Créé par Jacob Lewis ancien rédacteur en chef du New Yorker et Dana Goodyear, une rédactrice du journal, Figment.com devrait enterrer définitivement les idées reçues sur le manque de culture littéraire des jeunes ou leur désintérêt croissant pour la lecture au profit du temps passé sur Internet.

 

Figment.com lancé le lundi 5 décembre est un réseau social (qui ne veut pas devenir un nouveau Facebook) selon sa présentation dans un article du New York Times où les jeunes échangent et discutent de livres mais peuvent aussi écrire leur propres fictions. Ils peuvent aussi échanger des commentaires sur leurs écrits avec d’autres internautes et soumettre leurs publications aux divers critiques. Le principe se démultiplie sur tous les nouveaux supports multimédias actuels tels que le portable ou la tablette tactile. 

 

Le principe du site est inspiré de la "cellphone novel", le roman sur portable décrit par Dana Goodyear dans un article du New Yorkecomme une nouvelle forme de genre littéraire adaptée au support du  téléphone portable. La journaliste voyait dans les adolescents japonais qui écrivaient des petits romans directement sur leurs portables les prémisses d'une nouvelle forme d'écriture sur le Web. L’idée est aussi d’encourager à écrire n’importe quel auteur en devenir, lui donner un support où il pourra être lu, soumis au test du lectorat visé avant même d’être publié réellement chez un éditeur. L’autre atout du site est d’avoir su prendre conscience du formidable engouement pour la "Bit-lit"   amorcée avec les parutions de la saga à succès Twilight de Stéphanie Meyer. Ce phénomène intéresse les éditeurs et les libraires qui s’interrogent sur la capacité de ces livres à attirer un public parfois constitué d'adolescents qui n'ont pas l'habitude de lire et s'y mettent soudainement comme l’avait prouvé le phénomène Harry Potter

 

L’industrie du livre y trouve ainsi son compte, ce genre de site pouvant l’aider à cerner les pratiques de lecture des adolescents, leurs centres d’intérêt et les thèmes favoris dans la fiction. Le site constitue aussi une niche pour faire émerger de jeunes talents littéraires.

 

En entrant sur le site, le slogan est attirant "share, write, connect", divers livres sont déjà publiés allant de la science-fiction à la poésie. Les écrivains en herbe ont la possibilité de réaliser leur propre couverture. Les seules données personnelles requises pour s’inscrire sont le nom, le prénom et l’adresse mail#nf#

 

Julie Bosman "Website for teenagers with literary leanings"  , The New York Times daté du 5 décembre

 

A lire aussi sur nonfiction.fr:

 

Dossier sur le livre numérique: Pourquoi les éditeurs français courent à leur perte ?  par la Rédaction