Chroniques

Idéographies : cartographies des idées en 2017

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

L'ère numérique du livre ?
[jeudi 17 juin 2010 - 18:00]

"Déjà Disponible sur iPad" : cette indication est maintenant souvent visible sur les publicités de livres dans les journaux. Elle est le signe de l’évolution du monde du livre, et de la stratégie des maisons d’édition pour conserver leur influence dans ce secteur. Le livre numérique est en effet en plein essor, notamment depuis la mise sur le marché de "tablettes" comme l’iPad d’Apple, le Kindle d’Amazon ou le Reader de Sony permettant de lire ces "livres" ou la presse en format numérique. 

 

L’appellation même de "Livre numérique" est à questionner. Un livre est en effet un "support imprimé destiné à diffuser une pensée" : telle est sa définition conçue dans les années 1970 par l’administration fiscale, notion importante pour l’application de la TVA réduite. Les "livres numériques" ne bénéficient donc pas de cette TVA à 5,5 %, puisqu’ils n’ont pas de "support" physique. Pour autant, le marché du livre numérique, ou électronique, qui commence à se développer entraîne une refondation de la notion même de livre, qu’on soit pour ou contre. Pour Pascal Fouché (historien et éditeur), "le texte d’un auteur, qu’il soit de fiction ou de réflexion, sur papier ou en numérique, c’est toujours un livre". C’est cette conception du livre que Pascal Fouché défend dans un entretien paru en mai dans la revue Esprit, expliquant l’évolution récente de l’industrie du livre. Selon lui, l’une des évolutions problématiques de la numérisation est la disparition des étapes de manuscrits, qui permettaient de comprendre après-coup le cheminement intellectuel de l’auteur : "écrire ou corriger plusieurs versions successives n’induisait-il pas un cheminement différent de la pensée de l’auteur ?". Dans une chronique parue dans L’Express, Frédéric Beigbeder critique cette évolution du monde du livre, évolution comparable selon lui à la science-fiction de Fahrenheit 451, roman de Ray Bradbury publié en 1953 et présentant une société constituée d’autodafés… 

 

Le livre numérique influe en amont l’industrie du livre, mais aussi en aval la façon de lire ces livres (et également la presse sur internet). Aujourd’hui, et ce site en est un exemple, les articles sont liés entre eux et contiennent des liens hypertextes permettant d’aller voir directement les sources utilisées par l’auteur ou les prolongements possibles de tel ou tel texte. Cela révolutionne la manière de lire comme la manière d’écrire également : "le livre numérique se présente comme une forme ouverte par opposition à la forme plus fermée de l’ouvrage imprimé, à l’idée établie de l’œuvre comme finie"  . Le livre numérique peut ainsi être plus utile pour actualiser facilement des ouvrages ou des manuels, de droit ou de médecine par exemple. Les maisons d’éditions cherchent à créer leur propre catalogue numérique pour conserver leur rôle majeur de prescripteur dans le monde du livre et ne pas se laisser distancer par de simples "distributeurs de contenus" comme Apple ou Sony. 

 

"Le livre numérique entrera-t-il dans l'ère numérique ? Entretien avec Pascal Fouché", Esprit, mai 2010. 

 

A lire aussi sur nonfiction.fr : 

- Quel avenir pour le livre numérique ? par Pierre Testard.

Clémence NIERAT

1 commentaire

Avatar

Thierry Catrou

21/06/10 07:01
Le livre numérique n'a de toute évidence aucun avenir! le changement de support le condamne sur le long terme. Les évolutions techniques potentielles sont telles qu'elles ruineront l'essence même ce que l'on a appelé livre. En quelque sorte "l'ère de la technique" met le point final à un mode d'être, celui de notre culture sans que nous puissions résister ou, mieux encore, faire semblant de croire que de l'un à l'autre rien ne change.
Bien sûr les auteurs et les éditeurs tenteront par tous les moyens de maintenir une expression livresque et probablement pendant un certain temps il y aura des lectures de livres numériques mais ne nous faisons aucune illusion dans quelques années l'affaire sera conclu...et le livre numérique ou non aura disparu.

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici