Suivez-nous

FacebookRSS

Quels liens entre langage et pensée ?
[dimanche 25 juillet 2010]

La question des relations entre langage et réflexion, pensons-nous différemment selon la langue que nous parlons, est importante en linguistique. De nombreux linguistes ont ainsi cherché à démontrer qu’il existerait un lien de causalité entre notre langue et notre façon de penser. "It turns out that if you change how people talk, that changes how they think. If people learn another language, they inadvertently also learn a new way of looking at the world. When bilingual people switch from one language to another, they start thinking differently, too” ["Il s'avère que si on change de langue, cela modifie la façon dont on pense. Si on apprend une autre langue, on apprend également par inadvertance une nouvelle façon de regarder le monde. Quand les personnes bilingues passent d'une langue à l'autre, elles commencent aussi à penser différemment"].

 

Lera Boroditsky, professeur de psychologie à Standford, présente dans The Wall Street Journal les derniers résultats des recherches menées sur le sujet, en évoquant en premier lieu quelques exemples significatifs des liens entre langage et pensée.

 

Ainsi, à Pormpuraaw, en Australie, les membres d’une tribu aborigène n’utilisent pas les notions de "droite" et de "gauche", mais utilisent toujours les points cardinaux, ce qui entraine des phrases qui peuvent nous sembler étranges : "Il y a une fourmi sur ta jambe sud-ouest". "As a result of this constant linguistic training, speakers of such languages are remarkably good at staying oriented and keeping track of where they are, even in unfamiliar landscapes. They perform navigational feats scientists once thought were beyond human capabilities. This is a big difference, a fundamentally different way of conceptualizing space, trained by language” [“Après cette constante formation linguistique, les locuteurs de ces langues sont remarquablement bons pour s’orienter et garder la trace de l'endroit où ils sont, même dans des paysages inconnus. Ils accomplissent des exploits scientifiques de navigation que les scientifiques pensaient jadis au-delà des capacités humaines. C'est une grande différence, une manière fondamentalement différente de conceptualiser l'espace, formée par le langage"].

 

Des études récentes, menées notamment auprès d’étudiants du MIT  , montrent qu’on a besoin de nos capacités linguistiques pour compter ; les étudiants devaient compter des points sur un écran, et quand on leur demandait de répéter au même moment les phrases des informations, leurs résultats étaient diminués.

 

“All this new research shows us that the languages we speak not only reflect or express our thoughts, but also shape the very thoughts we wish to express. The structures that exist in our languages profoundly shape how we construct reality, and help make us as smart and sophisticated as we are” [“Toutes ces nouvelles recherches nous montrent que les langues que nous parlons non seulement traduisent ou expriment nos pensées, mais aussi façonnent l'opinion même que nous tenons à exprimer. Les structures qui existent dans nos langues façonnent profondément la façon dont nous construisons la réalité, et nous aident à être aussi intelligents et sophistiqués que nous sommes"]. 

 

Lera Boroditsky conclut son article sur la nécessité d'assimiler l'importance des mécanismes linguistiques pour comprendre notre façon même de voir le monde qui nous entoure.

 

* Lera Boroditsky, "Lost in Translation", The Wall Street Journal, 24 juillet.

Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo
A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr