Histoire

Malheureux le pays qui a besoin d'un héros : La fabrication d'Adolf Hitler

Couverture ouvrage

Lionel Richard
Autrement , 307 pages

Persistances du mythe Hitler
[lundi 16 fvrier 2015]


Le story-telling de la vie d'Hitler par lui-même et ses fidèles : un mythe aussi artificiel que coriace.

Auteur de nombreux travaux sur l’Allemagne du XXe siècle publiés depuis 1971, Lionel Richard étudie « la fabrication d’Adolf Hitler », c’est-à-dire le « brouillage de toutes ses traces biographiques » , « l’immense montage de mensonges et de tromperies sur lequel sa biographie est construite », un story telling où rien n’est vrai. Une enquête toujours minutieuse recoupe, vérifie et contrôle tout ce qui traîne dans les récits complices ou hostiles parus du vivant du personnage, aussi bien que dans les livres plus ou moins sérieux parus depuis 1945 – signalons à cet égard que L. Richard suit de près le fil rouge de ce l’on a pu lire en France au sujet d’Hitler avant la guerre .

Le livre déconstruit – sources et documents à l’appui – une interminable suite d’énoncés mensongers installés dans les esprits par une gigantesque propagande. Hitler n’est pas venu s’installer à Munich par haine des Habsbourg et dégoût de Vienne mais plus prosaïquement parce qu’il était insoumis au regard de la loi autrichienne sur le service militaire. Définitivement ajourné de ce service en février 1914, il ne dira jamais pour quelle raison, car l’épisode n’était pas flatteur, ni pourquoi il ne voulait pas faire son service militaire en Autriche. Quoi que l’on ait imprimé jusque dans les livres de classe d’après 1933, il n’a pas fait à lui tout seul dix Français prisonniers . Ses thèses politiques n’ont pas d’originalité, elles ne sont que celles des pangermanistes . Au moment où il accède au statut d’agitateur professionnel, il n’est pas question qu’il se laisse photographier lors des réunions politiques – de nouveau la fabrication de l’image, le story telling, puisqu’une photographie du chef ne sera diffusée sous le strict contrôle de celui-ci qu’en 1923 . Il n’est même pas de nationalité allemande, elle ne lui est accordée qu’en février 1932 . Incessants et innombrables sont ses petits ou grands coups de banditisme, comme l’incident de Gleiwitz le 31 août 1939, incident soigneusement monté pour donner un prétexte à la guerre.

Tout ce que raconteront après celle-ci les plus hauts gradés de l’armée est un tissu de mensonges purs et simples. Ces prétendus héritiers d’un supposé code d’honneur prussien, très largement corrompus par des enveloppes de billets de banque provenant directement du Chef suprême, participeront amplement aux crimes de guerre et aux exterminations. Très peu châtiés après la guerre , ils tenteront de se dédouaner avec, à nouveau, des versions biaisées et fallacieuses de leurs agissements.

Lionel Richard est agacé par ses confrères historiens quand ils ne mentionnent pas leurs sources ou dérapent, et l’ampleur des lectures faites par l’auteur depuis 1971 – date de son premier travail sur le nazisme –, aussi bien que des vérifications incessantes lui permettent de corriger des bévues : une erreur de fait de François Delpla , des interprétations rapides d’Ian Kershaw , un énoncé extravagant du contestable historien Werner Maser , un autre dû à John Toland  ; Guido Knopp est-il autre chose qu’un déplorable faiseur ?  Même sévères, ces mises au point sont salubres parce qu’écrire sur Adolf Hitler exige plus encore qu’aucun autre sujet de mobiliser la conscience professionnelle des intervenants, et parce que, dans l’ordre empirique, cette l’histoire-là s’écrit, comme les autres, avec des documents. Or il en existe beaucoup, et Lionel Richard surprend agréablement ses lecteurs en s’appuyant par exemple – pour les Jeux olympiques de 1936 –, sur l’évocation des ambiances que propose un roman paru en 1940, d’un écrivain américain, Thomas Wolfe.

Très bien choisies, les illustrations ne sont pas là pour faire joli mais sont porteuses d’information, dès la terrifiante photographie de servitude collective volontaire de la première de couverture. Écrit sans jargon à prétention de sociologie politique mais infiniment éclairant sur les manigances et combines des acteurs du désastre, et sur la violence sans limites qu’ils installent dans la vie allemande bien avant la guerre elle-même, le livre est à recommander vivement au grand public mais aussi aux élèves des écoles de formation au journalisme – l’Allemagne de ces temps-là manqua de « lanceurs d’alerte » – et des instituts d’études politiques.

 

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

55 commentaires

Avatar

Franois Delpla

26/02/15 10:30
Je compte me renseigner prochainement sur l'"erreur de fait", bénigne je l'espère (mais le terme de "bévue" n'est pas rassurant à cet égard), que me reproche en deux endroits mon ancien collaborateur du Panorama de France Culture et relecteur attentif, en 1999, de ma bio de Hitler, mais en attendant je relèverai un point probablement plus important.

Sur l'absence d'originalité des idées politiques de Hitler, il faudrait s'entendre. Certes, elles doivent beaucoup au pangermanisme, mais je n'ai pas entendu dire que ce dernier accordât la même priorité à la "question juive". Que dit au juste LR à ce sujet ?
Avatar

Franois Delpla

27/02/15 08:17
En attendant d'avoir le livre en main et grâce aux extraits en ligne sur Google Books https://books.google.fr/books?id=JrpNBQAAQBAJ&printsec=frontcover#v=onepage&q&f=false , je puis répondre sur l'un des deux passages : dans une note 23 je suis coupable d'"insinuer"que l'absence de promotion de Hitler au-delà du grade de caporal pendant la PGM est due à sa fonction d'estafette et de ne pas suggérer qu'une promotion l'aurait éloigné de "l'état-major de son régiment où il se trouvait fort bien".
D'une part, il n'y a là ni erreur ni contradiction. D'autre part, LR semble se référer à ma bio de 99, dont il avait été l'un des deux relecteurs, et négliger sa réédition en poche en 2013 avec une préface actualisante. J'y signale la valeur et les limites d'un livre récent de Thomas Weber sur Hitler soldat, sans en tirer bien entendu tout le suc et en isolant le plus, important : tout ce qui dans ce livre confirme que Hitler n'était pas antisémite avant 1919 -une avancée historique considérable, faite par Brigitte Hamann (1996) et refusée par Kershaw (1999) avec de très mauvais arguments.

Un autre acquis du livre de Weber est la distinction entre la fonction d'estafette régimentaire et le transport des courriers en première ligne, distinction dont l'absence faisait dire aux auteurs antérieurs que Hitler certes ne combattait pas dans les tranchées, mais risquait sa vie d'autant plus qu'il était souvent à découvert (en réalité, il ne transportait les plis qu'à deux kilomètres du front et ses collègues dans sa fonction, au nombre d'une dizaine, ont tous survécu à la guerre).

Bref, sur ce point LR me fait un procès certes marginal mais inapproprié (tout historien est tributaire du travail des autres, et ne fait pas tout avancer à la fois), que Burger aggrave en me mettant en tête de liste et en ne donnant d'autre précision que des numéros de pages : le lecteur pressé ou donnant priorité à d'autres lectures en retiendra que je suis peu rigoureux et agace à bon droit les gens soucieux de vérifier les sources, point final.

(à suivre sur une éventuelle autre "bévue")
Avatar

Franois Delpla

04/03/15 08:19
1) sur la date de naissance de Klara Hitler qui serait devenue "journée de la femme allemande" à partir de 1938 :
-on trouve effectivement cette affirmation dans mon livre, sans référence;
-Lionel Richard indique plusieurs autres sources; je suis incapable aujourd'hui de dire si l'une d'entre elles m'a influencé;
-pourquoi s'appesantir là-dessus en un court livre portant sur Hitler en général ? pour les besoins d'une démonstration très branlante : Hitler aurait gardé dans la sphère privée le deuil de sa mère. L'auteur ignore tout bonnement cette phrase de Mein Kampf, rare dans les autobiographies politiques : "je respectais mon père et ma mère, je l'aimais"; en revanche LR mentionne la phrase où Hitler dit avoir éprouvé "un coup terrible" à sa mort et c'est l'un des rares traits d'humanité qu'il lui reconnaît.

2) Sur le livre en général : on voit qu'il n'est pas à une contradiction près... une chose qu'il reproche aux autres à peu près à toutes les pages.

Lionel Richard, sans le reconnaître, écrit un livre très partisan et, à mon avis, dépassé. Il pousse à l'extrême la vieille idée d'un Hitler incolore, et coloré par son milieu.
Avatar

Franois Delpla

05/03/15 08:15


Lionel Richard
, à en juger simplement par la récapitulation de ses travaux des deux dernières décennies à l'occasion d'un pertinent papier sur Hannah Arendt (1) dans le Monde diplomatique d'avril 2012, est un excellent connaisseur de la culture allemande au XXème siècle :


"Auteur de Goebbels. Portrait dun manipulateur, (André Versaille éditeur, Bruxelles, 2008), Nazisme et barbarie (Complexe, Bruxelles, 2006), Arts premiers. Lévolution dun regard (Le Chêne-Hachette, Paris, 2005), Le Nazisme et la Culture (Complexe, Bruxelles, 2001) et LArt et la guerre (Flammarion, Paris, 1995)."

Manque son très estimable D'où vient Adolf Hitler? (éditions Autrement, 2000), fruit de recherches approfondies dans les archives, notamment autrichiennes, pour cerner l'enfance et la formation du dictateur jusque vers sa trente-deuxième année.

Hélas, que ne s'y est-il, sur Hitler, tenu ?

Le libelle que nous commentons ici n'était ni fait ni à faire, tant il peine à cerner son objet. Il expose toute sa thèse dès son titre alambiqué (Hitler ? une simple résultante d'un besoin qu'aurait eu son pays) mais ne tente de la démontrer que par le sarcasme et le dénigrement, tant de son "héros" que de quiconque en a écrit. A part dans les premières pages, où il résume sa propre recherche sur les années de jeunesse, à aucun moment il ne prend une position d'historien, confrontant des thèses avec méticulosité, et tranchant après avoir fait le tour des sources.

Un exemple aussi central qu'affligeant est l'incendie du Reichstag, sur lequel le débat continue de faire rage autant que les flammes de l'époque. Van der Lubbe est-il seul coupable, a-t-il seulement mis le feu et si non, qui et comment ? LR écrit banalement (p. 180), comme un vulgaire fonctionnaliste, que les nazis ont profité de l'événement, et c'est en note qu'il accuse le NSDAP de l'avoir organisé, en se retranchant derrière quelques lignes de l'ambassadeur François-Poncet... écrites en 1946 ! Aucun dirigeant n'est ici nommé, en revanche les coupables directs sont dénombrés et leur itinéraire précis : il s'agirait d'une douzaine de SA venus et repartis par le souterrain du chauffage. Il n'y a qu'un malheur : c'est que Göring avait lui-même ordonné théâtralement de fouiller cet accès, devant la presse... et que Lionel Richard avait lu cette décapante remarque dans mon livre de 1999.

Il en perdrait même son allemand quand p. 183 il transforme comme suit le titre du quotidien nazi : "Der Völkische Beobachter".

Lionel Richard fait certes preuve, comme à son habitude, d'un antinazisme vigoureux, mais en 2015 cette manière vieillote et confuse d'aborder le sujet est contre-productive.


































(1) Hannah Arendt, Ecrits juifs, présenté par Jerome Kohn, Ron H. Feldman et Sylvie Courtine-Denamy, traduit de langlais et de lallemand et annoté par Sylvie Courtine-Denamy, Fayard, Paris, 2011, 745 pages, 28 euros. Dautre part, la remarquable biographie dElisabeth Young-Bruehl, Hannah Arendt, vient dêtre rééditée (Fayard, coll. « Pluriel », Paris, 2011, 720 pages, 12 euros).
Avatar

Franois Delpla

06/03/15 05:27
toujours aucune réaction !
sinon sur Slate.fr http://www.slate.fr/story/98055/persistances-mythe-hitler... et de la part de Nonfiction, non de Burger, et sous un angle anecdotique.
Vous avez dit interactif ?
Mais puisque je vous ai, permettez-moi un conseil.

Le nazisme est un sujet délicat, dont l'étude est biaisée depuis près d'un siècle par des enjeux politiques mondiaux très lourds. Le regard est en plein renouvellement. Confiez les recensions à des spécialistes.

Sur le fil voisin (livre de Johann Chapoutot), Nicolas Patin s'en tire mieux que Burger , suit un peu moins le livre à la trace et lui, au moins, vient répondre.
Avatar

Framkasta

19/03/15 02:40
J'avais lu dès sa parution (décembre 1999) le livre de François Delpla sur "Hitler" acheté à la Librairie Chronique (Cahan 94230), un livre que j'ai malheureusement égaré à la suite de plusieurs déménagements. Et à partir de celui-ci d'autres cités en bibliographie de ce livre, dont celui de William Shirer sur le troisième Reich et le "Hitler" de Ron Ronsenbaum (prêté et non rendu), celui de Lionel Richard quelques années plus tard, emprunté à la Médiathèque de l'Haÿ-les-Roses (qui je l'espère ne l'a pas déjà mis au pilon). Je m'étais aussi procuré le rapport de Walter Langer (Denoël 1973). et plus récemment celui de Timothy Ryback lorsqu'il est sorti, etc ... J'en avais conclu, avis apparemment partagée par Brigitte Hamann (?) , qu'Adolf Hitler (Adolfus Hitler selon Joachim Fest) n'était devenu antisémite qu'en 1999? après avoir été plutôt philosémite. Restait à comprendre pourquoi et donc comment, ce qui suppose un mobile, qu'il serait utile de pouvoir comprendre. Mais apparemment Claude Lanzman ne veut surtout pas le savoir au point qu'il l'interdirait s'il venait à être su. Est-ce parce qu'il avait beaucoup fréquenté Jeran-Paul Sartre, qui aurait émis une hypothèse trop dérangeante ? Je ne le crois pas. Un psychiatre féru de psychanalyse freudienne (Roger Zagdoun) a livré une explication à dormir debout et Marc Ferro n'a à ma connaissance pas cherché à comprendre. Elisabeth Roubinesco s'en tient à l'explication de Thomas Mann pourrait évoluer s'il pouvait se déprendre de Freud (elle a fait des progrès à en juger par son dernier livre sur "Freud en son temps et le nôtre", paru en même temps que le dernier livre de LR, que je n'ai pas encore lu. Je viens de commander) Si François Delpla voulait bien lire la deuxième édition de "L'homme aux statues", parue en 1997, de Marie Balmary, aussi chez Grasset, et "Le roman familial de Freud" de Gabrielle Rubin (Payot mai 2002) peut-être aurait-il une "explication" (Lire aussi ce que Frank Sulloway a écrit sur Freud, et ce que Freud a écrit sur Moïse, etc ...)
Avatar

Franois Delpla

21/03/15 17:15
Sur le dernier Roudinesco, je vous recommande une recension : http://www.lacanquotidien.fr/blog/wp-content/uploads/2015/03/LQ-491.pdf .

Sur ma propre analyse, que je confronterai sur votre suggestion au livre de marie Balmary, je vous signale que j'ai beaucoup précisé depuis 1999, et surtout à partir de 2010, mes idées sur la folie de Hitler; justement la bio a été rééditée en poche en 2013, avec une préface qui détaille cette évolution.

Hitler est un psychotique que son état éloigne du commerce des hommes (et des femmes) jusqu'à l'approche de la trentaine et qui, à ce moment, "déclenche" sa maladie d'une façon qui, au contraire de beaucoup, le socialise. Sa paranoïa arrive enfin à nommer un ennemi, "le Juif", ennemi personnel mais aussi national (responsable de la défaite, à punir et éradiquer comme tel) et comme en politique c'est un surdoué, il parvient à faire de son fantasme le ressort d'une entreprise gigantesque.
Avatar

Luc Nemeth

12/10/15 12:40
l'affirmation ci-dessous le 05/03/15 à 08:15 concernant "l'incendie du Reichstag, sur lequel le débat continue de faire rage autant que les flammes de l'époque" est une peu ordinaire pompeuse-cornichonnerie : le nommé Delpla ignore ou... fait mine d'ignorer qu'un terme a été mis il y a maintenant plus de... dix ans à ce débat par l'ouvrage -proche de la perfection- de Nico Jassies, Marinus van der Lubbe et l'incendie du Reichstag"...
Avatar

Franois Delpla

08/09/16 13:28
Luc, tu as mon adresse, préviens-moi donc quand tu interviens avec autant de retard !

La thèse de Nico Jassies est la plus extrême : van der Lubbe était un anarchiste absolument solitaire, qui a brusquement réussi à incendier un bâtiment après trois échecs.

Elle est surtout défendue par l'attaque : quiconque pense autrement est un indécrottable "complotiste".

Le plus hénaurme est qu'il présente les dirigeants nazis, Hitler compris, comme paniqués, alors que lui et Göring réagissent au contraire rapidement, méthodiquement et sans crainte aucune à ce prétendu début de subversion, comme s'ils s'étaient préparés de longue main à l'événement.
Avatar

luc n.

20/09/16 12:01
je ne peux qu'ici rappeller ce qui a déjà été dit : rien ne donne à ce sordide personnage le droit de me tutoyer -pas même, les hautes protections dont il dispose jusque du côté de la CNIL et de... Médiapart.

PS quiconque a lu l'excellent ouvrage de Nico Jassies sait ce qu'il convient de penser de la présente intoxe
Avatar

Franois Delpla

21/09/16 10:21
Et toujours le même défaut de liens !

En voici un, vers une ample présentation de la thèse de Jassies : http://cras31.info/IMG/pdf/marinus_van_der_lubbe_1909_-_1934_.pdf

Et voici mon sentiment.
Sur le feu qui détruit la salle des séances du parlement allemand dans la soirée du 27 février 1933, six thèses sont en lice, concernant le rôle du maçon hollandais de 24 ans Marinus van der Lubbe, arrêté sur place et seul condamné :

-il a décidé et agi entièrement seul, sous linspiration dune idéologie anarchiste prônant laction directe ;
-il faisait partie dune cellule autonome dultra-gauche, agissant indépendamment de tout grand parti ;
-cette cellule était infiltrée et manipulée par les nazis ;
-Lubbe na même pas mis le feu, les nazis se chargeant eux-mêmes de la besogne par lintermédiaire dun commando de SA, pour trouver un prétexte à la répression immédiate du parti communiste et créer un climat de peur censé leur profiter lors des élections législatives du 5 mars ;
-ce commando nétait pas actionné par Hitler, mais par des nazis plus extrémistes et violents qui lui ;
-Göring, à la fois président du Reichstag (et logé tout à côté) et ministre de lIntérieur en Prusse, a fait mettre le feu discrètement sur lordre de Hitler, sans recourir ni à Lubbe ni aux SA.

Le document que voici, écrit en 2013, développe la première thèse, tout en résumant un livre de Nico Jassies, "Marinus van der Lubbe et lincendie du Reichstag", éd. Antisociales (Paris), novembre 2004. Les détails quil relate sont documentés et exacts. Mais il est aussi très instructif par ses silences.

Je continuerai sur demande.
Avatar

luc n.

21/09/16 15:00
le mythomane Delpla commence à nous fatiguer, avec ses "liens" (qui ne sont chez lui que prétexte à attirer in fine l'internaute vers... www.agaga.agaga.delpla) : on est ici sur un site destiné à des gens qui sont supposés avoir une connaissance DIRECTE des ouvrages dont ils parlent -et non, à travers ce qui en est dit sur des "liens". Mais bon, ne faisons pas la fine bouche puisque pour gonfler ses bits le suppose-Histoire François Delpla, dont on veut bien croire qu'il lui en aura coûté, n'a pas eu d'autre choix que de donner un lien qui de fait... abonde, dans le sens de l'ouvrage de Nico Jassies !!! On regrettera seulement qu'en toute malhonnêteté, là même où cet ouvrage a fait le point de manière que l'on peut estimer définitive (en l'état actuel) : notre norme-à-liens le présente comme... une thèse parmi six autres, à propos desquelles il nous propose de nous donner son... "sentiment" tout en faisant monter le suspense puisqu'il les renvoie dos à dos, et conclut sur un solennel : "Je continuerai sur demande". On appelle ça des historiens...
Avatar

Franois Delpla

21/09/16 15:59
Je suis d'un grand optimisme sur la capacité des humains à changer mais il y faut parfois du temps...
... et ce n'est pas sur toi que je comptais, dans l'immédiat, pour une demande éventuelle de précisions !
Avatar

luc n.

21/09/16 16:16
(puisqu'il persiste à me tutoyer)

- dégage : vil mystificateur !
Avatar

Franois Delpla

22/09/16 07:26
Votre honneur s'est trop engagé : le voilà tenu vis-à-vis de notre lectorat, fût-il comme c'est probable assez mince, de défendre la thèse que votre honneur a affirmée.

Marinus van der Lubbe, donc, a pris tout seul l'initiative de brûler le Reichstag pour montrer aux masses le chemin de la révolte.

Dans ces conditions, Hitler, Goebbels, Göring et consorts devraient donner des signes de surprise et de panique. Or ils se rendent au plus vite et sans escorte dans le bâtiment encore en feu. Comment Luc Nemeth l'explique-t-il ?
Avatar

O9CCD

22/09/16 10:32
(le mot "honneur" est assez piquant sous la plume de cet imposteur, dont les procédés de fraude et de diffamation lui ont valu une plainte auprès de la CNIL...)
Avatar

luc n.

22/09/16 10:52
la complaisance dont ce site fait preuve envers le nauséabond Delpla est d'autant plus anormale que ce qui lui a valu une plainte auprès de la CNIL n'était autre que : le récit frauduleux d'une discussion qui s'était déroulée... sur ce site !
Avatar

Franois Delpla

22/09/16 21:28
Comprenez : Luc a affirmé une thèse sur l'incendie du Reichstag mais n'a nulle intention de la soutenir. Il s'empresse de parler (mal) d'autre chose.

On relèvera tout de même la bizarrerie d'une plainte pour délit de mauvais résumé d'un débat... encore en ligne bien qu'une fois de plus on ne nous indique pas le lien.

Grief à la rigueur recevable (bien que la CNIL ait sans doute d'autres chats à fouetter) si ce résumé n'indiquait pas de lien. Mais cela, ce sont des moeurs de Luc, non de François.
Avatar

qu'importe

23/09/16 03:21
C'est Nico Jassies, à la suite de Fritz Tobias, et non Luc Nemeth, laissez-le un peu tranquille voyons !, qui a démontré que Marinus n'a pas été l'instrument d'une provocation. Voyez la lettre de Tobias regrettant que l'ouvrage de Jassies n'ait pas encore été traduit en allemand : http://www.editionsantisociales.com/Lettre_de_Fritz_Tobias_Nico_Jassies.php

D'ailleurs, incendier une Assemblée de prétendus représentants du peuple est un acte de révolte assez classique : c'est encore arrivé au Burkina Faso en 2014, et il y a quelques jours au Gabon. Ali Bongo dégage !
Avatar

luc nemeth

23/09/16 11:22
1° merci à "qu'importe", d'avoir rappelé ce qui devait l'être...
2° je ne peux que déplorer les facilités ici accordées au falsificateur, qui n'en est pas à son premier exploit sur ce terrain : comme rappelé par "qu'importe" je n'ai soutenu aucune... "thèse" -mais rappelé l'existence d'un ouvrage. Pour le reste je crois savoir que Nico Jassies, même si je n'ai pas le plaisir d'être en contact avec lui, est encore vivant. Et c'est à lui bien entendu que le nauséabond personnage doit s'adresser s'il y a quelque chose qui ne lui convient pas
Avatar

Franois Delpla

23/09/16 12:00
Luc Nemeth a bel et bien, en mentionnant le livre de Jassies, fait son éloge, et sans mesure. Profitons-en pour tirer une leçon générale, quant aux débats internautiques. C'est à celui qui rapporte une thèse, en se déclarant d'accord avec elle, de la démontrer, plutôt que de renvoyer paresseusement à l'auteur, qui n'a peut-être ni les moyens ni l'envie de venir débattre.

Pour le reste :

-il y avait longtemps que tu ne t'étais pas dédoublé;

-enfin un début d'argumentation, par analogie avec des situations africaines. A cela j'oppose la grande originalité du nazisme et sa ferme direction, qui exclut le vandalisme de foules plus ou moins bien contrôlées. Le bon point de comparaison, à cet égard, est la nuit de Cristal.

Avatar

Luc Nemeth

23/09/16 12:33
(@modérateur)

vous avez les moyens techniques, de savoir d'où venait le commentaire de "qu'importe" : la possibilité ici offerte au diffamateur delpla d'en rajouter dans la diffamation est inadmissible
Avatar

Franois Delpla

23/09/16 14:48
(pour parodier Luc) Le freine-éthique écrit souvent trop vite.

En disant que pour la première fois depuis longtemps il se dédoublait, prêtant à un richissime (la preuve ici, par son e-mail imprudemment visible ! http://www.lesinfluences.fr/Francois-Delpla-parle-a-Francois.html ), je n'ai pas nommé "qu'importe" ! Reste

"O9CCD

22/09/16 10:32
(le mot "honneur" est assez piquant sous la plume de cet imposteur, dont les procédés de fraude et de diffamation lui ont valu une plainte auprès de la CNIL...)"

dont le style et le procédé sont assez identifiables !

En attendant, toujours pas l'esquisse d'une démonstration sur l'incendie du Reichstag, mais pour avancer un peu je signale que de Fritz Tobias, l'initiateur, à la fin des années 50, de la thèse suivant laquelle van der Lubbe avait mis le feu seul sans complice ni commanditaire, on ne pouvait guère attendre qu'il écrive à Jassies pour le désapprouver.

Ce n'est pas une preuve mais une redondance.
Avatar

qu'importe

23/09/16 15:01
C'est Nico Jassies, à la suite de Fritz Tobias, et non Luc Nemeth, laissez-le un peu tranquille voyons !, qui a démontré que Marinus n'a pas été l'instrument d'une provocation. Voyez la lettre de Tobias regrettant que l'ouvrage de Jassies n'ait pas encore été traduit en allemand : http://www.editionsantisociales.com/Lettre_de_Fritz_Tobias_Nico_Jassies.php

D'ailleurs, incendier une Assemblée de prétendus représentants du peuple est un acte de révolte assez classique : c'est encore arrivé au Burkina Faso en 2014, et il y a quelques jours au Gabon. Ali Bongo dégage !
Avatar

Luc Nemeth

23/09/16 15:28
1° merci au camarade "qu'importe", d'avoir rappelé ce qui devait l'être.

2° je ne peux que déplorer les facilités ici accordées à l'abject diffamateur François Delpla et qui hélas attirent mon attention sur le fait que ce site, sauf erreur de ma part, est géré par la Fondation Jean Jaurès : j'ose espérer que l'on y serait aussi complaisant envers les fraudes de ce staligaud mal remoulé si elles devaient s'exercer au détriment d'un proche du Parti socialiste, ou même, du dernier des journalistes lepénistes mais... qui puisse être de quelque utilité à l'actuelle majorité !
Et bastaközy, avec l'actuelle majorité et ses fachos relâchements

- copie au Monde
Avatar

qu'importe

23/09/16 18:44
A M. François Delpla, normalien et agrégé d'histoire-selon-Wikipédia

1° Je vous certifie que Luc Nemeth n'est pas moi, et que je ne suis pas lui, heureusement pour lui comme pour moi. Mais d'abord, comment prouverez-vous que vous êtes bien François Delpla ?

2° Cessez donc de raconter n'importe quoi sur un sujet dont manifestement vous ignorez tout :

Vous semblez admettre (?) que les révolutionnaires burkinabè et gabonais ont eu quelques raisons d'incendier leur Parlement, à quoi vous vous croyez autorisé à "opposer la grande originalité du nazisme et sa ferme direction, qui exclut le vandalisme de foules plus ou moins bien contrôlées". Hitler en effet était certainement plus "ferme" que Blaise Compaoré, et peut-être qu'Ali Bongo (celui-ci cependant vient de commettre un massacre d'opposants qui n'a rien à envier à la Nuit de Cristal, soit dit pour vous qui semblez aimer ce genre de comparaison). Comment donc ne comprenez-vous pas, vous qui vous piquez de telles nuances, que c'est précisément la raison pour laquelle ce n'est pas la foule berlinoise en révolte qui est allée incendier le Reichstag, comme il le fallait (et comme le courant politique auquel adhérait Van der Lubbe le préconisait), mais un jeune homme venu d'ailleurs, suffisamment éveillé pour avoir compris que tout serait perdu dans une nouvelle guerre mondiale si Hitler n'était pas dégagé tout de suite par une révolution en Allemagne ? C'est Marinus qui avait raison, et tous les autres qui avaient tort (et qui persistent dans l'erreur, comme vous en êtes un curieux symptôme), voilà tout. Hitler et les nazis venaient d'être "démocratiquement" installés au pouvoir : et que fallait-il faire, selon vous ? Revoter ? chacun obéissant aux consignes de son Parti ?

Votre incompréhesion des enjeux de l'époque se voit doublée d'une ignominie relative aux enjeux d'aujourd'hui, quand vous établissez votre "bon point de comparaison" (vous savez ce que vous pouvez en faire de votre bon point, monsieur l'instituteur ?) avec la Nuit de Cristal : suggérez-vous que nos camarades burkinabè et gabonais ne valent pas mieux que les SA ? Et qu'ils sont manipulés par une "ferme direction" digne de Hitler ? On imagine sur ce modèle ce que vous serez amené à dire quand c'est l'Assemblée Nationale à Paris qui flambera. Mais à quoi croyez-vous que servent nos députés ? Êtes-vous vraiment aussi naïf qu'insultant ?

Et puis d'abord, lisez le livre de Nico Jassies avant d'en parler, puisque c'est l'ouvrage qui fait autorité sur le sujet en France, et que vous y lirez même le pourquoi du comment vous croyez savoir ce que vous croyez savoir, spécialement dans les pages signalées par Fritz Tobias. Vos professeurs ne vous ont jamais appris à ne pas parler des livres que vous n'avez pas lus ?
Avatar

Franois Delpla

24/09/16 08:13
Au lecteur qui découvrirait nos échanges, je signale que Luc Nemeth me poursuit de site en site depuis l'affaire Haenel-Karski http://www.nonfiction.fr/article-3096-la_fiction_battue_en_breche_ou_laffaire_jan_karski.htm et qu'il (le lecteur) ne lit ici que le millième épisode d'un interminable (non par ma faute) feuilleton.

Les dépaysements successifs de l'affaire tiennent à la patience plus ou moins grande des webmestres, qui souvent finissent par interrompre le harcèlement (dont l'auteur, invariablement, les traite alors de membres d'une franc-maçonnerie pro-Delpla).

Pour ma part, je ne demande jamais le bannissement de LN, mais lui fais patiemment remarquer que, docteur en histoire et spécialiste de l'Italie fasciste, il aurait mieux à faire, et des questions autrement importantes à débattre, lorsqu'il croise un spécialiste de l'Allemagne nazie.

Je suis sur le point d'y parvenir, en dépit des parasites, à propos de l'incendie du Reichstag.

La question n'est pas de savoir si j'ai lu ou non le livre qu'il brandit, mais quelle est sa thèse et comment il l'argumente. Je me suis fendu d'un lien (Luc en étant avare) avec un article résumant longuement la thèse et les arguments. Omettrait-il ou déformerait-il quelque chose d'essentiel ? Ce serait à Luc de nous le dire, et en attendant l'article me semble une bonne base de discussion, accessible à tous.



Avatar

Franois Delpla

24/09/16 11:08
au passage, à propos du débat sur le livre d'Haenel, je signale la grande qualité des commentaires de l'article de Nonfiction dopnt j'ai donné le lien : http://www.nonfiction.fr/article-3096-la_fiction_battue_en_breche_ou_laffaire_jan_karski.htm .
Avatar

luc nemeth

24/09/16 14:54
(@qu'importe)

comme tu auras pu le lire ci-dessous : Luc Nemeth est "avare"-sic, de liens... Déjà dans le passé le nommé Delpla m'avait défini par l'expression : ceux de sa "race"-resic. Et attend, ce... n'est pas tout. Lorsqu'Eric Zemmour était venu lêcher à retardement l'arrière-trains du régime de Vichy un agrégé, qui n'avait rien d'un nord-Malien, avait été assez abject pour venir donner libre cours à ses mauvais penchants et faire son petit tour de Pise en ironiser -car en plus il se croit drôle !- sur le thème de la : DOXA PAXTONIENNE... Ah : le salaud...

(@modérateur)
malgré le rappel qui vous a été adressé -si besoin était- vous persistez à laisser le nommé Delpla faire oeuvre de diffamation et propager ce que vous savez être le... contraire de la vérité -là même, où votre propre site est concerné.
Contrairement en effet à ce qu'indique son "lien" ci-dessus apposé à deux (!!!) reprises le débat dont il aura gardé un cruel souvenir et dont il tente de faire oublier jusqu'à l'existence ne s'était absolument pas déroulé sur http://www.nonfiction.fr/article-3096-la_fiction_battue_en_breche_ou_laffaire_jan_karski.htm mais sur :http://www.nonfiction.fr/article-3113-claude_lanzmann_contre_yannick_haenel_suite_et_fin.htm
J'ajoute que cette discussion (encore affichée sur votre site) et qui s'était déroulée en février 2010 est la seule que j'ai jamais eu avec l'intéressé.
L'affirmation selon laquelle je le "poursuis de site en site" est là seulement pour attester qu'il n'a pas même le courage de son infamie, et attribue à autrui un peu de ses propres vices.
C'est... lui en effet, qui lorsque je suis amené à rectumifier une de ses sornettes un peu plus grosses que les autres tente alors d'ameuter tout le quartier et prétends que... je le poursuis de mes assiduités.
Il ment, comme savent si bien le faire les staligauds lorsqu'en toute impudence il parle de "dépaysements successifs de l'affaire" là où c'est lui, qui voyant qu'il perdait pied en février 2010 dans le débat ci-dessus rappelé, a tenté à plusieurs reprises de le transporter (afin de remettre les compteurs à zéro) sur divers sites, dont certains proches de l'extrême-droite et qu'ensuite... il n'hésitait pas à dénoncer comme tels, sur son blog ni-fait-ni-à-faire !

(@tout lecteur)
l'affirmation à mon propos "docteur en histoire et spécialiste de l'Italie fasciste, il aurait mieux à faire, et des questions autrement importantes à débattre, lorsqu'il croise un spécialiste de l'Allemagne nazie" me paraît témoigner d'un malentendu de fond. En effet sur Internet j'interviens en tant qu'... internaute, et sur une base qui se veut égalitaire avec les autres intervenants. Comme disait Térence dans la langue qui était sienne (et sous forme approchante) : tout ce qui est humain, est nôtre. Et pour le reste je n'ai pas attendu cet imbécile pour savoir ce que j'aurais de mieux, à faire.
J'indique tout de même qu'en tant que chercheur je ne suis pas uniquement "spécialiste de l'Italie fasciste". J'ai notamment consacré des recherches à l'affaire Dreyfus (n'en dites rien à monsieur Delpla) et à... Victor Serge (même remarque) qui sont affichées online sur le site www.academia.edu.
Quant à savoir si monsieur Delpla est un "spécialiste de l'Allemagne nazie" je n'ai pas compétence pour en débattre : disons tout de même que lorsque j'ai comme tout un chacun besoin de précisions sur l'Allemagne nazie ce n'est pas chez monsieur delpla que je fais mes courses.

- copie au Monde
Avatar

qu'importe

24/09/16 16:53
@luc nemeth
Ah oui daccord, je vois le Delpla, compère de Zemmour, tout est dit... et qui parle de lui à la troisième personne en tant que "spécialiste de lAllemagne nazie", tout en reconnaissant quil na pas lu la synthèse de référence quil critique, on rigole.
P.S. Il ne faut plus dire Nord-Malien, mais Azawadi ! Vive lAzawad libre !
Avatar

Franois Delpla

25/09/16 05:10
Le progrès se poursuit au milieu des bruits parasites : à présent Luc met des liens ! Mieux : un lien vers l'un des interminables débats qu'il prétend avoir remportés de haute lutte. Les courageux pourront en juger.

Quant à savoir si je suis spécialiste de l'Allemagne nazie, l'université m'a habilité à le dire aux jeunes chercheurs tandis qu'aucun autre vieux ne s'est attaqué à une bio d'Adolf Hitler, ni n'a critiqué la mienne. J'en serais friand, d'ailleurs, et attends toujours la première remarque de Luc.

Si stalinisme il y a quelque part, c'est bien dans les méthodes tendant à faire avouer si on a lu ou non un livre.
Avatar

Franois Delpla

25/09/16 06:48
Quant au fait de se prévaloir d'un dépôt de plainte (variante : d'un signalement à la CNIL), c'est à la portée du premier venu. Prouver que la démarche a été suivie d'effet est plus compliqué, surtout si ce n'est pas le cas.
Avatar

luc n.

25/09/16 12:19
Spéculant sur la crédulité humaine le nommé delpla se voit déjà créer le doute, autour des fraudes qui ont fait l'objet de plaintes. Il n'y a maintenant plus aucun doute : ce spécule-homme a tous les culots

(@qu'importe)
non... Ce n'est pas un compère de Zemmour... Il se croit : bien plus "intelligent", que Zemmour" ! Le triste sbire avait alors profité de l'actualité pour venir sur Mediapart faire entendre sa petite musique et expliquer qu'entre Zemmour, d'une part, et ce qu'il appelle en toute insanité la "doxa paxtonienne", d'autre part, il y aurait la vérité, quelque-part-entre-les-deux. Etant bien entendu que cet espace entre les deux, et qui ne sent pas bon, a pour nom : François Delpla
Avatar

qu'importe

25/09/16 18:46
@luc
En fait javais compris, mais jappelle bien compère de Zemmour quelquun qui en reprend les éléments de langage quand bien même il sagirait den gommer laspect radical : que dirait-on de ce Delpla sil prétendait nêtre pas faurissonien mais ne pas adhérer non plus complètement à "la doxa exterminationniste" ?
Et sinon, jai bien ri quand il compare son aveu dignorance aux aveux des procès staliniens : il voudrait faire croire que tu las kidnappé et torturé dans les caves de la Loubianka, pour lui faire avouer contre toute vraisemblance quil na pas lu Nico Jassies !
Avatar

luc n.

26/09/16 10:53
(@qu'importe) l'ironie du sort veut que c'est effectivement à propos du faurissonisme et de ce que David Wyman a défini comme 'The Abandonment of the Jews' que j'avais été amené à lui mettre "le nez dedans" dans la discussion que j'avais eue avec lui... sur ce site, en... février 2010 et qui est la seule que j'ai eue avec lui -j'avais fini par y mettre un terme, après avoir fait preuve de grande patience, au vu de la bêtise, de la mauvaise foi et de la pure et simple ignorance qu'il affichait. J'en redonne ici la référence puisqu'il n'en finit pas, et par tous les bits et octets à sa portée, d'en dissimuler l'existence ou d'en présenter frauduleusement le contenu :

http://www.nonfiction.fr/article-3113-claude_lanzmann_contre_yannick_haenel_suite_et_fin.htm

Pour le reste il est certain que le funambule est assez habile pour éviter (... sauf exceptions) les dérapages mais l'important, avec lui, est ce qu'il ne dit pas. Je ne sais pas si tu as eu l'occasion de lire le texte sur le nazisme qu'il avait commis dans le stalinoïde 'Livre noir du capitalisme' mais son silence sur l'entreprise d'extermination, même si ce n'était pas le pricincipal de ce qui l'amenait, pose pour le moins : problème. Autant raconter l'histoire de l'omelette sans oeuf...
Mais bon, n'en parlons plus, je sens que je vais encore nous faire venir "la poisse" !
Avatar

Franois Delpla

26/09/16 12:16
Seigneur, mine de rien nous progressons encore !

Plus question de plainte, ni de déformation, je pèche tout au plus par dissimulation de mes déroutes dans les tournois où je fus opposé au valeureux Nemeth.

Certes, sur l'incendie du Reichstag, le moteur semble avoir définitivement calé et la démonstration de la validité de la version Jassies se borne à la supposition que je ne la connaîtrais pas.

Ce nonobstant, je serais assez bon funambule pour éviter, dans l'ensemble, les dérapages (sur un fil, certes, ils ne pardonnent pas !) et, traitant le sujet "les morts de la SGM sont-ils imputables au capitalisme?", j'aurais raison de ne pas m'étendre sur la Shoah... mais on ne laisse tout de même pas passer l'occasion de me le reprocher. Le lien, au fait : http://www.delpla.org/article.php3?id_article=49 .

Et pour couronner le tout, même s'il nie farouchement l'origine de la querelle qu'il me cherche (le livre d'Haenel) et passe d'emblée à l'étape suivante (celui de Wyman), c'est bien une question historique sérieuse qui est abordée.

Oui, je nie que les Juifs aient été abandonnés, ce que Haenel assène d'une manière stupide et que Wyman avance avec plus d'arguments.

Ma thèse est que Hitler mène le jeu, en cette matière tout particulièrement, et qu'il excelle à mettre des gens devant des choix entre peste et choléra. Hâter sa défaite et sauver les Juifs formaient, d'emblée, une seule et même problématique.



PS.- Celui qui me reproche de le tutoyer le fait d'emblée avec un interlocuteur... qu'il n'est pas censé connaître !
Avatar

luc n.

26/09/16 12:45
(le défécateur se fourre le doigt dans... l'oeil, là où il assure "Plus question de plainte, ni de déformation", et en imaginant qui sait que je vais lui répondre. Mais puisque ce site qui se dit socialiste -à moins que j'ai mal compris- persiste, contre toute attente et contre toute déontologie, à offrir un espace illimité à l'intéressé pour écouler sa diffamatoire diarrhée, voilà qui attire mon attention sur ce qui est un peu plus qu'un... "détail" : ce 'Livre noir du capitalisme', auquel je faisais allusion il y a plus d'une heure à peine, comptait aussi dans ses rangs des actuels proches de la Fondation Jean Jaurès. Je n'y peux rien mais c'est ainsi)

- copie au Monde
Avatar

Le commissaire-enquteur

26/09/16 14:01
Delpla, as-tu lu le livre de Nico Jassies ? On connaît déjà la réponse, alors avoue !
Avatar

watson

26/09/16 15:41
les gens qui disent que Delpla n'a pas lu le livre de Nico Jassies sont des optimistes, commissaire : les pessimistes disent qu'il n'a pas plus lu celui de... David Wyman, dont il parle ci-dessous en toute flatulence et avec assurance. C'est d'ailleurs le fait d'avoir été pris en flagrant délit sur ce point très précis, en février 2010 et sur ce site, qu'il n'a jamais pardonné au machiavélique Luc Nemeth ! Mais bon, n'en parlons plus, il n'en vaut vraiment pas la peine
Avatar

Le commissaire-enquteur

26/09/16 16:21
(De toute façon la réponse est élémentaire, mon cher Watson : puisque le suspect ne sait pas lire, comment pourrait-il avoir lu ces livres-là ?)

Alors Delpla, tu vois, c'est pas la peine de t'obstiner, on sait déjà tout. As-tu lu le livre de Nico Jassies ? Avoue !
Avatar

Franois Delpla

26/09/16 16:53
Je vais finir par me demander si Frégoli aux mille pseudos l'a lu !
Car je suis le seul à en avoir donné une idée précise.

Quantà Wyman, le différend ne portait pas sur son texte mais sur une mystérieuse nouvelle édition, Arlésienne de tes propos.
Avatar

luc n.

26/09/16 17:40
le staligaud a décidément tous les culots, et ne sait plus à quelle trouducuterie se livrer...

"Frégoli aux mille pseudos" ? Par pur égard envers Le commissaire-enquêteur (car pour le reste je n'ai pas à me justifier devant de l'ordure) je précise que je ne suis pas lui -et réciproquement.

"Mystérieuse nouvelle édition", que celle du fondamental ouvrage de Wyman ? Par ce propos, venu à son tour nous rappeler ce qui lui tient lieu de fibre morale, le staligaud affiche une ignorance peu digne de qui pose au spécialiste...

- copie au Monde
Avatar

Le commissaire-enquteur

26/09/16 18:18
"je suis le seul à en avoir donné une idée précise" : mauvaise réponse, Delpla ! As-tu lu le livre de Nico Jassies ? Oui ou non ? Avoue !
Avatar

Le commissaire-enquteur

26/09/16 18:32
D'ailleurs Delpla, laisse Nemeth tranquille, c'est pas parce qu'il est historien et pas toi qu'il faut le voir derrière tous tes contradicteurs. Et de toute façon c'est pas à toi de poser des questions : as-tu lu, oui ou non, le livre de Nico Jassies que tu te permets de critiquer ? Avoue !
Avatar

Franois Delpla

27/09/16 12:16
A toi certes on ne demandera pas d'avouer que ta préoccupation n'est ni la cohérence d'un débat sur le nazisme, ni la genèse de l'incendie du parlement allemand, mais François Delpla et rien d'autre ! Cela, le plus sot l'aura désormais remarqué.
Avatar

luc n.

27/09/16 14:45
(@Le commissaire-enquêteur)

La raie-flexion du défécateur ne manque pas de selles, là où il assure que ta préoccupation est "François Delpla et rien d'autre" : car enfin, pour ce que que l'on sait de lui, voilà qui ne devrait pas lui déplaire... Mais voilà aussi et surtout qui nous rappelle que l'on accuse volontiers autrui un peu de ses propres vices. En effet, sauf biglosité de ma part : la préoccupation de l'intéressé est bien... "Luc Nemeth et rien d'autre" -avec ici des guillemets qui ne sont que de pure forme.
Mais bon...
Il peut bien trépigner, gesticuler et déféquer tant qu'il veut : c'est en... février 2010 qu'a eu lieu -sur ce site- la seule discussion que j'ai eue avec lui. Je crois avoir fait preuve de patience avant que sa bêtise, sa mauvaise foi mais aussi sa pure et simple ignorance m'amènent à lui dire que je ne lui répondrai plus. Bref ça ne sert à rien qu'il nous joue les misérables, je ne lui ferai pas la Causette

- copie au Monde
Avatar

Franois Delpla

27/09/16 17:46
Défécateur tu es aussi, du moins je te le souhaite, sinon...

con c'type est !
Avatar

luc n.

27/09/16 18:41
???

(moi je ne lui ai rien demandé au défécateur : c'est bien lui, qui le 08/09/16 est venu ici déposer sa crotte ; et qui après avoir trempé sa plume dans la cuvette la plus proche se voit déjà attribuer à autrui un peu de sa m...archandise. Bref, comme on dit place du colonel Fabien et rue de Solférino : toujours la même histoire, du monsieur qui fait devant une porte, sonne pour demander du papier et proteste parce qu'il n'est pas "rose")

- copie au Monde
Avatar

Le commissaire-enquteur

27/09/16 22:26
Delpla, je me fous de toi, je suis juste là pour te faire avouer : as-tu lu, oui ou non, le livre de Nico Jassies que tu te permets de critiquer ? De toute façon, ce que tu en as dit prouve que non : alors avoue !
Avatar

Franois Delpla

28/09/16 05:48
"il assure que ta préoccupation est "François Delpla et rien d'autre" : car enfin, pour ce que que l'on sait de lui, voilà qui ne devrait pas lui déplaire..."

Bien sûr que si ! et tu le sais : puisque tu t'es inscrit sur de nombreux sites où j'intervenais, tu as dû lire, au moins un peu, ce qui s'y passait et constater que je condamnais les arguments ad hominem, et incitais certaines personnes à revenir au débat sur des points d'histoire.

Car si tu as des défauts propres, par exemple la scatologie systématique ou le jeu de mots compulsif, celui-là est hélas assez répandu. Plus d'un humain, bout d'arguments logiques, tente de dévaloriser la personne avec laquelle il discute.

Ainsi fais-je une fois de plus avec toi. Une chose est de citer sans trêve l'auteur d'une des six thèses en présence, en prétendant sans démonstration aucune qu'elle a éteint définitivement la controverse en 2004,

une autre de répondre à mes arguments et notamment à celui-ci : complètement surpris par un début de révolte que leurs policiers n'avaient pas vu venir, Hitler et Göring auraient-ils foncé sur les lieux sans précaution et sans escorte ?
Avatar

luc n.

28/09/16 11:11
(l'abject individu continue de propager le contraire de la vérité, avec tout le culot dont peuvent être capables les staligauds... D'abord je rappelle n'être... "inscrit" sur aucun site -à la différence de l'intéressé, qui moyennant une redevance mensuelle sévit sur le site Mediapart, également sous le coup d'une plainte auprès de la CNIL. Quiconque par ailleurs aurait eu la curiosité de procéder à vérification aura constaté que c'est bien ce pathologique menteur qui procède à des... attaques ad hominem et qui, chaque fois qu'il est en difficulté, appose un petit coupe-les disant qu'il est victime d'un complot du grand méchant Luc. Mais bon, puisque la "Fondation Jean Jaurès" persiste à laisser cet abject individu faire oeuvre d'intoxication je suggère que soit modifié le titre de cet article, qui pourrait devenir : PERSISTANCE DU MYTHO DELPLA)

- copie au Monde
Avatar

luc n. (suite)

28/09/16 11:20
Ralbol, de me faire insulter sur un site "socialiste" par un fasciste-rouge, doublé d'une merde antisémite abjecte.

Je confirme donc que ce ne sont pas une mais deux plaintes, qui ont été déposées.

Et qu'elles ont été... évacuées (si je peux me permettre cette métaphore scatologique) par la nommée Falque-Perrotin, présidente de la pestilentielle CNIL

- copie au Monde
Avatar

Le commissaire-enquteur

28/09/16 14:29
Delpla, personne n'a à répondre à tes questions, tu n'as qu'à lire tout seul comme un grand les livres dont tu parles sans les avoir lus. Adieu.
Avatar

luc nemeth

28/09/16 15:01
(@Le commissaire-enquêteur)

en un sens je regrette un peu que tu nous quittes mais je suis sûr, que nous parviendrons à nous trouver
Par solidarité avec toi et en te remerciant de la tienne je vais donc lui dire Adieu moi aussi mais je ne voudrais pas non plus lui laisser le dernier mot, tel qu'il s'est arrangé pour l'avoir... sur google. Si en effet tu pianotes mon nom et prénom tu pourras constater qu'apparaît en tête de gondole, par je ne sais quelle magouille, un récit frauduleux sur toute la ligne, affiché par lui sur son blog, du débat que j'avais eu avec lui sur www.nonfiction.fr en février 2010. Et, en regrettant d'empiéter sur ton précieux temps à cause de ses trouducuteries, je t'indique tout de même, car à la différence du triste sbire je ne demande pas à être cru sur parole, que c'est pour avoir laissé sans effet la mise en demeure qui lui a bien entendu été adressée qu'il a fait l'objet d'une plainte
Salut et Fraternité
Avatar

chapolisa

20/11/18 13:52
Manifestement Luc Nemeth a un gros problème d'identité.
Je n'aime pas beaucoup M. Delpla (que je trouve généralement assez "léger" comme historien : voir ses critiques particulièrement pauvres de la recension du livre de L. Richard, par exemple la 1ère sur l'originalité (!!) d'ajouter l'antisémitisme au pangermanisme = au moment ou Hitler bascule dans l'antisémitisme compulsif il est clairement loin d'être le seul dans la droite völkish, ce que montre tout de même bien les tonnes de livres d'histoire sur cette période de l'Allemagne), mais face à un histrion, même un médiocre historien gagne de la tête et des épaules...
A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr