En 2008, dans L’Éclipse du savoir (Allia) Lindsay Waters, responsable éditorial aux Presses universitaires d’Harvard, s’inquiétait d’une haine et d’une servitude grandissantes de la théorie dans le domaine des sciences sociales et des sciences humaines, aussi bien aux États-Unis qu'en Europe. Il n’y a probablement rien à attendre des réformes actuelles de l’enseignement supérieur en France. Quant à l’université elle-même, le règne de l’arbitraire mandarinal, les crispations disciplinaires et le processus de précarisation des jeunes chercheurs – outil de gestion économique et idéologique qui bénéficie beaucoup de la passivité ambiguë de ses acteurs – finissent par assujettir tout esprit critique. Et par venir à bout de toute initiative aussi. Comme d'autres institutions en France, l'université est devenue une force de l'ordre. Alors la résistance s’organise ailleurs.

La « Petite Encyclopédie critique » dirigée par Philippe Corcuff et Lilian Mathieu est une initiative éditoriale à saluer. À sa façon elle participe à « l’insurrection des savoirs assujettis » dont parlait Foucault dans les années 70. Dans la mouvance des nouvelles universités populaires et du réenchantement des gauches radicales, la « Petite Encyclopédie critique » témoigne d’une vitalité, d’une lutte, d’une expérimentation, d'une transversalité, du moins, d’une indiscipline : un rapport au savoir plus pratique, plus critique, plus alternatif. Parce que la théorie est ce qui surgit lorsque notre manière de construire le monde se heurte au monde. Avec cette idée que les sciences humaines ont la responsabilité de se mettre au service de la critique sociale ; aussi de rendre disponible au plus grand nombre le résultat de leurs travaux, non pas à la façon d'un quelconque utilitarisme mais d'abord de considérer que les sciences sociales produisent des usages. L’idée, si elle n'est pas nouvelle, demeure urgente et le début de cette nouvelle collection est prometteur. En l’occurrence, les quatre premiers essais sont remarquablement réussis (en particulier les essais de Lilian Mathieu, Les années 70, un âge d’or des luttes ? et Irène Pereira, Peut-on être radical et pragmatique ?). La présentation est claire, dynamique, fonctionnelle ; le design un peu vintage ; le prix modeste - moins de 10 euros ; le format poche façon Prairies ordinaires ou la Fabrique#nf#

 

* « Petite Encyclopédie Critique » dirigée par Philippe Corcuff et Lilian Mathieu, Éditions Textuel.