Chroniques

Idéographies : cartographies des idées en 2017

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

L'eau à la bouche!
[mardi 31 janvier 2017 - 10:00]
Environnement et développement durable
Couverture ouvrage
L'homme et l'eau: De la surconsommation à l'équilibre
Éditeur : Alternatives
160 pages
Résumé : Un vade-mecum hybride sur une ressource essentielle... qui tombe un peu à l'eau?

L'eau, cette ressource essentielle à la vie humaine, si elle n'est pas une ressource rare à proprement parler (la quantité d'eau sur Terre est toujours la même) répond à des enjeux environnementaux, économiques et politiques majeurs et complexes. Il était donc de bon augure de lui consacrer un livre piochant dans les différentes disciplines (géographie physique, climatologie, histoire, sciences politiques, etc.) pour aider le lecteur curieux mais non-expert à mieux comprendre les enjeux de cette ressource. Malheureusement la construction de l'ouvrage, parfois décousu, et les nombreuses imprécisions, n'en font pas l'ouvrage de référence qu'il aurait pu devenir. Les chapitres peuvent se lire indépendamment, et les lecteurs ignorant tout des enjeux liés à l'eau, à la recherche d'une introduction plaisante (et pas trop rigoureuse) y trouveront peut-être leur bonheur. Les autres pourront sans doute se contenter des deux derniers chapitres.

L'homme et l'eau s'ouvre sur un premier chapitre, “Le cycle de l'eau et le changement climatique”, qui s'attache à rappeller des éléments de géographie physique, et constitue ainsi sans doute une introduction utile aux lecteurs novices. Le deuxième chapitre, “L'homme et la maîtrise de l'eau”, a ensuite le mérite de souligner l'importance des impacts environnementaux de toutes les techniques hydrauliques modernes, des barrages au dessalement de l'eau de mer en passant par la captation d'eau fossile ou fluviale. Au-delà des enjeux évidents de consommation énergétique (dessalement) ou de raréfaction (nappes phréatiques), l'ouvrage insiste sur des aspects moins connus. Par exemple, sur le fait que le pompage de l'eau fossile, en augmentant la quantité totale d'eau dans l'hydrosphère, pourrait cependant contribuer au dérèglement du climat.

Dans le troisième chapitre, “Des ressources hydriques sous haute pression”, les auteures commencent à aborder des aspects plus politiques ; malheureusement avec des imprécisions, voire des inexactitudes. Prenons le cas de la ville de Flint, traité à la fin du chapitre. Cette ville du Minnesota a en effet été victime d'une contamination au plomb par ses canalisations d'eau, qui n'a pas été traitée par le gouvernement américain dans des délais jugés raisonnables, et qui a eu des impacts sévères sur la santé de plusieurs habitants, alors que la population qui y vit est majoritairement pauvre et afro-américaine. A ce sujet, les auteures parlent d'un premier “vrai cas” de racisme environnemental. Or si cette notion a des bases solides, voir dans l'épisode de Flint une première, c'est à la fois ignorer sciemment tout l'historique du racisme environnemental - que l'on fait généralement remonter au cas de la décharge de PCB dans le comté de Warren dans les années 1970 - et commettre une erreur de traduction: l'article du New York Times qui est cité par les auteures estime en effet que le cas de Flint “smacks of” - c'est à dire, pour rester au même niveau de langage, “sent à plein nez” - le racisme environnemental. Ce qui ne revient pas à l'"inaugurer".

Les aspects géopolitiques et économiques sont abordés dans un quatrième chapitre intitulé “Le prix de l'eau”, sans doute le plus pertinent de l'ouvrage. Il propose notamment un tableau synthétique  des régions du monde où des tensions hydriques existent, tout en présentant le concept d'"hydrodiplomatie". Surtout, ce chapitre propose une réponse convaincante à l'éternelle question de la compatibilité de l'intérêt général et du marché, en prenant notamment l'exemple de la Grande-Bretagne, où la privatisation de la fourniture de l'eau a entraîné une perte considérable d'efficience économique et solidaire. Enfin, dénonçant la responsabilité des pays industrialisés, ce chapitre n'oublie pas de mentionner les aberrations réglementaires et organisationnelles qui, en France par exemple, rendent l'eau gratuite ou quasi-gratuite à son principal pollueur: l'agriculture conventionnelle. A en croire les auteures, qui ne citent malheureusement pas leurs sources ni ne spécifient de quelle eau on parle, l'agriculture serait en effet à l'origine de 33% de la pollution organique, et de 75% de la pollution azotée.

Enfin le dernier chapitre, “Quelles solutions?”, a le mérite de bien distinguer entre des solutions invasives, aux conséquences de long-terme incertaines (le dessalement de l'eau de mer avec l'énergie nucléaire, la captation d'eaux fossiles), et des solutions vertueuses, autant politiques que techniques. S'éloignant du gigantisme des méga-projets comme le barrage des Trois-Gorges en Chine, ces solutions vertueuses passent par des aménagements décentralisés n'affectant pas de façon significative leur environnement, comme les micro-barrages du Népal. Surtout, elles invitent à changer de modèle agricole, de l'agro-écologie, modèle reposant sur les interactions entre les espèces et accessible à tous, à l'agriculture climato-intelligente, critiquée pour son utilisation des O.G.M., en passant par l'agriculture numérique, qui permet, via un attirail technologique de sondes et de drones fermiers, d'ajuster au mieux l'irrigation. Les auteures remarquent, évidemment à juste titre, que si cette agriculture peut permettre d'utiliser les ressoures en eau de manière plus efficace, “l'agriculteur numérique n'est pas autonome, dépend d'entreprises privées, de logiciels informatiques et d'outils technologiques onéreux.” . Sans compter les gigantesques ressources en eau nécessaires à la fabrication de cet équipement donc (dommage de n'en avoir pas proposé une estimation!).

Les nombreuses imprécisions ainsi que l'absence de définitions claires et systématiques (le lecteur non-expert connaît-il le sens de “ripisylve”?) et de références fiables (“CNRS” tout seul n'est pas une source utilisable) ôtent malheureusement à l'ouvrage beaucoup de son attrait. Oscillant entre fiche technique (comment fonctionne l'osmose inverse pour le dessalement de l'eau de mer?), tentative encyclopédique (quels sont les noms des grands barrages construits en France au XVIIIème siècle?) et essai politique (que peuvent faire l'individu et le législateur pour mieux gérer une ressource à la croisée des enjeux?), on ne peut que regretter que les auteures ne se soient pas toujours donné les moyens de leurs ambitions, malgré une fin d'ouvrage plus stimulante.

 

A lire également sur Nonfiction.fr :

Thierry Maillet, Génération Participation. De la société de consommation à la société de participation, par Stéphane Huet

Serge Latouche, Vers une société d'abondance frugale. Contresens et controverses de la décroissance, par Leslie Astruc

Richard Grove, Les îles du Paradis. L’invention de l’écologie aux colonies (1660-1854) et Timothy Mitchell, Carbon Democracy : Le pouvoir politique à l'ère du pétrole, par Benjamin Caraco

 

Fanny VERRAX
Titre du livre : L'homme et l'eau: De la surconsommation à l'équilibre
Auteur : Evelyne Ramelet, Pauline Dalençon
Éditeur : Alternatives
Collection : Manifestô
Date de publication : 15/09/16
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici