Chroniques

Débats publics : les grandes questions politiques en 2017

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Intimités : la politique et le corps

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Regards sur l'Inde : la gauche au pays des inégalités

TOUTES NOS CHRONIQUES

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Bibliothèques Odéon

EXCLUSIF- Un plagiat chez Gallimard
[vendredi 02 septembre 2011 - 17:00]

Il faut croire que le plagiat est de saison. Après les affaires PPDA et Macé-Scaron, nonfiction.fr publie une critique accablante pour Jennifer Lesieur, auteure de la dernière biographie de l’illustre écrivain japonais Yukio Mishima, dans la collection Folio Biographies de Gallimard. D’après nos informations, c’est la quatrième biographie écrite par cette journaliste des pages culturelles du quotidien gratuit Metro, après Jack London (Tallandier, 2008, récompensé par le Goncourt de la biographie), Patti Smith (Castor Astral, 2009) et Amelia Earhart (Grasset, 2010).

Grâce au travail de comparaison effectué par notre critique Thomas Garcin, dont la thèse porte sur l’œuvre de Mishima, nous avons repéré des passages longs et substantiels empruntés pour l’essentiel aux deux dernières biographies de l’écrivain publiées en langue occidentale, Mishima. A Biography (1974) de John Nathan (traduction française parue chez Gallimard en 1980 sous le titre La vie de Mishima) et The Life and Death of Yukio Mishima (1975) de Henry Scott-Stokes (traduit en 1998 par Picquier sous le titre Mort et vie de Mishima).

Outre les passages cités dans l’article de Thomas Garcin, nous disposons d’extraits   de Mishima dont la ressemblance avec certains chapitres des biographies anglophones est frappante. 

Comment expliquer que personne ne se soit aperçu de ce travail bâclé et à l’honnêteté douteuse depuis la sortie du livre, le 13 mai dernier ? Comment expliquer que Gallimard, éditeur de la biographie de John Nathan, un livre de référence celui-là, ait pu au mieux faire preuve d’une négligence, au pire d’une complicité condamnable, en publiant le livre de Jennifer Lesieur ? Son éditeur, Gérard de Cortanze, n’a pas répondu à nos sollicitations.

 

A lire :

- Un Mishima emprunté, par Thomas Garcin. 

- Les extraits "empruntés" à John Nathan du premier chapitre de Mishima

 

A lire aussi : 

- PPDA, le plagiat jusqu'à l'excès, par Charlotte Arce. 

 

* N.B. : nonfiction.fr organisera au mois d’octobre en partenariat avec le Centre national du Livre un débat sur la biographie et son succès contemporain. Ce sera l’occasion d’aborder la professionnalisation du métier de biographe.

LA RÉDACTION
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

3 commentaires

Avatar

Playa

09/09/11 15:24
@mariececilenaves
C'est à mon sens précisément l'inverse. Un travail documentaire ("d'analyse scientifique") sur un sujet reprend forcément des éléments similaires à un autre travail sur le même sujet. La "réécriture" est tentante, et atténuée par la référence bibliographique : on devrait moins parler dans ce cas de plagiat que de fainéantise et de manque d'honnêteté dans la citation.
Quant au roman, l'argument que vous évoquez (celui de Joseph Macé-Scarron), il est ridicule et c'est même surprenant qu'il ait quelque crédit ! Il s'agit purement de vol si la référence n'est pas largement connue.
Avatar

Laurette

03/09/11 09:35
L'étude des connivences de Macé-Scaron explique l'omerta qui règne sur les plagiats:

http://vanessa-schlouma.blogspot.com/2011/07/lepreuve-de-lamitie-est-douce-joseph.html

http://vanessa-schlouma.blogspot.com/2011/06/esprit-dentreprise-chez-des-employes.html

http://vanessa-schlouma.blogspot.com/2011/08/joseph-mace-scaron-et-jerome-garcin.html

http://vanessa-schlouma.blogspot.com/2011/07/masse-litteraire-ou-magazine-critique.html
Avatar

mariececilenaves

02/09/11 17:31
Je crois qu'il ne faut pas confondre l'ensemble des "affaires de plagiat" : l'écriture romanesque fait souvent des emprunts à d'autres textes (cela fait partie du travail de création), alors que le travail d'analyse ou scientifique, lui, ne doit (à mon sens) pas oublier les guillemets.

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici