C’est un spectacle singulier et hybride — mêlant littérature, musique et vidéo —que nous offrait l’Odéon-Théâtre de l’Europe ce lundi 4 avril, confirmant une nouvelle fois la grande richesse de cette programmation 2015-2016 du cycle des Bibliothèques.

 

Parmi le public, de nombreux inconditionnels de l’œuvre de Jean-Philippe Toussaint, parlant avec enthousiasme et affection de la fameuse MMMM, alias Marie-Marguerite-Madeleine de Montalte, personnage emblématique de Faire l’amourFuirLa Vérité sur Marie et Nue, tétralogie publiée entre 2002 et 2014 aux Editions de Minuit.  

 

Fruit d’une rencontre entre l’auteur et Alexandre Rochon, chanteur et compositeur du groupe The Delano Orchestra, cette lecture musicale et cinématographique n’a cessé d’interroger l’imaginaire romanesque qui sommeille en chaque lecteur.

 

L’espace d’une soirée, Jean-Philippe Toussaint s’est glissé dans la peau du narrateur, éternel amant de Marie, jusqu’à se confondre avec lui dans le récit de souvenirs qui ne nous ont jamais paru si réels. Le risque était pourtant grand de venir bousculer l’univers intime et personnel que chacun a pu construire autour des différents lieux, situations et personnages qui peuplent ces romans, mais à aucun moment l’aspect purement documentaire et froid des images défilant sur l’écran ne vint rompre l’évidente complicité de l’auteur et des musiciens debout sur le plateau. Des passages choisis parmi les quatre volumes, qui nous ont fait voyager du Japon à l’Ile d’Elbe, en passant par la France et la Chine.

 

C’est donc empli d’un sentiment de parfaite cohésion, et conscient d’avoir assisté à un grand moment de littérature, que le public présent ce soir-là s’est éclipsé, visiblement ému, de la grande salle de l’Odéon. Nous ne résistons pas ici à l’envie de retranscrire certains passages lus par l’auteur durant cette rencontre, au sujet de laquelle un compte-rendu « classique » n’aurait que peu de sens#nf#

 

 

Tokyo, Japon (Faire l’amour, Editions de Minuit, 2002)

 

« Nous nous aimions, mais nous ne nous supportions plus. Il y avait ceci, dans notre amour, que, même si nous continuions à nous faire plus de bien que de mal, le peu de mal que nous nous faisions nous était devenu insupportable. »

 

Paris, France (La Vérité sur Marie, Editions de Minuit, 2009)

 

« Même si je ne dormais pas, c'était le mystère irréductible du rêve qui était en train d'agir et de jouer en moi, qui permet à la conscience de construire des images extraordinairement élaborées qui s'agencent dans une succession de séquences apparemment disposées au hasard, avec des ellipses vertigineuses, des lieux qui s'évanouissent et plusieurs personnages de notre vie qui fusionnent, se superposent et se transforment, et qui, malgré cette incohérence radicale, ravivent en nous, avec une intensité brûlante, des souvenirs, des désirs et des craintes, pour susciter, comme rarement dans la vie même, la terreur et l'amour. »

 

 

Shanghai, Chine (Fuir, Editions de Minuit, 2014)

 

« Puis, dans la brève hésitation que nous marquâmes l’un et l’autre avant de repartir, nos épaules se touchèrent, s’effleurèrent presque consciemment, s’abandonnèrent l’une à l’autre, il était impossible que ce fût fortuit, nos regards se croisèrent encore et je sus alors avec certitude qu’elle aussi avait été consciente de ce nouveau contact secret entre nous, comme une ébauche, la rapide esquisse de l’étreinte plus complète, de nouveau différée, qui ne tarderait plus. »

 

 

Ile d’Elbe, Italie (Fuir, Editions de Minuit, 2014)

 

« Au bout d'un moment, je vis les volets s'ouvrir et Marie apparaitre devant moi, calmée, pieds nus et la chemise ouverte, le pantalon entrouvert remonté sur la taille, qui venait fumer une cigarette dans le jardin. Elle me sourit comme si de rien était. Elle appuya un doigt de pied sur mon genou pour faire mine de me repousser en arrière. Tu étais où ? me dit-elle. »

 

 

Alicia Dorey

 

Photo : ©Jean-Louis Fernandez

Théâtre de l'Odéon, Place de l'Odéon, 75006 Paris

Réservations : 01 44 95 98 21

Site du théâtre : http://www.theatre-odeon.eu/

 

Durée : 1 h 15

10 € | 5 € (Hors abonnement)