Bande dessinée

Lap ! un roman d'apprentissage

Couverture ouvrage

Aurelia Aurita
Les Impressions Nouvelles , 144 pages

La manufacture citoyenne
[jeudi 18 septembre 2014]
Entre curiosit journalistique et introspection post-baccalaurat, Aurlia Aurita sjourne dans une unit trs spciale

Dans le paysage de la bande dessinée actuelle, Aurélia Aurita est connue des lecteurs depuis le diptyque intimiste Fraise et chocolat (2006-2007). Avec son 7ème album, l’auteure pourtant diplômée en pharmacie retourne au lycée : la jaquette insiste, LAP est un roman d’apprentissage. Entre curiosité journalistique et introspection post-baccalauréat, Aurélia Aurita séjourne dans une unité spéciale du ministère de l’éducation nationale : le LAP (sans points entre chaque majuscule), pour Lycée Autogéré de Paris. Situé dans le 15e arrondissement, cette structure fonctionne à la périphérie du système dit « traditionnel ». Au fil des pages, on suit ainsi l’ancienne lycéenne sur les pas de postulants au baccalauréat un peu particuliers.

 

« Je m’intéresse aux utopies et j’avais envie d’en voir ‘une en vrai’ »

Au Lap, une personne égale une voix, qu’on soit élève ou prof. Au quotidien, les fondamentaux sont l’autogestion et la libre fréquentation. L’autogestion signifie un fonctionnement budgétaire moindre que la moyenne des lycées alentours. L’autre règle, au nom explicite, signifie la possibilité pour les élèves de venir ou non en cours. Replacé dans le contexte général, le taux de réussite au bac avoisine les 30%. Le pourcentage flirte avec la moyenne nationale lorsque les Lapiens bachotent. Mais là n’est pas la finalité du LAP. Dans cet espace de liberté choisie, la principale différence avec le « tradi » réside dans l’investissement individuel. La question de « l’engagement » personnel est placée au centre du bon fonctionnement, et matérialisée par un ‘contrat’ que chaque élève paraphe en début d’année. Cette implication personnelle prime, tandis que l’accord collectif entérine les décisions des assemblées générales convoquées. L’une des rares pleines pages illustre cette pluralité des voies, et met en avant les obstacles que rencontre le difficile apprentissage de la démocratie.

Au Lap, le « GB » désigne le Groupe de base, que l’on pourrait presque traduire par classe réduite. Les cours sont dispensés par un binôme enseignant, « un prof qui sait et un prof qui n’y connaît rien. Ceci pour atténuer le rapport ‘enseignant enseigné’ ». Les devoirs et les contrôles ne sont pas obligatoires ; ils ne sont pas notés. L’apprentissage est validé par des unités de valeur (U.V.), 12 à 15 au minimum, répartis en quatre domaines : les cours, les stages, placés au même niveau que la gestion de la vie commune ou les projets et ateliers. Le passage dans la classe supérieure donne lieu à un entretien, auquel l’auteure nous invite. Kévin n’a aucune U.V. de cours, « tellement investi dans le lycée qu’[il en a] oublié les cours ». Son passage en 1ère S est soumis à la condition de suivre des cours de rattrapage.


Après avoir pris le temps de nous présenter le fonctionnement général, l’ancienne bachelière s’égare au ‘Fond du jardin’. Fréquenté par les seuls élèves, l’endroit physique et symbolique correspond à l’espace d’expression libre où l’auteure écoute d’autres voix, révélant parfois les limites du LAP. Chemin faisant, adoptée par la population scolaire et le corps professoral, Aurélia Aurita participe aussi aux réunions à huis clos, sans élèves. Cette option donne une profondeur à l’ouvrage quelque peu coincé, au départ, dans le format journalistique. Aux deux tiers, on s’échappe du quotidien quand vient le moment de l’organisation puis du déroulement de la fête donnée lors du trentième anniversaire de l’établissement. L’occasion de rencontrer d’anciens élèves à travers quelques portraits, de vérifier l’existence du réseau lapien. L’occasion aussi, pour l’observatrice dorénavant avertie, de dormir sur place, scellant ainsi son adhésion au concept LAP.



« En BD, le dessin doit avant tout servir à raconter une histoire »

Le LAP est un sujet remarquable, traité en 140 pages, en noir et blanc, au format roman graphique. Le style Aurita a le mérite d’être original : en plus des nombreux visages ou plans américains - lorsque le cadrage saisit le ou les personnage(s) de la tête jusqu’à mi-cuisse - les pages ouvertes par des cases extérieures sans rebords libèrent le récit. Surtout, la qualité de la narration, la séquentialité, autorise la présence de bulles explicatives qui n’alourdissent pas l’immersion de l’auteure, depuis l’extérieur de l’établissement jusqu’au cœur du sujet. Aurélia Aurita rapporte la description d’un modèle de démocratie en herbe, dans lequel les rapports humains sont le résultat d’inventions permanentes. Si la démocratie peut-être expérimentée, le LAP fait figure de laboratoire.
 

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr