Politique

Le boycott

Couverture ouvrage

Ingrid Nystrm Patricia Vendramin
Presses de Sciences Po , 135 pages

La révolution en peignoir !
[lundi 28 septembre 2015]
 Le boycott est à la mode et à portée de tablette !

 Simple et facile à utiliser, il ne coute rien, pas même une cotisation, ni même une culture militante particulière…. Le boycott est une arme de contestation idéale dans notre société contemporaine. Il est le moyen de contester et de marquer ses choix de société tout en restant en peignoir ou en vacances au bord de la plage !C’est une contestation « à portée de mains » qu’Ingrid Nyström et Patricia Vendramin ont choisi d’ausculter dans ses diverses dimensions, historiques, politiques et sociologiques.


L’arme des pauvres

L’ouvrage, publié aux Presses de Sciencepo, démontre la force et les faiblesses de ce comportement individuel capable de devenir un acte politique majeur. La pratique s’est beaucoup développée depuis sa naissance au 19ème. C’est la mise au ban par la population d’une Province irlandaise d’un Capitaine anglais du nom de Charles Cunningham Boycottqui va donner naissance à un vocabulaire politique, désormais installé dans les dictionnaires français et anglais.
Typiquement anglo-saxonne et matinée de culture protestante, cette pratique est mise au goût du jour partout dans le monde. Elle est devenue un moyen assez rependu de manifester son hostilité à une personne, un produit ou un pays, ou les trois en même temps. L’addition d’actes de rejets isolés est susceptible de devenir un vent de protestation. Utilisé par des Etats, il devient un blocus ou un embargo.
Certains Boycotts ont marqué l’histoire, devenant une arme populaire telle que le boycott du thé anglais pas les colons américains ou celui lancé par Gandhi contre l’empire britannique, ou encore celui du monde arabe contre Israël, contre la Birmanie ou l’Apartheid, contre les produits Danone, le vin français ou contre les Bus américains dans les années 60. Une telle mobilisation collective est alors capable d’influer sur les événements. D’autres se perdent, s’épuisent ou sont manipulés.

Consommateurs politique

Le profil du boycotteur a fortement évolué depuis le 19ème siècle. Il est moins l’arme des pauvres. Les utilisateurs sont plutôt des gens aisées, jeunes, et diplômés. Dans nos modèles de sociétés, où le citoyen est devenu un consommateur politique, le boycott est un produit de consommation. L’ouvrage démontre qu’il peut être nouvelle forme de politisation des plus jeunes, amplifiée par l’importance d’internet et de réseaux sociaux.Il est aussi une modèle de protestation « jetable ». Il faut tenir dans la durée et ce n’est pas simple, surtout lorsqu’une nouvelle mobilisation chasse l’autre.
Peut-on aller jusqu’à rapprocher le chariot du Super-Marché de l’isoloir du bureau de vote ? Pas sûr, mais il est certain que le premier est plus fréquenté que le deuxième !

Nouveau contre-pouvoir ?

Le boycott peut être positif comme négatif et avoir des conséquences inédites. Il a son pendant actif : le « buycott » qui favorise la viande d’origine française ou les circuits courts de consommation.

Tous les consommateurs ne sont pas sensibles aux mêmes arguments, notamment lorsqu’il n’existe pas forcement de produit de substitution…. Pour le monde économique l’analyse est simple : « petit acheteurs, petits effets » … au point que la Bourse elle-même peut apprécier le risque de boycott sur tel ou tel produit, lui donnant plus de valeur…

Valeurs individualistes

Le Boycott apparait aujourd’hui comme un outil libéral d’expression de la contestation. Il colle aux modes de vie plutôt qu’aux valeurs collectives des luttes sociales. Il est un engagement distancié basé sur des appartenances choisies qui s’accommodent parfaitement des valeurs individualistes et post matérialistes

C’est aussi une forme de résistance passive difficilement réprimable par les autorités. Il relève de choix individuels qui n’imposent pas une appartenance politique ou des positons idéologique. C’est une appartenance choisie plutôt qu’assignée à telle ou telle classe sociale. Son utilisation est révélatrice de l’évolution du militantisme, plus alternatif, et moins collectif.

Cet ouvrage est une compréhension d’un mécanisme à la fois collectif et individuel et un guide pratique du boycotteur. Donc à lire et à utiliser… au quotidien ! .

Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo
A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr