Monde

Le Tea Party. Portrait dune Amérique désorientée

Couverture ouvrage

Aurlie Godet
Vendémiaire , 256 pages

Le Tea Party a-t-il un avenir ?
[jeudi 24 mai 2012]


Une analyse intéressante du Tea Party, qui, sur le long terme, pourrait avoir plus d'influence idéologique que politique et sociologique sur la droite américaine.  

Le 19 février 2009 aura bouleversé l’histoire politique des États-Unis. Ce jour marqua l’entrée en scène d’un mouvement qui allait, sinon profondément peser sur le mandat de Barack Obama, donner de nouveaux contours à l’opposition au pouvoir washingtonien. Ovni politique, Frankenstein activiste d’essence numérique ou mouvement s’inscrivant dans la longue histoire du conservatisme américain ? L’ouvrage d’Aurélie Godet propose de nombreux points d’entrée pour une analyse complexe de "cette mouvance aux contours certes mal définis, mais qui suscite la sympathie d’environ 20% de la population américaine" (p. 7).

 

Comment définir le Tea Party ?

"Enfant de la crise économique de 2008 et de la présidence Obama" (p. 223), le mouvement ne constitue pas un parti au sens classique du terme. En son sein, "des libertariens, mais aussi des conservateurs ; beaucoup d’indépendants, quelques extrémistes…" (p. 35). Le Tea Party se perçoit également comme mouvement d'opposition ad hominem, consacré à la décrédibilisation de l’action du président Obama. Godet cite l’exemple des Birthers pour qui le Président est "un "étranger" (alien) dont ils soulignent assidûment le nom exotique inquiétant "Barack Hussein Obama" "(p. 74). L’étude relève également le rôle des femmes au sein du mouvement – les Mama Grizzlies et autres Hockey Moms : "tout se passe comme si la forme de la mouvance, décentralisée, communautaire, contournant les structures traditionnelles d’activisme, favorisait l’émergence des femmes, au contraire d’une structure hiérarchisée comme le Parti républicain" (p. 80). Trait caractéristique ; le Tea Party ne dispose pas d’une structure pyramidale classique. Un mouvement open source. Godet rappelle d’ailleurs que certains observateurs lui apposent la notion d’ "intelligence collective" (p. 107) – un concept jadis prôné par la candidate socialiste Ségolène Royal qui, en 2007, misait grandement sur les promesses d’une dynamique participative.

 

Une dynamique "bottom up" numériquement boostée

Au départ, indique Godet, c’est une multitude de groupuscules militants estampillés Tea Party qui pullulaient dans l’anarchie la plus totale, jusqu’à ce que leur activité ne soit coordonnée par une organisation – les Tea Party Patriots. Depuis, son fonctionnement se rapproche d’une dynamique de franchise, la "marque" Tea Party cherchant à fédérer virtuellement les diverses chapelles autour d’un socle de valeurs commun. Ce processus rend le Tea Party tributaire de mécanismes d’autolégitimation fonctionnant selon un principe collaboratif  . Ce parrainage doit permettre aux nouveaux franchisés de se lancer plus facilement – un processus d’intégration flexible et permettant à la "communauté de marque" de croître rapidement et de manière décentralisée. Godet constate l’usage fréquent de la métaphore de l’étoile de mer pour caractériser le mouvement : "une étoile de mer peut se régénérer même après l’amputation de l’une de ses branches. Elle peut même donner naissance à une seconde étoile de mer" (p. 108).

Mouvement authentiquement "Grassroots" ou "Astroturf"   (p. 114) ? Pour Godet, c’est "la décentralisation du mouvement et sa capacité à expérimenter divers outils de mobilisation qui confèrent au Tea Party toute son originalité et contribuent à la diffusion efficace de son message" (p. 8).

Aussi, l’émergence du Tea Party est au confluent de deux phénomènes : la synthèse idéologique de deux traditions ayant profondément façonné le Grand Old Party (GOP)   combinée au progrès du Web communautaire.

Godet définit le Tea Party comme "une version mi-conservatrice, mi-libertarienne, des mouvements protestataires de masse" (p. 55). Mais tandis que les soubassements philosophiques – parfois contradictoires – du mouvement sont ici exhaustivement sondés, on regrette que le second élément ne soit pas traité de manière plus approfondie ; le Tea Party "indissolublement lié à l’outil Internet" (p. 101) illustrant de manière prototypique l’apparition de ces nouvelles formes de contestation consolidées grâce aux réseaux sociaux  . Cette dynamique organisationnelle "bottom-up" des Tea Partiers peut d’ailleurs également s’inscrire dans une histoire de la participation citoyenne aux Etats-Unis, le Tea Party renouant d’une certaine façon avec la tradition des Town meetings. Une tradition déjà ravivée lors de la campagne de Ross Perot pour l’élection présidentielle de 1992. Perot, en faveur d’une démocratie directe, exprimait alors le souhait d’organiser des electronic town meetings, en s’aidant des outils informatiques émergeants. L’exemple du Tea Party indique par conséquent que la piste d’un agir communicationnel numérique s’avère désormais réellement expérimentable à travers le Web communautaire ; Facebook ou Twitter offrant une résonance quasi-globale aux débats politiques. Godet note ainsi "l’adéquation quasi parfaite entre le message anti-étatique du mouvement et son médium de prédilection, qui revendique sa nature décentralisée" (p. 225). Un constat quasi-médiologique qui sonne juste   tant l’impact de l’horizontalité induite par les réseaux sociaux semble déterminant sur l’approche politique des Tea Partiers.

 

Le GOP en proie à la "réacosphère"

L’ouvrage propose également une série de portraits de figures de proue du mouvement – de la populiste Sarah Palin, "premier personnage politique à avoir saisi les possibilités de Facebook et Twitter" (p. 129) au libertarien Ron Paul qualifié de "parrain intellectuel du mouvement Tea Party" (p. 132). Godet observe cependant qu’il n’existe pas "un" mais "des" leaders du Tea Party, chacun avec sa sensibilité et son électorat propre, préférant dès lors insister sur une caractéristique fondamentale du mouvement : sa stratégie d’ "entrisme".

L’ouvrage souligne fort justement que l’objectif du Tea Party consiste à faire émerger une nouvelle élite gouvernante au sein du GOP. Cette stratégie de noyautage a d’ores et déjà porté ses fruits. Les primaires du Parti Républicain en vue des élections législatives de mi-mandat de novembre 2010 furent en effet marquées par la défaite d’un grand nombre de caciques républicains, battus par des néophytes soutenus par le Tea Party. Opposé à pénétrer l’arène politique de manière autonome, le Tea Party aura ainsi préféré déterminer les benchmarks (les points de références) conditionnant le soutien de candidats politiques proches de leurs thèses.

Godet émet ici l’hypothèse d’un GOP progressivement cannibalisé. Aussi, "la radicalisation du Parti républicain qui s’ensuivrait façonnerait un parti encore plus opposé à l’intervention de l’Etat dans la vie économique et la société, et encore plus conservateur sur le plan des valeurs morales" (p. 141). L’apport "bottom-up" des Tea Partiers viendrait dès lors parfaire le travail "top-down" du néo-conservatisme des années Bush. Mais l’intégration réussie des Tea Partiers au sein du GOP a un coût, concède Godet : "la droitisation de l’idéologie républicaine et la marginalisation des candidats les plus modérés, obligés d’adopter un discours répressif pour rester dans la course, ou de quitter un parti qui a cessé de les apprécier" (p. 148). Le Tea Party parviendrait donc à progressivement modifier l’ADN républicain !

Un avant-goût de ce qui pourrait attendre la droite française dans les prochains mois ? Joseph Macé-Scaron osait récemment le rapprochement, estimant que l’électorat lepéniste avait lui-aussi pris ses aises au sein de l’UMP. "C’est eux qui ont donné le la dans les dernières années de ce quinquennat sous influence, en tendant à Patrick Buisson un miroir censé refléter la France d’en bas" déclare Macé-Scaron dans Marianne   Une "réacosphère" investissant les réseaux sociaux et pesant tel un lobby sur les médias d’information : "on a vu le contradicteur de droite se transformer en "troll" ". Aurélie Godet choisit quant à elle de minimiser l’impact du Tea Party sur le GOP, celui-ci ressemblant davantage à un énième coup de barre à droite (p. 168).

 

Crépuscule d’une idole médiatique

Alors que le Tea Party semble avoir atteint son climax en 2010, les perspectives d’avenir s’annoncent plutôt ternes. Godet prédit un relatif déclin du mouvement, constatant une popularité en baisse depuis la mi-2011. Un mouvement qui semble avoir trouvé un successeur (et l’auteur une suite à sa recherche ?) avec le mouvement des indignés (Occupy movement) "qualifié (un peu vite) de "Tea Party de gauche" par les médias" (p. 214) qui semblent aujourd’hui obnubilés par cette nouvelle mobilisation. Histoire immédiate : au moment où Mitt Romney, dernier candidat républicain en lisse, représente l’unique barrage contre une possible réélection de Barack Obama, les Tea Partiers paraissent un tant soit peu ringardisés : "on peut se demander si le combat du Tea Party n’est pas déjà dépassé et si l’anti-élitisme ne s’est pas trouvé un nouveau porte-parole" (p. 221) conclut – peut-être quelque peu hâtivement – Aurélie Godet.

 

A lire aussi : 

- Notre dossier sur le Tea Party
 

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr