LA PENSEE CHARLIE
[mercredi 14 janvier 2015]

Pour comprendre la "pensée Charlie" : lisez Copi. Ce dessinateur d'origine argentine est resté célèbre pour avoir dessiné des poulets, des canards et des petites filles - sans parler de la célèbre Libérett' - dans les journaux anarchistes puis de gauche dès les années 1960. Connu pour ses figures dans le premier Libération (où il s'invite parfois au coeur d'une page et en plein milieu des articles) puis dans le Nouvel Observateur, Copi crée alors son personnage célèbre : la Femme assise.

On l'a un peu oublié, mais le dessinateur fut aussi l'un des invités permanents de Charlie Hebdo, qui s'appelait alors Charlie Mensuel (le journal de Delfeil deTon puis de Wolinski). Il entre dans la revue en août 1970, lorsque Wolinski en devient le rédacteur en chef et il y publiera 52 histoires jusqu'en août 1980. Il fera pas moins de quatre covers (mars 1971, septembre 1972, septembre 1974 et septembre 1976), de nombreux éditos et d'innombrables stories, souvent sur près de quatre doubles-pages. "Je sais que je ne pourrais pas être tout à fait ami avec quelqu'un qui n'aimerait pas Copi", expliquait alors Wolinksi.

Les dessins de Copi font l'objet actuellement d'une publication en plusieurs volumes, dont ceux de Charlie qui viennent justement d'être édités récemment. On notera bien sûr ses planches et ses sketches sur une terroriste africaine qui force un pygmée à l'épouser et mille autres histoires bourrées d'humour, bien qu'assez largement datées.

On retrouve dans ces dessins toute la folie drôle de Copi, obsédé par les rats, les mamans et les doctoresses, libéré sur le sexe, et qui accompagne la libération homosexuelle des années 1970 (il publiera également dans le journal Gai Pied). Une libération d'avant le sida, dont Copi, devenu dramaturge à succès, mourra finalement en 1987, après avoir publié son chef d'oeuvre : Une visite inopportune.

Ce second volume, Vive les pédés et autres fantaisies (éditions Olivius) a l'immense mérite de nous permettre de nous replonger dans la "pensée Charlie" et les années 1970. Entre Hara-Kiri (où Copi publie également) et Charlie Hebdo (qu'il rejoint), Charlie Mensuel est un journal anarcho-gauchiste follement drôle, où tous les dessinateurs avaient du talent.

* Copi, Vive les pédés et autres fantaisies, éditions Olivius, préface de Thibaud Croisy, 270 p., 2014.

Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo
A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr