Suivez-nous

FacebookRSS

Critiques artistiques

Chroniques

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Chronique électronique : penser les musiques électroniques

L'Age de nos adages : actualité de la sagesse ancestrale

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

Toutes nos chroniques >>


Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

Tous nos entretiens >>


Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation


Tous nos dossiers >>


Do you care ?
[mercredi 26 mai 2010]



Le care est sur toutes les lèvres. Soin, sollicitude, souci des autres (et de soi), compassion, dévouement… Une sorte de bruissement s’empare du langage politique et universitaire. L’ère de l’individualisme effréné, c’est fini. Place au décentrement du regard. Il est temps de prendre soin les uns des autres.

La droite britannique arrive au pouvoir en jurant de réparer une société brisée ("a broken society") en partie grâce au conservatisme compassionnel. Martine Aubry défend une société du soin mutuel : "La société prend soin de vous, mais vous devez aussi prendre soin des autres et de la société." Si Nathalie Kosciusko-Morizet y voit "un triomphe des bons sentiments", Manuel Valls considère que c’est "une erreur profonde, et même […] un recul pour la gauche et pour le pays." Jack Lang, quant à lui, préfère le "Yes, we can" d'Obama au "Yes, we care !".

Pour défricher le terrain, et prendre un peu de recul, nonfiction.fr vous propose cette semaine de revenir sur les racines de la notion de care, rejeton lointain de la philosophie morale d’Adam Smith, véritablement travaillée à l’aune de la psychologie morale américaine et théorisée dans ses aspects éthiques, politiques et sociales par les penseuses féministes américaines Carol Gilligan et Joan Tronto.



Ce dossier complet comprend :
 

- Un entretien avec Dominique Méda, sociologue du travail, sur les raisons de l’émergence de cette notion dans le débat d’idées.

- Une recension du livre de Marie Garrau et Alice Le Goff, Care, justice, dépendance. Introduction aux théories du care, par Florian Cova.
 
- Une présentation de l’ouvrage collectif coordonné par Vanessa Nurock (dir.), Carol Gilligan et l'éthique du care, par Pierre Testard.

- Une recension croisée de Claire Lévy-Vroélant sur les livres de Joan Tronto, Un monde vulnérable, et de Phillipe Chanial (dir.), La société vue du don. Manuel de sociologie anti-utilitariste appliquée et du numéro de la Revue française de socio-économie : "Entre transactions familiales et économie de services".

- Une critique du livre de Christine Clavien, Je t’aide…moi non plus. Biologique, comportemental ou psychologique : l’altruisme dans tous ses états, par Florian Cova.

- Un compte-rendu d’une étude sur le travail de care parue dans la Revue française de sociologie, par Clémence Niérat.

- Une mise en perspective du care à partir du concept japonais d’amae, par Mathieu Gaulène.
 

Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

13 commentaires

Avatar

jhoarau

02/10/10 06:34
Je ne crois pas que le parti socialiste ait intérêt à recourir à l'excès au "care".
Avatar

Yzus

20/08/10 00:47
Si on arrêtait avec les gadgets et on revenait à la bonne vieille fraternité qui fait partie de l'inconscient collectif ? Fraternité, est-ce un gros mot ?
Avatar

Oliv92

17/08/10 20:53
J'avais d'ailleurs fait un billet sur mon blog sur le thème "CARE SE TRADUIT PAR RECONNAISSANCE"
http://www.mediapart.fr/club/blog/oliv92/160510/care-se-traduit-par-reconnaissance
Avatar

Oliv92

17/08/10 20:44
Je propose de préciser cette notion en parlant de RECONNAISSANCE. Ce concept de Reconnaissance est développé par Alex Honneth de l'Ecole de Francfort (croisement de sociologie et philosophie). La reconnaissance, proche du "respect" dont on entend tant parler, ne peut être donné que par les autres, et donc elle met en évidence l'importance du relationnel. CHACUN A BESOIN DE RECONNAISSANCE pour exister, pour se développer, pour avancer dans l'existence. Cette notion avait déjà été développée par Rousseau et Adam Smith (Théorie des sentiments moraux) qui parlent du nécessaire REGARD des autres.
Avatar

Michel

17/08/10 10:42
Merci de dire à Mme Aubry que :

- "le Caire" se trouve en Egypte;
- le bavardage autour de "care" fait oublier que le concept a été exploité depuis longtemps à l'aide du terme plus judicieux de "welfare";
- que réduire le socialisme au rôle de nounou est pitoyable;
- qu'il ne suffit pas de brandir un terme anglo-saxon pour faire croire que l'on a des idées;
- que ramener le débat socialiste à ce charabia c'est avouer que le PS est bon pour le "intensive care unit".
Page  1  2  3 

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr