Philosophie

L'idée du communisme. Conférence de Londres 2009

Couverture ouvrage

Alain Badiou Slavoj Zizek
Lignes , 347 pages

Les habits neufs de l’idée communiste
[jeudi 15 avril 2010]


L'idée du communisme connaît un regain d'intérêt soudain, des philosophes confirmés proposent ici chacun leur vision d'une idée aux facettes multiples.

Le communisme serait-il devenu à nouveau un objet de culture pop ? Tout comme Mao et les maoïstes avaient pu se réincarner - sous prétexte d’un docu-fiction original - en un générique yé yé dans le film La Chinoise de Godard, les anciens philosophes hérauts de l’idée du communisme sont devenus les superstars d’un capitalisme en mal de fondement, fasciné par ces thuriféraires passionnants et exigeants que sont Badiou (le platonicien fulgurant) et Žižek (l’hégélien agité). C’est en tous les cas ce que semble suggérer la récente hypervisibilité médiatique de ces deux penseurs (il suffit de circuler sur Internet ou de consulter les articles qui leur ont été consacrés dans des journaux francophones). A vrai dire, les contributeurs ne sont pas des débutants mais des penseurs confirmés. Leur mise en avant brutale sur la scène médiatique contribue à faire connaître des travaux comme ceux de Badiou et de Jacques Rancière qui s’écrivent depuis bientôt quarante ans, et dont le monde intellectuel francophone a mis du temps à mesurer les enjeux réels et les apports inédits pour le débat public . Prétexte donc éminemment utile que de mieux faire connaître ces pensées complexes et stimulantes par le biais d’un colloque mondial et retentissant sur l’idée du communisme.

 

Le communisme comme "opération intellectuelle"

C’est lors de ses discussions avec son ami Slavoj Žižek que Badiou décide donc de convoquer une sorte de colloque philosophique autour du mot “communisme”, mot dont la réapparition soudaine combinée à un regain d’intérêt vivace avait fait frémir la presse internationale lors de la crise. Dans ce colloque tenu en 2009, se bousculent aux premières loges des philosophes d’envergure, de Rancière à Badiou en passant par Toni Negri ou encore Gianni Vattimo, qui viennent ainsi dessiner les contours d’une sorte de conglomérat international de penseurs aux couleurs politiques bigarrées (quoi de commun entre le maoïsme de Badiou et le communisme spinozisto-deleuzien de Negri par exemple, ou encore le matérialisme dialectique lacaniano-hégélien d’un Žižek). Deux conditions étaient ainsi exigées pour intégrer cet arc de cercle royal, “parler strictement en son propre nom, être convaincu que le mot communisme peut, et doit conserver […] une valeur affirmative” . C’est autour de ce pacte symbolique que se déroulent les vives discussions contenues dans ce livre, qui incarnent chacune une pluralité de définition possible de ce que "peut" le communisme.

Cette question du possible est celle qui vient ouvrir le recueil à travers une réflexion d’Alain Badiou sur le communisme comme opération intellectuelle, dans laquelle un sujet historique incarne cette vérité émancipatrice événementielle (l’émancipation est le mot empli de promesses auquel la plupart des conférenciers se réfèrent), par laquelle de nouvelles vérités politiques trop vite oubliées redeviennent possibles. L’une des stratégies du 'Capital' aurait été ainsi de convoquer des stratégies de reniement et d’apostasie sous prétexte des errements totalitaires, rendant ainsi impossible toute réflexion et hypothèse sur la nécessité même de l’idée communiste. Le lecteur de la contribution de Badiou est parfois arrêté dans son enthousiasme révolutionnaire fraîchement ressaisi par la verve platonicienne du maoïste (pensons ici au scepticisme bien pesé du philosophe Francis Jeanson dans La Chinoise lorsqu’il entend l’actrice Anne Wiazemsky vanter le travail au champ des intellectuels), et cela pour plusieurs raisons : soit par la sécheresse des axiomes : une idée est la subjectivation d’une relation entre la singularité d’une procédure de vérité et une représentation de l’Histoire , ou à cause du platonisme radical de Badiou qui donne au nom propre et à l’idée une réalité ontologique fondamentale ; le monde des idées et des noms propres est la réalité. Ce cratylisme communiste (qui se distingue radicalement d’un messianisme révolutionnaire comme celui de Benjamin par exemple), demande fidélité et acte de foi, comme en témoignent les deux conditions contractuelles vues plus haut. Alain Badiou occupant ici en quelque sorte le centre (les partisans le citent ou se réfèrent à son nom, on devra bientôt répondre à la question de quoi Badiou est-il le nom ?), c’est sur ce souffle historico-théorique néanmoins intéressant et stimulant que l’on entre dans ce recueil.

 

Révolution culturelle, capitalisme cognitif, théorie de l'émancipation

Comme rappelé plus haut, les contributions visent toutes des aspects différents (la révolution culturelle, le capitalisme cognitif, la théorie de l’émancipation), et présentent un riche éventail qui tend bien à prouver que l’idée n’est pas morte, que le seul nom de Badiou ne suffit absolument pas à épuiser. Jean-Luc Nancy par exemple, fait œuvre d’originalité en développant une réflexion phénoménologique et étymologique qui ne craint pas d’affronter la contemplation du mot et de ce qu’il recouvre comme réalité et persistance existentielle. Si le mot communisme est une présence sensible, comme le rappelle Jean-Luc Nancy dans une contribution originale, métaphysique, alors il est un principe actif existential (par opposition au catégorial kantien purement formel) qui permet l’ouverture d’un espace entre les différents étants. Celui-ci se manifeste par la formation d’une communauté au-delà du politique et de l’Etat, du sémantique, exprimant ainsi que quelque chose se passe au-delà de toute théorie ou idéologie qui en va de chacun de nous et du vivre ensemble que nous créons à chaque fois que nous nous rencontrons/séparons/éloignons/rapprochons. Le communisme étant ici le speech act de l’existence en tant qu’elle est ontologiquement être-en-commun (on ne trouve pas grand monde dans ce livre pour s’affranchir de l’ontologie, Rancière mis à part). Enoncer ainsi l’idée communisme c’est produire plus d’espace et de circulation d’idées, mettre en scène au fond le commun. Et c’est précisément les espacements parfois finement ajustés du recueil qui permettent une spatialisation de l’idée plutôt que sa stricte régulation harmonique ou linéaire, qui serait celle d’une doxa


Plus loin, nous trouvons une des contributions les plus convaincantes du volume, qui marque un saut dans l’orthodoxie dogmatique qu’un Althusser n’aurait certainement pas renié. Bruno Bosteels, traducteur de Badiou en anglais et excellent connaisseur de l’histoire du marxisme qui vient de publier un livre passionnant sur Alain Badiou , propose une reprise en fond de la critique du gauchisme en faveur du communisme, idée qu’il défend en s’appropriant une distinction d’Alain Badiou justement, dans laquelle le gauchisme est critiqué pour son aplanissement de toute dialectique, dans une opposition frontale au pouvoir improductive et naïve, alors que le communisme lui est loué pour sa mise en évidence de la complexité des rapports de force, son ancrage dans l’histoire, sa radicalité, etc. Ce qui rend cette contribution pertinente c’est sa critique du gauchisme sous toutes ses formes, du communisme de gauche de la pure immanence d’un Negri ou d’un Haardt, largement inspiré par les intuitions de Deleuze et dont il affirme qu’il offre toujours une position de supériorité éthico-morale attirante […] résultant d’une intériorisation consciente de la défaite  de l’Idée communiste. Cette solution du pire, cet optimisme politico-ontologique que Bosteels rejoue ironiquement en en montrant le caractère sporadique (celui d’une multitude si bien fondue dans l’Empire qu’au comble de cette impossibilité identificatrice elle apparaît comme ineffective), mais aussi le refus d’une puissance extérieure qui marquerait une postériorité de résistance comme dans les rapports dialectiques traditionnels. L’absence d’extériorité illustre ici une idée deleuzienne fantaisiste qui voudrait que la résistance précédât toute forme de pouvoir. Il faut citer ici le commentaire de Bosteels qui éclaire le succès de cette idée dans le gauchisme triomphant dans lequel nous baignons peut-être :“Le pouvoir et la résistance apparaissent plutôt comme le recto et le verso d’une unique bande de Möbius. L’idée est seulement de pousser suffisamment loin pour que l’un se transforme subrepticement en l’autre.”  On retrouve ici une critique althussérienne faite autrefois à Gramsci. Se séparer de la dialectique marxiste, c’est perdre la singularité du geste initié par Marx. On observe ici une adhésion de Bosteels à l’idée d’un invariant communiste (emprunté à Badiou), une sorte de principe d’égalité, de volonté d’autonomie qui caractérise le rapport des masses à l’Etat. Conserver les rapports de force (extérieur vs. intérieur) plutôt que de se perdre en principe de réversibilité immanente, dont on ne sait au fond quel est le fonctionnement ni le mécanisme. Renoncer à une philosophie de l’affirmation pour rejoindre la philosophie de l’histoire, retrouvant ainsi la pensée de Marx, serait l’un des objectifs inavoués de cette contribution. Bosteels évoque ainsi une conclusion possible : que nous continuions activement à historiciser l’hypothèse communiste . Malgré quelques nuances apportées plus bas à sa critique du gauchisme, Bruno Bosteels ne parvient pas à masquer un camp qu’il incarne si bien, celui polémique qu’avait autrefois occupé Lénine lorsqu’il décrivait le gauchisme comme une maladie infantile.


Concluons donc ce tableau contrasté avec un court regret, celui du manque dans ce volume d’un compte-rendu des débats passionnants qui ont dû agiter les participants, et que le lecteur est voué à reconstituer en imagination. Les débats amenés par Bruno Bosteels en particulier auraient été à suivre avec intérêt. L’impatience règne avant la sortie d’un prochain volume à l’occasion cette fois du colloque de Paris, réunissant peu ou prou les mêmes acteurs.
 

Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

4 commentaires

Avatar

MM

16/04/10 19:28
Merci pour cette belle critique, précise, complète, actuelle et... passionnante !

Manque peut-être, d'une prise de position sur la virtualité du communisme, un système irréel ? C'est à dire expliquer le pourquoi du comment de la fin soviétique.

Ou bien le renouveau idéologique annoncé par ces conférences, révèlent surtout, une réalité politique revisitée... par de grands penseurs, des philosophes géniaux et des producteurs généreux.

Cela fait réfléchir et ça donne envie d'aller voir ce qu'il en est pour la prochaine conférence d'Alain Badiou.

Mais nous n'en avons pas la date...
Avatar

azerty

17/04/10 08:28
Consternant. Bel exemple de complaisance des médias français à l'égard de quelqu'un comme Badiou qui ne fait que ressasser les mêmes poncifs sur le communisme (je serais curieux de connaître la seule idée originale qu'il apporte...) Pour ne pas parler des choses qui fâchent (la réalité catastrophique de TOUTES les expériences communistes) on s'en tient à "l'idée" communiste.
Avatar

babelouest

23/04/10 17:30
Ce sont de grands mots bien compliqués, auxquels je n'entends goutte. Peut-être faudrait-il revenir à la maxime de Boileau le sage :
Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement,
Et les mots pour le dire viennent aisément.

Le communisme, qu'est-ce, sinon une vie en commun ? Qu'est-ce, sinon la disparition de la propriété individuelle ? Qu'est-ce, sinon l'abandon de la notion de profit individuel ? Qu'est-ce, sinon la tâche de chacun selon ses mérites, au bénéfice de tous et chacun selon ses besoins ?

Même aujourd'hui, le rutilant PDG de multinationale à la retraite a-t-il de vrais besoins différents de ceux de l'humble cimentier aux poumons rongés qui vient de s'arrêter ? En quelque sorte, oui : le second en a de bien plus pressants, compliqués, et une espérance de vie bien moindre, donc le droit à plus de compensations pour le temps qu'il lui reste à vivre. Le communisme, le vrai, pas celui des bouquins, saura lui assurer une fin de vie la meilleure possible.

Ah, ce n'était pas de cela que vous parliez ? Mais justement, c'est de cela qu'il faut discuter, car c'est cela qui importe.
Avatar

victorlefevre

30/10/10 13:50

Vous avez raison sur un point : un tel galimatias métaphysique aurait fait frémir Marx. Néanmoins il ne faudrait pas sous couvert du bon sens reproduire les schémas hérités du capitalisme de division entre travail intellectuel et travail manuel. Réflechir à la la définition du communisme est un devoir avant de s'en réclamer.

Votre définition est par-exemple manifestement problématique. En se reposant sur la seule étymologie, et en faisant du communisme "la vie en commun" on se retrouverait à défendre l'Utopia de Moore. Abolition de l'argent, éducation commune des enfants, et autres belles rêveries mais quid du comment ? Pour y répondre il faut étudier le réel et affiner les concepts.

A la question : Le communisme, qu'est-ce, sinon une vie en commun ? Je répondrai que Marx a conçu le communisme sur une analyse économique précise comme abolition de la propriété privée des moyens de production. Et non sur l'abolition de la propriété privée sans plus de précision. Ce dont il est question ce n'est pas de la propriété commune des meubles et maisons (Moore), des femmes (Platon), ou que sais-je encore, mais du capital. Une telle définition n'épuise pas dans les sens du mot, la question reste bien plus épineuse que vous semblez le penser.

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr