Chroniques

Idéographies : cartographies des idées en 2017

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Le modèle de XXI est-il transposable ?
[lundi 25 février 2013 - 09:00]

Faut-il encore présenter la revue XXI ? Sa couverture colorée au format paysage richement illustrée est devenue depuis cinq ans un élément familier des maisons de la presse tout comme des librairies. Ce mook, c'est-à-dire un hybride entre magazine et livre (book), à l'occasion de son vingt-et-unième numéro, propose son "Manifeste", écrit par Laurent Beccaria, directeur de la publication et patron de la maison d'édition Les Arènes, et Patrick de Saint-Expuéry, rédacteur en chef de XXI.

Un constat, des propositions

Dans la vingtaine de pages que compte ce manifeste, les deux fondateurs de la revue reviennent sur l'état actuel de la presse et dressent un constat peu reluisant. La mutation numérique n'est pas le grand méchant loup pour ces derniers : elle a joué le rôle de catalyseur de la crise de la presse mais elle n'explique pas tout. Les modèles économiques fondés sur la rentabilité et l'acquisition par les grands groupes – rejoignant en cela les analyses de Jean Stern dans Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais  – ont davantage contribué à la dégradation de l'état de la presse française. La réactivité est désormais le maître mot alors que le scoop est désormais éphémère et donc vain. Les fermes de contenus assistées par ordinateur menacent de remplacer le vrai journalisme tout comme le désir de participation des lecteurs dont la fidélité et la cohérence dans leurs pratiques de consommation d'information sont aujourd'hui très différentes. En bref, le tournant numérique n'a pas réalisé les promesses des larges investissements consentis. Il a simplement appauvri le contenu de la presse.

Historiquement, nous avons assisté à un bouleversement du modèle de la presse né au XIXe siècle pour Beccaria et Saint-Expuéry. Ils distinguent ainsi trois rouages dans celui-ci : l'attrait du lecteur pour l'information dramatique, le rôle du pouvoir dans la production de l'information et la fonction politique et civique de la presse. Celle-ci repose en conséquence sur trois piliers : "la liberté par le commerce", l'indépendance et la qualité ainsi que le "lien avec les lecteurs". Le modèle américain de la presse a par ailleurs consacré la figure du grand reporter-enquêteur tel Stanley ou Upton Sinclair. Cependant, ces dernières décennies ont été marquées par la perversion de ces caractéristiques historiques ("la confusion des genres") et par l'affaiblissement de la confiance des lecteurs dans la presse. Le tout étant alimenté par de virulentes critiques émanant d'intellectuels tels que Pierre Bourdieu , Noam Chomsky ou Serge Halimi .

L'équipe de XXI en appelle donc à une refondation de la presse qui peut faire écho au manifeste du Spill (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne). Soulignant l'indépendance, la robustesse et la longévité du Canard Enchaîné (en activité depuis 1915), ils proposent une presse sans publicité. Il faut cesser de produire des contenus pour les annonceurs. Mais, au contraire,pour les lecteurs en mettant l'exigence de qualité – fondée sur le reportage approfondi – en avant. Cette refondation passe par quatre nouveaux piliers : se donner le "temps", investir le "terrain", prêter attention à "l'image" et à la "cohérence" de l'offre éditoriale.

Difficile de ne pas être d'accord sur le principe avec ces propositions bien amenées et appuyées sur l'expérience du succès de la revue XXI. Par ailleurs, l'information récente selon laquelle le New York Times dégagerait désormais plus d'argent avec ses lecteurs qu'avec ses annonceurs, semble aller dans le même sens. L'information de qualité se doit d'être payante et si possible financée par les lecteurs et non par la publicité.

Quelle transposition ?

Toutefois, XXI tout comme Mediapart, au modèle similaire, ne dépassent pas les 100 000 lecteurs/abonnés malgré la qualité des contenus. N'en déplaise à leurs fondateurs, XXI reste un livre-objet bien situé dans un marché de niche, peut-être pas exclusivement réductible aux bobos comme s'en défendent ainsi les auteurs du "Manifeste" (sans pour autant avancer de données sociologiques quantitatives précises). De même Mediapart se concentre (de façon salutaire) sur les affaires politiques ou du moins le journal en est réduit à cet aspect aux yeux de l'observateur extérieur quand bien même il faut reconnaître que peu de journaux mettent en une des critiques d'ouvrages et que les partis-pris poussent assez loin l'analyse.

En bref, le public de ces nouveaux entrants est-il extensible à l'envi ou sommes-nous confrontés à des médias ayant trouvé leur niche ? Historiquement, la presse est liée à la révolution industrielle, à la démocratie où les masses jouent un rôle de plus en plus important. N'est-ce pas affaiblir sa portée de potentiel "quatrième pouvoir" que de la limiter aux formes prescrites par XXI ?   La presse doit aider à faire société et ne pas contribuer seulement à l'entretien de micro-sociétés.

Enfin, dans le cas de XXI, on peut rester un amoureux du papier et apprécier leur démarche éditoriale, mais n'est-il pas nuisible à la diffusion de leurs idées et à l'ouverture d'un débat constructif sur l'état de la presse que de cantonner ce "Manifeste XXI" à leur édition papier ? Lecture sur écran n'est pas antinomique de savoir prendre son temps.

 

Benjamin CARACO

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici