<p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p>

 Norbert Gaillard, auteur de l’ouvrage "Les agences de notation" (La Découvert, 2010), publie à la rentrée "A Century of Sovereign Ratings" (Springer), premier ouvrage analysant la notation souveraine.

 
 
 
 
Nonfiction.fr- Les critiques adressées aux agences de notation se font de plus en plus vives. Représentent-elles un bouc émissaire facile face à l’impuissance des gouvernements à juguler la crise financière ?
 
Norbert Gaillard- Oui, c’est certain, surtout en ce qui concerne la notation souveraine. Elles ont le mauvais rôle et représentent des cibles faciles. Mais il faut en expliquer les raisons. Les agences ont sous-évalué les risques des produits structurés aux Etats-Unis. On s'est aperçu au moment de la crise des subprimes qu’elles avaient été au cœur de graves conflits d’intérêt. Elles ont joué un rôle de consultants officieux auprès des banques afin d’aider à la mise en place de ces produits structurés. Elles contribuaient en fait à la mise en place de produits qu'elles allaient ensuite noter. Une situation de conflit d'intérêt typique, aggravée par le fait que les agences étaient dans l'incapacité d'appréhender réellement les montages juridiques de ces produits. Elles ont donc trahi la confiance mise en elles par les régulateurs, les investisseurs et les marchés financiers. Depuis 2008, la surveillance des agences s’est accrue, notamment au niveau européen, avec l’Autorité Européennedes Marchés Financiers (AEMF). Sur la notation souveraine, le problème se pose différemment. Les difficultés proviennent non pas des agences mais de la sous-évaluation voire de la non-prise en compte de l’ampleur des déficits publics de certains Etats membres au moment de l’intégration dans la zone euro à la fin des années 1990 puis au cours des années 2000. Par exemple, entre 2002 et 2007, le Pacte de Stabilité et de Croissance, destiné à superviser et à coordonner les politiques budgétaires européennes, n’a jamais été vraiment appliqué, ce qui a nourri le laxisme budgétaire de certains Etats de la zone euro.
 
Nonfiction.fr- Les agences de notation auraient dégradé de manière précipitée et non concertée les notes de la Grèce, du Portugal, de l'Irlande…
 
Norbert Gaillard- Les agences ont fauté par leur trop grand optimisme entre 2002 et 2007. Standard & Poor’s et Fitch n’ont par exemple dégradé la note de la Grèce que d’un cran après la découverte du premier trucage des comptes publics en 2004. Moody’s n’a même pas dégradé la note grecque. Les agences ont cru à tort que l’appartenance à la zone euro était une garantie forte contre un défaut de paiement d’un Etat membre et ce, bien que les traités européens ne prévoyaient pas de renflouement entre Etats. Elles considéraient que la zone euro était suffisamment intégrée et que l’Allemagne jouait un rôle de garde-fou. Les agences ont donc surnoté certains pays de la zone euro jusqu’en 2008. Le retournement de la conjoncture qui a accentué l’endettement public a changé la donne et entraîné la dégradation des notes souveraines. On a assisté au retour d’un risque souverain spécifique. D’autres éléments ont également joué: par exemple, la politique de Moody’s a évolué avec les changements intervenus au sein de sa structure dirigeante.
 
 
Nonfiction.fr- Le Commissaire Barnier a proposé d’interdire la notation souveraine pour les pays bénéficiant d'un programme d'aide international…
 
Norbert Gaillard- Je comprends tout à fait cette proposition. La Grèce n’est plus dans la course. Il est difficile de la noter. Certes, le pays serait aujourd’hui en défaut de paiement si le plan de soutien du FMI et de l’Union européenne n’avait pas été voté en mai 2010. Cependant, ce même plan a écarté tout risque de faillite à très court terme…
 
Nonfiction.fr- L'Europe doit-elle se doter de sa propre agence? Nous savons qu’il existe des difficultés liées au coût estimé à environ 300 millions d'euros mais aussi à l’indépendance…
 
Norbert Gaillard- Je suis sceptique. Les risques liés à l’interférence politique sont forts. Cette proposition n’est pas dénuée d’arrière-pensées politiques. Les déclarations récentes de la chancelière Merkel qui a mis en avant le rôle de l'agence de notation chinoise Dagong m’ont d'ailleurs laissé perplexe. Cette agence est très proche du pouvoir politique chinois. Cela veut-il dire que nous, Européens, devrions avoir notre propre agence qui ferait preuve de complaisance à l’égard des Etats membres? Par ailleurs, les grandes agences ont été créées au début du XXème siècle. Il faut du temps pour bâtir une réputation auprès des investisseurs.
 
Nonfiction.fr- Est-il préférable d’élargir le nombre d’agences ?
 
Norbert Gaillard- Il s’est opéré une certaine concentration dans le secteur de la notation financière, en particulier au cours des années 1990. Aujourd’hui ne subsistent que trois grandes agences : Moody’s, Standard & Poor’s et Fitch. Au niveau européen, nous n’avons pas d'agence de poids même si on peut tout de même citer la Coface et Euler Hermes SFAC qui sont dans l’assurance-crédit. Je pense qu’il est réellement difficile de faire émerger de nouveaux acteurs, même si cela est souhaitable.
 
Nonfiction.fr- Peut-on se passer des agences?
 
Norbert Gaillard- En ce qui concerne la notation souveraine, oui, on pourrait s’en passer. La Banque centrale européenne (BCE) pourrait faire de la notation car elle est largement indépendante du pouvoir politique. Ses notations seraient donc crédibles aux yeux des investisseurs.
 

Propos recueillis par Estelle Poidevin