Littérature

Histoire du théâtre classique japonais

Couverture ouvrage

Jean-Jacques Tschudin
Anacharsis , 506 pages

Histoire et genres du théâtre japonais
[jeudi 19 septembre 2013]
Une histoire thématique du théâtre japonais.

Cet ouvrage encyclopédique  mais passionnant est, à notre connaissance, la première histoire complète du théâtre classique japonais publiée en français. Les travaux précédents portaient sur des domaines plus restreints ou se voulaient plus synthétiques et introductifs, comme le Théâtre classique de René Sieffert (1983, non réédité).

On ne peut donc que saluer la publication de cette bible de la dramaturgie japonaise qui peut aussi bien se lire sur un mode classiquement linéaire que de façon transversale ou parcellaire pour aborder un point précis ou un art scénographique en particulier. Les nombreuses planches iconographiques et la clarté du style facilitent la compréhension d’un propos parfois très dense. Le sommaire détaillé, l’index des personnages historiques et le glossaire sont aussi précieux au lecteur néophyte qui, devant une somme aussi riche et documentée, sera sans doute amené à multiplier les allers et retours.

L’approche, à la fois thématique et historique, permet à l’auteur, comme il le souligne lui-même, de “présenter relativement en détail chaque genre sans pour autant perdre de vue l’évolution historique” . La première partie du livre est ainsi consacrée aux formes antiques, comme le kagura, un ensemble de chants, de danses et de pantomimes exécutés dans les sanctuaires shintô ou dans l’enceinte du palais impérial.

Dans la seconde partie, l’auteur nous introduit aux formes dramaturgiques importées du continent qui s’épanouissent aux époques Nara (710-794) et Heian (794-1191), comme le gigaku (procession entrecoupée de saynètes et de représentations musicales liées aux rites bouddhistes) ou le gagaku (divertissement comportant des danses, du chant et de la musique originaire de la Chine des Tang et qui constituait l’un des spectacles favoris des aristocrates de Heian).

La troisième partie est dédiée aux nombreuses formes dramaturgiques (sarugaku, ennen nô, dengaku nô, imayô, shirabyôshi, kusemai, kôwaka, etc.) de l’époque médiévale (1191-1603), période marquée par l’émergence de nouvelles sectes bouddhistes qui auront une influence importante – notamment la secte zen – sur l’ensemble de la production artistique.

Les parties quatre, cinq et six de l’ouvrage, où sont respectivement présentés les trois genres canoniques connus en occident, le , le bunraku (théâtre des poupées) et le kabuki, intéresseront sans doute le plus grand nombre de lecteurs.

Le bunraku et le kabuki renvoient à une culture “résolument populaire et citadine” qui s’épanouit au cours de l’époque Edo (1603-1868). Le développement de ces deux grands genres dramatiques est indissociable de la sédentarisation des troupes théâtrales et de l’avènement de salles fixes dans les grands centres urbains (Edo, mais aussi Ôsaka et Kyôto).

Le Japon rentre à cette époque, plus tôt peut-être qu’aucune autre nation, dans l’ère du “théâtre commercial” : les salles, note Jean-Jacques Tschudin, “s’arrachent les stars et multiplient les nouveautés de tout genre pour attirer les foules” . Plus ancien, le , dont les origines remontent au XIIe siècle, s’adressait plus spécifiquement à une élite guerrière. Ce genre est souvent considéré comme hiératique, voire mystique. L’auteur met cependant en garde le traducteur ou le lecteur français contre toute approche ésotérique. S’il utilise un langage parfois codé et des formules qui peuvent apparaître obscures, Zeami (1363 ?-1443 ?), le grand auteur et théoricien du , raisonne avant tout en homme de théâtre soucieux de satisfaire son public et d’instruire les acteurs et les musiciens. L’ouvrage s’achève sur une partie consacrée au sort contemporain des genres classiques qui oscillent, de Meiji à nos jours, entre le renouveau et la pétrification.

L’intérêt du parti pris méthodologique de l’auteur n’est pas seulement d’ordre didactique. En replaçant chaque genre dramaturgique dans l’histoire longue du théâtre japonais, Jean-Jacques Tschudin fait resurgir des généalogies parfois oblitérées (les origines “plébiennes” du ) et permet de mieux comprendre l’essor ou le déclin des grandes formes dramaturgiques.

À travers le théâtre, c’est par ailleurs toute l’histoire du Japon que l’on (re)parcourt et dont nous découvrons des pans inconnus ou peu traités. La capacité de l’auteur à brasser des sources extrêmement variées et à convoquer des documents parfois étonnants ou cocasses entretient l’intérêt du lecteur. L’attention qu’il porte aux relations entre les milieux du théâtre au Japon et les autorités ou ses analyses sur la réception des arts de la scène par le public et les lettrés (dans mais aussi en dehors du Japon) lui permettent enfin de ne jamais s’enfermer dans des questions d’ordre trop strictement dramaturgiques qui auraient pu léser les lecteurs les moins informés.

On regrettera simplement (s’il fallait un bémol) que l’auteur n’ait pas joint en fin d’ouvrage quelques courtes biographies récapitulant la vie des dramaturges ou acteurs ayant joué un rôle essentiel dans l’histoire du théâtre japonais. Les personnages historiques cités sont en effet si nombreux qu’on tend parfois à s’y perdre.
 

Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo
A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr