Suivez-nous

FacebookRSS

Politique

La Révolution française n'est pas terminée

Couverture ouvrage

Vincent Peillon
Seuil , 214 pages

Savant ou politique ?
[mardi 14 octobre 2008]


Vincent Peillon navigue entre posture du savant et compétiteur politique, au risque de couler.

Sur les rayonnages débordant d’essais de responsables politiques, l’ouvrage de Vincent Peillon brille d’un éclat particulier. Il se tient, en effet, à bonne distance des opuscules saisonniers que l’on voit fleurir à chaque élection. Il n’appartient pas non plus à la catégorie foisonnante des "ce que je crois…", le genre d’ouvrage que se met en devoir de publier tout élu qui se sent pousser des ailes. Il se distingue enfin de ces biographies rédigées d’une plume distante (souvent celle du nègre qui la tient) pour se placer à hauteur d’un personnage historique. Le livre de Vincent Peillon témoigne, au contraire, d’un remarquable effort d’originalité. Enfin un responsable politique qui se veut aussi "savant" ! Enfin un savant qui fait (vraiment) de la politique .

Cette entreprise n’étonne qu’à moitié de la part de ce responsable politique de premier plan du parti socialiste qui n’a jamais voulu abandonner, malgré les exigences de la carrière, son statut d’intellectuel. Il a d’ailleurs écrit plusieurs ouvrages consacrés à des penseurs que l’on retrouve dans celui dont il est question ici : Pierre Leroux et Jean Jaurès notamment .

On relèvera d’ailleurs que cette appétence pour le débat d’idées a particulièrement séduit les journalistes qui ont accueilli l’ouvrage de Vincent Peillon avec enthousiasme. Car voilà un homme politique qui écrit lui-même des choses très sérieuses et se situe de plain-pied dans le débat d’idées ; et ce d’autant plus qu’il attaque de front un monument historiographique national, la thèse de François Furet sur la "fin" de la Révolution française ! On imagine sans peine l’émoi suscité par un tel OPNI (ouvrage politique non identifié) dans les services politiques des rédactions, peu habitués à une telle audace.

 


Réhabiliter la tradition d’un socialisme républicain négligé

Vincent Peillon souhaite réhabiliter la pensée d’auteurs longtemps oubliés dans l’histoire des idées de la gauche républicaine (Léon Bourgeois, Célestin Bouglé, Ferdinand Buisson, Henry Michel, Alfred Fouillée…). Ils ont écrit principalement à la fin du XIXe et au début du XXe siècle en défendant l’idée d’une république à la fois sociale, spiritualiste et humaniste, contre le positivisme régnant à l’époque notamment. Vincent Peillon s‘appuie, pour étayer sa démonstration, sur les travaux publiés ces dernières années en France par des chercheurs tels que Jean-Fabien Spitz, Serge Audier ou encore Marie-Claude Blais qui ont considérablement déblayé le terrain .

Mais Vincent Peillon prétend aller au-delà de ce premier mouvement où il se contente de résumer des travaux publiés récemment. Il fait aussi de ces auteurs et acteurs de la Troisième République triomphante les héritiers d’une tradition socialiste française elle-même minorée dans l’histoire de la gauche du XIXe siècle : celle des Pierre Leroux, Louis Blanc ou encore Joseph Proudhon (dans une partie de son œuvre du moins)… Ceux précisément qu’un Karl Marx s’emploiera, comme le dénonce Vincent Peillon, à effacer de cette histoire. Ce deuxième mouvement conduit l’auteur à une discussion sur l’interprétation de 1848 et de son rôle dans le socialisme républicain français – une discussion dans laquelle il croise le fer avec François Furet notamment.

L’établissement d’une telle généalogie permet à Vincent Peillon d’en venir à un troisième argument : la minoration marxiste de la tradition utopiste et/ou "libérale" du socialisme français du milieu du XIXe siècle a alimenté la relative marginalité de toute idée réformiste appuyée sur une vision à la fois solidariste et moins positiviste que spiritualiste et humaniste ("la religion de l’humanité"…) du lien social au sein du socialisme français du début du XXe siècle. Tout particulièrement dans le cadre institutionnel d’un parti unifié en 1905 sous les auspices d’un Jean Jaurès fortement contraint par l’orthodoxe Jules Guesde – en fait de "synthèse jaurésienne", Vincent Peillon voit surtout dans le souci unitaire du député de Carmaux, qu’il admire tant par ailleurs, une capitulation devant un "socialisme allemand" qui a profondément et longuement marqué le socialisme français.

L’auteur en arrive alors au quatrième temps de sa démonstration, sa conclusion en fait, où l’on retrouve pleinement l’homme politique qu’il reste en dépit de son long détour philosophico-historiographique. Faire de cette tradition oubliée et injustement traitée qu’est le socialisme républicain, ou plus généralement un républicanisme solidariste, spiritualiste et humaniste, le fondement d’une réflexion contemporaine sur le destin stratégique, organisationnelle et idéologique du socialisme français.

 



Bref, l’ouvrage est riche en références et l’argumentation est souvent serrée. Il convient donc de le traiter à la hauteur à laquelle l’a placé son auteur, et non comme le vulgaire plaidoyer pro domo de l’un des principaux lieutenants de Ségolène Royal dans les circonstances actuelles du socialisme français. Il convient aussi de le lire avec d’autres lunettes que celles, embuées d’émotion, de journalistes qui n’ont pas (plus…?) l’habitude d’une pensée articulée et "référencée" de la part des politiques.


Une thèse politique au risque de sa faiblesse historiographique


Ce qui frappe au premier abord dans le livre de Vincent Peillon, c’est son ton souvent polémique quand il n’est pas simplement péremptoire. Tout particulièrement lorsqu’il "discute" les thèses historiographiques avec lesquelles il se dit en désaccord. C’est le cas quand il en vient à critiquer l’œuvre de François Furet pour justifier son titre : La Révolution française n’est pas terminée. On ne comprend pas très bien pourquoi Vincent Peillon s’en prend à la thèse de Furet sur la "fin" de la Révolution dès lors que celle-ci concerne la clôture du débat sur le régime républicain lui-même et non son orientation et son contenu idéologique – ce dont traite précisément Vincent Peillon, comme le lui a fort justement fait remarquer Philippe Raynaud .

Or, si l’on suit bien l’auteur, ce n’est pas véritablement la thèse historiographique de Furet qu’il prend pour cible pour la dénoncer mais plutôt les positions politiques de celui-ci, telles qu’elles sont exposées, par exemple, dans La République du centre (ouvrage co-écrit avec Jacques Julliard et Pierre Rosanvallon en 1994, publié aux éditions Calmann-Lévy). Mieux aurait-il alors valu intituler l’ouvrage : "la République du centre n’existe pas…". S’en prendre ainsi à des thèses historiographiques solidement étayées par des années de recherche et de réflexion (Claude Nicolet est également pris à partie, encore que moins mal traité) pour affirmer un point de vue politique n’est sans doute pas la meilleure des méthodes car elle s’attire immédiatement des critiques aussi sévères que justes, à l’exemple de celle formulée par Mona Ozouf .

Ce d’autant, et c’est une deuxième critique que l’on peut adresser à l’auteur, que la manière de Vincent Peillon de débattre des thèses qu’il incrimine est assez cavalière. Il se retranche, en effet, systématiquement derrière des travaux de seconde main qui sont essentiellement d’origine philosophique – ceux de Jean-Fabien Spitz tout particulièrement qui avait livré une vigoureuse critique des thèses de Furet dans le premier chapitre "Le crépuscule de la république" de son Moment républicain en France . Or la critique historiographique, fut-ce des idées, se doit, pour être un tant soit peu crédible, de reposer sur un travail historique rigoureux qui se délègue difficilement et encore avec prudence, surtout lorsqu’il s’agit de présenter des thèses auxquelles on prétend ne pas adhérer. Au moins doit-on faire l’effort de les exposer de manière équitable avant de les critiquer.

 



Le dernier volet de ce problème historiographique du travail de Vincent Peillon concerne plus directement encore l’histoire des idées. Lorsqu’il ne cite pas des sources de seconde main, il renvoie directement aux dits et écrits des acteurs et des auteurs des époques qu’il retient (1848, la Troisième République…). Mais, il ne le fait alors que dans le but de corroborer son propre propos ! Or, la plus élémentaire règle de la méthode en la matière, si l’on veut faire œuvre de "savant", consiste à ne pas utiliser les "propos" de son objet d’étude pour servir de simple illustration à sa propre thèse, mais plutôt pour tenter de les sonder, comparer, évaluer… afin de voir si une hypothèse, fragile par définition, que l’on a formulée, est validée ou non. Il y a dans l’ouvrage de Vincent Peillon un étonnant renversement de perspective puisque les auteurs qu’il cite sont tous (en appui ou en contre) utilisés pour conforter sa thèse – alors même qu’il adresse ce reproche à Furet !

Ce triple problème historiographique s’aggrave encore par la suite lorsqu’il se double d’une question relative à la prescription politique ordonnée par Vincent Peillon : son absence de toute contextualisation socio-historique. Alors même que la "tradition" d’histoire des idées sur laquelle il s’appuie – le "néo-républicanisme"  sans jamais la mentionner autrement que par le truchement de ses interprètes français, est fortement orientée par une impérieuse exigence de contextualisation de la pensée. Comment, dès lors, prétendre que l’on peut appuyer un quelconque renouveau du socialisme français au XXIe siècle (ô combien nécessaire, certes…) sur des doctrines qui ont pour cadre historique et pour arrière-plan social le tournant des XIXe et XXe siècles ?

Comment faire du "solidarisme", par exemple, une doctrine pour notre temps, alors qu’elle a précisément été pensée en un temps et pour un temps où la protection sociale des travailleurs n’existait pas, où l’ É tat social sans même parler d’ É tat-providence, n’était qu’embryonnaire, où la redistribution par l’impôt direct ou les cotisations sociales étaient inexistante ? La conclusion de l’ouvrage laisse le lecteur pantois face à une telle incantation. Elle est proprement "hors sol", inscrite dans une totale absence de prise en compte de la réalité dans laquelle nous vivons hic et nunc. Absence d’autant plus troublante qu’elle émane d’un responsable politique à l’image moderne, bien de son temps et ancré dans un territoire électif, la Somme, qui doit le ramener sans cesse aux exigences les plus immédiates.

 



Cette dernière remarque nous conduit à une question plus générale, de nature déontologique cette fois, soulevée par ce livre. On se demande en effet tout au long de l’ouvrage quel est le Vincent Peillon qui écrit ? Est-ce celui qui se présente comme un "savant" en faisant valoir son pedigree académique ou le "politique" engagé dans la lutte pour le pouvoir au parti socialiste ? On se pose d’ailleurs la question dès la couverture du livre puisque figure sur celle-ci une photographie, un portrait américain en noir et blanc, de l’auteur. Procédé incongru, loin des usages en tout cas, lorsqu’il s’agit d’un essai dit "savant". Procédé plus habituel, en revanche, lorsque l’on a affaire à un livre de responsable politique.

Ce ne serait donc qu’un ouvrage de promotion politique, un de plus. Il y a bel et bien là un hiatus entre le propos du livre et sa manière. Comme si Vincent Peillon se servait de son statut d’homme d’idées, et auprès de la presse, pour mieux vendre son discours et son positionnement au sein du PS. Comme s’il voulait à la fois en devenir l’intellectuel de référence (pourquoi pas ?) et l’un des dirigeants (idem). Mais courir les deux lièvres à la fois suppose une véritable transparence pour qui se livre à un tel exercice, à condition même qu’il soit possible. Un propos intellectuel sérieux et, de là, crédible, suppose une rigueur, voire une certaine austérité qui s’accommode mal et du rythme et des exigences de la vie politique contemporaine, surtout lorsque l’on est en compétition, légitimement, pour les plus hautes fonctions dans son parti voire dans l’appareil d’ É tat. Il faut donc saluer l’effort mais le replacer à sa juste mesure à la fois comme citoyen, sensible à ce type de démarche, et comme "savant", très circonspect sur le sens d’un tel travail.

On trouve dans l’ambiguïté fondamentale de l’ambition exposée par Vincent Peillon : être à la fois reconnu comme un vrai "savant" et comme un bon "politique", la matrice des défauts, gênants, de cet ouvrage.

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

8 commentaires

Avatar

A. d'Atger

15/10/08 14:14
Cette "critique" est elle-même dun ton excessivement "polémique", voire "péremptoire". Figure classique de larroseur qui sarrose Au point que lon ne peut pas sempêcher de soupçonner le motif dun obscur règlement de compte entre M. Bouvet et M. Peillon.
Procédant par argument dautorité (citation de la critique de Mona Ozouf, certes, mais quelles autres, puisque lauteur de cette note invoque le pluriel "des critiques aussi sévères que justes"), formules méprisantes faisant même appel aux vocabulaires zoologique et cormercial ("travaux de seconde main", "pedigree académique", "promotion politique", "vendre son discours") et raccourci méthodologique, M. Bouvet finit, tout de même, par nous révéler quel est le véritable objet de sa "gêne" : la photographie ("un portrait américain", cest tout dire !) de la couverture du livre de M. Peillon, laquelle serait, selon le professeur en sciences politiques, la signature de "lambiguïté fondamentale de lambition" (il pourrait dire plus franchement : "le double-jeu") du député européen par ailleurs agrégé de philosophie.
En réalité, à lire attentivement ces lignes vengeresses, on cherche en vain la démonstration "rigoureuse" (c'est la méthode préconisée, à juste titre, par M. Bouvet) dun double manquement du livre de M. Peillon à, premièrement, lexigence historiographique (lauteur de "La Révolution française nest pas terminée" produisant, entre autres faits dhistoire, un nombre respectable de textes significatifs) et à, deuxièmement, la contextualisation socio-historique (M. Peillon est on ne peut plus précis sur les tenants et aboutissants politiques réels, contextualisés, des débats didées quil ressuscite).
Habituel procès en sorcellerie fait, dans lUniversité française, par lhistorien au philosophe ? Non, pas seulement. Ce qui est visé, in fine, par la censure outrée de M. Bouvet, cest le droit de lEsprit à sengager pleinement parmi les hommes tout en respectant, dune part, la nécessité morale de sortir la pensée dune "austérité" qui sent le caveau, et, dautre part, la nécessité politique réciproque de porter, par un engagement conséquent, cette élévation de la pensée à hauteur de tous les hommes.
Petite question, en forme de chute : M. Bouvet a-t-il connu quelques déceptions dans sa tentative propre dengager le "savant" quil prétend être dans "la vie politique contemporaine" ? La lecture de sa petite biographie, telle que publiée par nonfiction.fr, pourrait suggérer une réponse positive à cette question et expliquer, malheureusement, cette morgue qui suinte entre les lignes de sa faible critique.
Avatar

L. BOUVET

15/10/08 23:50
Mille excuses lecteur fatigué !!! Mais voici un commentaire sur le commentaire. Ce n'est pas trop dans mes habitudes quune telle occupation de lespace disponible mais le « commentaire » tout en procès dintention dA. d'Atger mérite une « petite » mise au point tant il sent bon lattaque ad hominem.

1/ Un mot dabord sur les remarques que vous vous permettez sur mes "intentions" supposées, cachées, etc. Car il en a toujours, n'est-ce pas ! Cela me rappelle les débats méthodologiques (eh oui...) que j'ai régulièrement sur le sujet avec certains collègues politistes et sociologues ! Il se trouve que je n'ai aucun "compte" d'aucune sorte à régler avec Vincent Peillon. Jai le vague souvenir de lavoir croisé deux ou peut-être trois fois (?) dans des circonstances toujours collectives à loccasion de mon « engagement » au PS lorsque jétais rédacteur en chef de la Revue socialiste à ce propos, non, je ne suis pas un « déçu » ni un frustré de lengagement Je me contente donc de lire Vincent Peillon et dapprécier, à loccasion, son travail lorsquil présente et commente les idées dauteurs tels que Leroux ou Jaurès par exemple. Pour ne rien vous cacher, je partage même largement ses idées sur le fait que le socialisme français ait trop longtemps souffert de la domination de son cousin allemand.

2/ Concernant le vocabulaire que vous me reprochez davoir employé : « zoologique » et « commercial » dites-vous ! Ah ? Je voudrais simplement vous signaler que lexpression « travaux de seconde main » est une expression consacrée et usuelle dans le monde académique pour désigner des ouvrages de commentaire sur des auteurs ou des uvres alors quon parle de « première main » lorsquil sagit dune source directe ou dun ouvrage de la main de lauteur dont on traite directement. Or Vincent Peillon ne commente pas Furet, il se contente de citer Jean-Fabien Spitz, notamment, commentant Furet. « Seconde main » donc. Ce nest pas péjoratif, cest simplement un fait. Pour le reste, le terme « pedigree académique » ne me paraît pas particulièrement insultant, je lemploie volontiers pour moi-même. Mais bon, dont acte. Quant aux expressions « promotion politique » et « vendre son discours », oui, certes, il sagit de marketing politique. Mais nest-ce pas précisément ce que fait Vincent Peillon avec ce livre ? Il contribue certes à lavancée de la connaissance et du savoir, jen conviens, mais il se sert aussi de son travail pour être présent dans la médias et défendre ses idées et intérêts de responsable socialiste de premier plan, engagé dans une bataille politique. Je lai lu, vu et entendu à plusieurs reprises parler de son livre et de la situation du PS ou de la politique du gouvernement dans les mêmes entretiens.

3/ Doù la question de la photo de couverture. Qui est bel et bien, me semble-t-il (à vérifier auprès des spécialistes) ce que lon appelle techniquement un « portrait américain ». Or vous semblez y voir de ma part une forme déguisée dantiaméricanisme (« cest tout dire » dites-vous) ! Pas ça, pas à moi ! Si cest le cas, vous vous êtes vraiment trompé dadresse Et la prochaine fois, renseignez-vous un tant soit peu (deux clics sur Google suffiront jimagine) avant de me prêter des intentions de ce genre. Sur le fond de laffaire, cette mise en scène de lauteur sur la couverture pose problème dès lors que le livre est présenté et revendiqué par celui-ci comme un livre « savant » (discussion des thèses historiographiques de Furet sur la Révolution française, exposition de doctrines oubliées ou maltraitées de lhistoire des idées, discussion dinterprétations classiques sur certains événements historiques, dont Marx sur 1848 ou 1871, etc.). Tout simplement parce que pour un « savant », aussi éminent soit-il, il nest pas dusage de safficher ainsi. Les éditeurs finissent par mettre les portraits en couverture des plus grands et des plus célèbres mais essentiellement de manière posthume les deux volumes parus lan dernier des écrits de Furet, lun chez Gallimard, lautre chez Bouquins illustrent bien ce cas par exemple Le portrait en couverture du moindre opuscule est plutôt une habitude de politique ! Vous dites « double-jeu », cest le mot exact.

4/ Plus au fond encore Les critiques de nature académique que jadresse au travail de Vincent Peillon ne le sont précisément que dans la mesure où il se revendique lui-même de ce milieu voir à ce propos linsistance quil met à rappeler quil est philosophe, agrégé et docteur, quil a été « directeur de recherche au CNRS » pendant deux ans La manière même dont il présente son livre appelle ce genre de critique. Ne serait-ce que par le type de discussion quil prétend mener contre la thèse de Furet par exemple. Il sagirait dun homme politique lambda qui ne revendique pas son statut de « savant », il ne serait pas question de lui faire des critiques de ce genre, bien évidemment ! Et contrairement à ce que vous avez lair de penser, non, Vincent Peillon nest pas précis du tout dans la contextualisation de son propos. Et non il nest pas rigoureux dans lusage quil fait des textes des auteurs sur lesquels il sappuie puisquil les utilise pour conforter ses thèses et non pour ce quils disent ou ne disent pas eux-mêmes. Linterprétation quil donne de Louis Blanc ou de Edgar Quinet par exemple est tout à fait contestable et si son livre avait été lu non par des journalistes politiques mais par des spécialistes de cette période et de ces auteurs, elle laurait été. De plus, Vincent Peillon na pas nécessairement raison parce quil expose lopinion quil porte sur des événements historiques ou des idées politiques sur le ton de « voilà la vérité ». Cest en cela quil est péremptoire. Ainsi, le cadre historiographique dinterprétation du républicanisme dans lequel il sinscrit nest-il dailleurs lui-même quun lecture particulière de la notion de liberté ou de celle dautonomie. Elle est discutable même si on la trouve riche heuristiquement en ce quelle complète celle des penseurs et historiens libéraux ou marxistes par exemple. Mais croire en une vision de lhistoire (des idées) nest pas avoir nécessairement raison. Or, Vincent Peillon ne cesse de dire quun tel ou un tel (la liste est longue et prestigieuse : Furet, Nicolet, Marx, Tocqueville) se trompe sur la lecture de tel événement ou face à lHistoire Je ne dis pas quant à moi que Vincent Peillon se trompe, je dis simplement quil ne sy prend pas avec toutes les précautions nécessaires lorsquil se lance à lassaut de certaines thèses et interprétations qui ont été travaillées en profondeur par leurs auteurs, elles On sent bien dailleurs que Vincent Peillon manque de temps à la manière dont il cite ses sources. Cest une indication très sûre sur la manière de travailler dun auteur.

5/ Enfin, vous me reprochez duser dun « argument dautorité » parce que je reprends à mon compte en les évoquant les critiques de Mona Ozouf (et de Philippe Raynaud dailleurs que vous avez oublié). Je ne vois pas bien le rapport avec largument dautorité. Il sagit simplement de signaler que des auteurs qui ont bien connu Furet ont souligné que Vincent Peillon ne lavait sans doute pas lu avec toute lattention nécessaire. Et plutôt que de reprendre en détail leur argumentation, jai préféré y renvoyer le lecteur de ma recension. Là encore, usage normal, fréquent et habituel de ce genre dexercice. Mais argument dautorité, là, je ne vois pas. Ou alors nous nen avons pas la même définition.

Conclusion (provisoire ?) : vous avez totalement le droit davoir apprécié louvrage de Vincent Peillon, et dapprécier lhomme politique quil est, et de souhaiter le dire publiquement à loccasion dun commentaire sur nonfiction.fr pourquoi pas !? Cest très bien. Je me contente pour ma part, ici, sur ce même site, de faire des recensions et des critiques douvrages pour ce quils sont, en fonction de leur contenu et non de lappréciation personnelle que je porte à leur auteur à condition même que je le connaisse. Contrairement à ce que vous avancez un peu rapidement, jexplique en quoi je trouve tel ou tel aspect problématique, je nassène jamais de jugement qui viendrait en surplomb et surtout, je ne me permets jamais de dire quelles sont les intentions cachées éventuelles de lauteur. Cest précisément là une différence, essentielle à mes yeux, entre ce qui relève du commentaire en forme de dénonciation et ce qui renvoie à lanalyse explicative.
Avatar

A. d'Atger

16/10/08 10:19
Mon commentaire sur votre commentaire de mon commentaire sera le plus court possible (fatigue du lecteur...).
1 - "Dire quelles sont les intentions cachées éventuelles de l'auteur", c'est exactement le fond de votre lecture anti-politique (vous enfoncez même le clou du "marketing politique") du livre de M. Peillon. Votre dénégation (flagrante) est la conclusion paradoxale de votre autojustification.
2 - "Monde académique", "auteurs qui ont bien connu (je dirai plutôt : suivi) Furet" (au passage, le débat Raynaud-Peillon ne nous portait pas spécialement à convenir de la pertinence des arguments de M. Raynaud), ton très pontifiant de tout votre point 4, moralisme esthétique à propos des couvertures des livres politiques... : voici bien ce que l'on appelle, en sociologie, une "escalade de l'engagement" (il ne s'agit pas de l'engagement politique, mais de la façon dont on persévère dans une certaine action au défi de la raison).
3 - Puisque vous fréquentez des sociologues, interrogez-les sur l'autojustification comme rationalisation de l'escalade de l'engagement (travaux de Barry Staw, Glen Whyte, Max Bazerman...). Cela peut nous aider à une certaine prise de conscience (comme à propos de la connotation douteuse de "pedigree" dont on abuse en matière humaine). Je me permets de vous recommander, dans le même sens, la lecture salutaire de "Mes démons", d'E. Morin, qui vient de paraître (pas de photo de l'éminent philosophe en couverture)...
4 - "Procès d'intention" : j'assume. Mais "attaque ad hominem" : certainement pas. Donc : bien respectueusement !
Avatar

L. BOUVET

16/10/08 16:54
Brisons là en effet, cher A. d'Atger, de peur de lasser. Et laissons le lecteur (courageux) juge de notre échange. J'ai toute confiance dans son discernement quant aux arguments que nous avons échangés et quant à leur pertinence que vous mentionnez fort à propos !
Et merci pour vos conseils de lecture, ils m'aideront, j'en suis persuadé, à mieux comprendre l'"autojustification" de mon non engagement (si j'ai bien compris...) et ma "lecture antipolitique" (une expression me concernant qui ferait bien rire amis, collègues, étudiants et autres camarades).
Merci, enfin, pour votre conclusion sur le "procès d'intention" que vous assumez. Votre clairvoyance me rassure d'une certaine manière.
Avatar

Mazarin 2.0

27/11/08 06:37
Quelle joyeuse distraction que le commentaire sur un commentaire de son commentaire... Monsieur d'Atger semble bien s'ennuyer ! C'est d'ailleurs bien le propre du désoeuvré que d'inventer des polémiques qui n'en sont pas sur la base de, je cite, "cette morgue qui suinte entre les lignes de [la] faible critique" de Laurent Bouvet (qui par ailleurs est politiste et non historien, un peu de précision ne fait pas de mal).

La perfidie sous-entendant quelques déceptions quant à l'expérience de l'auteur d'engager le savant dans la vie politique est pathétique : comment supposer cela d'un homme qui a été rédacteur en chef de la Revue socialiste et secrétaire général de la République des Idées ?

Par ailleurs, A. d'Atger ne semble pas savoir que le propre de l'activité scientifique et du débat intellectuel est justement la confrontation des contraintes méthodologiques tout autant que des concepts structurants. La rigueur de l'universitaire est effectivement le gage du progrès de la connaissance, par opposition à l'opinion ou l'intuition.

En somme, ce commentaire est lui-même dun ton excessivement polémique, voire péremptoire. Figure classique de larroseur qui sarrose Au point que lon ne peut pas sempêcher de soupçonner le motif dun obscur règlement de compte entre M. d'Atger et M. Bouvet. Mais le duel est inégal puisque le second signe au moins de son nom.
Avatar

Mouramu

15/11/09 11:43
Hallucinant!
Avatar

jlparm

05/01/13 10:56
Le premier des Robespierristes, le dernier thermidorien. Un grand esprit malade.
Avatar

Michel de Guibert

23/05/13 21:29
Extrait :
"La Révolution française est lirruption dans le temps de quelque chose qui nappartient pas au temps, cest un commencement absolu, cest la présence et lincarnation dun sens, dune régénération et dune expiation du peuple français. 1789, lannée sans pareille, est celle de lengendrement par un brusque saut de lhistoire dun homme nouveau.
La révolution est un événement méta-historique, cest-à-dire un événement religieux.
La révolution implique loubli total de ce qui précède la Révolution. Et donc lécole a un rôle fondamental, puisque lécole doit dépouiller lenfant de toutes ses attaches pré-républicaines pour lélever jusquà devenir citoyen. Et cest bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans lécole et par lécole, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi. »
Vincent Peillon, La Révolution française nest pas terminée
Cet extrait est assez terrifiant !
C'est très exactement à cette école qu'ont été formés Pol Pot et ses amis, et on a vu ce que cela a donné.
S'imaginer que l'on est passé de la nuit à la lumière, que l'on doit faire table rase du passé, que l'on doit "dépouiller l'enfant de toutes ses attaches pré-républicaines" (al. "arracher l'enfant à tous ses déterminismes") pour engendrer un homme nouveau, est une entreprise proprement totalitaire.
Il est intéressant aussi de voir comme le langage religieux chrétien est ici recyclé pour le détourner de son sens ("homme nouveau", "nouvelle naissance", "transsubstantiation", etc.)

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr