Arts visuels

Patrick Jouin

Couverture ouvrage

Patrick Jouin
Centre Pompidou , 240 pages

Patrick Jouin, de proche en proche
[dimanche 20 juin 2010]


Par le biais du travail de Patrick Jouin, le métier de designer est mis en lumière avec simplicité et humilité.

L’exposition Patrick Jouin. La substance du design s’est terminée il y a quelques semaines à Beaubourg, mais il reste heureusement au visiteur distrait ou au curieux de tout poil le catalogue édité par le Centre Pompidou.

Exposer le design et a fortiori un designer en particulier n’est pas chose aisée. On se souvient encore de l’exposition tonitruante et égocentrée de Philippe Starck accueillie par la même institution en 2003. Mais ici, aucun narcissisme comparable, ce que l’on perçoit au travers du catalogue c’est le métier du designer tel que Patrick Jouin le vit. En effet, l’ouvrage ne retrace pas une épopée brillante ni ne glorifie une "star" du design mais présente chaque projet avec clarté et simplicité. Que l’on aime ou pas les produits de Patrick Jouin, peu importe. Ce catalogue prend le parti de ne pas glorifier le designer mais de le présenter à sa juste place : au carrefour entre une demande et des utilisateurs.

L’ouvrage est richement illustré sans se limiter pour autant à un livre d’images ; l’iconographie variée (croquis, plans, photographies des personnes au travail, maquettes, prototypes ainsi que les réalisations) est accompagnée de textes concis et explicites pour chaque projet. Ces textes mélangent narration de la situation, explications techniques, données poétiques, description des réalisations, le tout agrémenté d’une poignée de références assez variées (de l’architecture à la philosophie en passant par le cinéma et la photographie), et d’un zeste d’emphase parfois, pas vraiment indispensable au demeurant. Le dosage est équilibré et permet de comprendre les tenants et aboutissants des projets sans être rébarbatif : une recette efficace.

Mais ce qui surprend au premier abord le lecteur c’est l’aspect non-linéaire du catalogue. Ici, rien ne sert de suivre consciencieusement page après page sa lecture, les projets ne sont pas classés, ni chronologiquement, ni typologiquement. Même si on avait fini par le deviner, le parti pris est expliqué presque à la fin du livre : il s’agit d’un document combinatoire fluide, à liens multiples, dans lequel le lecteur n’a qu’à "zapper" parmi les différents "clusters, ou grappes de représentation". Cependant, il semble y avoir une logique interne dans l’ouvrage. À chaque fois, trois à cinq projets sont regroupés par "séquences" et confrontés selon une réflexion sous-jacente. Mais le lecteur n’a la plupart du temps aucune clé de compréhension. De plus, l’analogie au cinéma et plus spécifiquement au "road movie" ne convainc pas et paraît accessoire. La critique essentielle que l’on peut faire à ce catalogue réside donc dans la structuration générale des projets, faussement aléatoire mais néanmoins réfléchie, qui n’apporte pas outre mesure la mobilité de lecture recherchée. Pour autant, les processus de recherche et la démonstration des objets en train de se faire est lisible et la mise en page, dont certaines vignettes permettent le passage fluide d’une page à l’autre, fonctionne bien.



La cuisine du métier


Nul besoin ici d’être un expert du design : le livre s’adresse à tous, dévoilant tranquillement le processus créatif et le métier du designer.
Les différents acteurs d’un projet sont clairement montrés, à la fois au travers du travail d’équipe au sein de l’agence, mais aussi par la large place offerte aux commanditaires, clients, partenaires, utilisateurs en tous genres et autres collaborateurs tels que techniciens, architectes, ingénieurs et artisans. Ces derniers ont souvent une place de choix dans les projets de Patrick Jouin, à égalité avec les chefs cuisiniers (en particulier Alain Ducasse avec lequel le designer a collaboré dans le cadre d’un projet de la casserole universelle Pasta Pot pour Alessi ou pour différents restaurants tels le Plaza Athénée à Paris ou Alain Ducasse at the Dorchester à Londres).
Les étapes successives sont aussi mises en évidence, tout en privilégiant une approche intuitive, loin d’une méthodologie qui serait  unique et applicable partout.
L’agence de Patrick Jouin s’attèle aux activités les plus diverses, depuis le design, l’architecture d’intérieur, les scénographies, les installations jusqu’à la recherche expérimentale, donnant à voir un métier de plus en plus polyvalent, capable de passer de la spatule à étaler la pâte à tartiner Tarti’Nutella à l’élaboration des chaises Solid en prototypage rapide en passant par l’aménagement intérieur de la boutique Van Cleef & Arpels à Paris.
On assiste à un dévoilement du métier de designer par la mise en lumière de tout ce qui permet au projet de se construire ainsi qu’à une mise à nu du processus créatif.


Le designer "next door"


Tout flâneur parisien est déjà familier de deux des réalisations les plus connues du designer : les stations de Vélib’ et les nouvelles Sanisettes urbaines. Le design de Patrick Jouin se présente finalement dans ce catalogue comme ses projets de mobilier public : disponible, visible sans être racoleur, au service de chacun, accessible, sans chichi. Et ce, même si paradoxalement la plupart des projets ont pour commanditaires des marques de luxe ou des clients fortunés.

Si l’on retrouve bien quelques photographies du designer dans le catalogue, il n’est pas plus présent que ses clients ou les membres de son équipe : les différentes réalisations ne sont jamais étouffées par l’image de marque du designer. Contrairement à Matali Crasset, par exemple, qui utilise sa coupe de cheveux comme logo pour s’identifier, Patrick Jouin laisse la place aux projets et ne les sature pas d’une communication hypertrophiée. Il ressort du catalogue l’idée que Patrick Jouin pourrait être notre voisin de pallier et qu’il est ici prêt à nous raconter son métier, de bon cœur, sans aucune mystification ni faux semblant.


À la question "qu’est-ce que le design ?", le designer affirme répondre invariablement : "C’est ma vie de tous les jours et c’est ce que j’aime faire". C’est bien ce que le catalogue a le mérite de présenter : le plaisir du métier de designer, au quotidien.

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr