Suivez-nous

FacebookRSS

Jacques Derrida et Sylviane Agacinski : révélation inattendue dans une biographie à paraître
[lundi 27 septembre 2010]



J'étais en train de lire la biographie à paraître de Jacques Derrida, lorque je suis tombé sur une révélation inattendue.

Durablement marié avec Marguerite, Jacques Derrida a eu également une longue relation secrète avec Sylviane Agacinski (future épouse de Lionel Jospin à partir de 1994), laquelle a duré de longues années. De cette union adultère, un premier enfant aurait pu naître en 1978, mais Sylviane reconnaît avoir avorté :

"Le bonheur absolu [entre Jacques et Sylviane] a commencé à s'abîmer dès 1978 : d'un commun accord, mais non sans souffrance des deux côtés, Sylviane a eu recours à une IVG".  .

Elle confirme un peu plus loin qu'elle a bien eu, plus tard, un enfant avec Jacques Derrida, Daniel, né en 1984.

Contacté par nos soins, l'éditeur du livre précise que "Sylviane Agacinski n’a pas souhaité apporter son témoignage à l’auteur de cette première biographie de Derrida, mais Benoît Peeters lui a fait relire tous les passages qui la concernaient."

Compte tenu des différents protagonistes, de leur sujets de recherches et d'engagement, du débat sur la question des femmes et des positions de Derrida et Agacinski sur les questions de procréation, le PACS, le droit à l'enfant, l'homoparentalité etc., on peut supposer que cette page va faire grand bruit.

 

Frédéric Martel

 

* Benoît Peeters, Derrida (Grandes biographies / Flammarion, 737 p., 27 Euros). A paraître le 6 octobre 2010.

 

A lire sur nonfiction.fr :

- "Forte réaction de Sylviane Agacinski au rapport de Terra Nova sur les lois de bioéthique", par Margaux Loire.

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

24 commentaires

Avatar

lyly

24/11/16 10:53
Je soutiens totalement Sylviane Agacinski Qui a le courage d'affirmer le respect et le droit des femmes. Les attaques sur la vie privée de Derrida sont du niveau caniveau. Le combat continue pour les femmes.
Avatar

Paulo

23/10/10 11:04
Franchement, vous croyez que ça nous intéresse ? Minable, minable...
Avatar

Byzance

02/10/10 23:19
Les positions de Sylviane Agacinski sur les mères porteuses n'ont pas plus à Terra Nova, à Nonfiction. Il faut se la faire. Pas joli et surtout raté. Au fait je crois qu'une fois elle a copié en dictée sur son voisin. ça c'est un scoop coco.
Avatar

baal

02/10/10 21:27
Je ne comprends pourquoi lâéloge derridien de la polygamie que jâai posté est illisible. Je refais une tentative :
« Si jâétais législateur, je proposerais tout simplement la disparition du mot et du concept de âmariageâ dans un code civil et laïque. Le âmariageâ, valeur religieuse, sacrale, hétérosexuelle - avec vÅu de procréation, de fidélité éternelle, etc. -, câest une concession de lâEtat laïque à lâEglise chrétienne - en particulier dans son monogamisme qui nâest ni juif (il ne fut imposé aux juifs par les Européens quâau siècle dernier et ne constituait pas une obligation il y a quelques générations au Maghreb juif) ni, cela on le sait bien, musulman. En supprimant le mot et le concept de âmariageâ, cette équivoque ou cette hypocrisie religieuse et sacrale, qui nâa aucune place dans une constitution laïque, on les remplacerait par une âunion civileâ contractuelle, une sorte de pacs généralisé, amélioré, raffiné, souple et ajusté entre des partenaires de sexe ou de nombre non imposé.» (Derrida au Monde, le 19.08.2004)
Avatar

baal

02/10/10 21:22
Je comprends mieux l'attaque incongrue du "monogamisme" que Derrida fait tout à coup dans le dernier entretien qu'il a accordé (au Monde, le 19.08.2004):
« Si jâétais législateur, je proposerais tout simplement la disparition du mot et du concept de âmariageâ dans un code civil et laïque. Le âmariageâ, valeur religieuse, sacrale, hétérosexuelle - avec vÅu de procréation, de fidélité éternelle, etc. -, câest une concession de lâEtat laïque à lâEglise chrétienne - en particulier dans son monogamisme qui nâest ni juif (il ne fut imposé aux juifs par les Européens quâau siècle dernier et ne constituait pas une obligation il y a quelques générations au Maghreb juif) ni, cela on le sait bien, musulman. En supprimant le mot et le concept de âmariageâ, cette équivoque ou cette hypocrisie religieuse et sacrale, qui nâa aucune place dans une constitution laïque, on les remplacerait par une âunion civileâ contractuelle, une sorte de pacs généralisé, amélioré, raffiné, souple et ajusté entre des partenaires de sexe ou de nombre non imposé.»
Vive la polygamie, donc.
Page  1  2  3  4  5 

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr