Arts visuels

Figures d'un monde en sursis. Un dialogue entre philosophie et photographies du temps présent

Couverture ouvrage

Claude Molzino
L'Harmattan , 159 pages

Photographies d'un monde en sursis
[lundi 18 juin 2018]


Un dialogue entre photographie et philosophie sur le temps de la fin que pourrait tre notre poque confronte aux risques dune apocalypse nuclaire et cologique.

Figures d’un monde en sursis se donne pour mission de mettre en relation les photographies de Matthias Koch et l’analyse philosophique qu’en fournit Claude Molzino . Ce « temps du présent » perçu par l’œil du photographe se pense en réalité comme un ensemble de clichés sur le « temps de la fin » que pourrait être notre époque. À la nucléarisation du monde, et au risque qu’elle représente pour le genre humain, s’ajoute une surexploitation de la planète qui font peser sur le monde du vivant une menace sans précédent.

Après avoir posé une réflexion sur les spécificités de l’art photographique, sur l’intérêt du « noir et blanc » et sur le rapport de la photographie au temps et au réel, Claude Molzino recourt principalement aux thèses de Roland Barthes, de Martin Heidegger et de Günther Anders pour démontrer l’utilité de l’art photographique. Sous la plume de la philosophe, ce dernier apparaît judicieusement comme un révélateur pour l’homme de son sursis, autrement dit comme un moyen de l’alerter sur sa responsabilité dans sa propre disparition. Aux risques de la dévastation et de l’annihilation, par delà l’épisode historique d’Hiroshima présenté comme le prélude de cette nouvelle « ère de l’humanicide », jamais selon Claude Molzino « l’être [n’a autant été] sous la menace du non être ».

Dès lors, les photographies de Matthias Koch, sous-tendues par leur éclairage philosophique, réveillent les consciences, voire la conscience du caractère caduque de l’humanité désormais confrontée à l’enjeu de sa survie. Claude Molzino nous rappelle que cette « inquiétante étrangeté » soulignée par le cliché photographique et qui en leur temps, interpella Marcel Proust (qui y voyait la marque de l’absence) et Roland Barthes (qui y associait la mort) devient chez Matthias Koch une révélation : celle de notre vulnérabilité et de l’incertitude sur notre avenir proche.

Les instantanés produits par le photographe allemand soulignent le « désenchantement du monde » et la nécessité à en témoigner de manière à ce que l’espèce humaine sorte de la somnolence inhérente à son quotidien. Qu’ils déplorent, qu’ils ironisent ou bien qu’ils alarment, les clichés de Matthias Koch témoignent de la fin de l’illusion, de cette sortie de l’innocence et de la naïveté coupable. L’enjeu de cette vision de notre présent et, de surcroît, de notre avenir, n’est pas de tomber dans un pessimisme sombre et aporétique qui nous considérerait d’ores et déjà comme condamnés à subir notre propre apocalypse. Bien au contraire, interpeller le lecteur-spectateur sur la portée philosophique des photographies apparaît comme un moyen d’agir, comme une possibilité d’éviter le pire et d’inverser le cours des choses. Il n’y a d’ombre qu’engendrée par la lumière.

Après une réflexion philosophique d’une trentaine de pages, le livre présente 27 reproductions photographiques accompagnées chacune d’un commentaire affuté où Claude Molzino mobilise nombre d’auteurs et de références philosophiques et littéraires allant de la Bible à René Char, de Saint-Augustin à Svetlana Alexievitch, comme autant d’invitations à poursuivre la réflexion. Ce cheminement intellectuel conduit en dernière étape à un « seuil » figuré par le porche d’une église médiévale située au milieu de nulle part mais qui aide le lecteur à comprendre le sens de l’itinéraire suivi de page en page.

La démarche de Claude Molzino s’apparente enfin à un hommage à la philosophie des temps passés considérée comme un moyen de comprendre et d’agir sur notre présent. D’un parking de supermarché de la banlieue parisienne à la vue aérienne d’un quartier de Mexico, d’une skyline nocturne de Hong-Kong à la ruralité du Yucatan, les photographies de Matthias Koch se font parfois l’écho de l’histoire allemande mais couvrent une géographie qui démontre à quel point ce qui est observable à l’échelle locale se trouve désormais lié à un destin global.

Nous renvoyons le lecteur au site de Matthias Koch où il est possible d’acquérir des tirages sur papier de ses œuvres ainsi que son recueil Unheimlichkeit.

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr