Histoire

Les Gaulois expliqués à ma fille

Couverture ouvrage

Jean-Louis Brunaux
Seuil , 105 pages

Nos ancêtres les Gaulois
[mardi 09 novembre 2010]
Un panorama synthétique et accessible de la civilisation gauloise.

L’histoire des Gaulois semble faire partie de notre panthéon national au même titre que l’épisode de Jeanne d’Arc ou les campagnes de Napoléon ; pourtant, si chacun s’est fait, grâce à l’apport de la bande dessinée, une idée colorée de ces lointains " ancêtres " chers à Michelet et aux romantiques, force est de constater qu’elle est pourtant l’objet d’une méconnaissance profonde. Cette méconnaissance est structurelle : la civilisation gauloise n’ayant pas fait usage de l’écrit, elle n’est connue que par les sources archéologiques ou par des écrits grecs et romains, qu’ils soient d’historiens (Polybe, Tite-Live, Posidonios d’Apamée) ou de stratèges (César), et qui nous ont donc transmis leur propre vision de leurs remuants voisins.

Un livre contre les idées reçues

C’est cette histoire, méconnue et fantasmée, que Jean-Louis Brunaux, archéologue spécialiste de l’histoire de la civilisation gauloise et des questions religieuses en particulier , entreprend d’écrire avec pédagogie et simplicité dans son ouvrage Les Gaulois expliqués à ma fille. En une série de questions-réponses, élaborées avec l’aide de la benjamine de ses filles, l’auteur nous livre un panorama global du monde de "nos ancêtres les Gaulois ".

Un panorama réussi de la civilisation gauloise

Cent sept pages pour décrire tous les aspects d’une civilisation de plusieurs siècles, cela peut paraître rapide. Pourtant, Jean-Louis Brunaux explore toutes les facettes de cette histoire si souvent méconnue et fantasmée : l’identité de cette population désignée sous le terme de " Gaulois ", son histoire, leur puissance guerrière, leur système de gouvernement, les aspects de la vie quotidienne, leurs croyances, leur civilisation, font chacun l’objet d’un " chapitre " regroupant plusieurs questions-réponses sur le même thème. En s’appuyant sur les sources disponibles, archéologiques ou écrites, l’auteur replace les Gaulois dans leur contexte, cherchant d’abord à définir la notion même de " Gaulois " et rappelant que sous ce terme générique est désigné l’ensemble des peuples vivant en Gaule jusqu’à la conquête de César. Une histoire des Gaulois est ensuite brièvement retracée, en mettant l’appui sur leur puissance guerrière et leur activité de conquérants : en somme, les vecteurs qui nous ont transmis la connaissance de cette histoire, décrite à partir des premières mentions des Gaulois par les Grecs installés à Phocée au VIe siècle avant Jésus-Christ jusqu’à la défaite d’Alésia et la conquête romaine (milieu du premier siècle avant notre ère). La civilisation gauloise est ensuite décrite avec précision et simplicité, mettant en lumière les points communs avec les systèmes de gouvernement voisins ou actuels, ainsi que les divergences en matière de pratique religieuse ou artistique. L’auteur prend soin de rappeler combien, malgré les difficultés que nous avons à connaître précisément l’histoire des Gaulois, ceux-ci ont transmis aux générations futures des inventions techniques et agricoles dont l’usage a perduré jusqu’à la mécanisation, à partir de la fin du XVIIIe siècle : d’après Brunaux, l’héritage de la civilisation gauloise imprègne toujours notre quotidien, à travers la langue, les toponymes, certains outils, voire certains traits de caractère régulièrement attribués aux Français…

La question des sources

L’absence de sources directes met en lumière l’importance de l’apport de l’archéologie pour étudier une civilisation, ce que Jean-Louis Brunaux explique à plusieurs moments : la connaissance de la typologie de l’habitat gaulois, des coutumes funéraires, des parures et de l’armement doivent beaucoup à l’archéologie. À aucun moment, Jean-Louis Brunaux n’esquive la difficulté consistant à parler d’une époque connue exclusivement à partir de sources indirectes, qu’il décrit à plusieurs reprises et dont il explique avec pédagogie l’utilisation que l’historien peut en faire et les précautions qu’il convient d’appliquer à leur interprétation.

Aux origines d’une légende

L’ouvrage Les Gaulois expliqués à ma fille apporte en outre les réponses tant attendues du grand public aux questions fondamentales qu’il se pose à la lecture d’Astérix : la fameuse légende selon laquelle les Gaulois n’auraient craint qu’une seule chose, que le ciel leur tombe sur la tête, par exemple, trouve une explication historique dans le récit de leur visite à Alexandre le Grand, où ce dernier se serait entendu répondre cela alors qu’il demandait à ses visiteurs s’ils le redoutaient  . La question des pouvoirs magiques des druides, ou encore celle de la place des bardes dans la société, sont également abordées  et permettront à tout lecteur de savoir enfin la vérité sur ces sujets popularisés par Goscinny et Uderzo. Jean-Louis Brunaux poursuit ainsi la démarche qu’il avait tenue lors d’un précédent ouvrage, intitulé Nos ancêtres les Gaulois, idées reçues sur la Gaule, paru aux éditions du Seuil en 2008.

On ne reprochera à cet ouvrage que de légers points de détail : le jeu des questions-réponses, par exemple, aurait rendu souhaitable la présence d’un index, dans la mesure où les questions abordées se recoupent d’un chapitre à l’autre ; il est vrai toutefois que rédiger un index pour un ouvrage de cette taille semble un peu démesuré, même s’il aurait rendu le feuilletage plus aisé. Ensuite, mais cela tient au parti-pris de l’auteur de faire un ouvrage très grand public et très généraliste, il aurait été appréciable de voir citées les œuvres littéraires auxquelles il fait référence ; si tout le monde connaît la Guerre des Gaules, il est peut-être moins aisé pour le profane de retrouver la trace de Ptolémée Sôter ou de Posidonios d’Apamée. Enfin, dans la mesure où référence est faite aux objets de la civilisation gauloise parvenus jusqu’à nous, et où la jeune interlocutrice de Jean-Louis Brunaux exprime son désir de les voir au musée, il aurait sans doute été intéressant de glisser, en une phrase, le lieu de conservation des principales collections archéologiques.

Dans Les Gaulois expliqués à ma fille, Jean-Louis Brunaux se livre à un véritable exercice de pédagogie et de concision. Son ouvrage trouvera sans nul doute sa place chez tous les esprits curieux d’en savoir plus sur cette civilisation si mal connue et qui, pourtant, imprègne encore notre quotidien..

Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo
A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr