Europe

Les arpenteurs de l'Europe

Couverture ouvrage

Collectif
Actes Sud , 277 pages

Disclaimer

Frédéric Martel, rédacteur en chef de nonfiction.fr, a contribué à cet ouvrage.

Les frontières changent, la culture reste
[mercredi 06 aot 2008]


L'histoire culturelle européenne racontée par ceux qui la vivent. Un ouvrage de synthèse publié par Cultures France à l'occasion de la présidence française européenne.

L’Europe comprend de nombreux pays, et chacun a ses histoires et ses victoires. Nous connaissons l’abondance des publications traitant de l’histoire du Vieux continent. Toutefois, l’Europe a constamment changé de visage, et c’est encore le cas aujourd’hui. Les arpenteurs de L’Europe, livre paru aux éditions Actes Sud en collaboration avec Cultures France, est un recueil d’articles qui présentent et louent l’Europe depuis l’Antiquité jusqu’à notre ère, mais s’interrogent aussi sur son avenir.

C’est à Edgar Morin que revient la tâche d’introduire l’ouvrage. Le sociologue et philosophe relate brièvement les conséquences des deux guerres mondiales, mais demeure admiratif de l’Europe qui se reconstruit à cette époque là. Pour lui, l’Europe est encore et toujours en reconstruction. Et il poursuit sa préface en rappelant les enjeux d’aujourd’hui : les avatars de la guerre d’Irak, l’identité européenne de la Turquie, et l’interaction entre la culture humaniste et la culture scientifique.

Les articles sont organisés en trois thèmes principaux : "Le creuset, les traverses", "Horizon" et  "Terreau et fulgurances". Un des articles les plus impressionnants est une chronologie des cartes européennes. D’après les observations de Ptolémée, le géographe et essayiste Michel Foucher met en lumière la dynamique des frontières européennes, avec notamment une carte intitulée "John Bull et ses amis" pleine d’humour, représentant l’image que se font les Anglais de leurs voisins européens, ou une autre tout aussi remarquable : une image prise d’un satellite faisant ressortir la pollution lumineuse.

"Horizons" traite de la portée de la culture européenne et son influence à l'extérieur de l'Europe. Dans son article "L’horizon méditerranéen", Thierry Fabre rend hommage à la Mare Nostrum. Pour lui, la Méditerranée, ayant vécu de nombreuses guerres, a joué un grand rôle dans la formation d’une identité (et ainsi d’un pouvoir) méditerranéens. Plus loin, le contraste Asie-Europe est disséqué par Jean-Luc Domenach : "L’Europe, dans sa diversité, est une réalité culturelle bien plus solidaire et vivace que l’Asie". Son analyse décrit la formation des États sur le continent asiatique, grâce au rayonnement du continent européen. L’Asie, d’après Domenach, possédait une vocation fondamentalement économique, contrairement à l’Europe, plutôt culturelle. Il n’existe ainsi pas de volonté commune asiatique équivalente à celle présente en Europe. La fin de l’article se penche sur le présent, où l’Asie et l’Europe évitent de coopérer et se concurrencent.

Mais c’est surtout la force de la culture européenne qui demeure le grand thème des Arpenteurs de L’Europe. La troisième et dernière partie, "Terreau et fulgurances"  traite de l'histoire de l’art et de la culture. Ces articles montrent beaucoup de photos d’artistes européens bien connus comme Jan Fabre, Karine Pontiès et Dominique Petit. On y trouve sans surprise une contribution de Pierre Soulages. Tête de proue de l’art moderne, ce dernier évoque toute la grandeur de l'Europe artistique à travers ses souvenirs. On se sent pénétré par l’histoire lorsqu’on lit ses descriptions de l’influence des cathédrales, de l’art rupestre, et de Rembrandt, parmi tant d’autres. Des belles histoires de danse, de cinéma et d’architecture sont également inclues.

Les arpenteurs de L’Europe est un ouvrage original pour les artistes et penseurs de notre époque. Le fait qu’il paraisse durant la fin de la première décennie du XXIème siècle témoigne de nouvelles perspectives. Pour une part, cette histoire est déjà connue, mais il est intéressant qu'un tel nombre d'auteurs s'y penchent une nouvelle fois (à l'occasion de la présidence française européenne). L’œuvre atteint son but : la culture européenne, celle qui a permis à son peuple de faire autant du progrès, ne se dissoudra pas.

 

* Cet article contient un disclaimer (voir ci-dessous).

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr