Littérature

André Gide ou la tentation nomade

Couverture ouvrage

Jean-Claude Perrier
Flammarion , 191 pages

Explorations textuelles et voyages intellectuels
[mercredi 06 juillet 2011]
Les pages richement illustrées et judicieusement documentées de l’album de Jean-Claude Perrier permettent de suivre les parcours intellectuels et les voyages idéologiques du contemporain capital, André Gide.

Jean-Claude Perrier n’est pas inconnu des amateurs de l’œuvre gidienne, bien au contraire, on lui doit la publication en 2002 du Ramier, récit resté méconnu pendant près d’un siècle.

Dans son dernier ouvrage, André Gide ou la tentation nomade, Jean-Claude Perrier s’attache cette fois à montrer combien la thématique du mouvement innerve tous les écrits gidiens, allant même jusqu’à en constituer les fondements. Une volonté didactique ouvre l’album grâce aux repères chronologiques clairs, et à la visualisation des différents parcours d’André Gide. D’emblée, le souci de la qualité visuelle ne se départ pas d’une rigueur biographique.

Ce qui caractérise au premier abord cet album, c’est la qualité de l’iconographie, particulièrement abondante et judicieusement sélectionnée. Outre l’indéniable attrait que constituent les nombreuses reproductions personnelles, les commentaires permettent de comprendre combien la vie de Gide se constitua en un “branle perpétuel”, pour reprendre la formule des essais, nourrissant l’inspiration et favorisant la réflexion de l’auteur.

De surcroît, nombre de documents sont inédits, fruits d’une collaboration que l’on imagine étroite avec la famille – il est à noter que la fondation Catherine-Gide a soutenu cet ambitieux projet, à l’instar de ces photographies, d’une inspiration somme toute assez virgilienne, que Gide prend pendant son voyage de noce à Florence, pendant que son épouse visite la ville. De fait, les commentaires qui accompagnent cette intéressante documentation, sans fioritures exegétiques, informent avec précision, mais sans pour autant rappeler les clichés biographiques des complexités de l’auteur. Tout se passe en effet comme si Jean-Claude Perrier entreprenait de porter à la connaissance des lecteurs de Gide une somme de nouvelles informations, pour mieux permettre à tout un chacun d’établir des parallèles entre tel aspect de l’œuvre et tel élément de son parcours.

Bien évidemment, Jean-Claude Perrier aborde les voyages les plus marquants que constituent les déplacements en Afrique noire (1925-1926) et en URSS (1936). Une fois encore, le livre s’agrémente de lettres inédites, comme celle d’Aragon, adressée avant la publication du Retour d’URSS. Un autre intérêt, sur le plan de la genèse de l’écriture cette fois, relève de la reproduction de certains manuscrits et tapuscrits, tel les “cahiers Staline”, qui met au jour une méthode de travail particulièrement rigoureuse : à droite de la page écrite, celle de gauche est destinée aux modifications.

Davantage qu’un fort agréable recensement de documents inédits, plus qu’un bel album biographique, cet ouvrage est une invite à la redécouverte de l’œuvre gidienne, innervée des tensions collectives et de questionnements intimes de notre contemporain décidément capital..

Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo
A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr