Chroniques

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Nation ? La fabrique du lien social

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Regards sur le Pakistan : militance et terrorisme

TOUTES NOS CHRONIQUES

Dossiers

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Bibliothèques Odéon

Cicéron "speechwriter" d’Obama ?: l’éloquence revient à la Maison-Blanche
[mardi 20 janvier 2009 - 18:00]

Quand l'art oratoire antique aide à comprendre pourquoi le nouveau président américain a été élu : une étude en règle du "style obamien".

Même si l’adresse inaugurale du nouveau président américain ne constitue pas, à première  vue, son meilleur discours, elle confirme qu’avec Barack Obama, l’éloquence fait son grand retour à la Maison-Blanche après des décennies de "communication" et d’appauvrissement du discours présidentiel américain, statistiquement analysé par Elvin Lim dans The Anti-intellectual Presidency.

De fait, l’arsenal rhétorique d’Obama – servi de plus par des qualités (élégance, voix, gestuelle) décisives à l’actio de l’ orateur – a de quoi impressionner. On retrouve, peu ou prou, les mêmes caractéristiques dans tous ces grands discours, depuis la convention démocrate de 2004, qui a lancé sa carrière nationale, jusqu’à son Victory speech du 4 novembre, en passant par le plaidoyer d’anthologie pour la réconciliation interraciale à Philadelphie en mars dernier et le discours de Berlin sur les relations États-Unis/Europe en août...Et même le discours d’investiture du 20 janvier, nous le verrons, s’intègre parfaitement dans ce "style obamien", dont la richesse fait du 44ème président des États-Unis un "nouveau Cicéron" (Charlotte Higgins du Guardian.)

L’abondance des figures utilisées est un premier signe de cette richesse : allitérations, anaphores (répétitions initiales d’une phrase à l’autre), antithèses, rythmes ternaires, questions et précautions oratoires, concessions, dialogisme (échange imaginé avec des interlocuteurs absents), ainsi qu’un goût prononcé pour la métonymie, détail qui frappe l’imaginaire bien plus que le concept générique ou l’idée abstraite : pour parler d’écologie, par exemple,  point de chiffres ni de considérations savantes sur le réchauffement climatique mais une évocation concrète: "tandis que nous parlons, des voitures à Boston et des usines à Beijing font fondre la calotte glaciaire dans l’Arctique, réduisent le littoral sur l’Atlantique, et amènent la sècheresse dans les fermes, du Kansas au Kenya" (discours de Berlin).

Le jeu subtil sur les trois registres aristotéliciens du discours est une autre force du style obamien : importance de l’ethos, c'est-à-dire du caractère de l’orateur lui-même, qui aime souligner les différentes facettes de sa personnalité (à commencer par sa double origine ethnique) et recourt de façon systématique au storytelling personnel : ainsi dans presque tous ses discours, la saga de son père kenyan. Le pathos, le ressort affectif, est l’autre registre majeur d’Obama, incarné par un appel systématique aux valeurs et aux mythologies identitaires : liberté, bonheur, foi, pères fondateurs etc…; là encore le procédé du storytelling à fonction métonymique est roi : Ainsi, le 20 janvier, pour évoquer l’esprit de sacrifice, il met en avant les soldats "morts à Concord, Gettysburg, en Normandie et à Khe Shan" ; ou, pour illustrer l’indispensable solidarité citoyenne : "C’est la gentillesse de ceux qui accueillent un étranger lorsque les digues sont rompues, c’est l’altruisme des travailleurs qui préfèrent réduire leurs heures de travail plutôt que de voir son ami perdre son emploi, etc…" Quant au  logos, l’appel à la raison, il est également présent notamment à travers l’utilisation – cardinale selon Aristote – de l’enthymême ou syllogisme oratoire fondé sur  l’analogie: "Si nous avons pu créer l’OTAN pour faire plier l’Union soviétique, nous pouvons nous retrouver dans un partenariat nouveau et global pour démanteler les réseaux qui ont frappé à Madrid et à Amman" (discours de Berlin).



Mais le plus intéressant – et le plus ingénieux – se trouve sans doute dans la façon dont Obama mêle les trois registres : l’émotion est  toujours sollicitée dans l’ethos : ainsi lorsqu’il souligne l’humilité et l’humanité de ses grands-parents (des deux côtés !) ; inversement, les passages les plus affectifs sont soigneusement ponctués de connecteurs logiques ("c’est pourquoi", "donc").

L’on est également frappé par la rigueur de la construction de discours souvent très longs, dont les différents moments sont savamment reliés par des relations d’analogie et des images récurrentes : "les ponts" – à construire – et les "murs" – à abattre – (discours de Berlin), le long "voyage" de l’Amérique (20 janvier). Par ailleurs, jouant sur la structure classique de l’exposition (exorde, narration, thèse, péroraison), Barcack Obama sait prendre les libertés du virtuose : départs in medias res (dans le vif du sujet), digressions nombreuses, et longues exhortations.
Ce dernier trait est aussi typique d’un style fortement marqué par les prédicateurs noirs américains ; c’est également le cas de la pratique obamienne du call and response, illustrée par le fameux yes we can, repris en chœur par le public. N’est-ce pas encore la référence biblique qui inspire le message central du discours de Berlin : le passage de l’ ancienne Alliance de la guerre froide  à la nouvelle Alliance contre les périls de notre monde? Et n’est-ce pas encore elle que l’on retrouve le 20 janvier, dans le slogan de la "refondation de l’Amérique" ("remaking America"), illustrée par la référence répétée à la fondation du pays, et l’analogie entre deux "hivers d’épreuves", celui surmonté en son temps par George Washington et celui que nous connaissons aujourd’hui ? Cette réactivation constante de l’origine, ce renouvellement du pacte primordial, cette relecture des "actes fondateurs", est une thématique centrale d’Obama. Dans l’aventure biblique du peuple américain, il ne propose rien moins qu’un Nouveau Testament de la Liberté "à remettre intact aux générations futures"… A vrai dire, son deuxième speechwriter, aux côtés de Cicéron, pourrait bien être…Jésus-Christ !

On le voit, l’unité d’inspiration, d’un discours l’autre, est frappante. Dès lors l’on peut mesurer précisément les différences entre les discours du candidat et la première allocution du président. Elles tiennent tout simplement au contexte. Contrairement à l’adage, tout bon discours est en effet un "discours de circonstances". Or celles-ci ont changé radicalement. Désormais doté de la légitimité morale et de l’autorité légale (sans parler des sondages de rêve !), Barack Obama n’a plus besoin de développer le registre de l’ethos : les Américains sont convaincus de ses qualités. Lui, qui avait tant développé dans sa campagne le caractère improbable ("unlikely") de sa candidature, pour retourner l’argument en sa faveur (n’était-il pas aussi improbable que le rêve américain lui-même ?) a désormais cause gagnée. D’où dans le processus d’énonciation, après une rapide captation de bienveillance, la quasi-disparition du "je" et l’omniprésence du "nous" : chef incontesté du "we-group" national, le nouveau président peut parler au nom de tous. D’où également la structure beaucoup plus classique de l’ensemble qui sied à la dignité présidentielle.
Demeure pourtant, constante chez Obama, la grande variété des destinataires du discours ; le peuple américain dans toutes ses composantes bien sûr, "Union" oblige, mais aussi de nombreux interlocuteurs étrangers : alliés traditionnels, mais aussi Musulmans auxquels on tend la main ; dictateurs de tout poil et terroristes que l’on met en garde. Demeurent les très nombreux appels à l’action et au devoir (must), que l’on attend d’un homme qui doit "tracer la route" – métaphore centrale qui est donc parfaitement choisie. Demeure aussi – trait essentiel du bon orateur – la grande clarté de la thèse et du message ("le monde a changé et nous devons changer avec lui"). Demeure enfin cette conviction impressionnante, cette "probité", à laquelle, nous rappelle Aristote, "le discours emprunte je dirai presque sa plus grande force de persuasion".

 

* À lire également sur nonfiction.fr :

- Nicole Bacharan, Les Noirs américains : Des champs de coton à la Maison Blanche (Panama), par Benoît Thirion.

- Nicole Bacharan, Le petit livre des élections américaines (Panama), par Benoît Thirion.

- Sylvie Laurent, Homérique Amérique (Seuil), par Alice Béja.

- L'entretien de Sylvie Laurent, par Alice Béja.

- Barack Obama, De la race en Amérique (Grasset), par Henri Verdier.

- Barack Obama, De la race en Amérique (Grasset), par Balaji Mani.

- Andrew Gelman, Red state, blue state, rich state, poor state: Why Americans Vote The Way They Do (Princeton University Press), par Clémentine Gallot.

- L'entretien d'Andrew Gelman, par Clémentine Gallot.

- Justin Vaïsse, Histoire du néoconservatisme aux États-Unis (Odile Jacob), par Adrien Degeorges.

Christophe DE VOOGD
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

1 commentaire

Avatar

Sprikritik

23/01/09 20:27
Effectivement ce "guy" est un orateur brillant et élégant ... et interrogeant pour les observateurs expérimentés libres de leur expression.

Est-ce un don ou le fruit d'un pertinent et honorable apprentissage ?

Mais Obama, issue de la bourgoisie noire, ne doit pas illussionner : il est bien dans le système et il anomme (ou été contraint d'accepter ?) parmi son entrourage des gens qui, à divers points de vue , sont très inquiétants pour l'avenir du monde

En fait est-il moteur (altruiste ou pervers ?), complice ou jouet ?

On peut faire sincèrement bien du mal.

L'avenir nous le dira

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici