Chroniques

Débats publics : les grandes questions politiques en 2017

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Intimités : la politique et le corps

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Regards sur l'Inde : la gauche au pays des inégalités

TOUTES NOS CHRONIQUES

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Bibliothèques Odéon

La machine à idées de Sarkozy
[vendredi 22 février 2008 - 12:00]

Nonfiction.fr a toujours suivi Emmanuelle Mignon de près. Ce n'est plus un secret, l'éminence grise de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 sera à nouveau sa directrice de campagne. Après deux ans et demi passés à l’Elysée aux côtés du président, elle avait rejoint Europacorp, boîte de production de Luc Besson et de Christophe Lambert, communicant sarkozyste de la première heure. Alors qu'elle confiait récemment avoir quitté l'Elysée car elle ne trouvait "aucune colonne vertébrale" à l'action du président, elle a décidé de consacrer les trois mois qui viennent à oeuvrer pour sa réélection. Retrouvez ci-dessous la longue et unique interview qu’Emmanuelle Mignon a accordée à la presse depuis cinq ans.

* Pierre Testard (actualisé le 17 janvier, puis le 10 février 2012).

 

Un entretien exclusif avec Emmanuelle Mignon
Ancien directeur des études de l’UMP.
Directeur de cabinet du président de la République.

Dans un entretien à NONFICTION.FR, Emmanuelle Mignon, ancien directeur des études de l’UMP, revient sur le travail intellectuel de Nicolas Sarkozy de 2002 à 2007. Elle décrit comment le "projet Sarkozy" est né, quelles ont été ses méthodes et ses équipes. Et les origines intellectuelles du sarkozysme.


Entre Vincent Bolloré et Bernard Arnault, entre "Cécilia" et Carla Bruni, le "sarkozysme" est trop souvent analysé dans sa dimension médiatique ou "people". On évoque les succès de l’"ouverture", symbolisée par Bernard Kouchner et Martin Hirsch, on salue le nouveau président qui a le "sens de l’action", même si l’on critique, et souvent à juste titre, son manque de "sens de l’intérêt général". En revanche, une dimension essentielle du "sarkozysme" a jusqu’ici été peu analysée : son rapport aux idées, aux intellectuels et aux experts. Contre les visions parfois simplistes d’Alain Badiou, d'Emmanuel Todd, ou du "storytelling", qui ont tendance à le limiter à la manipulation des médias ou des histoires, au-delà de la vision partisane de François Hollande qui n'en fait qu’un "narcissisme", ou de celle de Benoît Hamon qui fustige le "syndrome du petit homme", il est important de revenir sur le travail intellectuel qui a été accompli par Nicolas Sarkozy – très en amont, dès 2002 – pour bâtir un projet. Ce projet fut le résultat d’un travail de grande ampleur, pendant cinq années, conduit par une équipe de plus de 250 intellectuels et experts réunis autour d’Emmanuelle Mignon. Pour la première fois, et en exclusivité pour NONFICTION.FR, l’ancien directeur des études de l’UMP, devenu en mai 2007 directeur de cabinet du président de la République, a accepté de décrire minutieusement les origines du projet sarkozyste, ses méthodes et ses équipes. C’est la première fois que Mme Mignon accepte de donner une interview sur son travail. Au passage, elle se démarque ouvertement d’Henri Guaino , précisant que, pour elle, le rôle d’un "conseiller est là pour servir, non pas pour se mettre en avant" et qu’elle ne prétend pas "être le gourou de Sarko". Du coup, cet entretien apporte une vision nouvelle du sarkozysme dont la dimension intellectuelle, le travail méthodique sur les idées et la construction d’un projet, ont été jusqu’à présent largement sous-estimés. En creux, cette description est aussi une critique sévère du travail que la gauche n’a pas su faire sur les idées depuis 2002.

Frédéric Martel

(Cette interview a été réalisée en décembre 2007, relue et amendée fin décembre par Mme Mignon et est publiée pour la première fois ce lundi 7 janvier 2008 ; propos recueillis par Frédéric Martel et Martin Messika).


> Lire la première partie de l'interview avec Emmanuelle Mignon
> Lire la seconde partie de l'interview avec Emmanuelle Mignon
> Ecouter le podcast original de l'interview avec Emmanuelle Mignon (en cours de finalisation)


Pour aller plus loin :

> Emmanuelle Mignon : Bio-Express
> Lire la critique du nouveau livre La Téléprésidente de Philippe Guibert
> La critique du livre d'Ariane Chemin et Judith Perrignon, La Nuit au Fouquet's
> La présentation des dossiers des revues Esprit et Mouvement sur le Sarkozysme et la New Droite
> La critique du pamphlet d'Alain Badiou, De quoi Sarkozy est-il le nom ?
> La critique du livre de Christian Salmon, Storytelling
> La critique du livre de Yasmina Réza, L'aube le soir ou la nuit
> Tout savoir sur nonfiction.fr, son équipe et ses développements à venir : nonfiction.fr en 2008.
> A signaler : Enjeux-les-Echos, mensuel de l'économie, a publié en septembre 2007 dans le n°238 un portrait d'Emmanuelle Mignon, par Pacale-Marie Deschamps.

+ Voir aussi notre dossier sur les nouveaux think tanks en France :

Les nouveaux think tanks de gauche
- Fondation Terra Nova
- La constellation Ségoliniste
- La Forge
- Gagner en 2012
- Cercle 21, think tank de Manuel Valls
- Institut Edgar Quinet
- Sémaphore

Les nouveaux think tanks du centre

- Les Progressistes

Les think tanks de gauche

- La République des Idées
- Fondation Jean Jaurès

Les think tanks de la gauche radicale

- Fondation Copernic
- Fondation Gabriel Peri
- Mémoire des luttes
- Maintenant, à gauche !

Les think tanks du centre

- L'Institut Kervégan
- Les Gracques

Les think tanks de droite

- Fondation pour l'innovation politique
- Fondation Concorde
- L'Institut Montaigne

Autres think tanks

- En temps réel
- Bruegel
- Fondation Res Publica

Pour aller plus loin sur les think tanks et les idées

- Qu’est-ce qu’un think tank ? Définitions & Modèles
- Les principaux think tanks étrangers
- Une bibliographie sommaire d’ouvrages publiés aux Etats-Unis sur les think tanks


* Graphisme, montage home page : The Robinet (Valentine et Boris, Bordeaux).
* Photos : droits réservés (Elysées ; droits X ; DR).


 

LA RÉDACTION
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

10 commentaires

Avatar

La rédaction

12/03/08 11:10
Chère Léa,
la première note de la première partie de l'entretien précise que : "Mme Mignon emploie l’expression "directeur des études" dans une version non féminisée ; nous conservons les mots tels qu’elle les prononce".
Merci de votre fidélité à nonfiction.fr.
Avatar

Lea

20/02/08 16:59
Mort de rire, c'est une femme et vous l'appelez : "Ancien directeur des études de l’UMP" au lieu de "Ancienne directrice des études de l’UMP" etc...

Est-ce un crime d'être une femme ?

Sur le fonds par contre, c'est loin d'être un cerveau ! ENA, conseil d'état et tout ça, c'est une machine à formatage, ils fabriquent des clones bien pensants.
Son parcours et ses idées vieillotes, son attachement à un vieux truc qu'on appelle religion, comment est-ce possible de croire qu'elle est crédible à l'Elysées ? ;-)
Son conservatisme, c'est surtout 3 pas en arrière ! Elle est loin, bien loin des réalités, dans son petit bloc hlm de Neuilly-8ème-16ème...
Avatar

bniat40

06/02/08 11:16
il faut être vraiment naïf pour croire un mot des arguments de Mme Mignon ! Sarkozy c'est parleur, un baratineur, qui se fait de la gonflette personnelle mais qui ne tient pas parole...qui n'a pas de suivi dans ses promesses...
Comment peut-on croire un type qui ment et trahit depuis 30 ans et continue de le faire à l'issue de son plein gré ? Un pas en avant, trois en arrière...Celà se voit d'ailleurs avec ses tics et ses talonnettes qui prouvent qu'il est mal dans ses grolles !
Avatar

Lou

24/01/08 10:29
Si je comprends bien, on voudrait maintenant nous prouver qu'il y a de la PENSEE dans le sarkozysme? Tant va la cruche à l'eau...
Avatar

Christophe

21/01/08 17:02
‘Contre les visions parfois simplistes d’Alain Badiou, d'Emmanuel Todd, ou du "storytelling", qui ont tendance à le limiter à la manipulation des médias ou des histoires‘...
C'est quand même à peu près exactement ce qu'on retire de la lecture de cette ITV. C'est-à-dire la lutte -brute- pour le pouvoir, du point de vue de ceux qui ont "gagné". Manipulation donc, au sens premier. Cette dame est effrayante.
Page  1  2  3 

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici