THÉÂTRE – Entretien avec le metteur en scène Anthony Magnier
[jeudi 12 mai 2016]



Anthony Magnier a fondé la compagnie Viva en 2002. Après, Un Fil à la patte (2014) la troupe joue, depuis avril, un second Feydeau, On purge bébé (voir notre critique). Rencontre avec un metteur en scène qui a souhaité reprendre Feydeau à la source tragique du rire.

 

 

Nonfiction.fr : Anthony Magnier, à la source du comique il y a Feydeau, d'une part, et puis vous-même d'autre part, mais aussi les comédiens avec vous. Tous ensemble, si je puis dire, vous vous adressez à ce public-là, d'aujourd'hui, qui doit rire et s'amuser, chaque soir. Comment faites-vous ?  S'agit-il de comique ou s'agit-il d'humour ?

 

Anthony Magnier : En l'occurrence, On purge bébé, c'est une pièce qui va durer plutôt une heure cinq, une heure dix, dans le montage qu'on est en train de faire. Non pas parce qu'on va prendre du temps, mais parce que la pièce est plus épaisse qu'il n'y paraît. L'intérêt de cette pièce réside dans le fait qu'elle a été écrite par Feydeau sur la fin de sa vie. Elle est beaucoup plus proche d'une comédie de mœurs que d'une comédie burlesque, comme peut l'être le Fil à la patte qui est vraiment un texte de début de carrière. L'intérêt c'est déjà de travailler avec un auteur fantastique comme Feydeau. Il commence sa pièce par des choses qui sont plutôt de l'ordre de la scène de ménage, mais c'est écrit au scalpel et ça dissèque les relations homme/femme de manière exemplaire. Comme un Bernstein, comme un Tchékhov, par moment : il a vraiment de cette plume-là en lui. Et en plus il a le talent de nous faire rire avec tout ça.

 

Nous, le travail qu'on a fait avec les comédiens, ça a été justement de chercher la profondeur dans chacune des situations, dans chacune des paroles, et de s'imaginer quel pouvait être ce couple-là qui va vivre sa dernière journée de vie maritale. C'est un couple qui arrive à un point de « pré-explosion », avant le début de la pièce, qui est tel, qu'à la fin de celle-ci, Bastien Follavoine prend ses valises et quitte le domicile conjugal en laissant femme et enfant. Ce n'est pas une journée anodine. Derrière le titre un peu scatologique On purge bébé se cache une œuvre qui traite de la rupture conjugale.

 

Et c'est un terrain de jeu pour entrer dans la pièce qui est très intéressant parce qu'on part de ce couple en crise et de cet humour qui est très noir. Feydeau écrit ça quand il est déjà à l'hôtel Terminus, là où il est mort, dans une ambiance de médisance épouvantable. Ses relations avec les femmes ont été difficiles – c'était un coureur d'une part, mais avec sa propre femme c'était une catastrophe – je crois que c'est lui qui a dit : « le mariage c'est partager la mauvaise humeur la journée et les mauvaises odeurs le soir » ; il n'avait pas une grande estime pour le mariage !

Donc c'est partir vraiment sur ce terrain-là : disséquer ce que peut être un couple en crise, et amener un humour noir et grinçant. Cette dispute entre Julie et Bastien Follavoine occupe quasiment la moitié de la pièce. Nous, on place ça sur un couple jeune, – notre Bastien a 33 ans et sa femme en a 28 – les comédiens ont cet âge-là – on est plutôt sur un couple moderne de jeunes gens qui réussissent, du moins lui, dans la vie.

 

Ensuite arrive le burlesque, petit à petit. D'abord avec l'arrivée du personnage qu'est M. Chouilloux, qui est un représentant du Ministère de la Guerre, comme ça s'appelait à l'époque, et qui vient ici pour voir les fameux pots de chambre en porcelaine incassable de Bastien Follavoine. Celui-ci fait une démonstration de produit ; évidemment les pots de chambre se cassent ; là-dessus, irruption de la femme avec l'histoire de l'enfant qui ne veut pas se purger ; arrive l'enfant : petit à petit on va vers le comique burlesque. Donc pour répondre à votre question sur le spectre comique, on en couvre une grande partie. Ça va du trait d'esprit au comique de situation, ça nous parle du couple, M. Chouilloux est un cocu notoire, on a un comédien d'âge adulte qui joue un enfant de sept ans (donc il y a un comique burlesque qui est lié à ça) : on couvre tout ce spectre du comique et de l'hilarité.

 

 

Nonfiction.fr : C'est donc une pièce très riche en effets variés ?

 

Anthony Magnier : C'est une pépite. La longueur n'est pas un problème. Je préfère voir une pièce de théâtre courte mais excellente plutôt que de rester trois heures dans mon fauteuil à me demander dans combien de temps ça va finir. Feydeau nous lègue cette pièce-là, qui est un petit bijou, franchement. Je ne pensais pas du tout la monter, avant de la découvrir par hasard ; j'étais en vacances, j'étais en pleine traduction d'Othello, car entre le Fil à la patte et On purge bébé, on a monté Andromaque de Racine et Othello de Shakespeare. Je prends Feydeau pour me détendre, pour lire, et je tombe là-dessus, et je me suis marré pendant une heure de lecture. Je me suis dit mais il faut absolument monter cette pièce, qui est sous-estimée. Elle a d'ailleurs un titre un peu particulier, qui peut freiner.

 

 

Nonfiction.fr : Au fond, l'obstacle principal que vous avez à déjouer, c'est le jeu stéréotypé qui fait écran à cette pièce, laquelle est un peu desservie par son titre. L'enjeu c'est de donner à percevoir le chef-d’œuvre que Feydeau nous a laissé ?

 

Anthony Magnier : Oui, certainement.

 

 

Nonfiction.fr : La compagnie Viva, à l'origine, vient de la commedia del arte. Je vous ai entendu expliquer, pour votre Cyrano, l'importance d'être « des comédiens de tréteaux », et comment la scénographie s'organisait autour de ce principe.

 

Anthony Magnier : Dans Un fil à la patte, je trouve qu'on en perçoit quelque chose : le plateau occupe la fonction de support pour des tréteaux. Le plateau déborde sur les coulisses, etc. Et puis il y a cette scène formidable, enfin ce moment – vraiment génial – qui se passe sur le palier de l'appartement, et la cage d'escalier – un lieu vide, un lieu froid. Tout à coup, on a l'impression que ces tréteaux ont été saccagés, et que cela épouse le saccage de l'amour. Un saccage qui est le fait de la lâcheté ordinaire et des petits intérêts égoïstes – or, on est aussi, à ce moment-là, au plus haut niveau de l'hilarité, du burlesque. Les tréteaux se brisent, les masques tombent, et on voit un homme et une femme dans leur petitesse, leur humanité avec un petit h. Le grotesque se met à grincer un peu...

 

 

Nonfiction.fr : Pour On purge bébé, avez-vous cherché à mettre en tension, pour ainsi dire, le plateau et les tréteaux ? Est-ce que cela peut avoir un sens pour cette pièce ?

 

Oui, cela peut avoir un sens. Il y a déjà quelque chose de déstructuré dans le décor ; il y a une sorte de fragment de plancher, comme si un immeuble avait explosé et qu'on se retrouve dans un terrain vague avec un fragment d'appartement. Il y a donc déjà là quelque chose de l'ordre de la ruine, à l'image de la ruine de ce mariage-là. Vous parliez tout à l'heure du génie comique de Feydeau, et de mon sens du comique etc., mais moi, je travaille énormément à partir des comédiens. C'est vraiment les comédiens qui sont la source d'inspiration première. Donc je regarde leur travail, leur proposition. Je suis « une pille », je suis un voleur : dès qu'un comédien fait quelque chose de fabuleux en répétition, je fais en sorte que cet exceptionnel devienne régulier, et qu'on retrouve à chaque fois cette qualité-là.

 

 

Nonfiction.fr : C'est le côté « recherche dans l'improvisation » qui renvoie à la commedia del arte ?

 

Anthony Magnier : C'est surtout ce travail qui est fait « en direct ». Là on a mis la commedia de côté, parce que c'est un genre que j'ai beaucoup pratiqué, et qui, quelque part je pense, m'a lassé – j'ai besoin aujourd'hui d'auteurs, de textes, de travailler sur une matière encore plus construite – et de la commedia vient effectivement l'opportunisme. C'est-à-dire savoir saisir, en fonction des artistes avec lesquels on travaille, en fonction de ce qui se passe en répétition, avoir l'œil pour saisir la balle au bond. Et à chaque fois qu'il y a quelque chose de bien qui se présente, on le saisit, on l'ajoute. Et sans peur. C'est pas du tout le metteur en scène qui va théoriser quoi que ce soit : dans le travail de répétition, le plus important c'est ce qui se passe en répétition ; tout ce qui se crée avec les comédiens.

 

 

Nonfiction.fr : On purge bébé présente des archaïsmes de la vie ordinaire, des anachronismes à l'envers : la femme du porcelainier entre en scène avec son seau d’eaux usées à la main, et cela n’a aucun sens pour nous aujourd’hui. Comme les clystères de Molière. Y a-t-il là un embarras et comment traitez-vous ces accessoires ?

 

Anthony Magnier : Ils ne sont pas seulement démodés. Ils sont presque incompréhensibles. Ils sont trop peu usuels pour soutenir directement le comique. Or ils ont dû avoir cette fonction pour les contemporains de l'auteur. C'est clair que ces objets-là étaient porteurs de sens, mais comme Feydeau les explicite, dans le texte et dans les situations, pour le public ça fonctionne tout à fait. C'est écrit ainsi. Un seau d'eaux usées, ça reste un seau d'eaux usées, on ne peut pas le remplacer. Tout le monde voit bien ce à quoi ça fait référence, comme les armées qui ont besoin d'un pot de chambre.

 

 

Nonfiction.fr : Oui, j'allais vous poser la même question pour la fourniture de l’armée en pots de chambre de porcelaine incassable. Peut-on encore saisir le grotesque d'une telle affaire, et même son surréalisme ?

 

Anthony Magnier : Oh oui, de toute façon, c'est un représentant du gouvernement qui vient voir un fabricant quelconque. Le fait que les pots de chambre se cassent devant le représentant du Ministère de la Guerre ne change absolument pas le fait qu'il va tout de même acheter les pots de chambre. Et ça, ça nous rappelle par exemple les quais des gares qui sont trop étroits pour les nouveaux trains qui arrivent, ces trains qui ont un centimètre de trop en largeur, et pour lesquels on va refaire tous les quais de France et de Navarre. Donc à un moment donné, il y a quelqu'un qui est allé voir le fournisseur, qui a dit : « ah, votre train est fantastique, il va très bien, on va l'acheter ». Comme ce M. Chouilloux qui va acheter des pots de chambre qui ne sont absolument pas adaptables, et qui va en commander cinq cent mille pour toute l'armée française. Ce ridicule-là, je crois qu'il nous parvient toujours – malheureusement.

 

 

Nonfiction.fr : J'en viens aux effets du comique sur les sentiments du public.

 

Anthony Magnier : Dans Le Fil, il y a le personnage de Bouzin qui est très remarquable. Par son ridicule il attire sur lui toute la méchanceté du public (dans la mesure où l’on est conduit à rire de lui sans aucune indulgence). Et puis en plus il fait vraiment tout pour ça, et du coup, il apparaît que la fonction de ce personnage est d'en préserver l'autre, le héros, Bois d’Enghien. La lâcheté et les bassesses de ce dernier ne vont jamais lui enlever la sympathie du public, sans doute grâce à Bouzin, qui se charge de ça, en fait. Et donc ils ont l'air de se partager les ridicules et le grotesque ; l'un en est complètement écrasé alors que l'autre, de façon très injuste, a le public avec lui. Le public se retrouve en lui.

Dans On purge bébé, la femme est présentée comme une hystérique, qui casse les pieds. Le gros écueil de cette pièce c’est sa misogynie. Dans le travail qu'on fait, on rétablit justement une parité dans l'empoisonnement du couple, qui vient aussi bien du côté de la femme que du côté de l'homme. Donc ça c'était un gros travail, car Feydeau en a un peu « gros sur la patate » quand il écrit ça. On sent bien qu'il vise les femmes. On a fait un travail de modernisation dans le jeu, avec une prise de conscience qu'on cultive entre nous, de ne pas faire de cette pièce-là une pierre dans le jardin du féminisme.

 

 

Nonfiction.fr : J'avais le sentiment, peut-être erroné, que c'était Mme Follavoine qui pouvait être le héros que finalement on va aimer.

 

Anthony Magnier : Si vous avez ce sentiment-là c'est bien, mais, en jeu, ce n'est pas ce qui vient le plus rapidement ! Elle passe quand même pour une casse-pied... Son mari a une grosse affaire sur le feu, elle vient l'embêter ce jour-là avec des histoires domestiques qui sont gérables à un autre moment.

Donc là, pour démonter ça, on met l'accent sur le fait que tous les deux cherchent la guerre. Tous les deux cherchent le conflit. On sait très bien que lorsqu'on ne s'entend plus avec quelqu'un, tout prétexte est bon à ce que la dispute commence. C'est une pièce sombre, une pièce drôle mais sombre.

 

 

Nonfiction.fr : Vous avez déjà répondu en partie à ma question suivante : avez-vous une méthode particulière pour diriger les comédiens ?

 

Anthony Magnier : La méthode, quel que soit le style de pièce qu'on monte, c'est qu'on passe beaucoup de temps « à table ». Beaucoup de temps à lire, à parler, à discuter, à fantasmer, à émettre des hypothèses et surtout à chercher une raison à tout. Dans le travail, dans les difficultés – mais c'est un plaisir, c'est un travail de fantaisie, d'imagination, de créativité qui est absolument fantastique quand on est entouré par de chouettes comédiens, qui ont du talent et de l'intelligence – c'est un régal de pouvoir imaginer ce qui amène les personnages à dire cette chose de cette manière-là à ce moment-là à cette personne-là, et à présenter tout ce travail-là, créé à table, tout le background du personnage.  On se met debout assez tard. Et comme le travail de fondation a été bien fait, une fois qu'on se met debout, eh bien tout cela marche assez bien, pas dès le premier jet mais quasiment.

 

 

Nonfiction.fr : C'est un peu la méthode contraire de celle qu'on va trouver chez quelqu'un comme Joël Pommerat, par exemple, qui va travailler immédiatement dans la salle, sur le plateau, sans avoir écrit son texte au préalable.

 

Anthony Magnier : Lui, il écrit, il écrit avec les acteurs. Ce n'est pas le même travail du tout. Au final on a bien un spectacle de théâtre dans les deux cas, mais lui il écrit avec les acteurs. Il part du travail des acteurs, des improvisations des acteurs pour construire ses histoires, les situations, les personnages, et donc les acteurs écrivent avec lui – c'est autre chose.

 

 

Nonfiction.fr : Alors que là il faut aller rechercher l'auteur dans son texte.

 

Anthony Magnier : Là moi je me dis – surtout quand j'ai des auteurs comme Feydeau, ou Racine, ou Shakespeare – bon, Anthony, avant d'être prétentieux, soit un peu humble devant ces génies-là et essaie de comprendre d'abord ce qu'ils ont voulu dire. Et une fois qu'on a bien compris, qu'on est sûr de nous, là vient l'interprétation, la liberté.

Avec Le Fil à la patte, pour moi, on est très proche de l'esprit de Feydeau. Même si ce n'était absolument pas monté comme ça et même si quand il l'a écrit, il ne pensait pas que cela aurait pu être joué comme ça. Et je pense qu'en 2016, il le verrait, il dirait qu'en 2016 c'est comme ça qu'il faut le jouer, c'est comme ça qu'il faut le monter. Je ne pense pas qu'il le monterait avec des portes, avec des décors fermés, du papier peint, et des guéridons poussiéreux avec des napperons dessus.

 

 

Nonfiction.fr : Je reviens à Mme Follavoine et ses rapports avec l'enfant. Tout devra plier devant elle, et devant la constipation de « bébé ». Mais l'enfant lui-même semble manipuler tout le monde : il n'est pas si constipé que ça, il est hypocrite, menteur, manipulateur ; il n'a aucun respect pour sa mère, il insulte le visiteur. Comment peut-on jouer ce personnage de l'enfant ? Est-ce qu'il peut être l'analogue d'un Bouzin, par exemple ? – il flatterait le côté enfant-roi du public lui-même, un public qui se retrouverait alors, dans le bon tour que l'enfant joue aux adultes ?

 

 

Anthony Magnier : L'enfant est le reflet de la relation père/mère. Telle est la relation, tel est l'enfant. L'enfant n'est pas par nature mauvais. Maintenant si la relation est mauvaise, l'enfant devient facilement tyran, et, si on lui donne trop de place, enfant-roi. Donc quand on a un couple qui va mal, les enfants vont rarement bien. C'est la raison pour laquelle ce petit garçon va mal. Ensuite, est-ce que cette idée passera ? Elle est dans ma tête, je peux la mettre dans le programme, mais est-ce que dans le jeu elle sera comprise par le public, je ne sais pas, je l'espère, on verra ; ce n'est pas trop le sujet de la pièce, même si c'en est une thématique.  Après, c'est amusant que vous parliez de Bouzin, parce que l'acteur qui joue bébé, c'est l'acteur qui joue Bouzin.

 

 

Nonfiction.fr : Et qui est excellent... ! ...Donc vous n'avez pas pris un enfant ? Vous avez pris un adulte.

 

Anthony Magnier : Non, pas un enfant. Le rôle demande une technicité comique tout de même importante. Feydeau l'a fait jouer par une petite fille, à la création ; mais... j'ai des enfants, moi, je les adore, mais ils n'ont pas le niveau... ! Non, il faut vraiment un bon comédien, pour défendre ça. Et le travail avec Michael – il s'agit de Michael Taïeb qui joue bébé –  ça a été de se dire : tu es un adulte qui joues un enfant ; donc que fait un enfant continuellement ? et pour en avoir sous les yeux en permanence on peut bien l'identifier. Reporter ça sur un adulte montre à quel point l'enfant se permet encore des choses que petit à petit il ne va plus se permettre, heureusement, pour vivre avec les autres. Donc il y a un travail amusant à partir de ça, une sorte de vérité de jeu. Par exemple se rouler par terre, d'une manière sincère : un enfant va se rouler par terre, vraiment : « donne-moi un bonbon. - non tu n'auras pas de bonbon », l'enfant se roule par terre ; adulte on ne fait plus ça ! On va voir un banquier pour un crédit, il nous dit non tu n'as pas de crédit, on ne se roule pas par terre dans la banque !

 

 

Nonfiction.fr : C'est Jerry Lewis qui disait qu'il ne faisait rien d'autre qu'imiter la conduite des enfants.

 

Anthony Magnier : Il y a tout, chez les enfants. C'est fantastique.

 

 

Nonfiction.fr : J'en viens cette fois au rapport du comique avec les idées. Vous avez dit vous-même que Feydeau n'est pas sans idée. Ses pièces donnent à réfléchir. Mais vous avez écrit aussi dans votre note d'intention : « Je pourrais vous dire que je vois (dans On purge bébé) une acerbe critique sociale, un regard désespéré sur le couple, les prémices de la femme moderne, un libéralisme naissant qui déstructure les liens familiaux, la critique de l’enfant-roi, et tout un tas de choses qui émanent de cette écriture. Mais ce serait un peu vous mentir. Non, je veux monter cette pièce pour rire et pour vous faire rire.» Quelle est la place exacte des choses sérieuses dans une pièce comique ?

 

Anthony Magnier : Il faut que ce soit tragique pour que les gens rient. Plus les choses qui arrivent aux personnages sont dures, difficiles, moins on a envie de vivre ce qu'ils vivent et plus ça va nous faire rire. Plus il leur arrive de malheur, plus on rit. Dans la comédie comme dans la tragédie. Si ce sont des choses légères, on sourit, ou on rit par complaisance. Parce qu'on aime bien l'acteur, parce qu'on aime bien le théâtre dans lequel on va voir le spectacle, parce qu'on aime bien les gens qui sont assis autour de nous. On rit par complaisance.

 

Mais le vrai rire, celui qui nous prend malgré nous, celui-là il n'arrive que lorsqu'on parle de choses qui sont difficiles, tristes, graves, et douloureuses pour les protagonistes. C'est pour ça que On purge bébé est une pièce que j'ai pu voir monter de manière très badine, c'est-à-dire un peu en surface ; on se dit « ben ils passent leur temps à se disputer », et c'est la petite dispute quotidienne – c'est pas du tout ce qui m'intéresse. Moi ce qui m'intéresse vraiment de montrer, c'est un couple qui est au bord de l'explosion et qui va exploser.

 

 

Nonfiction.fr : Quelle intention profonde gouverne votre chemin de créateur ?

 

Anthony Magnier : L'intention d'explorer les relations humaines. D'explorer les contradictions dans lesquelles nous mettent les situations que nous vivons et les désirs que nous éprouvons. Toutes ces contradictions-là sont très excitantes à travailler. Ça c'est pour le fond. Ensuite, le travail avec les comédiens est toujours fantastique. Quand on est avec de bons comédiens intelligents, c'est un bonheur de disséquer les œuvres, de faire un travail d'enquêteur à l'intérieur de ces œuvres-là.

 

 

Nonfiction.fr : Est-ce que vous faites réflexion sur le public, sur votre public ? Sur les effets de vos spectacles ?

 

Anthony Magnier : Bien sûr. La chose qui est un petit peu triste c'est que le public de théâtre n'est pas « grand public », malheureusement. Là où ça devient très intéressant c'est qu'on va toucher des publics dits « captifs », qui peuvent être par exemple les collégiens, les lycéens qui viennent nous voir. Là, on a « vraiment » à convaincre. À convaincre et à éveiller, réveiller, rendre notre art nécessaire.

 

Il est nécessaire pour moi cet art-là parce que dans une même salle on va évoquer des problématiques humaines, et on les évoque de manière ouverte. Et donc les choses qui sont proposées par les acteurs, les réactions des spectateurs, celles qu'on entend, celles qu'on n'entend pas, sont partagées par les cinq cent ou sept cent personnes qui sont dans la salle, plateau compris, ce soir-là. Et tout d'un coup ça nous donne, à nous, des points de repère, des points communs émotionnels, ou ressentis par rapport à telle ou telle situation, et ça nous solidarise.

Ça nous permet aussi d'affronter ces choses qui sont vraiment intimes, de pouvoir avoir une pensée commune sur l'intimité, de partager un petit peu toutes ces douleurs ou ces plaisirs qu'on peut vivre. Et c'est dire : voilà, sur le plateau on les partage, moi je les partage, et par exemple mon voisin aussi a partagé ces choses-là, qui nous rassemblent.

 

 

Nonfiction.fr : Vous vous dites très influencé par Dario Fo, Ariane Mnouchkine et Philippe Caubère.

 

Anthony Magnier : Ce sont eux qui m'ont donné envie effectivement de faire ce métier. Mais j'ai travaillé beaucoup sur la commedia del arte au début, parce que je trouvais que cette forme était éminemment populaire. On montait des tréteaux, à l'époque, partout, en plein air. On allait jouer dans les cités, dans des marchés, dans des hôtels particuliers parisiens, on touchait un public extrêmement large. J'ai aimé ça et avant tout ce théâtre-là qui était au contact de tous et pour tous. Et fait aussi par des acteurs et des artistes qui n'étaient pas forcément issus d'un sérail, mais qui pouvait être du tout-venant, en utilisant les compétences de chacun : les compétences de jeu, les compétences musicales, un talent pour la danse, toutes ces choses-là. C'était vraiment très attirant, quand j'avais vingt ans.

 

 

Nonfiction.fr : Quelles ont été les rencontres déterminantes de votre carrière ?

 

Anthony Magnier : J'ai travaillé longtemps avec Carlo Boso, qui est un metteur en scène italien spécialisé en commedia del arte, qui lui-même a travaillé avec Georgio Strehler. De lui j'ai appris beaucoup de choses, sur des ficelles, sur un savoir-faire, sur un savoir travailler, quelquefois avec peu de temps, laisser parler sa spontanéité, son intuition, savoir improviser dans le travail et utiliser cette énergie-là à bon escient. Donc j'ai travaillé une dizaine d'années avec lui. Et puis après... je suis un autodidacte, et j'aime l'empirisme : j'ai eu envie de me lancer dans mes propres aventures, et j'en ai vécu un certain nombre depuis les 13 ans que j'ai créé cette compagnie ! Plus ça avance plus on met en œuvre des moyens importants pour les créations, moins on fait les erreurs que nous avons faites par le passé. Tout ceci va de mieux en mieux, d'année en année.

 

 

Nonfiction.fr : Quelles sont vos relations avec la ville de Versailles ?

 

Anthony Magnier : À Versailles, on est une compagnie en résidence. C'est-à-dire que la ville met à notre disposition des locaux. En l'occurrence, c'est une maison qui a une petite centaine d'années, dans laquelle nous avons une salle de répétition, un stockage décors, des bureaux administratifs, un atelier de costumes. C'est notre QG, c'est là où on va répéter, accomplir le début du travail, puisqu'après il nous faut des plateaux de théâtre, et nous n'avons pas encore de théâtre à nous. C'est notre centre de vie et de création, d'administration, de dépôt.

 

 

Nonfiction.fr : Quels sont vos projets, dans l'immédiat et à moyen terme ?

 

Anthony Magnier : Dans l'immédiat, on est sur On purge bébé. Je vais commencer les répétitions de Roméo et Juliette fin mai. Roméo et Juliette dont la première aura lieu le 13 janvier 2017, à Fougères en Bretagne. C'est une nouvelle création, un peu dans l'esprit d'Othello, c'est-à-dire une réduction de l'œuvre sur une heure quarante, avec sept comédiens, un batteur avec une batterie sur scène. On va chercher à explorer cette œuvre, à la questionner. C'est quasiment une toute nouvelle équipe de comédiens, mise à part Vanessa Koutseff qui joue Emilia dans Othello. On est parti sur une nouvelle aventure.

 

Ensuite je vous avoue que je ne sais pas ! On est dans un contexte économique qui fait que, n'étant pas une compagnie subventionnée, si on veut faire tourner un peu nos spectacles, il faut être sur des textes classiques. Même si la mise en scène l'est moins. Les textes classiques rassurent les programmateurs de théâtres municipaux. Ils se disent : avec un Molière, un Shakespeare, un Feydeau, je vais remplir ma salle. Si on monte un Sophocle ou un Euripide, ils sont beaucoup plus craintifs, et donc nous, on ne peut pas se permettre de monter un spectacle pour le jouer une dizaine de fois. Il faut qu'il y ait une centaine de dates de tournée pour que la compagnie soit pérenne.

 

Là on a de beaux projets qui risquent de pas mal tourner ; si on arrive à avoir l'assise financière nécessaire, je me dirigerais bien vers des auteurs du XXème siècle. J'irais bien explorer Albee avec Qui a peur de Virginia Woolf, Tennessee Williams, Falk Richter – j'adore son écriture – mais je sais que si je monte ça aujourd'hui on va faire cinq dates et puis voilà. Néanmoins, on n'exclut pas la possibilité de faire appel à des auteurs contemporains prochainement. .

 

 

Propos recueillis par Régis Bardon

 

On purge Bébé (1910)

Georges Feydeau 

Par la compagnie Viva

Metteur en scène : Anthony Magnier

 

JUIN 2016 :

Dimanche 12 juin à 17h30 - La Rotonde, Versailles (78) dans le cadre du Mois Molière

Vendredi 17 juin à 20h30 - Grandes Ecuries de Versailles (78), dans le cadre du Mois Molière

 

JUILLET 2016 : 

Du 7 au 30 juillet à 15h40 - Collège de La Salle, dans le cadre du festinval Off Avignon

 

 

A lire également sur Nonfiction.fr :

 

Notre critique de la pièce On purge bébé de Feydeau : une comédie de la maternité

 

 

Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr