Chroniques

Débats publics : les grandes questions politiques en 2017

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Intimités : la politique et le corps

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Regards sur l'Inde : la gauche au pays des inégalités

TOUTES NOS CHRONIQUES

Dossiers

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Bibliothèques Odéon

Dossier - Penser le porno aujourd'hui
[samedi 22 juin 2013 - 11:00]

En un temps où études, débats et réflexions sur le sujet se multiplient, Nonfiction.fr a décidé de se pencher à son tour sur les méandres de la pornographie. Outre l’annonce de la publication à venir d’une très sérieuse revue universitaire de porn-studies  et histoire de prendre "le taureau par les cornes", nous avons donc profité de la sortie simultanée de plusieurs essais et films qui prennent "à bras le corps" l’image pornographique audiovisuelle.  Tour à tour, les réflexions esthétiques, philosophiques, sociologiques ou juridiques se succèdent pour appréhender un phénomène qui n’a sans doute pas encore trouvé un terrain de réflexion à la hauteur de son impact sur l’"économie" (à la fois marchande, technique et psychique) des sociétés contemporaines.

A l’heure où tout le monde s’accorde sur la fin du X à la papa (fini l’âge d’or de la vidéo VHS ou du grand film crypté du samedi soir sur Canal +) ainsi que sur l’apparition, voire l’envahissement, de nouvelles formes et de nouveaux formats pornographiques (triomphe d’un porno numérique gratuit, d’un porno 2.0 - fait d’amateurs-contributeurs - et d’un porno en 3D  , il est peut-être urgent de prendre le porno au sérieux et d’analyser en profondeur ce qu’il met en scène volontairement (des fantasmes), ce qu’il expose à son insu (des rapports sociaux de domination), ce qu’il dissimule (d’autres possibles sexuels), ce qu’il engage (le désir et les corps de ses interprètes et de ses spectateurs).

Les réticences (gêne, réflexes moraux, etc.) à la pensée autour d’un tel domaine d’images sont légions. Ainsi, par exemple, Alain Badiou lui-même n’hésitait-il pas à titrer une de ses conférences récentes Pornographie du temps présent pour caractériser la médiocrité de nos démocraties marchandes et leur déferlement continu d’images obscènes  .  De la sorte, Badiou ne se contentait pas de critiquer la manière d’envisager le politique aujourd’hui : il montrait tout aussi bien le peu d’intérêt qu’il portait au genre ici convoqué, en le dépréciant de manière unilatérale. Or il nous a semblé, qu’à bien y regarder, la pornographie - pas n’importe laquelle, pas n’importe comment - ne relevait pas exclusivement du registre de la misérable petite jouissance privée. Donner à voir l’obscène peut certes cautionner la répétition marchande et dominatrice du regard masculin sur le monde mais peut aussi constituer une machine de vision en mesure de cerner la construction et les failles d’un certain ordre sexuel (hétéro-sexisme, patriarcat, domination masculine…).
Dans ce cas, la mise en scène explicite du sexe n’interroge pas seulement les limites de notre morale. Pour paraphraser Robbe-Grillet, la pornographie des uns reste sans doute, aujourd’hui encore, l’érotisme des autres.  Mais elle questionne aussi notre régime législatif - qu’avons-nous le droit de montrer ou pas ?, où s’arrête la liberté d’expression ? et où commence l’atteinte aux bonnes mœurs ?  .  Envisagée comme objet d’étude, la pornographie interroge aussi nos modes de relations à l’image - la pulsion scopique, comme moteur cinématographique (vouloir voir et donner à voir), n’est-elle pas fondamentalement pornographique et la démultiplication actuelle des écrans nous donne-t-elle la possibilité de "tout voir" ?  De plus, il nous a semblé important d’examiner la pornographie en allant un peu au-delà, en insistant sur l’émergence de mouvements activistes, micro-politiques, queer. Là, la performance sexuelle se fait revendication, acte de résistance, instance de libération.

Bref, penser le porno pour penser le contemporain.


Nous vous invitons tout d’abord à découvrir le hors-champ de la baise et la poésie qu’il recèle grâce au travail du plasticien et cinéaste Raphaël Siboni. Réalisateur du film Il n’y pas de rapport sexuel, il a accordé un long entretien à Fabrice Bourlez.

Vous trouverez une analyse objective et détaillée des coulisses du porno contemporain, de ses enjeux concrets et sociaux dans la chronique d’Antoine Gaudin sur l’excellent ouvrage de Matthieu Trachman qui s’impose comme une véritable ethnographie du travail pornographique.

Le texte de Laurent Jullier pose des questions éthiques et juridiques au champ du X et démontre la difficulté de définir les critères du pornographique aujourd’hui tandis que celui de Chloé Delaporte insiste sur le porno 2.0 c’est-à-dire : sur le fait que l’on ne peut envisager le porno sans réfléchir à l’émergence des nouvelles technologies et à leurs conséquences du point de vue de l’analyse de l’image.

Vous pourrez approfondir les liens entre esthétique et pornographie en lisant l’article de Jérôme Segal qui revient sur les ambiguïtés du travail d’une intellectuelle face à la pornographie : Catherine Breillat.

Thomas Muzart vous introduira à la pornographie comme une forme d’art, ambigu et déroutant, avec le cinéma iconoclaste de Bruce Labruce dont un nouveau long-métrage sort cette année.

La dimension (micro)-politique du porno version femmes est au centre de l’ouvrage de David Courbet dont Fabrice Bourlez vous propose une chronique.

Vous pourrez continuer votre réflexion post-féministe et post-porn avec la réflexion quant aux corps en relation et aux corps en résistance que vous propose l’activiste et universitaire post-féministe Rachele Borghi. Toujours sur le versant activiste, Ursula Del aguila s’est chargée d’interroger les stratégies du sexe en chroniquant l’ouvrage haut en couleurs de T Torres, Pornoterroriste.
 
Enfin, Emilie Jouvet nous a fait l’amitié de reprendre son entretien avec Silvya Duverger et Aurélie Chrestian. Elle montre qu’un "ciné sexe-positif" vise moins à promouvoir le mythe de la transgression qu’à mêler les genres, flouter les frontières, explorer les désirs.

Torrentiel, glacial ou brûlant, Nonfiction.fr vous souhaite donc, pour tout l’été, des lectures les plus jouissives possibles….

 

* Dossier coordonné par Fabrice Bourlez et Antoine Gaudin.

 

Fabrice BOURLEZ, Antoine GAUDIN
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

6 commentaires

Avatar

mj75

01/07/16 16:32
Simple lecteur d'intelligence moyenne, j'ai trouvé que ce dossier est un fourre-tout de peu d'intérêt.

Aussi, par souci souci citoyen de salubrité publique, je m'automandate membre du comité éditoriale de la rédacton du site, autochargé du dossier en question, et pose mon véto à tous les articles sauf "ethnographie..." et "questions éthiques et juridiques".
Et déconseille plus particulièrement l'interview de Raphaël Sibony, ainsi que son étron de film.





Avatar

daniel bougnoux

29/07/13 19:02
La question de la pornographie se trouve posée non par racolage mais parce que ce phénomène – le phénomène de la phénoménisation ou de la mise en lumière en tous domaines – est l’aboutissement ou la conséquence latérale de notre désir de tout voir, « objectivement », et de relancer par la science et par la technique une millénaire conquête optique du monde. Notre pulsion théorique, et par exemple la philosophe des Lumières, sont inséparables à mes yeux d’un désir qui alimente aussi le théâtre (mot voisin désignant comme la théorie le sens du regard) et une libido scopique ; or le théâtre des corps débouche tôt ou tard sur le scandale de l’impudicité, et l’on risque toujours, sur cette voie (occidentale) de la désacralisation et du dévoilement des secrets, de transformer quelques attributs ou propriétés intimes des sujets en vulgaires objets d’échange et de consommation… Entre le racolage pornographique et, disons, la burka islamique, où placer le curseur ? Quel degré de voilement demeure nécessaire au bon fonctionnement des mœurs ou de ce qu’on appellera la civ(o)ilisation ?
Avatar

Antoine

11/07/13 01:11
A Albert :
Vous trouverez des éléments de réponse à votre commentaire dans celui que j'ai publié le 26/06 (voir ci-dessous). Encore une fois, nous pensons que l'intérêt du dossier que nous proposons (et soumettons à l'évaluation de nos lecteurs) vient du traitement que nous appliquons au thème de la pornographie, ainsi que de la diversité des approches et des regards qu'amènent les auteurs des articles. Nous ne considérons pas la pornographie, en soi, comme un "mauvais sujet", mais comme un enjeu important des sociétés contemporaines, qui ne reçoit que trop peu souvent le traitement analytique qu'il mérite. Fournir des pistes pour ce traitement-là, telle a été notre ambition. A juger sur pièces, si vous le voulez bien, en évitant les procès d'intention.
Cordialement,
Avatar

Albert

10/07/13 14:08
@ Breloque : c'est clair, il n'existe plus un seul site où l'on pourrait échapper à cette dictature du porno. Tous les sites d'info ont leur rubrique ou leur sujet récurrent, et plus ça va plus c'est trash.
Avatar

Antoine

26/06/13 02:40
Bonjour,
En réponse à votre commentaire :
- Nonfiction.fr n'est pas un site commercial, et il ne retire aucun profit d'une plus ou moins grande audience sur ses articles.
- A notre connaissance, le Nouvel Obs ou le Point n'ont pas encore intégré la pornographie dans leurs "marronniers", au même titre que les franc-maçons ou l'immobilier parisien.
- Fallait-il donc ne jamais parler du phénomène de la pornographie sur ces pages, sous prétexte que le sujet pourrait être perçu comme "racoleur" a priori ? Nous pensons que les articles réunis dans ce dossier permettent de dépasser les positions de principe sur ce sujet à la fois difficile et important.
- Nous ne pensons pas que la pornographie soit un "mauvais objet" a priori. La seule question qui importe est celle de l'angle d'approche, de la façon de l'analyser.
- Conscients du caractère "dramatique" a priori que ce sujet peut revêtir pour certains, nous avons tenté, dans ce texte, de l'introduire avec un peu d'humour et de légèreté. Cela n'est en rien révélateur du contenu du dit-dossier, qui, quoi qu'on pense de la qualité de chaque article pris séparément (libre au lecteur de se faire son opinion), relève d'une démarche d'étude tout à fait sérieuse.
- En rapport avec plusieurs sorties récentes (et pas forcément "estivales") de livres et de films, notre ambition est de proposer à nos lecteurs des pistes de réflexion sur un sujet complexe (abordé par le biais de méthodes et de disciplines reconnues), non d'investir le registre de la pure sollicitation libidinale. Certes, lorsqu'on écrit ou qu'on lit sur un sujet en lien avec la sexualité, on le fait toujours en tant qu'être sexuel, mais nous pensons que l'on peut assumer ce fait de manière adulte, et le mettre en perspective de façon raisonnée, sans le réduire au registre de la petite jouissance privée "dont on ne devrait pas parler".
Cordialement,

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici