Littérature

La Revue Littéraire, n° 66

Couverture ouvrage

Richard Millet (red. chef.)
Léo Scheer

Un état (désabusé) de la littérature
[jeudi 09 mars 2017]


Au fil des critiques, LRL offre une réflexion sur la qualité de l’écriture et le devenir de la « littérature » actuelle.

De format 14,5 par 22,5 cm, avec une couverture blanche et rouge, La Revue Littéraire rappelle la sobriété nourrie de l’antique NRf avec son exigence de qualité. Le riche numéro 66 offre un grand plaisir de lecture. On y retrouve d’ailleurs des auteurs que publiaient les directeurs de la NRf Jacques Réda, puis Michel Braudeau, au premier rang desquels Paul Gellings et Richard Millet. Ce dernier est ici rédacteur en chef. Il livre entre autres des « notes sur la vérité littéraire » qui commencent par cette interrogation : « N’y a-t-il pas, pour un écrivain, une manière de déchéance à regarder une série télévisée américaine, genre devenu le vecteur privilégié de la sous-culture mondialisée, avec le rock, le roman policier et le cinéma pornographique ? » On ne peut mieux cerner à la fois un sujet de circonstance et franchir le Rubicon.

La réflexion sur l’état de notre littérature est poursuivie par Paul Gellings qui cite en exergue : « Jadis on écrivait un livre et on devenait célèbre. À l’heure actuelle on est célèbre et on écrit un livre. » À partir de ce trait d’un éditeur néerlandais, Paul Gellings montre bien la décadence occidentale à l’œuvre : « un programme de civisme, de frotti-frotta et de sociologie ! » Rejoindrait-il Jean-Michel Delacomptée ? Sa Lettre de consolation à un ami écrivain (Fayard, 2016) fait l’objet d’une chronique intelligente en ce qu’elle rappelle La Boétie et que « le marché est une formidable d’école d’obéissance ». Toujours sur cette ligne d’analyse de la décomposition de la littérature, une autre chronique, signée Julien Teyssandier, agrandit le champ de l’analyse. À partir d’un prétendu roman, loué par la critique borgne, lauré d’un prix Médicis, il nous est donné de voir comment la toute-puissance d’un fait divers, sans quoi on ne publie plus, ruine la fiction, sans parler de la « poétique à peu près aussi ambitieuse que celle d’un procès-verbal ».

 

De la nécessité du « style » et de la tenue

Une critique digne de ce nom, une fois l’ouvrage lu, n’a de sens qu’avec des réserves. L’une de ces chroniques commence alors ainsi : « Lorsque l’on prend la décision d’écrire, la première question qui se pose est celle de la musique que l’on va écouter pendant ce temps. » C’est de l’écriture de charretier : « lorsque l’on, musique que l’on » ; mais surtout faire deux choses à la fois, sauf à se croire Napoléon, même pour écouter de la musique et écrire, accrédite un double massacre. Cette première phrase n’en donne-t-elle pas déjà la preuve ? Une autre, une peccadille ; mais à cette altitude, elle fait tache. Il est vrai qu’elle émane d’un musicien, mais enfin celui-ci parle de « pieds » en poésie. La française ne connaît que des « syllabes ». Dernière cible de cette lecture à bâton raccourci : le nombre de coquilles excédant la dizaine mériterait une relecture de qualité. Ceci bien entendu n’est rien à côté de la valeur générale de la revue, puisque les notes de lecture – plus d’une vingtaine – sont toutes de qualité, ce qui devient rare.

L’une ose épingler, à l’encontre du dernier roman de Laurent Gaudé, « une certaine insuffisance de style qui peine à s’extraire du verbiage journalistique ». Une autre relève ailleurs une contradiction de poids : des savants, tout à leur louable exigence de s’en tenir aux faits, affirment que « la formation de l’univers s’est faite sans plan préconçu ». Malicieux et sans pitié, le critique interroge : « est-ce là un fait ou un dogme initial ? » Un article, encore, assassine avec brio ces pages de journal indigent qu’on publie désormais, dont celles de Pierre Bergounioux, et la louange énamourée que leur misère même suscite. « On peine à s’intéresser aux chaudes-pisses, aux crises de foie, de diarrhée, de prostate ou d’eczéma [de Gombrowicz]. On ne gagne pas plus à épier une femme dans sa salle de bains qu’un écrivain dans ses toilettes [ou] dans les “coulisses” de son œuvre. »

Les trente dernières pages livrent une suite du Journal, année 1992, de Richard Millet, qu’André Blanchard tient pour « le plus grand écrivain français vivant » . Ces pages débordent de beauté. « Aimer, c’est être amoureux de l’espérance à travers l’illusion charnelle. » Les aphorismes, nombreux, côtoient des confidences noires et blanches. « Nous sommes des êtres en attente, rongés par un désir que nulle femme ne peut apaiser, et nous voulons être consolés par elles, que nous ne savons pas aimer. » Le style Millet laisse loin, loin derrière lui ses détracteurs. L’auteur notait déjà : « les livres n’apportent aucune joie, aucune consolation ». Pourtant, à le lire, on respire. « Chaque pas est une leçon de lumière et d’odeurs. »

 

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

3 commentaires

Avatar

PP

21/03/17 10:44
En voici de lencensoir en direction de Bergougnioux, sérieusement ?
« La force du Carnet de notes a toujours été dexposer crûment le quotidien, sans digression, sans analyse et sans jugement [Voilà une prémisse culottée!]. Pierre B. lit des livres mais ne dit rien de leur contenu ; il rencontre des personnes mais ne formule aucune opinion à leur sujet ; de ses compagnons de vie les plus proches, mère, épouse, frère, enfants, il ne livre que des éléments factuels qui le touchent directement. De la vie extérieure, la politique, les événements du monde, ce quon lit dans les journaux, il ne fournit aucune analyse qui impliquerait une distance, un détachement. Les notes sont précisément ce qui nest pas encore entièrement coupé du réel qui les justifie et dont elles portent encore la matière. Cest tout leur intérêt de navoir pas été encore arrachée par lécriture ou par le sens à la substance du corps et de lexistence. Ainsi, comme dans les Journaux de Kafka, les notations les plus minces sont presque les plus troublantes. Des phrases comme : « La seule distraction de la journée aura été laller-retour à la pharmacie, pour renouveler un des traitements » (14.6.2011) ou bien « je découvre, en rassemblant mes petites affaires, que le portable est déchargé » (25.10.2014), « je prends la rame de huit heures » (15.2.2013), ne sont pas plates, parce quelles restent attachées au moment particulier du temps qui a eu lieu. » Voilà comment un périodique critique en ligne, révéré mieux quun tabernacle, a présenté le dernier B. chez Verdier, un Carnet de notes de 1205 pages, précisant dans son bandeau que la lecture en est bouleversante. Non seulement cette thuriféraire nie le sens même de la littérature dont le traitement du sujet, quel quil soit, chez Montaigne ou Jules Renard par exemple, conduit à transcender lépoque, mais elle prétend que la surpasse une « éthique de la surface ». Son article, vers la fin, consigne cette citation du 14.11.2015, lendemain des attentats de Paris : « Il me semble vivre une période de grand malheur, note lécrivain particulièrement inspiré. Mam nous a quittés et des fous furieux abattent les gens, par dizaines, dans les rues. » Ce journalisme qui ne dit pas son nom, fiché au plus près du réel, sonne faux. Les trois terroristes qui sont entrés au Bataclan nétaient pas des fous furieux. Ils ont fait preuve au contraire de la plus parfaite froideur en exécutant un par un des dizaines de spectateurs, ont rapporté des survivants. Cent trente Français ont trouvé la mort, ce soir-là, ainsi que des dizaines de blessés graves, dont la majorité dans un lieu fermé. 
Que conclut la directrice du journal littéraire ? « Nous sommes devant lévénement pur, sans après-coup, sans explication. Nous ne sommes pas devant le temps, mais dedans. » Et de donner à admirer dans son chapeau à grosses lettres : « de légères variations au compte rendu quotidien » !
Avatar

chapolisa

20/03/17 13:33
Gageons que notre délicat PP sera bientôt l'heureux contributeur de cette estimable revue qui est aussi celle des copains (une bonne part de ceux-ci sont en effet d'audacieux défenseurs du maître des lieux).
Le plus drôle est que ce n'est sans doute pas son objectif tant cette revue qui n'a jamais inspiré (au sens plein du terme) aucun artiste, sait admirablement éviter de se parer du moindre attrait littéraire (hors le maître qui aime à s'entourer d'esprits médiocres : ceci explique cela).
Parce qu'avouons nos doutes sur le fond de la critique de PP.
Un exemple pour faire bref.Celui qui pense (et pire écrit -ce qui nécessite sans doute un retour travail de ré-flexion) que « une certaine insuffisance de style qui peine à sextraire du verbiage journalistique » est l'indication d'une audace critique est soit un tartuffe soit un ignorantin tant cette critique -pourtant donnée en modèle- est de nos jours la plus parfaitement convenue.
Et si le style de M. Millet est plaisant, je suis en accord avec MLG : toute cette multitude chamarrée de phrases pour de si ternes banalités sur l'amour (mais le thème était/est/sera "casse-gueulle")...
Avatar

MLG

15/03/17 12:36
Tant de mépris relayé (Bergounioux, sérieusement...), pour finalement citer deux ou trois poncifs qui font mal aux yeux. Eh beh.

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr