Suivez-nous

FacebookRSS

La blogosphère et le débat sur l'identité nationale
[mercredi 16 dcembre 2009]

Sur son blog hébergé par le site de la revue L’Histoire, l’historien Michel Winock a lancé, au début du mois de décembre, un chantier ambitieux qui se poursuivra sur un trimestre. Chaque jour, autour de trois notions qui resurgissent avec fracas dans le débat public ("France, nation, identité nationale"), il va redonner de la profondeur historique à la question suivante : "qu’est-ce qu’être Français ?".

Après une dizaine de billets qui se confrontent à l’actualité (Pourquoi avoir peur de l’Islam ? Comment décrypter le discours sur les minarets ? Que penser de l’amalgame qui identifie la France à l’héritage révolutionnaire ? Quid de l’incohérence entre le débat sur l’identité nationale et la suppression de l’enseignement de l’histoire obligatoire en Terminale S ?...), on salue le résultat. Par touches successives, notre regard s’aiguise, et l’on saisit mieux l’entreprise démagogue et électoraliste, le jeu avec les émotions des couches populaires, la dangereuse dénonciation de boucs-émissaires.

La revue de quelques blogs est sans appel : ce constat est partagé par nombre d’intellectuels, écrivains, essayistes qui éclairent le débat de leur regard singulier :

Le 19 novembre dernier, Bernard-Henri Lévy signe un article sur le blog de sa revue La règle du jeu : "Monsieur Besson, l’Europe et Martin Heidegger". Autant le débat sur l’identité française lui paraît inutile et dangereux ("nationalisme remis sur le métier des rhétoriques populistes et rances"), autant une autre identité lui semble en péril, à savoir l’identité européenne qui s’épuise dans une Europe communautaire en déshérence.

Le 9 décembre, s’exclamant "Quoi ! Des cohortes étrangères feraient la loi dans nos foyers !", le romancier et biographe Pierre Assouline hésite entre l’indifférence, la révolte et la dénonciation militante devant ce débat identitaire que sont sommés d’organiser les préfectures. Son regard critique se porte plus spécifiquement sur les supposés "textes de référence" recommandés par le ministère pour nourrir nos cerveaux vagabonds de quelques "extraits d’œuvres" sur cette question censée nous tenailler...

Le 10 décembre, le directeur de la publication du Nouvel Observateur, Denis Olivennes reprend sur son blog un édito paru dans son hebdomadaire et intitulé "Opération identité" qui synthétise le constat partagé par la gauche démocratique, et beaucoup de la droite républicaine : le vrai problème en France n’est pas l’identité de la nation mais bien l’avenir économique du pays, la pérennité de son modèle social, la solidité du principe de laïcité qui tente, vaille que vaille, de concilier l’indivisibilité de la République avec le respect des particularismes.

En serait-on revenu, dans l’ordre de la pensée, à une résistance tenace à la conception matérialiste de la patrie au profit de la nation spirituelle et élective fondée sur l’éthique commune et les valeurs morales ? La vitalité de la blogosphère rappelle en tout cas que la France demeure le pays de la discussion ouverte où les plus éclairés prennent le relais de la parole politique quand elle est jugée défaillante.

Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo
A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr