hostiles au pouvoir, et contre l’économie de marché en général. Trois ans plus tard, mes craintes se sont révélées fondées. Aujourd’hui, les idées de la droite et du centre n’existent pas sur Internet". Cependant, même s'il a confirmé aux Inrockuptibles être actionnaire à hauteur de "quelques dizaines de milliers d’euros", Arnaud Dassier détiendrait moins de 10% des parts.

Parmi les investisseurs déclarés, il faut noter celle de l’actuel vice-président de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) Charles Beigbeder. Ancien PDG de Poweo, il a également fondé Agrogeneration, entreprise d’exploitation céréalière en Ukraine, ou encore le courtier en ligne Selftrade. Candidat à la Présidence du MEDEF en 2005 et membre du Parti radical de Jean-Louis Borloo, cet ultralibéral s’est vu complimenter en 2008 par Nicolas Sarkozy, qui voit en lui "un exemple du capitalisme que nous voulons : un capitalisme d’entrepreneurs et non un capitalisme de spéculateurs" .Les noms de Marc Simoncini, créateur de Meetic, ainsi que celui de Xavier Niel, nouvel actionnaire du Monde depuis novembre, sont également avancés.

Une version bêta du site , qui circule depuis cet été sur Internet, présente une maquette qui ressemble beaucoup au site d’opinion et d’analyse de Jean-Marie Colombani, Slate.fr. En effet, le futur pure player s’appuiera lui aussi sur du journalisme de liens ainsi que sur "les contributions de personnalités, d’experts ou de témoins" . Contrairement à Slate cependant, davantage axé sur des articles d'analyse et d'enquête, le site sera "plus en prise avec l’actualité chaude" selon Jean-Sébastien Ferjou.

Dans son mode de fonctionnement, Atlantico – qui ne prévoit pas pour l’instant de système payant d’abonnement en ligne – s’inspirerait du Huffington Post, journal d’information progressiste qui s’est, depuis la campagne présidentielle de 2008, imposé durablement dans l’univers médiatique américain.

La rédaction du pure player sera composée d’après Owni de quatre à six journalistes et soutenue par des pigistes ponctuels. Grâce à ce dispositif, Pierre Guyot compte bien installer Atlantico durablement sur Internet : "Nous avons parfois l’impression que les projets de sites d’information sont lancés sur le Web faute de mieux. Or, les possibilités du Web sont loin d’avoir été vraiment exploitées par les pure players français et notre approche de journalistes audiovisuels fait vraiment la différence […] Nous ne voulons pas faire de la simple resucée de dépêches. Nous sommes dans une démarche de production de contenus propres et d’expérimentation de nouveaux usages" . Pour en juger, rendez-vous pour le lancement d’Atlantico fin février.

 

 

 

Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo
A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr