Chroniques

Idéographies : cartographies des idées en 2017

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

REGARDS SUR L'INDE (0) – La gauche indienne à la croisée des chemins
[vendredi 09 septembre 2016 - 11:00]

En mai dernier, le Parti communiste indien (marxiste) qui présidait traditionnellement à un front des gauches au Bengale occidental, dans le Kérala et à Tripura, a connu une cuisante défaite dans les deux premiers Etats. Alors que la gauche dite établie (established left) a remporté une belle victoire dans le petit État du Kérala, elle a subi une sévère défaite dans le Bengale occidental où elle a régné sans interruption durant trente-quatre années (1977-2011).

L’Inde du Premier ministre Narendra Modi suscite l’inquiétude chez de nombreux observateurs. Ceux que l’on nomme communément les nationalistes hindous, mettent en péril la construction nationale que les pères de l’indépendance ont tenté laborieusement de promouvoir. Ces derniers étaient conscients de la nécessaire harmonie qui devait rythmer la vie quotidienne des diverses communautés religieuses que le pays accueillait. La gauche, dont la composante communiste marxiste est la plus significative, ne semble pas être parvenue à mobiliser une population de plus d’un milliard d’individus. Pourtant la plus grande démocratie du monde tant célébrée en Occident est le champ d’immenses inégalités. Les personnes dont le niveau de vie se situent en dessous du seuil de pauvreté seraient aujourd’hui au nom de 300 millions, et cela en dépit de manipulations statistiques difficilement quantifiables.


Cette chronique consacrée à la gauche indienne débutera par l’analyse de la scène indienne que le Parti communiste indien (marxiste)  effectue, puis elle reviendra sur les élections législatives dont le Bengale occidental (West Bengal) et le Kérala ont été les théâtres.

Nombre d’Indiens n’adhèrent pas à la vision nationaliste hindoue qui promeut un nationalisme sourcilleux étroit, tandis qu’elle se propose de propulser le pays au rang mondial qui, estime-t-elle, lui revient. Reste que les electeurs inquiets des menaces qui pèsent sur le secularisme tendent cependant, lorsqu’ils se prononcent lors des scrutins régionaux et locaux , à privilégier des questions plus immédiates qui ont trait à leur vie quotidenne.

 

1. L’Inde de Narendra Modi

2. Les communistes indiens face à la vague Modi

3. Le PC Indien Marxiste rejette toute alliance congressiste

4. L'échec de la gauche indienne

5. Quelles stratégies électorales pour la gauche indienne vaincue ?

 

 

Nathalène REYNOLDS

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici